Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Savoir, Pouvoir, Oser, Se Taire
Savoir, Pouvoir, Oser, Se Taire Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-03-2010 21:33

Pages vues : 7232    

Favoris : 498

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Savoir, Pouvoir, Oser, Silence


olivier343.jpg
 
Savoir, Pouvoir, Oser, Se Taire
 
 
Tentative de cerner un peu le dernier terme « Se taire » de la célèbre devise alchimique en titre. « Se Taire » est le terme le plus important et le plus difficile. Ce n’est pas pour rien que l’on dit : le silence est d’Or ; tout comme on dort, puisque rêver c’est faire de l’Or, comme dans le sens symbolique alchimique de l’ACCORD (sens de l’harmonie).
Ainsi toute division tue : poser une question c’est diviser entre la question et la réponse, bien souvent contenue dans la question ! C’est-à-dire qu’il y a le vase ou vaisseau (Feu du Mercure philosophique, avec son V comme Vie) et son contenu, qui là encore sont division ! Contenant et contenu, tout comme intérieur et extérieur sont les moteurs Yin et Yang. Vase : tenter de réaliser ce que l’on est ; Contenu : chercher à savoir qui l’on est. Mais tantôt le Vase devient Contenu, et tantôt l’inverse...
 
Le sage Hindou Ramana Maharshi aimait renvoyer le questionneur à sa question pour qu’il en perçoive lui-même l’inconsistance ; il répondait par une autre interrogation : « Qui pose cette question ? », invitant le questionneur à se demander : « Qui suis-je ? », la réponse étant : « Je ne suis point l’égo éphémère, et illusoire auquel je me suis abusivement identifié par ignorance... ».
Au disciple qui se plaignait d’avoir fait un don total de lui-même à Dieu sans en avoir reçu aucun bienfait, il questionne : « Si vous vous étiez donné entièrement à Dieu, qui subsisterait pour constater l’absence de bienfait ? ». Ou encore : « Certains prétendent que Dieu existe, d’autres, qu’il n’existe pas. Lesquels faut-il croire ? ». Réponse : « Cherchez ce que ces deux propositions ont de commun ».

Le « Se Taire » exprime le « non-agir » du Taoïsme, exprime aussi la mort de la logique tueuse(1) ou dialectique, de la raison raisonnante creuse. Expliquer une vérité métaphysique par le langage à quelque chose d’incongrue, de sacrilège même, car c’est forcément la fausser avec des pauvres mots/maux. Une vérité fondamentale ne peut se découvrir que par soi-même, à cause de la terrible opinion des uns et des autres. Une vérité fondamentale ne peut que se vivre, le « Je suis celui qui suis ». Il s’agit de dépasser la « réalité », de survivre sans la tyrannie des concepts, et donc sans la chronologie tueuse. Beaucoup de choses tueuses dans ce monde des accidents, ou de la Longueur, largeur, hauteur.
Par la force des choses et la Nature, une vérité s’exprime d’elle-même ; elle est, pour tous ceux qui savent voir et entendre ; elle n’a pas besoin d’avocat pour la défendre, l’interpréter pour l’expliquer et la déformer. Ce qui amène au secret et à l’ésotérisme, attaqué justement à cause du secret imposant un redoutable pouvoir. S’il y  précaution de secret, le « Se Taire », il s’agit avant tout de protéger l’autre, le non-initié qu’une révélation brusque risquerait de détruire ; il s’agit de protéger aussi la connaissance elle-même de toute interprétation qui la trahirait. De toute façon les pauvres mots/maux altère la vérité, mais aussi empiète sur l’autonomie de celui qui la reçoit. Le silence seul respect scrupuleusement l’autonomie du disciple, sa « libre pensée » ; on retrouve cela dans l’analyse psychanalytique.
Donc dans l’Instant, toute question serait vaine : « Qu’est-ce que le Bouddha ? », la réponse peut être : « le lampadaire au coin de la rue Adolphe Hitler ». Dans une vision d’ensemble, une vision du « Un Point c’est Tout », n’importe quelle réponse est valable. Le questionneur est lui-même le Bouddha ; son erreur étant de l’ignorer !

Ainsi le Maître pourra imposer une tyrannie à son disciple, à seule fin de briser « l’agir », de briser l’envie de briller, afin d’imposer le « Se Taire » ou Silence ; comme le rappel l’enseignement du « non-agir ». Par exemple tel moine qui voulait avoir toujours raison pourra se voir imposer par son père spirituel de réciter le Pater en disant : « Que ma volonté soit faite ! ». Tel Maître tibétain pourra demander à son disciple de construire et démolir successivement des tours de pierres, jusqu’à épuisement, confrontation du disciple, jusqu’à la limite de son suicide. Avec ces exemples, on pourra bien-sûr évoquer les goulags des Juifs Bolcheviks, car ça correspond à deux totalitarismes (notion moderne). Mais il y aune différence de taille, et en opposition : les goulags et camp du style Guantanamo sont là pour casser l’individu, alors que la tyrannie du Maître, ou son côté « non gentil » est là pour construire, redresser et rassembler la personne ; cette méthode sert à épuiser le karma du disciple, à le faire agir sans agir.
Ainsi le savoir faire ultime du Maître est d’enseigner sans parole : des disciples questionnent leur Maître Confucius : « Si vous ne parlez pas, qu’aurons-nous à transmettre ? », réponse du Maître : « Le ciel parle t’il ? ».
La suprême parole est de ne rien dire : « Ceux qui parlent ne savent pas, ceux qui savent ne parlent pas » (Lao-tseu). Autre page sur le Silence.

« Se Taire » se résume à la Trinité alchimique :
- Une seule Opération !
- Un seul Vase !
- Un seul Four !


Note.
1. Par exemple : « Jésus-Christ était Dieu ; or il est mort sur la croix ; donc Dieu est mort en Jésus-Christ... ». La logique est l’art de fixer (emprisonner) la vérité.
Le rationnel tueur.
Le Grec affirme “ Je suis un menteur ”. S’il l’affirme, il dit la Vérité, par conséquent il ne ment pas. Si ce qu’il dit (semble à 1ère vue vraie, à savoir qu’il n’est pas menteur), cela n’est pas vrai ou est faux à 2ème vue ; puisqu’il dit “ Je suis un menteur ”, à 2ème vue, il ment ! ou bien “ il ment vraiment ” !!!
Cette logique exploité par les scénarios hollywoodiens à la Aristote est un véritable piège pour la spiritualité, car trop ancré dans la chronologie, trop ancré à faire de la vie une « dramaturgie aristotélicienne ». Trop source d’égarements à cause du phénomène d’identification au héros, à la star du moment.
 
M. R.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 29-03-2010 22:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >