Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Judaïsme et croyances
Judaïsme et croyances Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-04-2010 00:27

Pages vues : 5924    

Favoris : 495

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Philosophies, Pouvoir, Religions


ouroboro19a.jpg
 
Judaïsme et croyances
ou sacs de nœuds
 
 
L'Occident et l'Europe découle de la culture judéo-chrétienne.
Dans le judaïsme entre la Kabbale, ce qui demande une certaine tournure d'esprit et un début de sagesse pour s'y retrouver.
Il entre aussi la Bible : langage souvent allégorique plus que descriptif, et remanié à maintes reprises, avec les parties essentielles comme les Dix Commandements et le Sermon sur la Montagne.
 
 
Foi judaïque :
Dieu unique s'adressant au peuple d'Israël par l'intermédiaire de Moïse.
L'unicité de Dieu dans la pensée juive est proche de celle qui a lieu dans les philosophies hindoues. Mais dans la pensée hindoue ce Dieu Unique peut revêtir de multiples formes, anthropomorphiques ou non, un peu comme les Yôkai au Japon, alors qu'il n'en est pas ainsi dans la pensée judaïque.

L'unicité de Dieu de la pensée judaïque exclut toute représentation de Dieu (un peu comme le Tao, qu'on ne saurait être capable de représenter). Aussi cette pensée judaïque exclut toute idolâtrie et toute vénération destinée à Dieu à travers une forme (et en totale opposition avec les Yôkai du Japon, ou avec un quelconque paganisme). Cela conduit au deuxième des Dix Commandements :
- « Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre ».
- « Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l'Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent ». Déjà ici, comme peut-on dire d’un dieu d’unicité qu’il est jaloux ? car c’est déjà se mettre à sa place en imaginant son caractère ! Problème entre le mot Dieu et Esprit, à la rigueur un Esprit peut être jaloux, comme un Yôkai du Japon.

Mais s’il n’y a pas d’idole, renvoyant chacun à son Dieu intérieur, il en existe tout de même une étonnante : l’Arche d’Alliance.
Il existe peu de différence entre un Hindou qui adore son Dieu à travers Ganesh, un homme ventru à tête d’éléphant, et un Juif qui adore Dieu à travers l’Arche d’Alliance (liaison entre macrocosme et microcosme). Ces rappels symboliques, un peu comme des icônes constituent un « fil invisible » entre le fidèle et son Dieu, et traduisent le message que Dieu lui souffle.

Les « guerres de religions » pourraient provenir d’un problème de mot/maux sur le sens des mots traduisant le concept de Dieu, mais surtout de son sens, comme ce que tente d’expliquer le Tao-Tö-King de Lao-tseu ; car rien que le système de concept est tueur de Dieu dieux ; et l’Unicité n’est pas si évidente que cela. Plus c’est simple plus c’est compliqué ! L’Alchimiste l’a bien admis.

Il est facile de bannir des symboles extérieurs, mais extrêmement difficile de détruire ceux qui sont du domaine mental, comme les dogmes. Et en ce moment, beaucoup font de l’Unicité, Dieu, un dogme ! ou pire : une OPINION, le pire tueur du religieux, car le mental, la pensée prend racine sur le moi, le soi inférieur. Le dogme est TOUJOURS une prison. À l’heure actuelle, où les choses s’accélère comme jamais depuis 10 000 ans, et dans tous domaines, une personne qui se prétend théiste ou croyante, doit effacer tous dogmes en elle-même et s’en tenir à l’essentiel : l’unicité de Dieu. Jean Coulonval, dans son livre Synthèse et Temps Nouveaux, ne dit pas autre chose un grand nombre de fois.
Dieu ne pouvant être représenté, comme le Tao, et étant l’Unique, la Voie comme le Tao, et immanent en toute chose, est la perfection même. Il est donc impossible de faire le moindre rapprochement, comme le Tao, entre cette Voie insaisissable et pourtant présente partout et à chaque Instant et le dieu qui conversait sans cesse avec le peuple juif dans l'Exode ou le Lévitique. Ce dieu qui leur parlait leur demandait instamment d'exécuter les ordres les plus absurdes tels que des sacrifices d’animaux et d’humains exigeant l'application de la Loi du Talion : « Oeil pour oeil, dent pour dent », et se montrant lui-même jaloux, coléreux et vengeur, etc., donc mesquin... Comme si le misérable être humain se permettait de prêter une pensée à dieu... ou Dieu, en se mettant à sa place !
La loi du Talion prenant bien-sûr sa source dans Babylone ! Cette cité inventant l’organisation du désordre, notamment l’argent. Cette loi du Talion revenant trois fois dans le Pentateuque. Loi du Talion d’ailleurs aussi implacable que celle du Karma (loi de cause et effet au niveau du monde des accidents ou monde matérialiste).

Et le soi-disant dieu unique qui ne devait pas être représenté, tout au long de l’Ancien Testament, histoire pré-christique du peuple juif, on le voit figurer comme un homme ordinaire, avec ses préoccupations, ses défauts, son despotisme, ses pouvoirs, exactement comme certains Yôkai au Japon... mais contrairement aux Yôkai, avec le pardon en moins ! Un petit dieu « tribal », comme le qualifiait H.P. Blavatsky. Tribal n’exprime pas l’universalité. Et même l’universalité peut conduire à un enfermement !......... Seul compte un Mouvement. Ce dieu « tribal » qui entretenait des relations presque humaines avec les hommes de cette proche époque en somme, était personnel dans sa façon d’agir et paradoxalement, universel parce qu’il est Unique. En entretenant sans cesse une relation avec les patriarches et les prophètes, le dieu de l’Ancien Testament donnait ainsi une continuité, et une obstination dans le développement de la pensée mystique judaïque.

Entre l'unicité exhortée par la profession de foi judaïque - dont découle l'universalité de Dieu - et le tribalisme de ce dieu appelé Jehovah(1) (YHWH, soi-disant « nom » propre de « Dieu »), il manque un maillon pour comprendre la dégradation du sens initial de Dieu. La chronologie tueuse et la corruption du mental ont fait leurs dégâts.
Pourtant il est rappelé dans le troisième Commandement : « Tu n’invoqueras pas le Nom de YHWH ton Dieu en vain ». Tout comme c’est rappelé sous forme nettement plus poétique dans le Tao-Tö-King ; et même sous forme d’éloge du VIDE, permettant d’aller au-delà de l’universalité...

« Écoute, ô Israël, ton Dieu Unique ».
Cette Communion avec Dieu et l’idée de Peuple « choisit par Dieu » (Peuple élu), peut se traduire dans la symbolique de l’Arche d’Alliance, pacte entre Dieu et Israël. Ainsi les pratiquants de la foi de Moïse sont convaincus qu’il y a constante communion entre « leur » Dieu et eux... Là encore, rupture de l’universalité. Voilà qui pourrait avoir pour origine le « fardeau » du Peuple élu, s’excluant du reste des habitants humains de la planète Terre.
Le mot ISRAËL : Les cabalistes d’Orient font dériver son nom d’Isaral ou Asar, le dieu soleil. Isra-el signifie « luttant avec dieu ». Le « soleil se levant sur jacob-Israël » signifie le dieu-soleil (ou Isar-el) luttant avec la matière et la fécondant, et qui possède le pouvoir avec « Dieu et avec l’homme » Esaü et Jacob, les jumeaux allégoriques, sont les emblèmes du principe double toujours en lutte dans la Nature (sorte de Yin et de Yang, de Souffre et de Mercure...). Jacob-Israël est le principe féminin d’Esaü, comme Abel est celui de Caïn, et Caïn et Esaü étant le principe mâle. (D’après le Glossaire Théosophique de H.P. Blavatsky)
On a aussi dans la Genèse, 33,20 : « et il (Jacob) y érigea un autel, qu’il nomma ‘El, Dieu d’Israël’ ». Sar, de Isar-el, indique les pensées, le mental.
Donc Isra-el possédant le sens de « luttant avec dieu », amène la symbolique de « Peuple élu » de Dieu. Mais cette notion de peuple élu a pu être utile à une époque reculée parce qu'elle fut nécessaire à la conservation de l'espèce et de la culture.
Cette idée de « Peuple élu » est tueuse car elle divise ; de plus elle est une question centrale la plus problématique de toutes, pour reprendre les termes très justes et simples et j’ajouterai même dramatiques de Shlomo Sand, d’après son livre important : Comment le peuple juif fut inventé : « dans quelle mesure la société judéo-israélienne sera-t-elle disposée à se débarrasser de son image profondément ancrée de « Peuple élu », et est-il envisageable qu’elle cesse de se glorifier et d’exclure l’autre, soit au nom d’une histoire sans fondement, soit par le biais d’une science biologique dangereuse (le « gène juif ») ? »
Comme le suggère K.D. duquel je m’inspire en partie de son travail, la sentence : « Écoute, ô Israël, Ton Dieu Unique » pour être juste devrait se traduire par : « Écoute, âme fidèle, Dieu est Unique ». Car le fait d’inscrire TON dieu, est déjà diviseur et tueur !
L’idée d’unicité est reprise par la chrétienté, qui en recevant l’héritage judaïque, insiste sur sa propre volonté d’universalisme.

Multiplication « des » unicité dans la chrétienté, ou mon dieu est meilleur que le tient !
À propos de chrétienté, l’unicité malaxée dans le mental humain s’est déplacé en la personne de Jésus de Nazareth ! le Sauveur ! cherchant ainsi a manipuler l’opinion en prouvant la supériorité du christianisme.
Cette figure de Jésus de Nazareth qualifiée de « Dieu fait homme » par les fidèles chrétiens, n'a pas manqué ce destin inexorable, celui de se voir transformé en « unique sauveur », en tant que « fils unique de Dieu ». Ceci est encore un mauvais tour du mental, datant d'une époque où l'homme se croyait seule créature intelligente (géocentrisme) et croyait bon également que non seulement « son » Dieu fût unique, mais que le messager entre « son » Dieu et les hommes fût aussi unique. Injurieux par rapport au reste de la planète et de la pluralité des mondes !

(Grand merci à K.D. et à son travail, dont je me suis inspiré en partie)
 
On peut s'apercevoir que les principales religions monothéistes sont malades, à bout de souffle, et sont a regonfler, à réformer de fond en comble. Par exemple l'Islam doit aussi se remettre en question pour ne pas dériver vers un fanatisme et une radicalisation conduisant à une prison... Un comble pour un principe religieux devant apporter une délivrance et donc une paix. Donc même chose pour le judaïsme.
 
 
 
Note.
1. Jehovah, Jah-Eve, selon le Glossaire Théosophique de H.P. Blavaysky, indique l’existence ou l’être mâle-femelle. C’est ce dernier sens caché qu’il a et rien de plus ! Donc la « matière » devient sexuée, la chute dans la matière est effective, avec aussi le développement du mental : l’humanité devient la troisième « race-racine », le mot race désignant seulement une vague de vie, une phase de l’évolution, et n’a rien à voir avec la couleur de peau ou le lieu de naissance.
 
 

Dernière mise à jour : 06-04-2010 02:23

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >