Accueil arrow Films arrow Films du JAPON arrow The Magic Hour
The Magic Hour Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-04-2010 16:23

Pages vues : 6454    

Favoris : 569

Publié dans : Flash sur films, Sommaire films du Japon

Tags : Cinéma, Films, Japon

 
The Magic Hour
ザ・マジックアワー
Za majikku awâ
 
 
http://en.wikipedia.org/wiki/The_Magic_Hour_(film)
http://www.magic-hour.jp/index.html
Trailer sur You Tube

Sur IMDB

Film japonais de 2008, réalisé par Koki Mitani, sur un scénario de lui-même. Film qui a obtenu 11 nominations. Marcel Pagnol et René Clair copiés par les Japonais ; avec ça s’ils n’avaient pas au moins une nomination ! Même un brin de Fellini vers la fin. Dans ce film les emboitements de causes et effets sont superbement agencés. Un vrai bijou du Japon.
 
Quand un gangster : Bingo (Satoshi Tsumabuki), ayant découvert la liaison avec l’épouse de son patron : Teshio (Toshiyuki Nishida), est découvert, il promet de sauver la face par le recrutement d’un célèbre hitman (tueur à gages). Au lieu de cela, comme il ne peut pas trouver ce tueur, il embauche un acteur : Taiki Murata (Koichi Sato) pour remplir le rôle jusqu’à ce qu’il puisse trouver un remplaçant adéquat.
 
 
 
Dès le départ l’ambiance de l’image, très studio anglais des années 1950, évoque une petite ville européenne de la même période, mais évoque surtout « un film dans le film », comme le dira par la suite l’un des personnages. Nous pénétrons dans l’histoire par un joli plan séquence en mouvements d’appareil, justement aussi inspiré des mêmes films anglais, et pour découvrir un Satoshi Tsumabuki inhabituel en sous-vêtement rose enlaçant une femme.
Nous ne sommes peut-être pas à Chicago, mais chez les mauvais garçons genre Yakuza ou quelque chose comme ça. Ils sont en train de « punir » Bingo ficelé comme un saucisson pour avoir frayé avec la femme du patron de la bande : Teshia.
 
 
 
Je suis heureux de retrouver dans ce film un excellent acteur que j’aime bien : Nishida Toshiyuki, qu’on n’a pas beaucoup de peine a reconnaître en patron des gangsters : Teshia
La séquence où Bingo essaye d’expliquer son comportement à Teshia est comique, et en même temps délicieusement outré à la façon du théâtre Kabuki. J’ignorais les prouesses d’acteur de Tsumabuki, où ici il joue un gangster naïf.

Pour avoir la vie sauve, Teshia charge Bingo de trouver un tueur à gage nommé Della Togashi, le « meilleur de tous ». Bingo dit au patron qu’il ne connaît, uniquement pour échapper à la mort, car les gangsters sont en train de couler du ciment autour de ses pieds... Mais Bingo ne connaît pas plus de tueurs à gages que je ne connais de Rockefeller. Il a cinq jours pour trouver ce tueur, surnommé aussi « l’assassin fantôme », sinon on risque à nouveau de lui couler du ciment autour des pieds.
 
 
 
 
Les jours passent et bien-sûr le fameux tueur à gages est introuvable. Lorsqu’une nuit, Bingo observe de loin le tournage d’un film publicitaire ; ça fait bingo dans sa tête : il suffit d’engager un acteur, et le faire passer pour le tueur fantôme, en lui faisant croire qu’il joue dans un film... dans lequel Bingo est le réalisateur. Il faut que l’acteur soit inconnu de Teshio, et c’est donc Taiki Murata qui s’y colle.
Ceci ne constituait que le préambule du film... avant l’arrivée du générique début ! La musique suit bien l’atmosphère de l’image en s’inspirant de jazz-band un peu années folles (1920).

Donc une fois Murata mordant à l’hameçon, celui-ci s’inquiète du scénario, et Bingo lui répond qu’il n’y en a pas, un peu selon la méthode du célèbre Takeshi Kitano, mondialement connu nous dit Bingo, et il ne ment pas. Au Japon, Takeshi Kitano est une véritable institution. Voir par exemple la page du superbe et tendre film de Kitano : L’été de Kikujiro.
 
 
Le réalisateur Kon Ichikawa décédé pendant le tournage
 
 
Pour le film dans le film, Murata se fait jeter comme acteur, il est remplacé, et Bingo n’arrive pas à l’apprivoiser, vu qu’il déclare qu’il n’a pas encore réalisé de film et qu’avec Murata ce sera son premier... Finalement, Murata est tellement découragé que Bingo le met « dans sa poche ». Le scénario de Bingo précise tout de même que Murata devra rencontrer le boss : Teshio. Le problème, c’est que l’assistant de Murata en toute logique le suit comme son ombre, et qu’il a de sérieux doutes envers les intentions de Bingo ! L’assistant veut voir la caméra de Bingo... On peut faire un film sans scénario... mais sans caméra... à moins de faire comme Norman MacLaren et graver sur la pellicule pour faire un dessin animé... Mais pour Bingo, ça ne suffit pas, il lui faut trouver une caméra.
 
 
 
 
Alors autant utiliser celle qui est sur place, ou à côté, sur le lieu de tournage du petit film publicitaire aperçu au début de l’histoire. Mais comment « emprunter » cette magnifique caméra Panaflex (de Panavision) sur son pied ? Mais c’est sans compter par cet emmerdeur d’assistant de Murata.
Finalement on trouve la fameuse caméra avec une astuce tiré par les cheveux, mais l’ensemble du film joue sur l’humour et la parodie, parodie qui n’est pas si courante au cinéma ; voir notamment le cinéaste français Paul Paviot.
Ce film japonais est aussi très inspiré du célèbre Schpountz, film de 1938 de Marcel Pagnol avec Fernandel, ou un type un peu crétin, comme Murata, veut tourner dans un film...
 
 
 
 
Mais comment Bingo, et le scénariste réel vont-ils faire aboutir le faux tueur à gages auprès du boss ??? Car par la suite, les acteurs « doivent oublier la caméra », selon le réalisateur Bingo, et pour cause... ce qui renforce même l’excitation de Murata et sa bêtise, lequel prend n’importe quel coin de rue ou de pièce d’habitation ou de bureau pour un plateau de cinéma. Et comme Murata s’y prend tellement mal, que ça marche auprès de Teshio, un peu comme le prisonnier qui s’évade de sa prison en franchissant la porte d’entrée à reculons, bernant ainsi les gardiens. Plus c’est gros plus ça passe... Teshio veut carrément engager Murata dans sa bande !
Ensuite il va y avoir le problème des rushs ! Murata est impatient de se voir à l’écran... D’un autre côté, serait-il vraiment possédé par le « fantôme » de Della Togashi ? pour tant impressionner Teshio ? alors qu’il n’avait pour arme qu’un simple pistolet en plastique, comme un gosse ! ce qui fait penser à Teshio : « quel cran il faut avoir pour agir ainsi ».
Mais où est vraiment le véritable Della Togashi ? Cette comédie tourne maintenant à la René Clair... et on peut trembler que la supercherie de Bingo ne soit désormais découverte à chaque instant.
 
 
 
Mais ne craigniez rien, ça devient savoureux et bien excitant. A coup de choses totalement inattendues et de quiproquos, Murata, comme le Schpountz, s’en tire même mieux que les gangsters ! Il tire au revolver et croit que ce sont de fausses balles... Reste plus qu’à savoir comment tout se petit monde vas faire pour montrer les rushs à Murata et à son assistant.
Murata avec la bande à Teshio va t-il devenir un véritable assassin ? ou va t-il perdre sa bravoure de « tueur n’ayant peur de rien », son courage devenu légendaire en quelques jours, si Bingo lui révèle la supercherie ? Et à la moitié du film, Murata trouve que le personnage de Della Togashi est son meilleur rôle.

Quatre étoiles sur quatre pour ce superbe film, hommage au cinéma de tous les pays ou presque. Et de grands bravos pour Satoshi Tsumabukin, Toshiyuki Nishida, et surtout la performance de Koichi Sato. La musique soutient bien l’image et l’enrichie même. La finale est un rai délire... de jubilation, et émouvante, comme tout ce que font les Japonais. Une pensée en mémoire du réalisateur Kon Ichikawa, que l’on aperçoit dans le film, et qui, ironie du destin, devait mourir pendant le tournage du film.

M. R.
 
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
magic1.jpg
magic10.jpg
magic11.jpg
magic14.jpg
magic15.jpg
magic16.jpg
magic18.jpg
magic21.jpg
magic22.jpg
magic23.jpg
magic24.jpg
magic26.jpg
magic27.jpg
magic3.jpg
magic4.jpg
magic7.jpg
magic8.jpg
magic9.jpg
 
 
 

Dernière mise à jour : 21-04-2010 17:12

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >