Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Maréchal de France Gilles de Rais - Martyr
Maréchal de France Gilles de Rais - Martyr Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-04-2010 20:50

Pages vues : 6477    

Favoris : 405

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Argent, Banques, Crimes, Enfants, Inquisition, Martyr, Pouvoir, Religions, Temps


blason_gilles_de_raiseuros.png
 
Maréchal de France Gilles de Rais - Martyr

Il y a 570 ans, Gilles de Rais piégé par l’argent et son pouvoir et
paradoxalement par l’Alchimie
 
 
Page sur 1440, année de mort de Gilles
Page sur Gilles de Rais et la rumeur

Il y a un certain parallèle avec le mysticisme et le pouvoir entre Raspoutine et Gilles de Rais, tout comme il y a un parallèle avec l’injustice et les mensonges entourant ces deux martyrs.
Aussi j’essaye modestement et avec mes moyens d’inscrire sur ce site les évidences, qui montrent un brouette d’incohérences dans un champ verdoyant au milieu d’un paysage de mystères. Je m’appuie principalement sur les écrits de Jean-Pierre Bayard : Plaidoyer pour Gilles de Rais ; et une page d’après Salomon Reinach.
 
Une incohérence qui me saute immédiatement aux yeux, l’Alchimie, Art auquel Gilles se serait livré, puisque à partir de certaines dates on mentionne constamment son « Maître en Alchimie » : Francesco Prelati, un florentin extra ordinaire, doublé d’un escroc.
Si Gilles de Rais était immensément riche, comme on peut le voir dans de nombreux documents et livres, il dépensait énormément, à la longue il fut ruiné et avait besoin d’argent, hors au Moyen Age, le vulgaire croyait que l’Alchimie permettait de transformer du plomb en Or. Même si cela est possible, ça reste uniquement UNE ÉTAPE, un preuve dite « scientifique », mais surtout pas une fin, sauf extrême mais alors extrême nécessité (ce qui semble logique). Première erreur de Gilles : pour s’adonner à l’Alchimie, il faut abandonner toute lumière d’orgueil, de puissance sociale, et entrer dans une pure humilité ; hors j’ai des doutes en ce qui concerne l’humilité de Gilles, ne serais-ce que par ses fonctions sociales et son train de maison (domestiques et nombreux gens d’armes) ; mais peut-être que Gilles arrivait-il à rentrer dans cette humilité intérieure. Gilles a certainement été déçu de n’obtenir aucun résultat ou si peu, par supercherie de son Maître, car un bon chimiste peu donner l’illusion d’une transmutation d’un vil métal en Or le plus pur, ou plutôt en un clinquant sans valeur.
Par exemple l’étude de Salomon Reinach nous dit que « Gilles installa luxueusement son laboratoire afin de réaliser l’Élixir Universel ». Mais quand on voit des représentations ou même des photos de laboratoires alchimiques, avec leur paillasse, en majorité on est frappé par la simplicité du matériel ! Ce qui semble une évidence puisque l’Alchimie est aussi ancienne que le monde. De plus, Gilles eut tort de s’attacher à un unique « professeur » en Alchimie, faire venir plusieurs savants de l’époque eut été préférable, et en plus il en avait les moyens.
Dans le domaine alchimique l’illusion était et est toujours grande, et donc source de nombreux illusionnistes, n’ayant absolument rien à voir avec la véritable Alchimie : la transformation spirituelle et libération de son Adepte, en quelque sorte : « Je suis celui qui suis », ou Soi supérieur (sixième rang sur sept de la division en sept plans de l’être humain). C’est ainsi le : « Change et tu changeras le monde ». On voit bien que le pouvoir n’a rien à foutre là-dedans ! C’est ce pouvoir qui a perdu Raspoutine, et aussi Gilles de Rais ; le pouvoir étant un redoutable piège et une vraie drogue.
Ainsi Gilles ayant été très mal aidé en Alchimie en fut la victime, ni plus, ni moins.

Nettement plus que Raspoutine, Gilles de Rais fut un martyr, à cause de sa richesse et de son pouvoir, mais à cause de l’état dans l’État de l’époque et même encore maintenant sous d’autres formes... la redoutable Inquisition, police de la pensée.
Car cette police de la pensée était tellement puissante qu’elle pouvait éliminer un homme de rang élevé. Le diable avait bon dos, et avec lui plus la torture et la peur de l’excommunication, on pouvait coller n’importe quoi sur quiconque était à éliminer. L’Église avait bon dos aussi : un procès pour hérésie privait l’accusé de tout avocat, car en bon sophisme religieux, l’Inquisition n’admettait pas qu’un avocat défendit un hérétique devant elle (l’avocat devenant lui-même hérétique !). De plus c’était tout bénéfice pour l’Église, car le jugement de l’Inquisition entraînait normalement la confiscation des biens.

Hors comme Raspoutine, Gilles de Rais était profondément religieux, l’excommunication qu’il redoutant tant, le mit au désespoir lorsqu’il en fut frappé sans aucun examen ni aucune preuve au préalable. Pour retrouver la paix et la réconciliation avec l’Église, il était prêt à n’importe quoi y compris à s’humilier plus bas que terre, en se lamentant et en pleurant ; un comble pour un Maréchal de France, vassal du Roi, compagnon de Jeanne d’Arc, et une attitude en totale contradiction avec le comportement d’un monstre sanguinaire... Gilles en état de Putréfaction ? (mourir pour renaître).
L’inquisition travaillait à charge, comme maintenant... selon le manuel du « parfait petit inquisiteur » : il a signé un contrat avec le diable, il a écrit des grimoires maléfiques avec le sang des enfants suppliciés... Telles étaient les accusations à l’emporte-pièce fabriquées contre les Templiers, les sorciers, les Francs-maçons, etc., et Gilles de Rais.
Si Gilles n’a pas été soumis à la question (torture), on lui à montré les instruments du bourreau ! ce qui eu de l’effet sur lui. La torture morale existe aussi, surtout à notre époque. C’est tout un art de manipuler l’autre afin de lui soutirer n’importe quoi.

Comment un seigneur comme Gilles de Rais, religieux pour ne pas dire mystique, fin lettré annonçant la Renaissance et amoureux des arts, y compris du premier : l’Alchimie, homme politique et des plus grands : Maréchal de France, a-t-il pu tomber brusquement dans le satanisme le plus noir, digne des descriptions de David Icke, et assassiner un nombre d’enfants invraisemblable ?!
Si Gilles était angoissé au maximum par la panique d’être excommunié, on ne saura jamais pourquoi il a brusquement reconnu toutes les charges qu’on lui a mises sur le dos. À l’époque, être excommunié c’était être privé du Paradis ! ne pas avoir la « vie éternelle ». Comme Gilles était profondément croyant il fallait qu’il échappe à la sentence horrible. Finalement on lui accorda la possibilité d’être enterré « en terre sainte » : l’église la plus noble de Nantes... Sans trop se tromper, il paraît que Gilles est du signe du Scorpion : les empoisonneurs et les assassins (selon Pétrone, dans le Satyricon). Homme d’action, combatif, il pouvait être violent, impulsif, spontané. Qui dit Scorpion dit souterrain, secret. Certains auteurs supposent Gilles homosexuel (mais aucun document ne le précise), ce qui ne l’empêche pas de n’avoir qu’une fille.

Le procès contre Gilles fut celui de la sorcellerie, le pire, contenant un maximum de sophismes. Il n’eut droit à aucun défenseur, puisque sous l’accusation de l’Inquisition, hors de par son rang, il relevait de la justice royale. En résumé, ce martyr fut victime de L’ARGENT, il était trop riche, ses biens attiraient toutes sortes de convoitises, comme « l’Or » des Alchimistes, et qui dit pouvoir dit POLITIQUE, que le royaume de France de l’époque ne pouvait affronter directement.
Quant au nombre de morts d’enfants ou jeunes garçons reprochés à Gilles, l’état civil n’exista pas, aucun document ne mentionne des plaintes concernant des disparitions avant l’enquête lancée par l’évêque de Nantes : Jean de Malestroit ; celui-ci en date du 30 juillet 1440, selon Salomon Reinach, répandit un monitoire selon lequel certains bruits très graves étaient parvenus à ses oreilles : Gilles avait mis à mort un grand nombre d’enfants avec des pratiques de sorcellerie. On inventa des témoins, etc.
Donc on pouvait mettre sur le dos de Gilles n’importe quelles disparitions de personnes jeunes : jeunes soldats engagés et mort loin de chez-eux, les morts d’accidents et de maladies, ceux qui travaillaient loin de chez-eux et dont on était sans nouvelle, la mort des enfants en bas âge, etc.
Quant au soi-disant cadavres trouvés dans les domaines de Gilles, en ce temps on enterrait les morts dans l’enceinte des châteaux. De plus il paraît que l’état des ossements des morts ne fut jamais vérifié, d’où impossibilité de savoir si c’était des morts naturelles, ou par accidents ou supplices.
Nombreuses invraisemblances figurent autour du nombre de morts, puisque pour « gérer » tous ces cadavres (ça va jusqu’à 1000), les odeurs, le conditionnement et les difficultés matérielles, brûler des corps, les enterrements, il aurait fallu un nombre important de personnes et d’allées et venues...

Gilles n’est condamné que par la RUMEUR... La justice ne se rendait pas sur les lieux ; les enquêtes matérielles n’avaient pas cours. Cette « justice » se basait uniquement sur les dépositions si hautement fragiles des témoins... Des « hommes sûrs », selon l’évêque ! qu’il se garda bien de nommer comme le mentionne S. Reinach. Aucune pièce à conviction n’est présentée durant les audiences...
On retrouve d’ailleurs le problème des cendres : dans l’affaire Landru, et dans les camps nazis...
Gilles s’est retrouvé détruit par les médisants, les jaloux, dont il avait été directement ou indirectement le bienfaiteur. L'histoire se veut souvent enjoliveuse, inexacte par la force des choses, et sadique en ne retenant que les choses qui l'arrange...
 
Maintenant, si ce que dit le Dr. David Lewis Anderson sur son site à propos de TEMPS, et des possibilités de se déplacer dans diverses chronologies est exacte, il serait intéressant d'y aller voir autour de 1440 dans la région de Nantes et au château de Machecoul, qu'aimait tant Gilles...

M. R.

A suivre...
 
 

Dernière mise à jour : 28-04-2010 01:11

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >