Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Humain : la mesure de toutes choses
Humain : la mesure de toutes choses Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-08-2010 17:41

Pages vues : 5118    

Favoris : 488

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Dieu, Humain, Nature, Terre


poucet1295a_400.jpg
 
Humain : la mesure de toutes choses

L'être humain est la mesure de toutes choses
Et non mesuré par les choses, comme le fait la "science" actuelle
Qui part du visible pour aller vers l'invisible.
 
 
Rappel : une société naturelle semble se rapprocher du trinitaire : pouvoir spirituel (compassion et charité), pouvoir politique (justice et qualité de vie), pouvoir économique (production). Ces trois pouvoirs sont une trilogie en rapports analogiques, terme à terme, avec la Trinité, dont les rapports réciproques doivent être conçus, non pas comme antagonistes, mais comme étant l'Unité.

Ainsi, si c'est le règne de l'exploitation, de l'écrasement, de l'esclavagisme des indigents en vue de réaliser un bénéfice personnel, ce sera contraire aux essences divines. Une société civile et sa naturelle sociabilité humaine qui agirait à l'encontre de la Nature, comme elle en fait partie, se suiciderait du même coup ! Comme nous sommes la Nature, nous sommes la base de la vie humaine selon une sur-réalité conforme à une tautologie inversée.
 
Alors, pourquoi vivons-nous dans une société continuellement en guerre, et avec tant de drames humains ?
Peut-être parce que l'être humain s'échappe de seconde en seconde, de tierce en tierce, de sa condition d'être humain, le "Je suis celui qui suis" de Ramana Maharshi et Jean Coulonval. Ego sum qui sum. (Exode, 3, 14, Révélation du Nom divin). Cela veut dire : je ne deviens pas, mais JE SUIS. C'est ce qu'exprime pendant près de 1000 pages Ramana Maharshi auprès des gens qui viennent le consulter. Tout l'enseignement de Mahashi consiste a rattraper la Chute de l'humain, car icelui refusa de devenir ce qu'il était appelé par Dieu à être : il refusa son existence individuée. Aussi celle-ci perdit son orientation originelle vers l'harmonie, c'est-à-dire un ACCORD avec l'essence, elle-même faite à l'image du Créateur.

L'âme humaine a donc fait acte de désobéissance, d'insoumission à l'ordre des essences, sombra dans une révolte (nous voyons le cycle des révolutions successives), et fit perdre à l'être humain sa paix. Aveuglée par son égarement, l'âme croyait échapper à son individuation en refusant le circuit fonctionnel de l'essence. Comme l'âme ne put s'attaquer à l'essence elle-même, elle se rabattit sur le côté existentiel de la nature humaine, qui était précisément le côté de l'individuation. Le résultat fut des individuations aberrantes. L'être humain ne dispose que d'une liberté de moyens, et non une liberté de la fin !

Avant cette Chute, lorsque l'harmonie trinitaire rayonnait, l'être humain disposait du Père (essence), qui est uni au Fils (existence), par le mouvement du Souffle (âme), qu'on appelle aussi Amour.
Dans la Chute, l'âme, le Souffle coupa le circuit entre le Père et le Fils. L'Essence continue son circuit avec le Fils et le Souffle, mais l'âme ou Souffle agit à sa guise et sans aucune harmonie, puisqu'elle va croire qu'elle est capable de se donner une "fin" indépendante de la vraie de la nature humaine.
Sur le plan naturel et dans le monde temporel, la vraie fin de la nature humaine est de vivre en harmonie avec les essences, l'Essence ou Absolu. Mais l'âme veut se construire un "ordre nouveau", comme ce que fabriquent les "existentialistes" : où c'est l'existence qui créée son essence ! tout comme le communisme...

Satan en tant que Grand organisateur a soufflé à l'être humain qu'il sera comme un dieu, mais un dieu extérieur ; c'est-à-dire refuser d'être lui même un être humain, le Centrum Centri, la source de l'Instant ou Soi divin. Et Satan a proposé cette arnaque à un couple (positivité et négativité)... Donc la Chute n'a rien à voir avec une quelconque fornication ou "péché de chair". Comme l'explique Maharshi, le Soi divin n'est pas à chercher, Il EST. Dieu ne devient pas, Il EST. Donc : "Je ne deviens pas, Je suis".
Depuis cette discordance de l'âme, nous vivons dans le désordre, la peur, l'insécurité, les guerres, épidémies, etc. L'âme enivrée par sa propre magie ne reconnait pas sa faute, et elle s'empresse d'accuser à l'extérieur : c'est l'autre ; comme lorsque l'on veut tuer son chien on l'accuse d'avoir la rage. (Tout prétexte est bon quand on veut se débarrasser de quelqu'un ou de quelque chose. On invente des torts à ceux qu'on veut sanctionner ou éliminer). Mais cet autre, cet extérieur que l'âme accuse n'est autre que l'aberration existentielle elle-même. Hors celle-ci, tout en l'attribuant à l'autre, le sujet la sent agir à l'intérieur de son propre être. Terrifié, il crie à la possession, car il se sent possédé : il sent le "démon" dans ses propres entrailles.

Bizarrement l'être humain est capable d'actions bonnes et belles, ou aussi grandioses que de pouvoir détruire la planète sur laquelle il vit. Il sait aussi prier et adorer. mais seul l'être humain peut connaître un telle déchéance dans la non harmonie, car on ne la retrouve pas chez les autres espèces ; comme si l'être humain parfait se retrouvait la plus chétive des créatures... Tout amène à conclure que quelque chose ne "tourne pas rond !"

Cependant, comme le précise Saint Bernard de Clairvaux, la Chute de l'âme n'altéra pas la vision de Dieu dans l'être humain, et c'est pourquoi l'être humain reste humain, mais sans ressemblance divine ; cependant, Maharshi n'est pas aussi négatif avec ses visiteurs, car il explique que le Soi divin est présent et qu'il n'y a pas à le chercher, mais simplement à le vivre : le "Je", donc faire abstraction du mental.


Sociabilité et chef

Les être humains s'organisent en société, ils sont dont des êtres sociables. Dans cette société il y a des individus qui sont des meneurs, car leur personnalité est plus forte que celle d'autres personnes. Ces meneurs imprimeront une tendance à la société, c'est-à-dire que ces fortes personnalités produiront les institutions sociales à leur image et à leur ressemblance.
Et quand la personnalité du meneur est mauvaise, on en voit les conséquences actuelles tous les jours. Les rationalistes théoriciens du type Hegel, Marx, et autres philosophes plus portés sur le mental, qui prennent pour réalité leurs visions intellectuelles forgées dans leur logique raisonnante et calculatrice, et non dans le travail manuel ou la vie de tous les jours, construisent un monde artificiel dont le moindre défaut jure sur la réalité, jure sur les faits. Aussi la phrase célèbre attribué à Hegel : "Tant pis pour les faits", peut servir ces théoriciens ; qui prétendent partir de la "science", de "l'universel", ou pourquoi pas de l'histoire, toutes choses vues à travers leur triste intellect. Le présent, l'Instant et le concret leur échappe, mais ils proposent tout de même un Paradis perdu à construire sur Terre ! ou plutôt un enfer...
Ce genre de personnes ressemblent à une élite, à des élus.
Mais il faut savoir qu'à la tête des foules un âne suffit ; ou : l'individu en foule est un grain de sable que le vent soulève à son gré (des opinions). Et on baptise ça "démocratie".


Démocratie - Rouge - Passion - Élus

Nous savons que l'opinion se manipule sur le niveau sensible, donc de la passion, donc du ROUGE sa couleur. Dans ce bon-sens il est facile de manipuler une opinion pour aboutir à une révolution et à ses horreurs, surtout quand divers contextes se présentes.
Dans une société, le meneur qui a réussit à prendre le contrôle sur les foules, peut être la pire des crapules et le plus parfait imbécile. Il ne peut en aucun cas être comparé à une élite, à un guide, au pire il est à comparer à un élu (par la foule hypnotisée). Mais dans ce cas extrême de l'élu corrompu, il sera emporté par le déluge qu'il aura déclenché. Le drame, c'est qu'on peut prendre pour le meilleur, l'élite, une crapule qu'on aura hissé au sommet de la société ! Donc le mot élite est a manipuler avec des pincettes !
Et à propos de l'OPINION, et de notre époque enivrée de technologies, jamais l'être humain n'a eu autant de pouvoir d'agir sur la sensibilité, donc le ROUGE de la passion, située dans les plus basses couches du mental de ses frères et sœurs ; Freud était passé par là quelques décennies avant.

Le rouge de la passion et du sensible et l'émotivité constituent le terrain idéal pour les meneurs, les élus de tous poils.
Ces chefs devraient être élus pour apporter un bien-être, et servir leur communauté. Cela fait déjà longtemps qu'il n'en est rien... Alors on se demande bien à quoi peut servir des élections ! C'est-à-dire que pour choisir une élite parmi une communauté humaine, en vue d'en faire sortir un élu, il faut que cette collectivité soit à même de le permettre ; il faut qu'une majorité d'êtres humains aient reçu une formation préparatoire qui les ait rendus aptes à figurer un jour parmi les "élus". Et un élu de cette qualité ne s'improvise pas, même avec le concours du suffrage universel ! N'est-ce pas Monsieur Sarkozy... A ce propos, que va t-on subir comme "élu" en 2010 ? tant "l'élite" n'est pas au rendez-vous ! Il y a de quoi déprimer. Le don politique, comme tous les dons, ça se cultive. Car plus nombreux seront les hommes et femmes instruits et ayant accès à la connaissance, et plus il y aura un choix important à un niveau élevé ; car quand il n'y a pas grand choix, on se contente de n'importe qui ! N'est-ce pas Monsieur Sarkozy...

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme,
Tout comme il vaut mieux une tête bien faite qu'une tête bien pleine.

[Référence à : De la Psychologie à la Vie - Folie et Santé du Monde, du Docteur A. Stocker ; et l'enseignement de Ramana Maharshi ; et Jean Coulonval]

Voir aussi : Sans foi ni loi.


M. R.
 
 

Dernière mise à jour : 22-08-2010 19:07

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >