Accueil arrow JDramas arrow Dramas du JAPON arrow Garo
Garo Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-08-2010 22:19

Pages vues : 6167    

Favoris : 433

Publié dans : Sommaire JDramas, Sommaire Dramas du JAPON

Tags : Dramas, Japon, Peur, Virus


gaaro10_pst1.jpg
 
Garo
牙狼<GARO>
 
 
Sur IMDB
Sur le Wikipédia anglais
Sur dl.roadrunner

Drama du Japon en 25 épisodes diffusé entre 2005 et 2006, réalisation de Makoto Yokoyama et Kengo Kaji, sur une production et création de Keita Amemiya.
Keita Amemiya réalise un film : Garo Red Requiem, reprenant la même trame et pour coller à la mode 3D.
 
Résumé : Là encore, on baigne dans le genre virus : la contagion de la peur qui se propage comme un virus sous l'appellation "d'Horreur", ou la peur du noir pour les enfants. Un homme, Kouga Saejima (joué par Ryosei Konishi), prit le titre de "Chevalier Makai" pour défendre secrètement l'humanité terrestre contre ces virus. Il rencontre une jeune fille, Kaoru, qu'il sauve d'une "Horreur" ; mais celle-ci fut souillée par le sang de cette Horreur. Comme un virus, toute personne touchée par cette "Horreur" mourra douloureusement au bout de 100 jours. Kouga décide de sauver Kaoru avant les cent jours. L'histoire expose la relation entre Kouga et Kaoru et la protection de l'humanité, selon le souhait du père de Kouga, qui était son prédécesseur et portait le titre de GARO.
 
 
 
De nos jours de menace sur la mode du mondialisme totalitariste et de son empire du fric, et des trafics de Big Pharma, le sujet de Garo reste un grand classique échappant à n'importe quelle époque. Hélas, ne pas oublier que l'épée, et donc le métal, le fer ou l'acier, sont synonymes de mort, tout comme le roi des métaux : l'Or.
Le générique début graphiquement un peu vieillot évoque les chevaliers du Moyen-Age, mais plus surement les Samouraï et une féodalité comme celle que nous avons connu en Europe. En Russie, il y eut une variation : les Cosaques, liaison entre le Tsar et les militaires russes. Quand aux virus ou Horreurs, elles évoquent ici tantôt des araignées tantôt des aliens façon samouraï ou Godzilla miniature.
 
 
 
Ces Horreurs ou virus surgissent du noir, de l'ombre, mais pas de lumière sans noir : il faut bien là aussi partir de l'invisible pour aller vers le visible !...
Donc ceux qui luttent contre les Horreurs sont les chevaliers Makai Kishi (chevaliers du monde des esprits). Là encore il peut s'agir de Yôkai...
Un type dans un entrepôt découvre un tableau où est représenté une superbe femme, elle devient vivante et l'enlace... Le type est donc contaminé...

Le début ne m'emballe pas et manque de fluidité, l'histoire tarde à accrocher, bien que l'on retrouve le type contaminé par le tableau qui essaye à son tour de contaminer une autre personne, une jeune femme peintre.
Hélas, ou à moins d'aimer ça, on échappe pas au trucage gore du type qui cherche à posséder la jeune femme peintre. Cela n'ajoute rien à l'atmosphère, la plombe même, et surtout ne fait aucunement peur au spectateur !
Ce même type contaminé se bat avec Kouga Saejima : avec les trucages et les yeux du type qui s'illuminent, on a l'impression d'être en présence d'un Goa'uld. Pour le reste, ça saute un peu de partout et pourquoi pas amuser les plus jeunes... comme les gros types "Horreurs" genre gentils aliens avec deux jambes et une sale gueule, qui ne s'est pas brossé les crocs depuis des années.
 
 
 
A un moment, Kouga se décide à enfiler sa belle armure doré pour faire face au virus qui mute, comme tout virus qu'on veut empoisonner avec la chimie de Big Pharma. Le pauvre virus à beau cracher tout ses tripes tirant sur le verdâtre, il ne fera bien-sûr pas le poids devant Saint Georges, pardon, devant Kouga, même en lançant des kilos d'épinards... C'est quand le gros virus à épinards explose que la pauvre Kaoru est touché par des jets du liquide de la bête. Ainsi elle n'a plus que 100 jours de vie terrestre. Sa vie d'artiste peintre semble foutue.

Zéro étoile, c'est très mauvais, rien ne passe. C'est du niveau abrutissement télévisuel, et inutile de dire que coté bande son, ça empire, tant ça ressemble par moments à de la musique de grande surface pour speeder la ménagère. Ce genre de drama est calibré pour une bataille environ 5 minutes avant la fin et au début. Quand on pense que le producteur en fait un long métrage !? Ce sujet classique a été traité de façon vraiment banale, sans recherche aucune, et croyant en "mettre plein la vue" avec des trucages gores qui font rigoler quand ils n'indisposent pas. De plus, je trouve la réalisation médiocre.
Takumi Saitoh ne joue hélas qu'un court instant dans l'épisode 8 (un pianiste de bar) diffusé en novembre 2005. On peut l'admirer dans le tragique Boys Love.

M. R.
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
gaaro.jpg
gaaro1.jpg
gaaro11.jpg
gaaro12.jpg
gaaro14.jpg
gaaro15.jpg
gaaro2.jpg
gaaro5.jpg
gaaro6.jpg
gaaro7.jpg
gaaro8.jpg
gaaro9.jpg
 
 
 

Dernière mise à jour : 29-08-2010 22:35

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >