Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Anti agrobusiness
Anti agrobusiness Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-05-2008 20:10

Pages vues : 7951    

Favoris : 547

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Agrobusiness, Cargill, Monsanto

agricola
Pour que le monde de Monsanto et des industries de l’agrobusiness ne devienne jamais le notre.

On ne peut plus vendre quelques bottes de poireaux sur un marché.

En ces temps de galop vers le haut des prix des matières premières et bien-sûr de celui de l’alimentation, et aussi de la faim dans le monde, et dans un futur proche du manque d’eau potable, il est temps de s’exprimer sur ce que nous pouvons nous mettre dans le ventre pour pouvoir mieux le chier ensuite...


Voir :
http://www.stop-monsanto.qsdf.org/
http://www.stop-monsanto.qsdf.org/raoulmarcjennar.html
http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=2963
Et c’est sûr il y a de quoi le crier sur Internet et partout !
http://www.rue89.com/2008/02/16/ogm-quand-monsanto-seme-la-terreur
http://www.monde-diplomatique.fr/2001/07/SINAI/15435
http://www.liberation.fr/actualite/economie_terre/314920.FR.php
Par ici la monnaie : http://fr.transnationale.org/entreprises/monsanto.php

http://www.combat-monsanto.org/
http://www.bakchich.info/article2717.html
Je ne mets pas le lien du journal le Monde, car il faut payer, ce que je trouve honteux.
 
J’ai toujours pensé que si au début de la préhistoire les hommes étaient passés de la chasse à l’horticulture, au lieu de passer de la chasse à l’agriculture, le monde eut été meilleur. En tous cas plus en ACCORD avec Nous, avec Noun (Chaos liquide des origines), avec la Nature, m’enfin avec nous-même puisque NOUS sommes la NATURE.
 
Agrobusiness :


Allez vous faire pendre ailleurs : famille Roques Fêlés (Rockefeller)

De même que le triste sire Henry Kissinger, dont nous avions tous a redouter les actions, par exemple il a dit : Contrôlez le pétrole et vous contrôlez les nations. Contrôlez l’approvisionnement alimentaire et vous contrôlez les peuples.
Cela parait facile à dire, sauf qu’il y a les terribles conséquences derrière...
On pourrait aussi dire que c’est de la politique, mais faut pas non plus mettre n’importe quoi dans le sens de ce mot (sens de : relatif à la cité, donc à un ensemble de gens habitant au même endroit). Kissinger étendait l’Empire américain comme l’Empereur de Star Wars à l’Univers.

Effroyable dans la bouche d’un tel homme. J’ajoute que tout ça concerne ce qu’on appel faut de mieux : ÉNERGIE : huile de pierre pour faire tourner un moteur, aliment pour faire tourner le système digestif.
Mais avec la phrase de Kiss (en plus il y a le mot baiser dans son nom !) Kiss-inger, allait se pointer le contrôle du marché mondial du commerce alimentaire. Avec cette vision, il était facile de récompenser les bons élèves en grains bien ronds et craquants, et de punir les mauvais élèves en leur laissant les grains pourris.

OGM : Organisme Grandement Merdique, ou Organisme Grandement Mauvais.
Fer de lance des OGM : Monsanto : lourd passé de fraudes, de dissimulation et de corruption. Société rendu tristement célèbre par le fameux poison : agent orange, défoliant utilisé contre la jungle vietnamienne. Il meurt encore à ce jour des victimes de ce poison, l’un des plus toxiques connus à ce jour.

pucsac La présentation du job de Monsieur Monsanto sur son site est particulièrement grotesque :

Monsanto est une compagnie agricole. Nous mettons notre esprit d’innovation et notre technologie au service des agriculteurs du monde entier, afin de les aider à réussir, à produire des aliments plus sains, des aliments pour animaux de meilleure qualité, et plus de fibre, tout en réduisant leur impact environnemental.

Qu’est-ce qu’ils entendent par aliments plus sains ? Ah bon ! Les aliments naturels ne sont pas sains ?...
Qu’est-ce qu’ils entendent par plus de fibres ? Ils veulent boucher les trous du cul des animaux ?
Ils veulent aider. Si c’est pour brûler les « mauvaises herbes », c’est une idiotie. Comment peut-on appeler une herbe mauvaise. Les « mauvaises herbes » ça n’existe pas. Elles sont appelées mauvaises parce qu’elles contrarient les plans de l’homme. Alors Monsieur Monsanto veut les brûler, comme l’Inquisition en Allemagne au Moyen-Age.
Enfin, leur dernière phrase m’angoisse beaucoup ! Ils parlent d’impact environnemental. Il y a deux mots la-dedans : environ et mental. Manque de pot ! les OG mauvais contaminent et les plantes et les humains... Et cela sur plusieurs générations. Il y a de quoi avoir peur. Heureusement que je ne vois pas le mot science la-dedans ! Ou bien le mot : vie. Mais ce n’est que la présentation...
Non, je ne félicité pas l’agence de pub qui a rédigé la présentation de son job sur le site de Monsieur Monsanto. Changez d’agence...

Comme dit dans mon précédent billet sur la Medecine Business, la Gestapo marche toujours à fond :
Le professeur Stanley Ewen a perdu sa chaire à l’Université d’Aberdeen, aussi William Engdahl explique que le fait de passer sous silence des vérités dérangeantes et de punir ceux qui les dévoilent n’est pas une exception mais la Règle. Les groupes biotechnologiques ont un pouvoir considérable, a fortiori lorsque leurs intérêts sont menacés.(Pensez aussi au Chêne et au Roseau !)
William Engdahl est un chercheur économiste et analyste du Nouvel Ordre Mondial. Chercheur associé au Centre de Recherche sur la Mondialisation, il s’exprime aussi au cours de conférences internationales.

L’esclavage de la dette.
1. Départ avec Henry Kissinger (voir plus haut)
2. A la fin des années 1980 le gouvernement H.W. Bush a levé les réglementations qui entravaient les industries des biotechnologies, puisque les aliments transgéniques étaient « substantiellement équivalents » aux plantes et aliments classiques. Ceci a fait du principe d’« équivalence en substance » la clef de voûte de la révolution transgénique. Beau galimatias, ou chanson obscène comme disait les Romains.
3. Dans les années 1990, aux USA réorganisation du marché alimentaire mondial, en favorisant les intérêts économiques bien-sûr. Entré en piste des Roques Fêlés et du libre échange : les petites exploitations devaient disparaître pour être remplacés par les géants de l’agrobusiness, afin d’éliminer un « excès de ressources humaines ». Les USA veulent se faire le « Grenier du monde ».
4. Dévaluation du dieu Dollar par Nixon qui instaura le flottement des monnaies.
5. Partie esclavage :
Cibler les pays en voie de développement. Depuis quelques mois on emploi les mots de « pays émergents ». Ces pays sont donc un MOUVEMENT ENTRE les pays en voie de développements et les pays dit : développés.
Donc les USA demandent aux pays en voie de ... de devenir dépendants pour les denrées de base. Ces pays se concentrent uniquement sur des productions locales destinées à l’exportation. Les devises ainsi gagnées servent à payer les importations américaines et à rembourser les prêts du FMI et de la Banque Mondiale. C’est bien le cercle vicieux de l’esclavage de la dette.

Business de mort, ou business = mort.
Avant kissinger et son : trop de monde sur la planète alors nous devons en tuer quelques millions (je résume) ; les Roques Fêlés pratiquaient des expériences sur des humains tout comme les Nazis. Dans les années 1950, tandis que Nelson Roques Fêlés exploitait la main-d’œuvre portoricaine bon marché, son frère conduisait un programme expérimental de stérilisation de masse sur des femmes portoricaines. Vers le milieu des années 1960 au moins un tiers des femmes pauvres et en âge de procréer avaient été stérilisées sans s’en douter. Salauds de pauvres comme disait Coluche. C’est peut-être ce qu’on entend dans la bouche de certaines personnes qui ont un pouvoir par : « populations indésirables ». Comme des microbes...
Toujours chez ces hommes de pouvoir, quelques un comparaient les bidonvilles à des tumeurs. La violence des mots est redoutable, mais prononcés par des hommes qui se croient capable de diriger une société, c’est d’une profonde tristesse.
C’est la fin du monde si des groupes financiers peuvent décider qui doit vivre ou mourir...
Cet aspect eugénisme, que l’on trouve traité dans la drama Yasha, a fait partie de la stratégie des Roques Fêlés. En 1952 l’un des Roques Fêlés, J.D. III, finança la Fondation du Conseil de la population de New York, par lequel il encouragea la réalisation d’études ouvertement racistes sur les dangers de la surpopulation. Dans ces études, on évita d’employer les termes d’eugénisme, de régulation des naissances, de planification familiale, de libre choix, ce qui sur le fond signifie la même chose.

Dans l’état actuel de la situation économique et alimentaire, selon la FAO, la hausse des cours alimentaires et les pénuries sont d’une gravité sans précédent. Selon la FAO ce problème vient de l’augmentation de la demande, de la hausse du prix du baril de pétrole et des coûts des transports, mais plus dramatiquement de la spéculation sur les denrées de base, l’utilisation du maïs dans la production d’éthanol, et des mauvaises conditions climatiques. Mais ce rapport de la FAO ne mentionne pas la mainmise de l’agrobusiness sur l’approvisionnement alimentaire, lequel est ajusté afin de MAXIMISER LES PROFITS ET DE RÉFORMER LES PAYS DU TIERS MONDE visés. Soit 850 millions de personnes en danger car dépendants des produits contrôlés par l’agrobusiness. Si les prix persistent des millions de personnes mourront de faim.

FMI, Banque Mondiale, GATT, ces institutions et accords ont été établis dans un même but : PAR ICI LA MONNAIE !
Soit : l’intégration des pays en voie de développement à un un Nord dominé par les USA, afin que leurs richesses puissent être exploitées par les grands groupes, en particuliers les groupes américains et bien-sûr les Roques Fêlés, qui en sont le fer de lance !
Dieu Dollar quand tu nous tient ! Pour ne pas dire quand tu nous baise !
Cela ne m’étonne plus que militaires et les Roques Fêlés puissent s’entendre comme cochons : stabilité égale prospérité : et allez, passer la monnaie !
S’ils se sont mêlés à l’agrobusiness, c’est que l’ancêtre s’étant occupé a piller les réserves pétrolière de la planète, les héritiers voulurent vendre l’agriculture au monde entier (commencé en 1947) avec l’IBEC, puis ensuite Cargill  (1) ). Manque plus que l’air qu’on respire. Ou l’eau, mais on va bien y arriver à la vendre au prix du jerrican : à 500 dollars le jerrican.

Ces implacables tactiques monétaires aboutirent à priver les paysans de leur gagne pain, ils furent forcés d’aller vivre dans des bidonvilles. Prêts à tout pour survivre. Notamment à la culture du pavot ou de la coca. Cette « révolution » transgénique a dégradé les terres, la monoculture a détruit ou très dégradé la fertilité des sols, sans compter les dangers des pesticides.

pyrani Le plan diabolique de l’agrobusiness : les cultures traditionnelles doivent céder la place aux variétés à haut rendement d’hybrides de blé, de maïs et de riz, et à l’usage intensif d’intrants chimiques.

(Rédaction en lisant l’article : Agrobusiness, pages 64 - 73, du journal Nexus n° 56 de mai-juin 2008. Je précise que je ne suis qu’un simple abonné à ce journal excellent).

1. Présentation de Cargill France :
Cargill France a pour vocation de créer et d’apporter, à ses clients français des secteurs de l’agroalimentaire et de l‘agriculture, une valeur ajoutée distincte au travers de ses produits et services.
Voilà une phrase obscure !
« Je veux m’en fourrer fourrer jusque là ! » Comme dans la chanson de Jacques Offenbach.
http://www.cargill.com/

 

Dernière mise à jour : 08-05-2008 01:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >