Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Dieu - Rationnel - Raison
Dieu - Rationnel - Raison Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-09-2010 20:54

Pages vues : 1770    

Favoris : 142

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Bonheur, Dieu, Instant, Liberté, Nature, Temps, Terre, Vie


Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
Dieu - Rationnel - Raison

Page dédiée aux Petites Sœurs et Petits Frères.
 
 
Cette page est une suite de l’héritage de la Révolution de 1789, de la naissance de la société industrielle du 19è siècle, de la société esclavagiste de consommation et de la libre pensée, et de Sigmund Freud. Nous en sommes aussi rendu à l’état catastrophique, à cause de la logique, de l’analyse, des mesures chères aux « scientifiques » de notre époque. Tous ces petits trucs de machins qui sont isolés, coupés d’un ENSEMBLE, et donc privés de MOUVEMENT. C’est la division, la séparativité qui tue (diviser pour régner). Imaginer que l’on va perdre son individualité, son ego en fusionnant avec le Soi, l’Instant, est impossible, comme le montre plus bas l’enseignement de Ramana Maharshi, qu’il exprime par ailleurs en un grand nombre de pages. « Il faut faire tomber le masque », du latin persona, de l’ego, du « vieil Adam » et du culte de la personnalité. IMPORTANT : c’est le seul moment où on part de l’extérieur pour aller vers l’intérieur (du visible vers l’invisible). C’est exactement la même chose que le MAL : concentration ou coagulation (fixation) de choses énergétiques qui détruisent, brûlent. Comme c’est fixé, ça fait mal. Donc IL FAUT OUVRIR LES BOUCHES. Pour développer le BIEN, il faut mettre en mouvement son complémentaire, le MAL.
 
 
Phénomène des « bandes à part » (les copains, les amis, entre 13 et 19 ans). Hélas toujours la division.

Ils cherchent le moindre prétexte pour déclencher la bagarre (qu’ils disent aimer). Pour ces jeunes, seule compte l’action, le sensible, le contact, percer l’autre avec le fer de la lame. Pour ces jeunes, c’est « normale » de « tirer » des gens ; comme s’ils ne connaissaient aucun autre univers, ou paysage ; certains disent que c’est partout pareil, aux États-Unis (avec leur American Way of life), et ailleurs(1). Tragiquement ces jeunes se sont mis en prison, ils n’ont pas besoin d’y être traîné par les policiers, ce qui d’ailleurs serait pire. Cela n’a plus rien à voir avec la Cour des Miracles du temps de la royauté où l’entraide était forte, les rivalités certainement autres que maintenant, et les gens étaient vraiment pauvres et dans un sale état. Du temps des rois, il y avait comme une entente, une tolérance entre le pouvoir et ces bandes ou Cour de Miracles. Au Siècle des lumières, le pouvoir médical s’empare des mendiants, voleurs et autres marginaux de toute sorte, ça dérivera en partie vers la prison psychiatrique, les galères, les bagnes pour adultes, les horribles bagnes pour enfants.
Ces jeunes « amis » pourraient être sympathiques, avec les autres populations... s’il n’y avait pas cette violence, qui ne s’explique pas par la testostérone et autres transformations de l’adolescence. Ces jeunes cherchent comme des valeurs (des repères perdus). Voilà un de leurs problèmes, ils ne trouvent plus aucune valeur proposé par les « adultes ». Comment voulez-vous trouver des repères, quand le gouverne-ment d’un côté supprime la formation professionnelle et pédagogique des futurs professeurs, et que de l’autre, à longueur de médias, il nous serine qu’il faut « faire de la pédagogie pour bien faire comprendre », par exemple avec HADOPI. Ces gens qui prétendent s’occuper de politique prennent vraiment les gens pour des cons, et les jeunes ne s’y laissent pas avoir. Beaucoup sont très sympathiques et plein de bons sens. Je suis sûr que tous ne cherchent que le BIEN.
Ces jeunes sont en prison psychologique : de plus en plus fragile, donc à problèmes et à fleur de peau, seul compte l’aspect instinctif, automatique, l’impulsion chère à Sigmund Freud ; seul compte le primaire : on tape, on agresse. C’est vraiment le ravalement par le plus bas, dans l’espoir de progresser...

La situation sociale de cette jeunesse là est à pleurer, à pleurer ; car il s’agit de l’avenir de la société, du monde de demain. Cette jeunesse a aussi des mérites. Alors où est « l’égalité des chances » en promotion dans la République ?
La vidéo ci-dessous ne peut pas tout montrer, comme les sentiments, car les jeunes se protègent et ne peuvent dévoiler des choses qui profiteraient à la « bande rivale ».

Que de repères, de choses ont été détruites depuis plus de 500 ans. Question valeurs, je me souviens de mes parents qui faisaient de gros efforts pour m’offrir un cadeau à Noël. Cette fête de Noël devenue « les marchands du Temple de la société de consommation ».
Question repère, cela me fait penser à la formule de politesse dans les lettres du temps de « l’ancien régime », où l’on pouvait y lire :
Le très-humble, très-dévoué & très-soumis serviteur, D. Joseph ...
Ou encore :
Votre très-humble & très-affectionné serviteur, D...

Quant au Roi :
Car tel est notre bon plaisir.
Il y avait comme une déférence naturelle, comme une jeune pousse à côté de son aîné, l'arbre. D’ailleurs, les jeunes ne s’y sont pas trompé, puisqu’ils appellent respectueusement leurs ainés : les grands frères. Ce repère là au moins n’est pas perdu, il est un lien directe, Maât, naturel et relationnel.

Question repères, ces jeunes sont totalement tournés vers l’extérieur. Ils prétendent avoir des amis et donc connaître leurs frères ou sœurs un minimum, pour une question d’affinité ; mais ils ne se connaissent pas eux-mêmes. J’en viens directement à Ramana Maharshi et à la Réalisation, la BASE, la FONDATION.
Qu’est-ce que la Réalisation ? Est-ce voir Dieu, avec quatre bras, portant conque, disque et massue ? Même si Dieu apparaissait sous cette forme, comment l’ignorance du disciple se dissiperait-elle ? La vérité ne peut qu’être la réalisation éternelle. La perception directe, c’est l’expérience de l’éternelle Présence [être en contact avec l’Instant]. Dieu lui-même, dit-on, n’est connu que par la perception directe. Cela ne signifie pas qu’Il apparaît au disciple comme il vient d’être décrit. Tant que la Réalisation n’est pas éternelle, elle ne sert à rien. L’apparition d’un Dieu avec quatre bras peut-elle être la réalisation éternelle ? Elle est phénoménale et illusoire. Il faut qu’il y ait quelqu’un qui la voie. [Oui, c’est comme le temps, il faut quelqu’un pour observer la course du Soleil sur le cadran solaire].
Seul celui qui voit est réel et éternel [il est dans l’Instant, la Source].
Même si Dieu apparaît en tant que lumière de millions de soleils, est-ce pour autant le pratyaksha (perception directe) ?
Pour voir, il faut des yeux, le mental, etc. C’est une connaissance indirecte, tandis que celui qui voit est une expérience directe. Seul celui qui voit est pratyaksha. Tout autre perception est une connaissance secondaire.
Le perception actuelle du corps en tant que ‘je’ est si profondément enracinée [bonjour docteur Freud !] que ce qui est vu est considérée comme pratyaksha et non pas celui qui voit. Personne ne désire la Réalisation parce qu’il n’y a personne qui ne soit pas réalisé. Est-ce que quelqu’un peut dire qu’il n’est pas déjà réalisé. Est-ce que quelqu’un peut dire qu’il n’est pas réalisé ou qu’il est séparé du Soi ?
Non. Il est évident que tout le monde est réalisé. Ce qui rend l’homme malheureux, c’est le désir d’exercer des pouvoirs extraordinaires. Il sait qu’il ne peut pas y arriver. C’est pourquoi il veut que Dieu apparaisse devant lui pour lui conférer Ses pouvoirs tout en restant à l’arrière-plan. En bref, Dieu devrait abdiquer Ses pouvoirs en faveur de l’homme. [C’est moi qui souligne en rouge].
...
Y a-t-il quelqu’un qui dit ne pas être le Soi ?
Question : Je veux bien dire que personne d’autre que le Maharshi n’a le courage d’expliquer les choses aussi directement [à la façon de Maât, la déesse égyptienne de ce qui est directe].
Maharshi : Quel courage y a-t-il à dire les choses comme elles sont ?
(Ramana Maharshi, extrait de l’enseignement 469, du 10 mars 1938). On peut facilement se rendre que Ramana Maharshi ‘est’ dans l’Instant.

Une comtesse européenne qui devait repartir le soir même demande à Shrî Bhagavân [Maharshi] de la bénir, elle et sa famille.
Maharshi : Vous n’allez nulle part hors de la Présence, comme vous vous l’imaginez. La Présence [l’Instant] est partout. le corps se déplace d’un endroit à l’autre, mais il ne quitte jamais l’unique Présence. Ainsi, personne ne peut être hors de vue de la Présence suprême. Comme vous identifiez Shrî Bhagavân à un corps, et vous-même à un autre corps, vous voyez deux entités séparées et vous dites que vous vous en allez d’ici. Quel que soit l’endroit où vous êtes, vous ne pouvez pas ME quitter.
Illustrons cela par l’exemple des images qui se déroulent sur un écran de cinéma : mais l’écran lui-même bouge-t-il ? Non. La Présence est l’écran ; vous, moi et les autres sommes les images. Les individus peuvent bouger, mais pas le Soi.
(Ramana Maharshi, enseignement 470, du 10 mars 1938)

Ainsi, celui qui veut retrouver sa royauté et sa couronne doit d’abord reconquérir son royaume. Il lui faut régner sur terre (son corps). Tout est double.

Maintenant si nous avons perdu un grand nombre de repères et sommes presque dans un joyeux chaos, c’est que nous sommes plongé à la fin du terrible âge de fer, nous sommes à son paroxysme qui doit entraîner sa chute. Voilà pourquoi dans l’inconscient collectif, surtout sur Internet, on parle de la fin de quelque chose vers la date de 2012. Mais notre triste période est essentielle, elle correspond la Putréfaction, phase essentielle du travail alchimique.
Ainsi, en vertu de la règle des Croisements(2), le meilleur se cache souvent dans le pire ; tout comme la lumière ne peut prendre sa source que dans l’obscurité. Le Fixe prend sa source dans le Volatil, et l’inverse.

Les jeunes décrit plus haut et dans la vidéo ci-dessous, comme déjà écrit, mais c’est fondamental, ne sont attiré que par l’extérieur, l’épouvantable recherche qui part du visible pour aller vers l’invisible. Ainsi ils ne peuvent se connaître, ils ne peuvent naître à eux-mêmes. La vraie lumière, comme déjà évoqué sur une page qui lui est consacré, ce n’est pas le bling bling de Sarkozy, ni les lumières d’apparat, le passage par la grande porte, les honneurs, l’ego et l’orgueil. Non. Ce sont toutes des lumières mortes, trompeuses, qui ont valu à l’éclat et à la non oxydation de l’or métallique le surnom de « Brillant cadavre ». Je dirais de MERDE.

Le Soi de Ramana Maharshi, l’Instant, etc. correspond à l’Amour (du A privatif : privé de mort, donc éternel). Ainsi une lumière transpire, celle représentée au-dessus de la tête des saints. Il y a une perpétuelle source qui jaillit : “ Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source ” (citation de Jean Coulonval), cela veut dire qu’il y a perpétuelle gratuité, désintéressement, sinon le « fleuve reprend sa source et ne peut plus couler ! »
Donc le Soi, l’Instant, pour d’autres se sera l’Amour de Dieu, cela libère, ou en d’autres mots/maux : ça résout tous les mots/maux.

M. R.


Notes.
1. Tout de même, il n’y a pas que les Américains qui cherchent le bonheur, tous les peuples ! et de façon naturelle, pas besoin de constitution.

2. Le croisement est la « loi » des inverses, vérité symbolisé par le miroir, ce qui provoque une non fixation du symbole : il doit y avoir mouvement, on ne peut pas voir un symbole sans son mouvement (tout est double, c’est la loi des complémentaires).
Cette « loi » des inverses s’apparente au « lapsus révélateur », de ce qui est caché. Pour les psychologues, le lapsus révèle le « subconscient » cher à Freud, ça correspond aussi aux textes hermétiques qui doivent « révéler » quelque chose : et ces textes sont à étages multiples d’interprétations et de sens, et de façon rythmique.


Partie 1 | Partie 2
 
 
 

Dernière mise à jour : 18-09-2010 21:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >