Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Stargate SG1
Stargate SG1 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 12-06-2008 20:30

Pages vues : 14620    

Favoris : 267

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Diranna, Espace, Instant, Nature, Stargate SG1, Temps, Vie, Voyage dans le temps


imh_vol_tr1sc.png
Les DIRANNA ou Portes des étoiles
(Le mot Diranna ne prend pas de s au pluriel)
 
 
 
 
 
Introduction
Mon impression sur Stargate SG1 :
Je trouve qu'il y a un côté sympa dans Stargate SG1 que je n'ai pas senti même dans le pilote de Battlestar Galactica, beaucoup moins original et rasoir jetable ! Stargate SG1, je regarde de temps à autre des épisodes plusieurs fois ; son côté écologique bon enfant me plaît, malgré que cela se passe au sein d’une armée, de même que la façon  de jouer des principaux acteurs. Christopher Judge, Richard Dean Anderson, Don S. Davis et Amanda Tapping possèdent un magnétisme qui soude cette série déjà devenue célèbre. Bien-sûr, certains épisodes sont moins bons et semblent bâclés, mais les effets spéciaux et les décors sont soignés, et les idées de scénarios sont nombreuses, et assez anglo-saxonnes. Et du point de vue scientifique et philosophique, cette notion de passage vers des ailleurs est infinie, et pas si en dehors de la réalité que cela grâce au quantique ; enfin il me semble avec ce que j’ai pu en comprendre dans diverses lectures... Que savons-nous du temps et de l'espace ? en ce moment ! puisque tout bouge constamment, apparemment... Les Hiéroglyphes de la Porte vers d’autres dimensions qui codent une adresse comme sur un cadran de téléphone sont bien vue, et font penser à l’alphabet de l’ADN ! Et « l’eau » au centre de la stargate semble logique comme « seuil » vers un ailleurs programmé. Le seuil : le plancher, « l’espace support ».
 

Mais si les scénarios sont d’inspiration anglo-saxonne, l’idée générale l’est aussi, car plusieurs auteurs dont David Icke, Anton Parks, l’écrivain Phillips Lovecraft et quelques autres supposent que les humains ont été crée par des extraterrestres... Dans SG1 des humains dans d’autres dimensions prennent ces extraterrestres pour des dieux, ou plutôt ce sont ces « dieux-aliens » qui le leur font croire afin de les asservir ; et c’est doublé de croisements entre aliens et humains, par l’intermédiaire d’une sorte de gros ver ou grosse larve à tête chercheuse appelé : symbiote (pour symbiose) et qui sort par le ventre. Il y a d’ailleurs de bonnes larves et des mauvaises. Un parallèle avec les « dangereux terroristes » chers à un certain Reich G. W. Bush ? Les Evangélistes Américains ? (L’évangélisme est formé d’un grand nombre de mouvements religieux protestants qui se réfèrent à la Bible comme à une seule vérité et à Jésus de l’an zéro comme à un ami). Attention, dès qu’on mélange politique et religion, ça fait BOUM ! Voir cela dans SG1. Enfant de la Terre, méfiez vous du prosélytisme !
[ Les captures d’écran de SG1 sont extraites de la saison 1 et du pilote de 1997 : Enfants des dieux, Children of the gods, et c’est là que tout se met en place pour la suite d’un très grand nombre d’épisodes sur plusieurs saisons. Le logo du début de page représente une sorte de chat qui symbolise un moyen de transport vers une cordonnée définie ]

 

Turzalag (1) : particules de tachyons qui forment la structure principale de la matière obscure de l'univers et des vortex intemporels. (Particules théoriques)
Ces mots viennent du lexique Gina'abul-sumérien, d'après l'érudit Anton Parks.

Description des portes des étoiles, d'après le livre d'Anton Parks : Le Secret des Étoiles sombres ; avec compléments de l'auteur du site.

" Ces fameuses portes ont toujours été primordiales pour tous les êtres maîtrisant les techniques de déplacement dans l'espace. chaque planètes possède de très nombreuses Diranna (2) . En tant que Gin'abul, nous avions plutôt l'habitude d'édifier nos plus grandes agglomérations à l'emplacement des plus denses d'entre elles. Pour être plus précis sur leur fonction, je dois préciser que les Diranna sont des portes qui mènent vers des vortex où la notion du temps n'existe pas, où le temps s'est littéralement effondré sur lui-même par l'action concentrée de particules de lumière, car une concentration excessive de lumière inhibe le temps. (Important et bien vue cette remarque de Parks sur cet aspect de concentration lumineuse importante). Ces tunnels sont formés de particules se déplaçant à une telle vitesse que la notion de temps y est nulle ".

- Les vortex intemporels permettent à quiconque de cet univers de voyager d'un point à un autre plus vite que la lumière (instantanément ?). Ces tunnels invisibles pour l'œil humain sont comme des ponts jetés entre les mondes et les galaxies. Ils vibrent sur des longueurs d'onde extrêmement courtes et qui n'ont rien à voir avec celles que nous connaissons dans notre monde tridimensionnel, si ce n'est longueurs d'onde que nous pouvons observer dans l'infiniment petit.
La lumière est corpusculaire, et constituée de particules minuscules ou petits corps. Les tunnels sont composés exclusivement de particule de type tachyons qui sont des particules supralumineuses connectées les unes aux autres et qui circulent plus vite que la lumière. (Tachyons : Petits corps rapides vidés de poids ou sans masse-poids. Tachyon, du Grec : rapide, comme la tachycardie, ou cœur qui bat rapidement. Si une particule a une masse négative ou le carré de sa masse, ou anti-poids, ou moins à l'infinie son poids, elle peut largement dépasser la vitesse de la lumière ou même franchir un espace quelque soit son volume, de façon instantanée).
Les Tachyons formeraient la masse manquante de l'univers qui échappe encore à ce jour aux spécialistes.
La Terre pullule, comme toutes les autres planètes de minuscules "trous noirs". A. Trofimenko, membre de l'Académie russe d'astronomie et de géodésie de Minsk, parle de petite masse cachée de la Terre dans la revue scientifique Astrphisics and Space Science (vol. 168) et dans plusieurs ouvrages.
Près de 90% de la masse de l'univers est formée d'une matière invisible qui échappe aux observations des chercheurs. ça n'a pas été encore officialisé, mais cette masse est constituée de champs d'énergies subtiles extrêmement élevées et composés de particules dénommées tachyons. La vitesse de vibration du tachyon lui confère un potentiel électrique énorme d'environ 8 à 7 000 000 volts par cm3. Les champs de tachyons n'appartiennent pas au spectre des ondes électromagnétiques. Les tachyons ont donné lieu à de nombreux articles et l'idée générale qui se dégage est que l'ensemble des particules de notre univers ne seraient que des particules tachyoniques ayant perdu une partie de leur vitesse, donc de leur énergie.

Les Anciens Égyptiens utilisaient exactement le même vocable pour exprimer les mots porte et étoile. Seba (3) : porte. Sa décomposition Gina'abul-sumérienne donne Se-Ba ou (Si-Ba) : "l'éclat qui ouvre", ou "ce qui donne la lumière". Cette définition peut s'appliquer aux portes des étoiles. Les habitations des Anciens Égyptiens n'avaient pas de fenêtres, dans le but d'empêcher la forte chaleur de pénétrer à l'intérieur. La seule ouverture qui apportait de la lumière était bien la porte d'entrée ; il suffit pour s'en convaincre de regarder le hiéroglyphe du mot maison : "per", représenté par un rectangle avec une ouverture : la porte.
D'autres définitions sont encore possibles grâce aux homophones sumériens : Se-Bà "la lumière du vivant" et Se-Ba, qui veut dire : "la lumière de l'âme" ou "ce qui distribue la lumière". Ces définitions Gina'abul-sumériennes permettent de mieux comprendre pourquoi le Seba égyptien ne s'applique pas seulement à la sémantique d'une porte et d'une étoile, mais également à l'enseignement et à l'apprentissage. Nous savons par exemple que la lumière est synonyme de connaissance !

Hors la lumière est composée des 7 couleurs de l'Arc-en-Ciel.
D'après le Dictionnaire des symboles, de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, l'Arc-en-Ciel est CHEMIN, et MÉDITATION entre l'ici-bas et l'au-dessus. Il est le PONT qu'emprunte dieux et héros un autre monde et le notre. Cette fonction quasi universelle est attesté aussi bien chez les pygmées qu'en Polynésie, en Indonésie, en Mélanésie, au Japon, etc...
Dans le Caucase, on exhorte les enfants à faire attention à ce que l'Arc-en-Ciel ne les emporte pas dans les nuages.
Néfaste chez les Incas, l'Arc-en-Ciel est un serpent céleste.
Chez les Dogons du Mali, le Nommo die (le Grand Nommo), génie de la création, se déplace grâce à l'Arc-en-Ciel nommé Nommo sizu (le Chemin de Nommo).
Chez les pygmées de la forêt équatoriale, le tout premier moyen que Dieu utilisa pour se transporter auprès des hommes est l'Arc-en-ciel Khwa (ou Wango en Sandeh).
Au Japon, le dieu Izanagi et la déesse Izanami, issus de la septième génération des dieux célestes, descendirent du ciel vers la Terre à l'aide de l'Arc-en-Ciel.
La Bible mentionne clairement le rôle de l'Arc-en-Ciel dans la Genèse 9, 12-17 où il est dit: "Je (Yahvé) place mon Arc-en-Ciel dans la nuée et il deviendra un signe d'alliance entre moi et la Terre". Pour finir, notons que le terme sumérien utilisé pour nommer un Arc-en-Ciel est Tiranna. Ce mot est très proche de Diranna, que les Gina'abul et planificateurs ne cessent d'emprunter dans le récit d'Anton Parks.
Dans de nombreuses représentations des Amérindiens il est fait mention d’une échelle permettant d’accéder à l’Arc-en-Ciel. Souvent l’échelle est l’Arc-en-Ciel lui-même.
L’escalier de Bouddha a SEPT COULEURS, l’échelle des mystères mithriaques sept métaux. Donc pour passer de la terre au Ciel il y a sept sphères planétaires ou sept étages cosmiques a franchir, ou sept états d’initiation. Le chiffre symbolique de sept représente des DEGRÉS.

L’Arc-en-Ciel c’est une ÉCHELLE, un ADN. On peut, si on le désir, méditer longtemps, très longtemps sur cette représentation d’une échelle, première planche tirée du MUTUS LIBER, célèbre ouvrage pour ceux qui veulent entrer dans le gouffre de l’Alchimie, et qui se compose uniquement de 15 planches dessinées d’une foule de symboles, dont certains sont destinées à égarer. De plus, ces symboles sont disposées dans un beau désordre, quasi obligatoire, à cause de la trompeuse CHRONOLOGIE ; car : par où commencer ? Sur cette « première planche », les deux roses qui pendent en bas aux branches de l’églantier, l’une blanche et l’autre rouge peuvent par exemple représenter la double hélice de l’ADN, et aussi les deux courants du Caducée.

mutusliber1.jpg

Pour l’ADN, dont on peut voir une animation empruntée à l’article ADN du Wikipédia, c’est une échelle double, qui possède un symbolisme particulier, et ce qu’il nous en est dit dans le dictionnaire des symboles de Chevalier et Gheerbrant est intéressant : ce symbole serait d’origine chaldéenne, et indique l’idée de justice par l’égalité de montée et descente, égalité de la faute et du châtiment. Toute faute déclenche automatiquement des forces sur le coupable, c’est la mécanique de la cause et de l’effet. Cette échelle torsadée fait penser à un SERPENT, l’Ouroboros : dynamique du cercle, la roue qui tourne sur elle-même, engendrant la durée. Mais personnellement je trouve bizarre cette interprétation au pieds de la lettre de cette « loi » de cause à effet : et si c’était le contraire ? Sans loi ?
L’ADN est un alphabet, structure ou géométrie si solide qu’elle n’a pas bougée depuis au moins quatre milliards d’années, tout en se multipliant en des variétés extraordinaires d’espèces.

adn_animation.gif

 

Difficile a expliquer avec des mots, mais cette architecture de TORE ou de « choses » tournantes autour d’un axe invisible se retrouve dans la tentative de savoir ce qu’est le TEMPS, la durée, comme par exemple cette figure de spirilles en enroulements toroïdales, tiré du livre : La Chimie Occulte, Éditions Adyar, Paris 2004.
L'ADN, l'échelle, peuvent se rattacher à un ARBRE, voir la petite étude que j'ai essayé de faire sur l'Arbre dans l'antiquité autour de l'Ennéade d'Héliopolis.

supercorde
 
Je poursuis la description des Diranna par Anton Parks :
" Les Diranna sont invisibles à l'œil nu, car elles sont généralement très petites. Les plus denses d'entre restent à des emplacements fixes, alors que les plus légères se déplacent souvent à la surface d'une planète comme le font de vulgaires particules. Nous pouvons les comparer à des mini trous noirs où la lumière et la matière s'engouffrent sous certaines conditions. Les Diranna que nous utilisions le plus fréquemment étaient décelables visuellement grâce aux très longues voies semblant aboutir de nulle part que nous tracions en ligne droite sur le sol autour de leurs emplacements ".
(Cela me fait penser aux angles de l'écrivain Howard Phillips Lovecraft).

Description du voyage, toujours d'après le livre de A. Parks.
" Nous savions qu'il est possible d'extraire une puissante énergie à partir des champs de Turzalag (Particules de tachyons) qui forment la structure principale de la matière obscure de l'univers et des vortex intemporels. Pour cela, il nus fallait créer un vide autour de nos vaisseaux afin de capter la propagation de la lumière corpusculaire (de l'infiniment petit). ce vide s'obtient en abordant une vitesse supérieure à celle du son, tout en inversant brutalement le plan giratoire de l'appareil volant. L'accélération qui résulte de cette manœuvre conduit à un effet anti-gravitationnel. Les Turzalag (tachyons) sont capables de traverser n'importe quelle masse en cédant à celle-ci, par action de freinage, une partie de son énergie.
Grâce à cet effet d'accélération et de freinage, le puissant champ de Turzalag entraîne le dépassement de la vitesse de la lumière à tout objet plongé en son cœur ".
...

" Au zéro fatidique, notre Iniuma passa la Diranna comme un éclair, baignant l'intérieur du vaisseau de NUANCES ÉCLATANTES.
L'habitacle s'emplit instantanément d'un fluide diaphane (le blanc de l'Instant, NDMR). Je sentis mon corps flotter dans le liquide, comme aspiré par un tunnel pourpre, (spire toroïdale vers le passé ou une destination vue depuis le départ ! NDMR) ce qui me procura une profonde décontraction. Au fil de l'accélération, le fluide pellucide se solidifia progressivement, nous cernant et nous enveloppant de près comme un étau. La vitesse maximale étant atteinte, les teintes ambres se transformèrent progressivement en mauve, puis en celles de l'Arc-en-Ciel ; c'était la la grande particularité des voyages à travers les couloirs du temps. (Voir ma page sur la description du "temps" et les couleurs s'y rapportants, ainsi qu'un possible "volume" d'une simple esquisse d'un système de voyage dans le temps).
La vitesse de croisière atteinte, le fluide qui nous permit de supporter l'accélération se liquéfia graduellement, nous permettant d'évoluer à notre guise dans l'habitacle comme dans une piscine.
Peu après notre départ, nous reprîmes progressivement nos esprits désormais synchronisés sur l'état d'expansion intemporelle dans lequel nous étions plongés. Le voyage se fit le plus simplement du monde. Il n'y eut absolument rien à voir, si ce ne sont ces éternelles lueurs aux couleurs de l'Arc-en-Ciel qui défilaient le long des parois et des hublots de l'appareil ".
...
 
 
 
1. Lexique du Sumérien : Tur : petit, réduire, soustraire.
Zalag : lumière, brillance, briller, pur, purifier.
2. Lexique du Sumérien : Dir > Dirig : aller vers, démesuré, dépasser, exceptionnel, flotter, parcourir...
An : ciel, haut.
An-na : au ciel.
3. Lexique du Sumérien : Se > Si : antenne, corne, être droit, lumière, rayon...
Si-bàd-na : le plus haut des cieux.
Ba : don, donner, ouvrir, rations.
 
sgt1.jpg
sgt10.jpg
sgt11.jpg
sgt12.jpg
sgt13.jpg
sgt14.jpg
sgt15.jpg
sgt16.jpg
sgt17.jpg
sgt18.jpg
sgt19.jpg
sgt2.jpg
sgt20.jpg
sgt21.jpg
sgt22.jpg
sgt23.jpg
sgt24.jpg
sgt25.jpg
sgt26.jpg
sgt27.jpg
sgt28.jpg
sgt3.jpg
sgt4.jpg
sgt5.jpg
sgt6.jpg
sgt7.jpg
sgt8.jpg
sgt9.jpg
 
© Ces images sont sous copyright et appartiennent à leurs auteurs respectifs.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 12-02-2011 21:23

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >