Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow RIEN et ou VIDE
RIEN et ou VIDE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-01-2011 21:37

Pages vues : 4916    

Favoris : 390

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Crimes, Dieu, Démocratie, Dictature, Église, Esprit, Inquisition, Instant, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Mots, Nature, Nourriture, Opinion, Paix, Paroles, Pouvoir, Prisons, Rien, République, Sagesse, Sexe, Supplices, Synarchie, Terreur, Tortures, Travail, Vide, Yôkai

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
RIEN et ou VIDE

Dans l'indéfini DES univers il y a bien qu'Une universalité, le VIDE (mais PAS au sens d'un dieu !), non, au sens DES Dieux (1). Le Vide c'est le Vide.
 
 
 
Ce qui est réel doit exister toujours
Ce qui « Est » doit perdurer à jamais
Ce qui apparaît nouvellement doit aussi disparaître, c’est pour cela qu’on appelle notre monde « Monde des Accidents », le monde de l’amour sexuel, le monde des alphabets(2) et conventions et opinions. Nous sommes sur ce monde des accidents.
Alors on comprendra que l’activité est faiblesse et rend malheureux, et que le non-agir est force et procure félicité. Ainsi dès qu’il y a analyse, précision, normes et règles, rationalité, « science » ou même soupe pour tous, c’est le FIXE TUEUR, la non circulation, le non mouvement ; l’information, comme son sens l’indique, est la non forme. Il faut du FLUIDE, du courant (être au courant), pour que LE JUS PASSE. Une analyse est une chose morte puisque elle isole elle dualise dans le monde des accidents.

L’irréel n’a pas d’être ; le réel ne cesse jamais d’être. Cette Vérité a été perçue par ceux qui voient l’Essence des choses. Le réel est toujours réel, l’irréel est toujours irréel. (Bhagavad-gitâ II-16) Tout comme le Vide est le Vide et donc la seule réalité.
 
 
L'Instant, le Blanc :
Depuis que l'absence de couleurs (l'Unité) est devenue captive de la couleur (la manifestation ou monde des accidents), un Moïse est devenu l'adversaire d'un Moïse.
Quand tu parviens à l'absence de couleurs que tu avais à l'origine, Moïse et Pharaon sont réconciliés. (Mathnawî de Djalâl-od-Dîn Rûmi, Versets 2467 - 2468)
 
C’est VIDE !

Découverte scientifique majeur en 2008 !
Mais ça fait des siècles qu’on l’écrit :
LE VIDE N’EXISTE PAS.
C’est donc ce que pense aussi certains chercheurs actuel. Le vide serait constitué de plein de choses ! Notamment de bulles, ça grouille, et évidemment, dans cet état, dans ce « temps », les choses n’ont rien à voir avec notre monde.

« Car on n’y trouve jamais rien d’autre que ce qu’on y cherchait réellement : c’est-à-dire, précisément, RIEN ».

C’est la dernière phrase du Post-Scriptum sur la partie : Le Réel et son Double, du livre de Clément ROSSET : L’école du Réel, Les Éditions de Minuit, Paris 2008. Phrase qui découlait du sens du mot fétiche, découlant lui-même de l’analyse du sens de l’original et de sa copie.

Clément ROSSET tente de démontrer que seul est visible le faux ; le vrai cesse d’être vrai dès lors qu’il est vu. Qu’elle différence entre l’original et son double ?
Je dirai, comme tout est symbole, que l’original ne peut que se deviner un instant seulement, ensuite tout se referme. C’est le principe du symbole : il se dévoile un très court instant pour mieux se refermer ensuite et se voiler encore plus obscurément devant les yeux de l’observateur. De telle sorte que l’on ne peut avoir qu’une Nature de discontinuité avec des successions d’Instant.
Et Clément ROSSET explique bien : que la reconnaissance de l’original passe nécessairement par sa disparition même ! Étrange et profond statut de l’original, du vrai, de ne se donner à reconnaître qu’une fois défunt.
Contrairement à C. ROSSET je n’emploierais pas le mot défunt, mais éteint, et temporairement...

Vive le POINT !


Ainsi le plus extra et ordinaire c’est qu’on retrouve cela dans la médecine Homéopathique ! Tant décrié et attaqué, et qualifié de charlatanisme par les médecins paresseux qui ne se donne pas la peine de l’étudier, ou au mieux déclarent qu’ils n’y connaissent « rien ».


VIDE.
SHÛNYA en Sanscrit. Le zéro Indien synonyme d’ÂKÂSHA.
VIDE [VUIT] [VUIANT] *Éther* *Mémoire*
Les Hindous sont les spécialistes des Vides.
L’Espace qui ne contient ‘Rien’.
Faire le Vide pour recevoir, évacuer, aller à la selle.
Un espace ne reste jamais vide longtemps. Dans l’espace du chemin, la ronce prend rapidement possession de cet espace. C’est pourquoi le Vide n’est PAS VRAIMENT VIDE ! La Nature est pleine de TROUS.
Le Vide c’est ce qui est fait pour être rempli. Le Vide est « Plein » quand il n’y a plus moyen de faire du relatif.
LE SILENCE EST IMPORTANT : silence temps de repos, le chiffre 7, la Montagne ou l’Immobilisation de l'Hegramme du Yi-King ; il fait partie du Souffle donc de la Vie.

VIDE/ŒUVRE. *Âme* *Pré-Matière*
La page Blanche sert à œuvrer DEVI/VIDE. C’est ce qu’il y a donc AVANT l’œuvre, AVANT le CONCRET. C’est encore la période où se dépose l’extraordinaire. *Dessin/Peinture*
VIDE : Shûnya en Sanskrit, le ZÉRO ou magnifique *Paradoxe*
Non existence, non-être
Non créé, non présent
Non-pensée, non forme, la Nuit noire, etc...
ZÉRO ou NUL *Rien* le *Point* : un Point c’est TOUT, c’est-à-dire que cela peut être le Point Origine ou le « Présent partout à chaque Instant ».
Ou bien c’est le « Il n’y a point ».
PURNA : valeur zéro et signifiant PLEIN ! Les images en sont Vishnu le Conservateur, le Ciel pur ou vidé, Vishnu est considéré comme une sorte d’Éther ou Espace éternel et immuable, c’est donc le VIDE (D’après le dictionnaire des symboles Indiens de G. IFRAH)

Et que “ penser ” du :
V – BIDE / VENTRE / ÉCHEC / BIDON / MEN - SONGE !
C’est donc L’UN des DEUX :
UN / TOUT ou ZÉRO du « IL N’Y A POINT »
ou c’est pas du BIDON !
Sauter dans le *Trou* du zéro pour aller ailleurs !
Le Vide Créateur en Chine :
Symbolisé par ........ comment symboliser ce qui n’a pas de forme ?
Ou bien symbolisé par (2 traits avec un espace entre les deux, comme les Hexagrammes dans le Yi King)
C’est UN Vide mais pas LE Vide.
Le Vide ou la Douceur malléable, 5ème trait négatif du Koua 14, le Grand Avoir du Yi-King, est à la place d’honneur et représente celui de qui descendent toutes les positivités, les choses viennent à lui, d’où le Grand Avoir. Les qualités de ce Koua ou Hexagramme permettent une liberté absolue. (Traduction P. L. F. Philastre).


RIEN.

[NEIR] NOIR ou absence de couleurs
NEIR / NÉANT : NE – NÉGATIF *Putréfaction*
Ce qui sert à rien est plus admirable que ce qui sert à quelque chose ; la Vie est admirable et « elle ne sert à rien » ! Elle sert à PARTICIPER.
Une œuvre artistique est admirable, c’est en cela qu’elle ne sert à rien, elle ne peut pas entrer dans le mercantilisme.
Rien est admirable puisque pour faire quelque chose, il faut bien partir de RIEN. *La Palice*
Le plus dur c’est de percevoir le presque rien. C’est possible en Musique et Art de l’Image.
Vide qui est plein de potentialités ; par contre le mot Néant ne devrait pas exister ! ou alors, ce mot Néant pourrait exprimer ce qui est inaccessible par exemple.
3 fois Rien :
- Tout est dans Tout ; Lumière dans Lumière
- Tout est dans Rien ; Lumière dans l’Ombre
- Rien n’est dans Rien ; Ombre dans l’Ombre
(D’après Louis Cattiaux)



Mais bien plus !

Le Vide et ou le Rien


Oui, car le Vide et ou le Rien n’est pas le ZÉRO, mais un Zéro plus ou un Zéro moins, et cela en une infinité de VALEURS : Zéro +8, Zéro +15 ; ou Zéro -5, Zéro -27, etc. Certains appellent cela une IMPÉDANCE (rapport de résistance exprimé en ohms) entre les valeurs efficaces de la tension aux bornes d’un circuit et de l’intensité du courant sinusoïdal qui le traverse), on a donc à faire à une RÉSISTANCE, un « comble » pour du vide ! Alors oui, Rien n’est jamais vide !

Voir la page sur HEMI (Hyperespace Microcosmique) où un exemple est donné sur ce « Vide » particulier ou possédant une « impédance » d’un certain nombre, et la question de savoir, à un moment donné, si le vide est préférable au plein... C’est-à-dire qu’il y a jonglerie d’atomes, comme en Alchimie. Mais par exemple il y a une Base, ce que Jean Coulonval appelle « Esprit », dans le cas très simple d’une feuille de papier, on peut lui faire prendre plusieurs formes, la rouler, la plier pour en faire un Origami, la déchirer, mais son « esprit », sa SIGNATURE sera toujours une feuille de papier...

L’Esprit est le seul élément qui fonctionne en binaire, mais au niveau matériel la binaire est une catastrophe, même si nous croyons que nos ordinateurs sont des outils « efficaces »... En effet, une vérité est vrai ou fausse, la feuille de papier dans l’exemple ci-dessus est ou n’est pas. Seul le mental, qui n’est pas l’Esprit, fera obstacle au binaire en ce sens qu’il SUPERPOSERA plusieurs états : à la fois j’y arrive j’y arrive, résultat : le loser ! On appelle aussi cela : « le préjugé », ou encore : « la résistance » du mental. On voit cela très bien illustré dans un épisode des Star Wars de George Lucas (L’Empire contre-attaque) avec maître Yoda et son jeune élève, Luc : « Fais-le, ou ne le fais pas, mais il n’y a pas d’essai ». Donc ce qui est de la vérité, de l’Esprit, ne peut qu’être oui ou non ! A ce niveau là il n’est plus question « d’impédance », de « résistance », ni de Zéro + ou de Zéro -.
C’est aussi parfaitement illustré et constitue le fondement du Livre des transformation : le Yi King.

Oui, l’Homéopathie est championne de l’utilisation du Vide en soins médicaux.

Car le principe repose sur les SIMILITUDES : relation entre deux choses semblables. L’Alchimie écrit sans arrêt : Nature à Nature ou « Nature esjouir Nature ». On appelle ça aussi : AFFINITÉ. Le MOT est comme le NID, le sens est l’OISEAU, écrivait superbement Jean Coulonval en citant le Mathnawî de Djalâl-od-Dîn Rûmi.
Le principe de similitude, base de l’homéopathie, avait déjà été énoncé par Hippocrate, probablement influencé par l’Alchimie.


Pratiquer l’Homéopathie consiste à donner au malade, à dose infinitésimale, la substance qui, prise chez un homme sain à doses fortes, produit des symptômes semblables à ceux observés sur le malade.
L’ouvrage fondamental et unique ; la « Bible » de l’Homéopathie, c’est la « Matière Médicale ». Elle est le recueil où sont classées les substances avec l’ensemble des troubles présentés par leur absorption.

Rappel :
Les vaccinations elles-mêmes tant décriées par la plupart des chapelles homéopathiques, parce qu’elles sycotisent le patient, sont dans la plus pure tradition hopéopathique.

« La dilution homéopathique descend non seulement à la limite mathématique où il y a encore, en tenant compte du nombre d’Avogadro, une particule matérielle dans le produit, mais va au-delà. Force est d’admettre, puisque l’activité du produit est indéniable, que, nous ne savons pas ce qui se passe au point de vue physico-chimique au cours de la préparation du remède et également au cours de son utilisation », écrivait le docteur Jacques Deniau, un des pionniers de l’Homéopathie à Paris dans les années 1950 - 1970.

Ainsi, au-delà du nombre d’Avogadro, il n’y a plus aucune molécule active, il n’y a que de l’eau. Évidemment c’est l’argument marteau-pilon pour dire que l’Homéopathie c’est du charlatanisme ou de l’effet placebo. Mais aussi cela indique que l’Homéopathie n’est pas une médecine de masse, avec ordonnance caddie pour Big Pharma et consultation de 5 ou 10 minutes par patient. Bref, de l’abattage de Maison close. Et ceux qui dénigre l’Homéopathie ne respectent pas les Anciens, ils ont pourtant prêtés serment sur Hippocrate !

Chaque individu est unique, comme le mot l’indique ! Mais c’est devenu source de profit depuis le libéralisme de 1789.
Selon des études récentes et prometteuses(3), l’Homéopathie englobe bien-sûr le quantique, ce qui n’est pas étonnant puisque le quantique découle de l’Alchimie ; et de la topologie du Vide (étude du concept de voisinage). Cependant qui dit voisinage dit distance entre deux choses, or c’est encore le mental qui travail (du chapeau). C’est le mental qui conçoit le temps et l’espace, le sujet et l’objet... la distance n’existe pas, d’où les bizarreries de « cohérence » entre deux objets :
Deux photons jumeaux liés par « quelque chose » : tant que l’observateur n’émet pas son opinion, ils sont dans un état superposé. L’illustration en est encore donné par les entrelacs du Caducée, l’intention, volonté ou l’actualisation sera donné par le Point de Croisement, la FOCALE. Point Focale qui sera la Source, la Vérité, la Source parce que la Vérité Est, elle s’affirme d’elle-même, involontairement, sans volonté, puisque c’est la Source ; lui prêter une intention c’est déjà la salir, c’est déjà du mental quelque part.

« Vous allez à Londres. Comment faites-vous ?... [Vous prenez des moyens de transports] qui se sont déplacés, non pas votre corps [vous êtes resté dans ces divers véhicules, y compris votre propre corps, aussi un véhicule]... Les mouvements de véhicules on été transportés à votre corps [c'est la topologie avant l'heure de l'écrivain Savinien Cyrano de Bergerac]. Il en est de même pour votre ego ». (Extrait et d’après l’enseignement 311 de Ramana Maharshi)
Cependant dans ce voyage à Londres, comme l’écrivait extraordinairement Savinien Cyrano de Bergerac, il y a ÉCHANGE D’ESPACES : car le simple fait de « voyager » vous à fait RENCONTRER des choses et des gens, dont il y a eut des ÉCHANGES de CONNEXIONS, et ces connexions seront mémorisées de façon indestructible, et ça quelque soit une quelconque distance et donc un temps. Cyrano de Bergerac faisait de la topologie bien avant l’heure !

Comme écrit en haut de page en citation, c’est le Vide qui est la Réalité, dès qu’il y a matérialisation c’est foutu (naissance puis mort). C’est illustré par le Caducée avec les entrelacs formants des POINTS. Par exemple dans le cinéma, il y a le phénomène de la persistance rétinienne sans lequel le cinéma ne pourrait être. C’est surtout expérimenté depuis plus d’un siècle avec le dessin animé : une ou des images dessinées prises individuellement ne donnent rien, il faut la persistance rétinienne pour apporter l’illusion du mouvement. On a la même chose avec la chronologie ! la mémoire ! bref : la CONTINUITÉ ; à tel point qu’on appelle le script détaillé d’un film une « continuité ».

Donc le cinéma, le dessin animé, travaillent avec le Vide. C’est pareil pour la musique : les notes ne sont pas importantes, ce qui importe c’est le Vide, l’intervalle entre ces notes. C’est cette succession de vides, avec la chronologie, qui vont donner une mélodie, une impression de quelque chose.
Et effectivement dans le monde des accidents c’est l’eau qui est le meilleur constituant de manipulation du vide. Toutes les anciennes sciences et en premier l’Alchimie mettent en avant l’eau. On parle souvent de l’Eau Primordiale dans diverses anciennes sociétés, etc.

La vie naît de l’eau, nous sommes constitué d’environs 70 % d’eau...

Tout le monde sait que la goutte se perd dans l’océan [très haute dilution], mais rares sont ceux qui savent que l’océan se perd dans la goutte. (Ramana Maharshi). On appelle ça aussi la loi de Croisement.

CONTRAIRE.
Et cependant inséparable, car les Contraires se soutiennent l’un et l’autre. Il n’y a pas de « guerre » entre eux. Ne pas isoler, voir l’ensemble. On ne devrait jamais entendre prononcer le mot  d’opposition en politique.


M. R.


Notes.
1. Voir les Anges et autres trucs déchus dans la Bible, et la page : Dieu, Premier Inquisiteur, et lire les trois volumes disponibles des Chroniques du Girku, d’Anton Parks. À notre époque il n’est plus possible d’employer le mot/maux de Dieu, ni celui du Dieu des deux autres religions monothéistes, tant ces différentes universalités ont provoquées d’horreurs, chacun défendant son petit dieu chéri dans un patriarcat le plus stérile possible. De plus il serait imbécile et d’une bêtise et d’un orgueil terriblement humain de croire que nous sommes seuls comme êtres humains dans l’univers actuel. Il est plus que probablement qu’effectivement nous sommes le résultat d’expériences de formes de vie extérieures à notre planète Terre. Bien-sûr ce n’est qu’une opinion. Mais tout de même : « En Haut comme en Bas, et l’inverse » est-il écrit dans tous les ouvrages d’Alchimie.

2. « Ce sont des signes dénués de signification, reliés à des sons qui n’en ont pas davantage qui donnent sa forme et son sens à l’homme occidental ». McLuhan, 1962, p. 106, ‘Galaxie Gutenberg’, cité par David R. Olson dans L’univers de l’écrit. De toutes façons notre monde devenu « papier » avec l’invention de l’imprimerie est devenu une pensée de pensée ! Une information morte (informe ou la même pur tous), une information de conventions inscrite sur un support papier ou informatique, bref, matérialisé. Un texte de Ramana Maharshi ou de Bernard-Henri Lévy, l’ordinateur ne sait pas faire tout seul la différence ! Ce n’est qu’un outil, comme un marteau.

3. Voir le numéro 72 de janvier-février 2011 du journal NEXUS. Les recherches se poursuivent avec les docteurs : Marc Henry, Albert-Claude Quemoun, Martine Gardenal, Bruno Danatini, etc.
Voir : http://www-chimie.u-strasbg.fr/~lcmes/labo/


[En haut de page : futilités de ce monde chantées par Edith Piaf]
 
 

Dernière mise à jour : 06-01-2011 14:59

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >