Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Qui suis-je ?
Qui suis-je ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-04-2008 18:34

Pages vues : 12090    

Favoris : 715

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Biographie, Breteuil-sur-Iton, aquarelles, Michel Roudakoff

Index de l'article
Qui suis-je ?
Page 2
Page 3
Page 4


J'avais eu à l'IDHEC comme professeur Robert Richez. Il était un ancien animateur des effets spéciaux aux studios " les Gémaux " de Paul Grimault et travaillait au service dessin animé de l'ORTF, puis fut l'organisateur des dessins animés commandés par Catherine Chaillet, laquelle était chargée de l'habillage de la chaîne de télévision TF1, alors nouvellement créée suite à l'éclatement de l'ORTF en une suite de sociétés d'état sous la poussée du pouvoir de Valérie Giscard d'Estaing. R. Richez m'a demandé si je voulais travailler sur les Tifins de C. Chaillet, j'ai accepté. Je fis donc de 1977 à 1981 environ une cinquantaine de Tifins ; chaque épisode durait une minute et je mettais 10 à 15 jours pour dessiner l'animation. Ensuite, il entrait en action la traceuse et la prise de vues banc-titre.

moi_mb15.gif
L'auteur du site à 17 ans, à la manette du projecteur de 16 mm Debrie MB 15, sonore optique ; à la base de son trépied se trouve le transfo d'alimentation.

Ensuite j'ai travaillé comme animateur sur un dessin animé institutionnel pour la Sernam, film réalisé par Dominique Rocher. J'ai fait un parcours avec lui en tant qu'animateur, surtout avec son émission pour Antenne 2 : " la Bande à Bédé " où les possibilités graphiques furent nombreuses et enrichissantes.

Un studio de dessin animé se créait à Montreuil : France Animation. Michel Gauthier était chargé de la réalisation de la série : " Les mondes engloutis ". J'ai eu du mal à animer les plans que j'avais choisis, aussi je donnais ma démission au bout de 7 mois de travail sur cette série ; l'ambiance au studio me pesait trop lourd tant l'atmosphère était peu sympathique.

Ma dernière expérience en dessin animé fut dans le studio Pixibox, de Jacques Peyrache (animation de dessin animé par ordinateur). J'y ai tenu un peu plus d'une année ! et il ne reste aucune trace de mon nom dans aucun générique des séries de ce studio, de même pour " Les mondes engloutis " où mon nom ne figure point. Ces 2 studios sont des souvenirs déprimants.

Musique.
Mon contact avec la musique s'est précisé avec la participation pendant près de 2 ans avec l'ensemble folklorique de la Cathédrale Saint Alexandre Newsky de la rue Daru à Paris. Le chef des chœurs, Eugen Evetz, conduisait ce petit orchestre composé de mandolines et balalaïkas.. La balalaïka à été mon premier instrument, le second fut le piano. Je n'étais pas bien doué ni pour l'un ni pour l'autre, et j'ai toujours eu des difficultés à lire une partition ! Nous donnions des représentations au Conservatoire Rachmaninoff de Musique Russe, quai de l'Alma à Paris.

Grâce au logiciel Finale de MakeMusic, j'ai pu mettre en forme et en sons les musiques écrites il y a plus de 30 ans ; et en composer d'autres... " Ambiance pour un paysage " a été diffusé sur Radio Nova dans le cadre de l'émission : Home-Radio. J'adore Finale dont je ne peut me passer. Depuis juillet 2006, je suis membre de la SACEM. En m'inscrivant, je n'y croyais pas, mais j'espérais.

J'adore aussi l'Alchimie... Et qui dit Alchimie dit Égypte Ancienne.

Suite à l'acquisition d'un Imac en 2000 pour l'écriture de 3 scénarios et à un passage en contractuel à la SNCF, je me décide à faire un site. Sans connaissances techniques et de programmation pour la création de sites, j'achète quelques livres de documentation ; et à force d'expériences et d'exercices, j'arrive au résultat que vous pouvez observer.
 
 
 
Partie Breteuil-sur-Iton.

 
La colonie de vacances de la Mairie du 17ème arrondissement de Paris : Breteuil-sur-Iton.

 

Ma mère m'y a envoyé au moins 4 fois (entre 1953 et 1958), et ce jusqu'à l'âge de 13 ans ; après ce fut les scouts... Comme mes parents ont toujours eut des difficultés d'argent, lorsque je posais la question à ma mère en lui demandant pourquoi elle m'envoyait dans cette colonie, elle me répondait que c'était pour me faire prendre l'air.
L'un des autocars qui prenaient les enfants stationnait devant la Mairie du 17ème (l'ancienne mairie), puis venait l'instant déchirant et si cruel pour moi de quitter mes parents lorsque l'autocar se mettait en route. Lentement, je voyais s'éloigner les immeubles familiers de la rue des Batignolles avec une douleur dans la poitrine, puis mon angoisse augmentait lorsque le car traversait le périphérique. Puis, régulièrement, à chaque voyage vers cette colonie, au bout d'une demie heure à une heure, j'avais mal au cœur et, étant très timide, je me retenais de toutes mes forces pour ne pas vomir ; hélas n'y tenant plus je me revois recrachant tout ce que je pouvais à travers la porte entre ouverte du car. Comme je fus envoyé au moins 4 fois dans cette colonie, je retrouvais les mêmes enfants, qui d'ailleurs m'étaient si étrangers, et bien-sûr ceux-ci ne manquaient pas de se moquer de moi.
Au bout d'une heure et demie nous arrivions dans le parc immense de la colonie de vacances de Breteuil-sur-Iton. (Les retours de la colo s'effectuaient le plus souvent en train avec arrivée à la gare Saint Lazare).
Dans ce lieu ressemblant plus à une caserne (entre 200 à 500 enfants), sauf le bâtiment central datant du 18 ou 19ème siècle, et abritant au rez-de-chaussée le grand réfectoire et à l'étage un grand dortoir, je revois les autres bâtiments plus récents (1948-1950), puis la rivière Iton passant devant le grand réfectoire et glissant sous les escaliers du péron conduisant à ce réfectoire.
Comme souvenirs importants, je me rappel surtout des odeurs d'urine très fortes et de grésil censé combattre cette puanteur. Pourtant les WC n'avaient pas l'air si minables que cela puisque s'étaient des WC à la "turc". Les WC situés à l'entrée de chaque dortoir dégageaient le même genre d'odeurs : mélange d'urine et de grésil ; quand les WC étaient bouchés, une grande flaque se répandait jusqu'au milieu du dortoir. Heureusement que l'accident ne durait pas longtemps. D'autres WC en formes de petites cahutes étaient "encore plus rustiques". Ils étaient situés dans chaque grands parcs : 3 ou 4 WC pour le parc des petits, même nombre pour le parc des moyens, et même nombre pour le parc des grands.



Dernière mise à jour : 06-04-2008 19:25

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >