Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Antisémitisme Racisme Inquisition
Antisémitisme Racisme Inquisition Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-02-2011 00:10

Pages vues : 1883    

Favoris : 144

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Monarchie, Mondialisme, Morale, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Science, Sexe, Supplices, Synarchie, Temps, Terreur, Tortures, Travail

 
 
Antisémitisme Racisme Inquisition

Un monde empoisonné par la morale trop bien pensante des
élites élus (la raison du siècle des falots) (1)
Surtout trop bien pensante pour être honnête (1)
 
La pire des censures est l'autocensure 
 
 
 
Oui, tout ça est dans le même sac de l’Inquisition, c’est aussi simple. Comme disait quelqu’un : « la démocratie c’est ferme ta gueule, et la dictature c’est cause toujours », ou l’inverse, maintenant peu importe !

Alors nous sommes encore au temps de Galilée condamné par l’Église catholique romaine parce que pour lui la Terre tourne autour du Soleil (monde héliocentrisme et géocentrisme).
 
Inquisition et police politique, de n’importe quel État à l’heure actuelle, c’est exactement la même chose.

La police de Sarkozy, du CRIF et autres organes anti-machins, ou des puissants lobbys et groupes financiers y vont de la défense de leur dogme du moment, c’est-à-dire la position intellectuelle qui, pour l’accusation, est censée être implicitement accepté par tout le monde, comme un centre, une universalité dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux. Mais si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux. Oui puisque tout est conventionnel et dépend de la mode du moment.
Tout accusé qui se reconnait lié à la foi d’une religion (c’était le cas de Galilée et c’est le cas de tout membre d’un parti, tout particulièrement du parti communiste de tous pays) est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, sauf dérangement mental. Il est donc normal que le tribunal lui demande : « Sais-tu pourquoi tu es là ? » s’il se tait, il ne subit pas une condamnation imposée, une injustice, il se condamne lui-même par auto-critique (d’être alors remodelé). S’il ne le sait pas, c’est qu’il est fou, et pour ce genre de fous, le post-stalinisme mais aussi les États-Unis avec la CIA ont institués des hôpitaux ou services psychiatriques spéciaux. L’Inquisition les brûlait comme possédés de Satan. C’était moins barbare que les hôpitaux psychiatriques.

Les lignes ci-dessus sont d’après Jean Coulonval dans son livre : Synthèse et Temps Nouveaux. Il y exprime avec une parfaite transparence la LAÏCITÉ dans tout son dogme très gluant. Jean Coulonval ajoute que la police politique style GPU, ou toutes autres, ne copie pas l’Inquisition. La similitude vient de configurations mentales identiques. C’est une question de géométrie mentale.

Ainsi dans un pays communiste et même maintenant dans de nombreux pays qui se disent démocratiques, le parti au pouvoir, la majorité, nie le libre arbitre de l’individu et en même temps exige de lui une abnégation volontaire (le libre arbitre est à la fois affirmé et nié). Il nie que l’individu eût la possibilité de choisir entre deux solutions et en même temps il exige qu’il choisisse constamment la bonne (possibilité de choix à la fois niée et affirmée), comme dans la laïcité.
Qu’on ne me dise pas que l’UMP accordera à l’opposition de dire que effectivement dans la majorité actuelle beaucoup de choses déconnent !

La laïcité est exactement pareil : c’est une culture, un système dominant français issue de 1789 et de la franc-maçonnerie matérialiste comploteuse, qui s’impose à l’ensemble de la population.
Donc dans ce modèle mental actuel vous ne pouvez plus faire de recherches et les exposer au grand jours comme par exemple la remise en cause du « Tribunal de Nuremberg » et de nombreux éléments fort troubles ou cours des catastrophes comme la guerre de 1939-945 et la révolution russe de 1917.
Comme Galilée vous êtes obligé d’accepter la version officielle, toutes critiques et remise en cause des chambres à gaz de la « solution finale » sera même condamnées par une loi véritablement inquisitoriale. C’est pareil pour la remise en cause de la version officielle des attentats du 11 septembre 2001.

Or tout ce qui impose à l’ensemble n’est qu’une dictature. Mais la laïcité française à ceci de plus sournois, voir de plus monstrueux, c’est qu’elle fait semblant de ne pas s’imposer, afin de profiter à « l’intérêt général », héritage du siècle des lumières, d’être en accord avec l’ensemble, mais en postulant que cet accord existe déjà. La laïcité publique possède un code non écrit d’une extrême subtilité qu’il faut, premièrement, maîtriser et, deuxièmement, décoder.

La laïcité est le même dogme que l’inquisition : une position intellectuelle qui, pour l’accusation, en l’occurrence la franc-maçonnerie comploteuse comme le Grand Orient de France, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme un centre dont on ne peut pas s’écarter sous peine de raisonnement faux ; le pouvoir actuel lutte contre les sectes qui pour le moins ne sont pas laïques !

Un exemple récent de cette Inquisition sournoise déguisée en laïcité, mieux, en démocratie, puisque ce mot sert désormais de poubelle mais surtout d’attrape-couillons.

L’écrivain et journaliste Éric Zemmour vient d’être lourdement condamné pour incitation à la haine raciale (voir vidéo)

Comme écrit en tête de page la démocratie c’est désormais « Ferme ta gueule ».

On ne peux plus être anti quelque chose et l’exprimer, et le fait que ce soit pas bien ou ceci ou cela, que le racisme existe ou n’existe pas (la morale), ça ne change rien ; le fait dictatorial est bien en place ; les chaînes se referment lentement mais surement. J’en veux pour preuve le livre de Fabrice Bouthillon : Nazisme et Révolution, formidable livre très documenté où l’on trouve le testament politique de Hitler traduit en partie notamment pas F. Bouthillon. Hitler dénonce le monde du fric qui à conduit à la guerre de 1939-1945, bien-sûr il en fait porter le chapeau aux Juifs puisque ceux-ci détiennent les institutions bancaires en grande majorité, si ce n’est en majorité. F. Bouthillon se garde bien de relever ce parallèle de l’argent (nerf de la guerre) avec notre époque et ses drames « économiques », et axe son jugement inquisitorial sous la protection de la Sainte laïcité et surtout de la loi Gayssot, véritable tribunal forçant à approuver les conventions du moment ! F. Bouthillon en rajoute même une louche en traitant Hitler de « loque hystérique », avec une santé mentale... Cela n’apporte rien et n’a rien de constructif, et dessert même son livre ; on se doute bien que la santé et physique et mentale de Hitler ne devait pas être bonne, vu qu’il était à la fois un destructeur du monde et en même temps de lui-même ! Et que les épreuves de la guerre et du pouvoir devaient être terribles.

On parle des horreurs de Hitler en de nombreux livres, mais il faudrait aussi parler de celles de la troïka Lénine, Staline et Trotsky ; eux ils s’y sont mis à trois ! Et le nombre de morts fut nettement supérieur à l’Holocauste provoqué par les nazis. On ose encore écrire sur la troïka de ces monstres bolcheviks, mais pour écrire sur Hitler il faut prendre des gants épais ; c’est comme le fait de défendre la Palestine, alors on vous accuse d’antisémitisme, y compris quand on s’aventure à boycotter les produits en provenance d’Israël. Maintenant c’est vraiment ferme ta gueule, on veut même contrôler les blogs...


Les guerres de religions.


Les morts de la révolution de 1789, plus les dizaines de millions de morts de la révolution russe de 1917, plus les dizaines de millions de morts tous peuples confondus des première et seconde guerres mondiales sont dû à l’argent, avec dans le cas de ces deux guerres mondiales uniquement un aspect idéologique (quasiment une guerre des religions), il ne s’agissait plus de conquérir un territoire.

- 1789 fut la guerre des francs-maçons et de la « raison » du siècle des lumières contre le « paganisme » de l’irrationnel et l’unité de la monarchie.
- 1917 fut la guerre des pratiquants de la foi de Moïse contre les orthodoxes de la Sainte Russie.
- La guerre de 1914-1918 fut une mouture de guerre entre Droite et Gauche ou fracture ouverte par 1789.
- La guerre de 1939-1945 fut celle des croyants germaniques contre les pratiquants de la foi de Moïse ; mais aussi la croisade entreprise par les anglo-saxons pour protéger leur matérialisme et libéralisme triomphant.
- 1789 - 2011 : guerre de la laïcité française.

Mais comme déjà écrit, tous monstres, tous ceux qu’on considère comme « ennemis du peuple », les soi-disants « terroristes » par exemple, sont hautement respectables, même si ces monstres n’ont pas respecté la vie. En les condamnant on se condamne soi-même. Nous sommes la Nature faut-il le rappeler !
Se connaître soi-même c’est essayer de respecter tous les humains, comme l’enseignait Ramana Maharshi. Même l’homme le plus horrible, comme les Staline et autres Ceausescu et bien-sûr Hitler, sont aussi respectables, sinon je répète on ne se respect pas soi-même, comme le montre Ramana Maharshi à propos d’un de ses détracteurs, car il a eut aussi des opposants, dont certains n’hésitaient pas à le salir. Tout symbole est double... bien, mal... sont encore des divisions.
« Personne n’est plus dogmatique, plus sectaire qu’un libre penseur et que le principe républicain prend nécessairement à sa maturité la forme de la dictature et réclame la suppression morale ou métaphysique des minorités qui sont rejetés en enfer », écrivait Jean Coulonval dans son livre : Synthèse et Temps Nouveaux. Et les minorités c’est ceux qui ne pensent pas comme tout le monde, je ne le répéterais jamais assez et l’ai déjà exposé un grand nombre de fois sur le site. Il y en a marre des divisions entres civilisés et sauvages, villes et campagnes, rationnel et irrationnel, etc... Marre des élus et élites qui peuvent tout se permettre, et du peuple contre lequel tout est permis.

Les lobbys de l’anti-machin sont les officines plus ou moins visibles de l’Inquisition. On peut se demander pour qui elles roulent ! Mais certainement plus pour l’Église catholique romaine.

M. R.


Note.
1. FALOT : de l’italien falô, altération du grec pharos « phare ». Mais ce mot désigne aussi une personnalité qui manque d’éclat, de terne, ou qui est insignifiant. Falot indique aussi quelque chose de joyeux, de ridicule.
Faloir en français du Moyen Age indique manquer ; falue : tromperie, erreur. Fals, faus : faux... FARCE.
Le siècle des lumières est une FARCE TRAGIQUE. Élite et élu se résume désormais à FRIC/FLIC.
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-02-2011 02:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >