Accueil arrow News arrow Dernières news arrow C’est grave
C’est grave Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-03-2011 21:06

Pages vues : 5497    

Favoris : 381

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Crimes, Dieu, Démocratie, Dictature, Église, Esprit, Inquisition, Justice, Laïcité, Langage, Libéralisme, Liberté, Mots, Nature, Nourriture, Opinion, Paix, Politique, Paroles, Pouvoir, Prisons, République, Sagesse, Sexe, Supplices, Synarchie, Terreur, Tortures, Travail

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
C’est grave

Le sans-culotte Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa
 
 
 
La vérité est un pays sans chemin, expliquait Jiddu Krishnamurti à Omen en 1929 (1). Des masturbations intellectuelles faites en groupe, en société, ne permettront jamais de connaître, même une vérité, car toutes sociétés secrètes ou non ne sortira que sa PROPRE OPINION, c’est aussi simple que cela. Car le mental, la conscience, n’appartient pas à une personne, à un groupe de personnes ou une société, mais la conscience humaine appartient à l’ensemble de la planète Terre, et c’est la totalité de la conscience humaine qui évolue, mais n’est pas à la recherche d’une vérité.
Les choses trop lumineuses ou trop polie le sont trop pour être honnête ! L’Or métal ça brille et ne s’oxyde pas, alors on voit où ça nous mène !
Nous avons tous à lutter contre le dogme de l’opinion et de l’égalité, MANIPULATEURS de la conception que l’on a de nous-même (le Temps philosophique de l’Alchimie).
Cette opinion qui colle si bien avec l’ère de l’information : rendre informe, donc la même soupe pour tous, donc la robotisation, en plus avec le binaire de l’informatique électronique, Big Pharma, la robotisation s’accélère...

Maintenant, le mot qui plombe énormément les échanges puisque découlant directement d’Aristote et du monde des ergoteurs grecs : l’Argument.
Et bien C’EST DU VENT, car le Sage dose l’affirmation et la négation en se reposant sur le cours du Ciel. Cela s’appelle une validité ambivalente (d’après Tchouang-tseu). Ainsi le meilleur argument possible est LE SILENCE. « Si vous ne parlez pas, qu’aurons-nous à transmettre, demandent les disciples à
leur maître ». Celui-ci leur répond : « Le Ciel parle t’il ? » Nous retrouvons là encore le Soi de Ramana Maharshi.
Le SILENCE est le langage le plus parfait, mais il ne convient qu’aux chercheurs les plus avancés. Les autres sont incapables d’en tirer une pleine inspiration. C’est pourquoi ils ont besoin de mots (arguments) qui expliquent la Vérité. Mais la Vérité est au-delà des mots. Elle n’admet aucune explication. Elle ne peut qu’être indiquée, explique Ramana Maharshi dans l’enseignement 569.
Lao-tseu, dans le Tao-Tö King, explique au Verset 56 (5+6=11) : Celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas. La symbolique du nombre 11 comme celle de la croix svastika ont été abimé par les évènements que nous connaissons. Question de mode aussi...
 
 
 
 
Oui c’est grave, parce que si les francs-maçons étaient des modèles de sagesse et de fabrication humaine originale, ils n’auraient pas fomenté des complots à n’en plus finir, dont notamment la révolution de 1789, tout ça au nom de la Sainte Laïcité et du dogme de l’égalité ; comme si l’égalité était possible en ce bas monde ou monde des accidents. Chacun possède un « Temps philosophique » qui lui est propre.
Par exemple que font les francs-maçons contre l’assassinat de la planète sur laquelle nous vivons tous (voir la vidéo ci-dessous) ? Qu’ils se manifestent au grand jour, pour une fois, et non pour critiquer l’élu Sarkozy et son non respect de la laïcité.

Ce franc-maçon qui n’était qu’un Pierrot et un Vilain (habitant de la campagne, paysan libre au Moyen-Age), car ne faisant pas partie de la trinité : bourgeois, nobles et clercs. Ce franc-maçon qui a détourné le sens du mot ésotérisme : Doctrine suivant laquelle des connaissances ne peuvent ou ne doivent pas être vulgarisées, mais communiquées seulement à un petit nombre de disciples. Or ce n’est pas ça le sens d’ésotérisme, mais effectivement c’est découvrir ce qui est caché, mais cela ne nécessite pas d’être « initié » par un gourou ; certaines personnes sont initiés de manière instantanée et sans l’avoir même demandé, comme par exemple Jean Coulonval, dont je parle si souvent sur le site. Si l’initiation instantanée est rare, l’ésotérisme l’est aussi ! comme tout ce qui est caché dans la Nature, dans Notre Nature d’être humain habitant de la Terre.

Initiation : admission aux mystères, introduction à la connaissance de choses cachées. L’initiation est, d’après Jean Coulonval, l’accès à la perception vécue des essences. Quand cette perception est acquise, ce sont les essences qui jugent de la rectitude et de la justification des accidents et non l’inverse, comme le font les philosophismes qui comptent sur le circulus logique pour se faire une idée de ce que sont les essences. En qui c’est une erreur,car tout système logique, en se clôturant sur lui-même (Ouroboros), se vit comme vérité en rejetant comme faux tout ce qui ce qui ne trouve pas place dans son cadre (voir plus bas l’existentialisme). Tout constructeur d’un système philosophique ne peut avoir vécu et expérimenter, sur le plan du sensible dans le monde spatio-temporel et des constructions du mental, qu’une part infime de tous les accidents possibles mais, de cette expérience des choses nécessairement limitée (notre monde est en de multiples dimensions et par conséquent multiples chronologies), il prétend extraire une vision de l’absolu (sa vérité) qui ne peut être qu’une illusion. Les accidents possibles du sensible dans le monde spatio-temporel et donc du mental, sont en quantité indéfinie (et non infinie), et donc inépuisable. En conséquence, une construction logique, si parfaite qu’elle puisse paraître, ne peut prétendre exprimer l’absolu et l’on peut dire de tous les systèmes philosophiques qu’ils sont vrais par ce qu’ils postulent et faux par ce qu’ils nient, ce qui fait qu’ils sont tous sectaires, non pas d’intention consciente, mais par nature. Ils sont tous atteints d’un scotome de l’intellect dont le champ visuel global ne peut être réalisé qu’à partir des essences, ce qui implique un renversement des rôles : non plus chercher à répondre aux énigmes du Sphinx, deviner à travers des accidents ce que sont les essences mais juger des accidents à la lumière des essences. Ce renversement des rôles, c’est ce que prétend l’initiation : devenir soi-même le Sphinx, devenir Calife à la place du Calife. Toujours une question de POUVOIR ! Donc non pas pour dévorer ceux qui ne savent pas répondre, mais pour les sauver de leur ignorance. L’appétit du savoir ne peut qu’engendrer des opinions, des idées que l’on se fait de l’absolu à partir du spatio-temporel, donc du mental et d’une dimension limitée. L’opinion qui se veut vérité est une simonie.

Dans l’Instant, dans la Source, l’égalité existe enfin, on y est intégré, on ne la possède pas tout comme on ne possède pas la terre de la planète ni ne pille ses ressources. Dans l’Instant il ya fusion du sujet et de l’objet. L’opinion est LA véritable PRISON parce qu’on s’accroche à sa SEULE DIMENSION ; et à notre époque l’opinion est vécu COMME UNE SÉCURITÉ, on a peur des autres dimensions, des grands espaces, alors que l’être humain tente de faire des sauts de puces dans cet espace. Effectivement, comme l’exprime si merveilleusement bien Jean Coulonval, dont j’emprunte les lignes ci-dessus, c’est dur de quitter son savoir pour l’inconnu, seule la mort nous délivre véritablement de cette prison du connu.
C’est encore Saint Paul qui dit : « Ne vous conformez pas au monde mais transformez-vous pour le renouvellement de votre esprit. (Romains 12.2). Jésus dit la même chose et comme Ramana Maharshi : « Le Royaume de Dieu est au-dedans de vous ».

Ainsi le mot ‘ésotérique’ n’appartient pas aux domaines des sociétés secrètes, c’est tout simplement le contraire d’exotérique (le monde visible) : donc le visible et l’invisible constituant toute chose.
Il paraît qu’un ancien Grand Maître du Grand Orient de France, Fred Zeller, déclara : « Il est bien évident que le Grand Orient de France n’a jamais échappé et n’échappe pas, quoi qu’on ai pu dire, aux clivages politiques et aux luttes que se livrent les partis politiques dans le monde profane. Donc comme l’écrit Jean Coulonval, c’est avouer que la prétendue initiation maçonnique n’est qu’une imposture. Bref, Fred Zeller a « bouffé la pomme ».

- Analyse : n’est que mental (duelle : sujet et objet et chronologie) et ne permet pas d’atteindre la Source (non duelle).
- Savoir : ne pas se voir, pas de dualité ; avisé : privé de visé ou sans but précis (voir atteindre sur cette page...)
- Apprendre : les connaissances acquises n’entraînent pas la connaissance.
- Connaître : contraire de apprendre, puisque c’est une nouvelle naissance (con = avec et naissance) ; seul celui qui ne cherche pas à prendre peut découvrir. Con-naissance se fait pas naissance instantanée, donc pas d’initiation en des hiérarchies ou échelons à n’en plus finir. Bien-sûr il n’est jamais question de « bagage culturel » !

Le bon maître est celui qui, tout en répétant l’ancien, est capable d’y trouver du nouveau. (Confucius, Entretiens) J’appelle ça une « Fixation cavalante ». Une application de la Fixation cavalante : un vaisseau spatial à la fois véhicule et à la fois humain, par exemple une porte n’existera que s’il y a nécessité de l’ouvrir pour sortir ou pour entrer ! Idem pour un hublot. Cela correspond à la TEINTURE alchimique, or atteindre quelque chose, comme un « but dans la vie », c’est ne pas l’atteindre. A, du A privatif et Teindre : ne pas teindre ; ainsi on atteint vraiment que ce que l’on ne cherche pas ; comme par exemple la nuit, chercher une personne dans un décor sombre, on ne la trouve que si on ne focalise pas son regard sur la cible, il faut déporter son regard.
La Vérité est Mouvement, comme l’est le cheminement sur le sentier. Et au temps où les forêts étaient abondantes, il fallait se frayer ou se trouver une laie, un sentier, une piste pour avancer, pour cheminer... et la forêt est une Source importante, notamment un poumon pour la planète. La vérité s’entend aussi en ver(s) it : le point sur le i, donc tout ce qui est à la fois sur Terre et dans le Ciel.

Depuis la Renaissance, depuis la fabrication de l’encyclopédie de Diderot et compagnie (une républicaine fixation et convention), on clame partout et on veut tous la libre pensée, laquelle aboutie au dogme de l’opinion puis de la robotisation. Les francs-maçons sont les premiers à réclamer cette libre pensée, pour imposer la leur !
L’Ouroboros se retrouve dans le cycle infernal de vouloir écraser l’autre : envoyer au supplice le terroriste ; les chrétiens envoyant au supplice le païens ; même les Tsars de Russie faisaient une guerre d’extermination à la franc-maçonnerie moderne et ils n’y ont gagné que le nihilisme, encore un ‘isme’ qui débouchera sur le communisme et accessoirement sur l’existentialisme de Jean-Paul Sartre. Comme c’est marqué dans le Wikipédia, dans le ‘isme’ de Sartre, comme dans le communisme, c’est le monde du visible, de la matière qui construit l’invisible. Tout est diaboliquement inversé et basé uniquement sur le mental. Le siècle des lumières, Aristote et des philosophes genre Friedrich Nietzsche n’étaient pas loin, de plus le tout dans le funeste 19è siècle. De plus Nietzsche finit dans la démence.

Ce sans-culotte, ce franc-maçon qui voulait le pouvoir à la place du clergé et de la noblesse. Ce sans-culotte qui rêve d’enfoncer le tronc de l’Église et le trône du Roi et du Pape.
Rappel : Sans-culotte signifie sans culte. Mais même un athée, du A privatif, donc privé de Dieu, croit au minimum en quelque chose ; c’est ce qui fait avancer le Schmilblick, la Pierre Philosophale du franc-maçon temporaire Pierre Dac.

Lorsque la révolution de 1789, il paraît, selon Grasset d’Orcet, que la franc-maçonnerie regorgeait de prêtres, peut-être introduit par la cour pour saper et dénaturer le tempérament laïque et nihiliste ; mais ce fut le contraire qui arriva : ces prêtres francs-maçons furent les plus fougueux de tous les révolutionnaires. Comme quoi le fanatisme peut être terriblement destructeur. Sans faire beaucoup de recherche, il est évident que la franc-maçonnerie endormie sous Charles X, fut réveillée par Napoléon 3, qui fut remplit d’officiers de tous grades pour appuyer sa dynastie. Or si cette franc-maçonnerie impériale ne l’a pas renversée, c’est qu’elle n’en a pas eu le temps, explique Grasset d’Orcet. mais cela a eut pour effet qu’elle devienne immédiatement le plus ferme soutient de la troisième république, avec un complotisme qui aboutira à quelques scandales !

Ces francs-maçons de la troisième république n’ont pu tenir que identifiant dans les consciences, par un jeu subtil d’institutions légales (Sénat, Assemblée, Chambres, etc.) et de systèmes éducatifs (écoles de Jules Ferry), le pouvoir politique avec celui de l’économique. Ces francs-maçons usèrent de tout le clavier des appétits économiques des individus et des groupes, qui remplaça le pouvoir métaphysique qui avait été abandonné par la royauté officielle.

(En haut de page, représentation d’un sans-culotte)


Note.
1. L’histoire du diable et de son ami.
« Peut-être avez-vous souvenir de cette histoire du diable et de son ami: ils marchaient dans la rue quand ils virent devant eux un homme se baisser pour ramasser quelque chose et le mettre dans sa poche. L’ami dit au diable : « Qu’est ce que cet homme vient de ramasser ? » « Un petit bout de Vérité », répondit le diable. « Mauvaise affaire pour vous, alors ! », remarqua l’ami. « Oh, pas du tout, répliqua le diable, je vais l’aider à l’organiser ! »
Je maintiens que la vérité est un pays sans chemin que vous ne pouvez l’approcher par aucune route, quelle quelle soit : aucune religion, aucune secte. Tel est mon point de vue, et j’y adhère d’une façon absolue et inconditionnelle. La vérité étant illimitée, inconditionnée, ne peut être approchée par quelque sentier que ce soit, elle ne peut pas être organisée on ne devrait pas non plus créer des organisations qui conduisent ou forcent les hommes à suivre un chemin particulier. Si vous comprenez bien cela dès le début, vous verrez à quel point il est impossible d’organiser une croyance. » Krishnamurti est contre les sociétés secrètes dans le style franc-maçon. Aucune organisation secrète ou pas n’a le droit d’aucune manière de forcer les êtres humains à suivre une direction particulière, car c’est FIXER le principe de la vie qui est perpétuel MOUVEMENT et TRANSFORMATION. Et effectivement lorsque quelqu’un a trouvé quelque chose, les problèmes surviennent parce qu’un aura d’organisation se met à tourner autour, et alors le diable n’est pas bien loin.
 
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 05-03-2011 21:38

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >