Accueil arrow Spécial Russie arrow Russie arrow Être reçu comme des Tsars
Être reçu comme des Tsars Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-03-2011 01:46

Pages vues : 4825    

Favoris : 481

Publié dans : Nouvelles Spéciales, Russie

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Monarchie, Mondialisme, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Révolution, Russie, Satan, Sexe, Supplices, Synarchie, Temps, Terreur, Tortures, Travail

 
facebook_world_domination330.jpg
 
Être reçu comme des Tsars
ça n'a pas de prix,
surtout pour les familles Rothschild et Rockefeller (les Roquefeuille)
 
Tout le monde est TSAR - 2
Mise en place du Nouvel Ordre Mondial (NOM)

Grâce aux francs-maçons et à Jacob Schiff
 
 
 
 
Dans l'ouvrage de Charles W. Leadbeater : Rites et Mystiques Antiques : une brève histoire de la Franc-Maçonnerie, celui-ci reçut une initiation maçonnique du 32è degré, et il écrit que l'origine de la franc-maçonnerie provient de l'Égypte, mais principalement par l'intermédiaire des Juifs. Donc la tradition qui influença la franc-maçonnerie moderne est celle des mystères judaïques. Ainsi la plus grande partie des cérémonies maçonniques et des symboles possède aujourd'hui un aspect judaïque.
Leadbeater explique que la tradition maçonnique comporte trois lignées : égyptienne, dont le roi Salomon est une héritier par l'intermédiaire de Moïse ; le roi Hiram avait préservé la transmission de l'héritage chaldéen ; Hiram Abiff avait apporté avec lui une autre lignée traditionnelle, issue d'aucune des deux autres. Cette dernière lignée s'est probablement perpétuée à travers des tribus sauvages, coutumières de mœurs sanguinaires avec des sacrifices humains. Il s'agit du rituel de la mort et de la résurrection : un prêtre ou un roi symbolisant un dieu est mis à mort puis renait... Ce mythe est lié à Babylone et à Tammuz, et les tribus de Judée s'adonnaient toutes au culte de cette divinité. Il vient se mêler aussi Astarté.
Solstice d'hiver et d'été sont des fêtes issues de cette tradition de mort et de renaissance, avec Saint Jean Baptiste en été et Saint Jean l'Évangéliste en hiver.
 
Personnellement je vois le passage d'Osiris à Salomon, comme le passage (raté) de l'Horticulture à l'agriculture (dramatique de la société actuelle). Car le roi Salomon, sur la demande d'Hiram Abiff, remplaça l'Osiris de la légende par le maître bâtisseur.
C'est-à-dire qu'on passa de la graine (Osiris) à la pierre (Hiram). Osiris est le grain vivant, comme le sang caché. Il est celui qui a été mis en terre et entame une œuvre au noire de Fermentation...

Les traditions maçonnique reposent donc sur les deux dernières lignées : Hiram roi de Tyr et Hiram Abiff. Avec le temps et ses modes, ces traditions maçonniques se sont totalement corrompus et ne reflètent plus l'enseignement des Mystères de l'Égypte. La corruption  se passa surtout en 586 av. J.-C., la ville de Jérusalem fut détruite par Nabuchodonosor et la population fut conduite en captivité à Babylone. Évidemment pendant la captivité la transmission des mystères fut interrompue. Les Maîtres essayèrent de reconstituer les rites initiatiques : notamment Zorobabel prince de Judée, et Joshua le grand prêtre.

En résumé : la franc-maçonnerie est intimement liée à la tradition judaïque, avec la Kabbale, le Zohar...


Les francs-maçons et 1789


"Je suis convaincu que c'est du fond de vos loges que sont émanés d'abord dans l'ombre, puis dans le demi-jour et enfin en pleine lumière, les sentiments qui ont fini par faire la sublime explosion dont nous avons été témoins en 1789 ; et dont le peuple de Paris vient de donner au monde la seconde [1848] et, j'espère, la dernière représentation, il y a peu de jours". Déclaration de Lamartine à des membres de la loge maçonnique du "Suprême Conseil du Rite Écossais", venus pour féliciter le gouvernement provisoire du succès de la révolution.

"Un des collègues de cabinet de Lamartine, le franc-maçon Louis Blanc, l'auteur bien connu de l'Histoire de la Révolution Française de 1789 est beaucoup plus franc que Lamartine ne l'avait été dans son Histoire des Girondins.
Dans cet ouvrage, Louis Blanc déclare ouvertement que la révolution de 1789 a été le "résultat d'un complot maçonnique", écrit le Lieutenant-Général de l’Armée Impériale Russe, Notable honoraire des Cosaques du Kouban : A. Netchvolodow, dans son livre : L’Empereur Nicolas II et les Juifs - Essais sur la Révolution Russe dans ses rapports avec l’activité universelle du judaïsme contemporain.


Le fric et la révolution russe de 1917.

"Jacob Schiff envoya le 19 mars 1917 le télégramme suivant à Paul Milioukow, ministre des Affaires étrangères de Russie [Gouvernement provisoire] :

Permettez-moi, en qualité d'ennemi irréconciliable de l'autocratie tyrannique qui poursuivait sans pitié nos coreligionnaires, de féliciter par votre entremise le peuple russe de l'action qu'il vient d'accomplir si brillamment, et de souhaiter, à vos camarades du nouveau gouvernement et à vous, plein succès dans la grande tâche que vous avez assumée avec tant de patriotisme. Que Dieu vous bénisse !!"
"Hier, on reçut de M. Milioukow la réponse suivante :
Nous sommes unis avec vous par notre haine et notre antipathie commune pour le vieux régime actuellement renversé ; permettez de l'être également pour la réalisation des nouvelles idées d'égalité, de liberté et de concorde entre les peuples, en participant à la lutte universelle contre le moyen âge, le militarisme et le pouvoir autocratique qui procède du droit divin. Recevez notre vive reconnaissance pour vos félicitations, qui nous permettent de déterminer le changement opéré par un coup d'état bienfaiteur dans les relations réciproques de nos deux pays".

Cependant, en envoyant ce télégramme de réponse, M. Milioukow n'a pas exécuté la demande de M. Jacob Schiff de "féliciter de sa part le peuple russe de l'action qu'il vient d'accomplir si brillamment" et jusqu'à ce jour le nom de Jacob Schiff, chef de la plus grosse banque juive de New-York : Kuhn, Loeb & Co, qui vient de décéder en octobre 1920, est resté complètement inconnu à la grande majorité des Russes. [Vers 1917 Jacob Schiff était le banquier des Juifs des États-Unis].

On rapporte que dès 1890 Jacob Schiff se montre très profondément hostile à la Russie : "Les renseignements parvenus sur son compte par l'intermédiaire des agents du gouvernement aux environs de 1904-1905 nous montrent Jacob Schiff comme partisan convaincu d'une déclaration de guerre à la Russie par le Japon, et avançant des fonds à cet État dans le dessein sus-indiqué".
Le banquier Jacob Schiff donna de l'argent aux prisonnier russes internés au Japon pour faire de la propagande contre la Russie.

Fait important, dès le début du 20è siècle, il est déjà question de "nouvel ordre mondial", donc la soi-disant "théorie de la conspiration" de date pas d'aujourd'hui !
"Le nombre de l'homme [livre de Philippe Mauro : The number of man - The climaz of Civilisation by Philip Mauro, second édition, Morgan and Scott, Ld. London 1914] a pour but de démontrer en se basant sur l'étude des faits, les plus importants de la vie économique et religieuse, qui sont les signes caractéristiques de notre époque, que l'humanité est déjà toute proche de la période de son existence indiquée dans les Révélations de Saint Jean l'Evangéliste comme l'apparition de la Bête, dont le nombre est celui de l'Homme (Révélations, 12 11-18).
D'après l'opinion bien motivée de M. Philippe Mauro, la venue de cette bête doit être marquée par l'apparition d'un monstrueux trust universel dans lequel se confondront des éléments absolument incompatibles [le mélange des trois pouvoirs : spirituel, politique et économique], vu qu'il s'agira d'un Trust religieux et économique universel, avec une divinité suprême : l'Homme lui-même".

En résumé tout sera concentré entre seulement quelques mains sur le sommet de la pyramide : ceux qui fabrique et détiennent en même temps LE FRIC, que Philippe Mauro nomme : les Économistes sociaux. Comme si on pouvait mélanger le fondement de l'être humain avec l'argent, ce qui se résume bien à faire de l'être humain une marchandise comme un vulgaire paquet de lessive.
Donc Jacob Schiff avec son argent créé une chaire "d'économie sociale" à l'université de Columbia à New York.


Effroyable et diabolique :


Extrait du discours de cette chaire d'économie soi-disant pour libérer l'être humain !
"L'humanité se trouve en face de trois problèmes. Le premier est le plus simple : prendre possession du monde physique, soumettre à son influence les forces de la nature. Le second est plus complexe : organiser l'industrie. Le troisième est le plus compliqué : La direction spirituelle des affaires de l'humanité (The spirituel direction of human affairs)". En résumé tout est fait à l'envers, comme pour le dogme du communisme...

Ce Jacob Schiff est une des incarnations du diable du moment :

"La lutte âpre de M. Jacob Schiff avec le pouvoir impérial russe n'était qu'une des manifestations d'une activité encore plus vaste qui lui incombait en sa qualité de membre d'un puissant appareil, qui a pour but de centraliser dans des mains uniques l'organisation et la haute direction de toute l'activité économique et spirituelle de l'humanité, dans la nouvelle construction sociale qui doit s'édifier par l'effort de la dite organisation". Nous entrions dans le dogme de l'égalité déguisé sous la traitrise de la soi-disant liberté (transformée en esclavage moderne). Donc pour ce Jacob Schiff il s'agit d'établir ni plus ni moins le NOM (Nouvel Ordre Mondial)

"Le coup d'État bienfaiteur" [révolution de 1917] a provoqué un changement non pas dans les relations du nouveau gouvernement russe avec les États-Unis, mais dans ses relations avec la nation juive et avec un de ses chefs : M. Jacob Schiff. Ce qui prouve abondamment qu'en 1917 M. Milioukow était parfaitement au courant des fins poursuivies, pendant la guerre universelle, par le Judaïsme en la personne de M. Jacob Schiff qui le représentait aux Etats-Unis, c'est la brochure que M. Milioukow publia après la révolution de février 1917 intitulée : Pourquoi et dans quel but nous faisons la guerre ? [Édition du Comité de la Liberté populaire de Rostoff-sur-le-Don]


Les soi-disants malheurs des Juifs en Russie.


« En réalité, la Russie a accordé aux Juifs le droit de vivre dans la plus grande partie de ses meilleures régions, et fermait si bien les yeux sur les multiples infractions aux lois qui interdisaient aux Juifs de s'établir dans les autres régions de l'empire, que les Juifs avaient la possibilité de créer une organisation secrète par toute la Russie, qui réussit à occuper une situation prépondérante dans le commerce des céréales, et même à diriger l'opinion publique au point de renverser le gouvernement impérial.
Ces clameurs sur la "persécution", dont les Juifs étaient l'objet avait pour cause réelle que les Juifs n'avaient pas la licence d'exploiter les paysans au point où ils l'auraient désiré. Actuellement, ils ont également reçu ce privilège".
"Quand les États-Unis devinrent une "Nouvelle Jérusalem", leurs citoyens juifs eurent l'idée de se servir du gouvernement américain afin de réussir par d'autres moyens, pour le plus grand profit du Judaïsme, là où ils avaient échoué précédemment.
Les Juifs de Russie et d'Allemagne inventèrent d'aller s'établir aux États-Unis dans le dessein d'y obtenir dans le laps de temps le plus court la naturalisation américaine, et de retourner ensuite en Russie en qualité de citoyens américains pour y traiter leurs affaires. Néanmoins, la Russie continua à les considérer comme Juifs et à leur appliquer les lois et restrictions applicables aux Juifs."
"Le département d'État fut alors inondé de plaintes de plus en plus nombreuses, en raison du nombre toujours grandissant de Juifs allemands et russes qui allaient s'établir en Russie pour se soustraire à ses lois.
Au début, l'affaire ne sembla pas devoir être sérieuse, car il était aisé de démontrer, dans la plupart des cas, que ces "Américains" naturalisés n'avaient nullement l'intention de retourner aux États-Unis, et n'avaient acquis les droits de citoyenneté américaine que pour avoir un prétexte de s'introduire en Russie..."

"Pendant ce temps, la propagande la plus révoltante était menée aux États-Unis concernant la question russe. Elle apparut alors sous l'enseigne de "persécutions russes". Les Juifs dépeignaient leur vie en Russie comme infernale..."

"A chaque pas le gouvernement des États-Unis pouvait se convaincre de ce que les Juifs exagéraient le tableau de leurs malheurs dans le but de pousser le gouvernement à agir en leur faveur.
Enfin, lorsque après plusieurs années de travail souterrain et de propagande ouverte contre la Russie dans la presse quotidienne, l'opinion publique d'Amérique fut suffisamment préparée, dans le sens désiré, en ce qui concerne la Russie, sans aucune contradiction d'aucun côté. On souleva une campagne sur la "question des passeports en Russie.
"La Russie ose ne pas respecter les passeports américains ! La Russie offense le gouvernement des États-Unis. La Russie humilie les citoyens américains, etc."

Donc déjà au temps de William Howard Taft, les Juifs se servirent des États-Unis comme d'une "massue pour porter des coups". Le maçonnisme juif avec le B'nai B'rith se mêle de politique jusqu'à donner une médaille, et même l'accrocher sur la poitrine de William Howard Taft, en récompense comme "l'homme qui, l'année précédente, avait contribué plus que tous à la prospérité du judaïsme". Ainsi la laïcité n'existait pas aux États-Unis... et encore moins chez les francs-maçons juifs !

D'ailleurs on retrouve ces calculs et traficotages d'opinion dans les descriptions du livre de Norman G. Finkelstein : L'industrie de l'Holocauste : "Beaucoup de Juifs se sont fabriqués un passé qui leur donne le droit à figurer sur les listes des réparations. 'Si tous ceux qui se prétendent survivants le sont réellement - se demandait souvent ma mère - on se demande qui Hitler a bien pu tuer".

Derniers paragraphes entre-guillemets extraits du recueil d'articles sur la Question Juive du journal américain The Dearborn Independent, cité par A. Netchvolodow, dans son livre : L’Empereur Nicolas II et les Juifs ; livre très bien documenté et clair.
Jacob Schiff a donc joué un rôle de premier ordre dans la Révolution de 1917 et  de la destruction de la Russie et de ses dizaines de millions de mort, Holocauste principal et réel catalyseur de notre temps ; bien plus que l'Holocauste de la seconde guerre mondiale, bidouillage anglo-saxon.

Il ne s'agit pas d'être anti peuple de ceci ou de cela, il s'agit de lutter contre LE DIEU ARGENT.
 
 

Dernière mise à jour : 17-03-2011 02:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >