Accueil arrow Spécial Russie arrow Russie arrow La morale chez les francs-maçons
La morale chez les francs-maçons Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-03-2011 22:34

Pages vues : 6557    

Favoris : 354

Publié dans : Nouvelles Spéciales, Russie

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Monarchie, Mondialisme, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Révolution, Russie, Satan, Sexe, Supplices, Synarchie, Temps, Terreur, Tortures, Travail

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
La morale chez les francs-maçons
Comment faire du pognon ?


Le fric des maîtres du monde francs-maçons
Mondialisme ou gouvernance mondiale : l’argent n’a pas de patrie !

La démocratie ça n’existe pas (1)


Déjà, quand les francs-maçons ne tuerons plus des animaux pour les bouffer, ils pourrons seulement prétendre traiter de la morale.
 
 
 
Plutôt que de défendre la phrase de Voltaire, que je considère comme imbécile, parce qu’issue des dogmes de l’opinion et de l’égalité, et somme-toute moralisatrice façon franc-maçon : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » (Voltaire) ; je préfère nettement la conception vraiment libre de Jagadish Chandra Bose, qui écrivait à la fin de sa vie : « Aucune nounou n’aurait été plus douce que le chef de bande de hors-la-loi qui s’occupait de lui. Bien qu’il n’eût que railleries pour les contraintes judiciaires de la société, il respectait profondément la loi MORALE NATURELLE ». (Source sur Bose : La vie secrète des plantes, de P. Tompkins et C. Bird) (2)
Et c’est là où c’est TOTALEMENT en contradiction avec les conceptions monstrueuses des francs-maçons voulants soumettre l’univers à COUPS D’OPINIONS, DE LEURS OPINIONS.
Par ailleurs Chandra Bose était certainement plus intéressant et génial inventeur que Nikola Tesla.
 
 
 
En haut de page, portrait de Bill Gates, il reste à prouver qu’il ne soit pas franc-maçon, tant son action éclaire tout le contraire... Tout comme les « dirigeants de ce monde ». D’autre part, les évangélistes font une percée remarquable, non seulement aux USA, mais aussi en France...

Je considère FAUX ce qu’écrit Charles W. Leadbeater dans son livre : Rites et Mystiques Antiques : une brève histoire de la Franc-Maçonnerie, pourtant un maçon initié au 32è degré. Il compare les mystères d’Égypte à une forme pyramidale, si décrié de nos jours à cause du Nouvel Ordre Mondial qui se met en place progressivement (mondialisme, mot issu de 1949), et à l’édification du temple du roi Salomon, « les deux structures devant être représentatives des processus de construction à l’œuvre dans la nature (sic) »... Sa conception du mot ‘moral’ me paraît fausse : « Les cérémonies des mystères étaient également destinées à représenter l’évolution supérieure de l’homme, son retour vers l’origine divine dont il procéda, grâce au développement de sa partie naturelle supérieure (sic) - laquelle ne résulte pas uniquement de pratiques méditatives et cérémoniales, mais plus encore d’une vie respectant les préceptes moraux qui furent enseignés. Beaucoup de contemporains s’imaginent que nous connaissons les vérités morales sans qu’elle aient été enseignées - mais il n’en est pas ainsi. Si elle nous sembles à présent tout à fait naturelles, il s’agissait à une époque reculée de découvertes ou de révélations similaire aux progrès successifs des sciences et des inventions matérielles... » Leadbeater est en train d’exprimer son opinion sur la morale des francs-maçons, tout simplement ! Mais ce n’est QUE la morale des francs-maçons. Leadbeater accentue d’ailleurs son opinion quand il écrit : « Le plan d’ensemble de l’initiation offrait une carte complète de l’évolution spirituelle de l’homme, et pour le candidat (sic) individuel, il s’agissait de s’efforcer à mettre les enseignements en pratique et de rendre vrai dans sa propre conscience ce qui était symbolique dans le rituel ». Il s’agit simplement d’analogie, et le mot ‘candidat’ fait vraiment trop référence à l’école du franc-maçon Jules Ferry ! Comme si on pouvait être ‘candidat’ à la connaissance...

MORAL : 1270, du latin moralis, de mores « mœurs ». Qui concerne les mœurs, les habitudes et surtout les règles de conduite admises et pratiquées dans une société, explique le dictionnaire Le Robert.
Moral va avec le mot ‘civilisé’. Civiliser veut dire couper de quelque chose : rendre sociable, poli, etc. c’est-à-dire des choses communes, comme une pensée unique. Aussi la ou le dévergondé, ou privé de ses gonds, sort-il de la société et de sa morale et de ses lois humaines à caractère matérialiste, fussent-elles pondues par la dite morale, la dite religion ou même le dit bon-sens relatif aux réalités apparentes, donc seulement dans le monde des accidents ou du spatio-temporel. Donc le franc-maçon ne peut pas détenir la « véritable morale », tout comme la « vérité vraie », malgré toutes initiations et toutes les origines dans lesquelles il pourra se vautrer. Cette franc-maçonnerie qui prétend aussi se vautrer dans la laïcité et la liberté mais ne patauge que dans la boue.

Qu’on se souvienne de l’affaire du scandale de la « loge maçonnique » P2 (Propaganda Due) : lien avec la maffia et la politique italienne et la dictature argentine. Bref, un épouvantable merdier !



White Dragon Society

Maintenant il n’existe pas que les francs-maçons qui soit les détenteurs de la morale. Comme exposé dans l’encadré à propos de Bose, d’autres sociétés, en marges, ou « dévergondées » fonctionnent elles aussi depuis la nuit des temps. Ce sont des « maffias », ou lobbys, à ne pas toutes mettre dans le même sac. Ainsi il existerait la « White Dragon Society », qui serait l’association de plusieurs « maffias » asiatiques ayant décidé de s’unir pour protéger leurs populations contre la tentative de génocide du Nouvel Ordre Mondial.

Le mot ‘Maffia’ ne convient pas car il date du 19è siècle (1866) et est un mot sicilien indiquant : hardiesse, vantardise. Le Robert écrit : (1933)  Association secrète servant des intérêts privés par des moyens plus ou moins illicites. Ce qui semble une bonne définition, reste à savoir ce qu’on entend par « intérêts privés », car c’est aussi du libéralisme ou de la liberté comme chez les « officiels » ; et l’aspect licite ou illicite renvoie la encore à la dite morale, la dite civilisation, etc. Bref, c’est encore une affaire d’opinion ; mais la morale, on peut le voir à notre époque, n’est pas nécessairement placé là où on le croit ! C’est même tout le contraire... et depuis peut-être plus de 2000 ans...

Ainsi, la véritable maffia sont les États et ceux qui prétendent nous gouverner, évidemment nettement plus mal que bien ! Alors ces États traitent de terroristes, de maffias, ceux qui s’opposent à leur oligarchie et à leur projet de Nouvel Ordre Mondial et tentent de protéger les populations. Ainsi, certains écrivains, journalistes ou agents secrets sont maintenant sous la protection de ces « maffias » après avoir dévoilé certaines de ces affaires sales dans lesquelles sont impliqués si souvent les dirigeants américains...

Une morale fait entendre une loi, un principe ; alors il a intérêt a être costaud, ce qui n’est absolument pas le cas maintenant où il n’y a AUCUN principe, quoique les francs-maçons puissent dirent ! Celui-ci a été perdu il y a longtemps.
Le PRINCIPE, la LOI, l’UNITÉ, correspondent tous à L’INSTANT, LE SOI de Ramana Maharshi. Ce Soi qui source de l’Instant, qui est lui-même l’Instant. Alors oui, il y a bien une LOI, une seule et vraie LOI, et son représentant ne peut être que le roi, dignement élu. Il ne peut en être autrement, là encore quoique que puissent en dire les francs-maçons. Car depuis eux-même ont fomentés la révolution de 1789 tout en instituant les dogmes de l’égalité et de l’opinion, en prônant une liberté totale de société de LOISIR et de consommation. Or le mot LOISIR se rapporte justement au ROI : LOI et SIR, donc demander une permission au roi. Tout est dit. Et « Dieu sait » que nous sommes dans une société de loisir... Une défaite et énorme contradiction ou court-circuit pour les francs-maçons qui ne jurent que par le spirituel !!!

Petite parenthèse, le Soi divin ne veut pas dire que nous devons tous nous pendre, pardon, nous prendre pour des dieux... Par contre, les francs-maçons ont réussit l’exploit à faire que nous sommes des PATATES dans des sacs avec des codes-barres. La « divinisation de l’homme » ce n’est que pour les zélites franc-maçonnes.

Je rappel aussi une devise supposée des Burgondes et des Alains : « Mes droits sont à mon libre arbitre », ce qui va bien au-delà du : liberté, égalité, fraternité ; et est à l’opposé d’un quelconque mondialisme. Et à notre époque, il est plus que temps de devenir indépendant, ce que font justement les « maffias », et c’est pour ça que la maffia officielle les traitent de « terroristes », et maintenant de complotistes ou de « théorie du complot » . « Mes droits sont à mon libre arbitre » veut dire : Pleins de petits moteurs valent mieux qu’un gros.... Ça veut dire qu’il faut même aller jusqu’à se soigner soi-même, car personne n’est meilleur médecin que lui-même (le Soi divin que tout le monde possède). Ne JAMAIS se laisser impressionner par un médecin qu’il soit généraliste, spécialiste, et encore plus s’il est psychiatre... Nous avons tous à lutter non seulement contre les banques, mais plus encore, contre les dogmes de l’opinion et de l’égalité manipulateurs de la conception que nous avons de nous même. Maintenant il faut ALLER CONTRE LE SYSTÈME, LUI SEUL VÉRITABLE TERRORISTE.

COMPLOT :
rassemblement de personnes (définition du 13e siècle). Projet concerté secrètement contre la vie, la sûreté de qqn, contre une institution ; manœuvres secrètes concertées (pour nuire à qqn, qqch.), explique le dictionnaire Le Robert. Alors c’est la définition qui colle parfaitement aux francs-maçons... On parle aussi de cabale (Kabbale !). Un complot est toujours cachée, écrivait Rousseau, en plein siècle des lumières et du renouveau franc-maçonnique.


Mondialisme et Sionistes

Texte de 1919 transmis à un état-major américain.

En février 1916 on apprit pour la première fois qu’une révolution était fomentée en Russie. On découvrit que les personnes et maison ci-dessous étaient engagées dans cette oeuvre de destruction :
1 Jacob Schiff, Juif.
2 Kuhn, Loeb et Co. banque juive.
Direction : Jacob Schiff, Juif.
Félix Warburg, Juif.
Otto Kahn, Juif.
Mortimer Schiff, Juif.
Serome H. Hanauer, Juif.
3. Guggenheim (sénateur et richissime personnage), Juif.
4. Max Breitung, Juif .
« Il n’y a donc guère de doute que la révolution russe, qui éclata un an après l’information ci-dessus, fut lancée et fomentée par les influences distinctement juives », est-il écrit par le Lieutenant-Général de l’Armée Impériale Russe, Notable honoraire des Cosaques du Kouban : A. Netchvolodow, dans son livre : L’Empereur Nicolas II et les Juifs - Essais sur la Révolution Russe dans ses rapports avec l’activité universelle du judaïsme contemporain, dont j'emprunte des extraits entre guillemets.
On sait très bien que les guerres et révolutions rapportent avant tout du pognon aux banquiers. Le dicton « l’argent est le nerf de la guerre » est très clair. Voir ce qui se passe actuellement avec la poursuite du conflit en Libye et le prochain chaos planétaire qui se pointe à l'horizon.
« En fait, en avril 1917 Jacob Schiff fit une déclaration publique que c’était grâce à son appui financier que la révolution russe avait réussi ».
« Au printemps de 1917, Jacob Schiff commença de commanditer Trotzky pour faire en Russie la révolution sociale ; le journal de New York Forward, gazette juive bolcheviste quotidienne, versa aussi sa contribution dans le même but ».
...
« Paul Warburg laissait voir des relations si étroites avec les personalités bolchevistes qu’il ne fut pas réélu au Federal Reserve Board » (conseil suprême des finance aux USA).

« Jacob Schitf était, avec le rabbin Judas Magnes, membre du Comité Juif d’Amérique et membre du conseil d’administration du Kahal juif de New-York ».
...
« C’est-à-dire que le gouvernement juif de New-York fait en même temps partie intégrante du gouvernement juif des États-Unis ».
...
« Le Comité Juif d’Amérique auquel le Kahal de New-York doit son existence se forma en 1906. Le mot « Kehillah » ou Kahal signifie communauté, assemblée, et aussi gouvernement. Le Kahal est la forme de gouvernement de la « dispersion », c’est-à-dire que depuis que le destin a privé les Juifs de leur patrie (sic) et qu’ils ont commencé à voyager par le globe, ils ont organisé leur propre gouvernement de façon à ce qu’il puisse fonctionner sans s’inquiéter du gouvernement que les chrétiens de l’endroit (?) ont institué... »
...
« Le Kahal de New-York est la plus puissante et la plus vaste de toutes les institutions juives dans le monde entier. Le centre de la puissance juive universelle s’est transporté dans cette ville. Cela résulte de la forte immigration des Juifs de tous les points du monde à New York... »
Le journal Le Matin, du 9 mai 1924, comptabilise 5.927.617 habitants à New York, dont 1.643.012 juifs.

« Il est d’usage, parmi les Juifs de New-York que chacun d’eux soit membre d’une ou de quelques loges maçonniques, sociétés secrètes, unions, ordres, comités ou fédérations. Leur nombre est infini. Cette adhérence des Juifs aux dites organisations est calculée de façon à ce que tous les multiples côtés de la vie de New York soient soumis non seulement à une surveillance étroite mais encore à l’action invisible et puissante et à l’influence expérimentée des Juifs, avec l’aide des moyens dont ils ont une si grande habitude (sic) ».


Vous avez dit communistes ?

En 1860 fut fondé l’Alliance Israélite Universelle avec la devise suivante : « Tous les israélites sont solidaires les uns des autres ». Mais il y a un problème ! là-dedans il y a le mot ‘Universel’, or ce sont TOUS LES HUMAINS qui sont tous frères et sœurs ! Là il y a lieu de faire du mondialisme et non pas de la division.
Le président de cette alliance juive universelle fut, dès 1861, Isaac-Jacob Crémieux. Franc-maçon du 33è degré et personnage « remarquable par sa merveilleuse astuce et son esprit subtil qui joua à deux reprises un grand rôle dans les destinées de la France », écrit Netchvolodow. Mais il y avait de quoi s’inquiéter quand on sait que Crémieux fut « grand-maître du Rite Écossais et de Souverain Grand Conseiller du Suprême Conseil du Grand Orient de France », de 1868 à 1880. My God ! que de médailles... en chocolat !

A propos de la tromperie consistant à remplacer général par universel, un certain Lévy Bing s’exprima en 1864, dans une déclaration concernant la paix universelle entre tous les peuples sous la médiation suprême des Juifs (sic). Cela devait déjà faire poindre les prémices du communisme sur modèle de 1789, et par la suite sur la perspective du Nouvel Ordre Mondial. Ce même Lévy Bing (comme une sonnette !) propose déjà, bien avant le « tribunal de Nuremberg », un « tribunal suprême (sic) international », comme si c’était le « tribunal de Dieu... » Il proposa ça au Tsar Alexandre II à Londres ! De Lévy Bing découla même la Ligue des Nations (Société des Nations) lors de la conférence de paix de Versailles en 1919.

« Les représentants de la Confédération centrale des rabbins d’Amérique, du Conseil oriental des rabbins réformés, de l’Ordre Indépendant « B’nai B’rith », de l’Ordre Indépendant « B’rith Salomon », de l’Ordre Indépendant des « Fils libres d’Israël », de l’Ordre Indépendant « B’rith Abraham », de la Fédération des sionistes d’Amérique, des Juifs orthodoxes, des Juifs réformés, des Juifs renégats, des Juifs américanisés, des Juifs riches, des Juifs pauvres, des Juifs soumis aux lois et des Juifs très révolutionnaires... »

Alors, une « maffia » ??? Ou lobbys ??? Mais quelle liberté !!! d’association... L’union fait la force dit-on, et diviser est nécessaire pour régner !!!

« Le rabbin Elias L. Salomon a dit un jour : « Il n’y a pas un seul juif doué de pensée, parmi ceux qui ne vivent pas en Amérique, dont les regards ne soient pas dirigés vers ce pays. La liberté dont jouissent les Juifs en Amérique leur est acquise non par la voie d’un suicide national, mais elle découle naturellement de la civilisation américaine ». Et pour cause ! ce pays a été fabriqué par des francs-maçons ! Alors, pourquoi ce Kahal ?

Dans le même livre de Netchvolodow on apprend que les rois de l’argent pendant un moment à la City de Londres furent : Nathaniel Rothschild et Sir Moses Montefiore (originairement Blumenberg). Ce dernier mourut plus que centenaire, c’est fou ce que l’argent conserve... quand on a des serviteurs ! Voir aussi l’affaire de Damas en 1840 où il sera question de crime rituel. Il faut aussi savoir que les archives françaises de ce crime rituel de Damas ont disparu suite à la nomination de Crémieux au poste de ministre de la Justice ! La franc-maçonnerie était les deux pieds joints dans la troisième république.
 
 

Le B’nai B’rith, une future gouvernance mondiale
Et on remet une louche de Shoah.

« L’Ordre Indépendant B’nai B’rith qui comprend actuellement un million de membres [vers 1921] est ouvertement international. Tout le globe terrestre est divisé par lui en onze régions, dont sept se trouvent aux États-Unis. Le nombre des loges de l’Ordre, d’après le dernier compte-rendu (1921), est de 426. Quatre membres du comité exécutif qui siège aux Etats-Unis, ont leurs résidences à Berlin, Vienne, Bucarest et Constantinople. Les loges de l’Ordre se trouvent aux États-Unis, en Europe, en Asie et en Afrique ».
...
« Actuellement il y a aux États-Unis 6.ooo organisations juives officiellement enregistrées, dont 3.637 se trouvent à New York. Ces données se rapportent à l’année 1919 ; d’après les derniers renseignements, le Kahal de New-York concentre près de 4.ooo organisations ».

Comme le KKK (Ku Klux Klan), le B’nai B’rith se forma en 1843 dans une petite chambre, dans l’Essex-Street.

« Toute la littérature de l’Ordre est dirigée vers la culture du patriotisme parmi les Juifs, et cette tâche paraît être à première vue la principale que poursuit l’Ordre ... Mais l’Ordre n’est pas étranger à l’activité politique. L’histoire des relations diplomatiques des États-Unis pendant les soixante-dix dernières années est pleine d’indications sur l’activité de l’Ordre B’nai B’rith ».
Bien-sûr la divinité suprême à laquelle on fait appel pour bénir l’ouverture et la clôture des assemblées solennelles de l’Ordre n’est pas Jehovah, mais « le Grand Architecte de l’Univers » [en fait, soumettre l’Univers].



Le KGB de la loge B’nai B’rith

« La tâche principale de l’Ordre B’nai B’rith, du moins celle qu’on avoue au public, consiste dans le travail de sa Ligue d’Anti Diffamation (Anti-Defamation League). Ce comité intérieur, qui fonctionne dans chaque loge, remplit une mission d’espionnage dans le but d’informer les grandes loges de tous les évènements concernant le Judaïsme dans le monde. Dans toute son activité, la Ligue d’Anti-Diffamation s’en tient toujours au mode d’action offensif d’après un plan bien- étudié ».

« Dans chaque ville la Ligue d’Anti Diffamation a généralement pour chef un homme possédant la possibilité de faire pression sur la presse locale ... Cette Ligue est l’arme qui sert à opérer tout boycott. Non seulement elle émet les protestations voulues chaque fois que l’hostilité se manifeste à l’endroit des Juifs, mais encore elle dirige les représailles dont l’initiative émane du sein du Judaïsme. C’est donc un organe combatif. Le grand succès de l’Ordre B’nai B’rith, c’est l’organisation par tous les États-Unis de meetings en masses et de protestations contre le Marchand de Venise.
Ces meetings en masses peuvent être appelés l’occupation favorite des Juifs américains. Le Kahal de New-York, ou, ce qui revient au même, le Comité Juif d’Amérique, peuvent dans le cours d’une seule journée organiser des meetings en masse dans toutes les villes des États-Unis... »

« La puissance des Juifs aux Etats-Unis s’est encore renforcée depuis la guerre universelle [première guerre mondiale]. Soixante-treize pour cent de ceux qui ont réalisé des fortunes colossales pendant la guerre appartiennent à la race juive. Le principal rouage dans l’affaire des fournitures militaires était un juif : M. Bernard M. Baruch. »




Notes.
1. Nous sommes tous des Tsars, et pouvons être reçu comme eux ; ça n’a pas de prix, dit une publicité. « Le roi serait souverain, et le peuple serait roi... » écrivait Ossip Senkovski ; ça ne peut pas marcher, c’est une fumisterie, car par la force des choses le peuple ne peut administrer ni gouverner dans le détail... « La démocratie pure est le régime des sociétés, comme la démocratie parlementaire est celui des assemblées », écrit A. Cochin.
Pour faire gober le mythe du peuple souverain « Le roi serait souverain, et le peuple serait roi... » comme l’écrivait Ossip Senkovski, il fallait que ce mythe s’emparât des imaginations, que les uns fussent poussés à le réaliser et que les autres consentissent à le subir (opinion).
Les trente ans de travail des sociétés maçonniques, philosophiques, littéraires (Encyclopédie), pendant le « siècle des lumières » avaient familiarisé les esprits avec la thèse démocratique. Alors on vend sa camelote comme un « État de rêve » qu’aucune expérience n’avait justifiée jusqu’alors. Ce fut le « Demain on rase gratis », un parfait attrape-couillons.
Si on entend par démocratie cela :
« Avez-vous déjà imaginé une femme palestinienne accouchant en prison, les pieds et mains liés ?
Avez-vous déjà vu un enfant de 12 ans menotté a un check point et laissé des heures au soleil ou sous la pluie par la volonté d’un simple soldat ? », écrit un prisonnier abusivement arrêté par la justice israélienne en 2005.

2. Même source, à propos de Bose : « Son père qui ne voulait pas que son fils fréquente une école anglaise où on lui aurait inculqué les traditions occidentales l’envoya simplement à l’école du village, ou pahtasala. A l’âge de quatre ans, il s’y rendait juché sur les épaules d’un brigand repenti, un « dacoït », qui après un long séjour en prison n’avait trouvé de travail qu’auprès du père de l’enfant. C’est ainsi que l’écolier fut nourri de récits de batailles et d’aventures sauvages et périlleuses, mais la bonté naturelle de cet homme qui avait trouvé l’amitié après avoir été rejeté comme criminel par la société ne manqua pas aussi de le marquer ».
Voir aussi Jean Valjean qui est dans la même famille.





anipucsac1.gifVoir aussi :

République totalitaire, page 1
République totalitaire, page 2
République totalitaire, page 3
République totalitaire, page 4
République totalitaire, page 5

Tout le monde est TSAR - 1
Tout le monde est TSAR - 2


Le résultat de la « sagesse » et du libéralisme des francs-maçons et du « Siècle des lumières » : L’ESCLAVAGE.
Nous avons le même genre avec l’attrape-couillons de la future « voiture électrique », qui polluera encore plus que la voiture à essence, à cause de l’énorme quantité de produits naturels qu’il faudra pour les batteries ; sauf si un jour on sait extraire l’énergie totalement gratuite du vide. De plus, comme pour les points clés comme les deux guerres mondiales, le 11 septembre 2001, le 11 mars 2011 au Japon marque une étape sur le problème de l’énergie et du fric ! Le nucléaire empoisonneur de la Terre est remit en question... parce que encore une fois, tout tourne autour du fric.
Par ailleurs, voir ce qui se passe sur Internet et ses libertés qui se réduisent chaque jours qui passent, avec les reculs occasionnés par les imbécilités comme Hadopi et autres Loppsi, là encore : le fric.
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 18-03-2011 01:11

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >