Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow AIL Allium sativum
AIL Allium sativum Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-03-2011 21:24

Pages vues : 5929    

Favoris : 414

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Liberté, Maffia, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Nature, Opinion, Plante, Politique, Pouvoir, Pyramides, Religions, République, Révolution, Sagesse, Santé, Satan, Temps, Travail

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
AIL Allium sativum

Propriétés thérapeutiques des légumes
 
 
 
Comme les Orties, l’Ail est le meilleur ami de l’être humain (la thériaque des pauvres).

Connu depuis l’antiquité, l’ail contient du soufre, de la silice et de l’iode qui préserve l’organisme de bien des atteintes et le maintiennent en parfait état jusqu’à un âge avancé.
 
L’ail longtemps mastiqué et insalivé, excite l’appétit et favorise la digestion en activant la sécrétion gastrique et la motricité des parois de l’estomac. Un bouillon d’ail pris le matin à jeun achève de guérir une indigestion. Il remonte et fortifie. Avant une marche fatigante ou un travail pénible, on peut manger une salade à laquelle on aura ajouté quelques croûtons de pains frottés avec de l’ail.
Il est contre-indiqué aux personnes atteintes d’une maladie de peau ainsi qu’aux nourrices parce qu’il altère leur lait et donne des coliques aux nourrissons.

L’ail séché au four et pulvérisé remplace avantageusement le poivre, excitant dangereux.

L’ail est un antiseptique de premier ordre et un préservatif des maladies contagieuses, de la grippe notamment. Puissant désinfectant des alvéoles pulmonaires, il réduit rapidement les expectorations purulentes et est préconisé dans l’asthme, la bronchite, l’emphysème, la coqueluche et la tuberculose pulmonaire. Dans ces cas et en temps d’épidémie, faire bouillir deux gousses d’ail par tasse de lait à prendre très chaud.
Contre l’asthme, faire macérer une dizaine de jours quelques gousses dans 1/4 de litre d’alcool à 90°. Au moment de la crise sucer lentement un morceau de sucre sur lequel on aura versé quelques gouttes de cet alcool ; ou bien croquer une des gousses après l’avoir roulé dans du sucre en poudre.

L’ail dissout les cristaux dont l’accumulations provoque le durcissement des artères. Il active et régularise la circulation du sang. C’est un remarquable dépuratif du sang qu’il purifie et enrichit. Il est indiqué pour les maladies qui ont leur origine dans une mauvaise circulation ou une altération du sang, telles que : artériosclérose, hypertension, rhumatismes, arthritisme, sciatique, sang vicié, œdème des jambes, varices, hémorroïdes, etc. Dans tous les cas, et à condition de le supporter, croquer une gousse chaque matin. Pour le problème de l’haleine, mâcher pendant quelques minutes et avaler ensuite deux ou trois grains de café torréfié, quelques grains d’anis, un morceau de pomme, de la bette, du persil, une fève crue, de la betterave rouge cuite au four ou sous la cendre.
On peut aussi mâcher des pastilles à la chlorophylle.

Contre le rhumatisme, faire macérer pendant un mois et demi 1/4 de litre d’alcool à 90° dans lequel on met 30 grammes d’ail râpé. Prendre pendant six semaines dans un peu d’eau, six gouttes de cette préparation avant les deux principaux repas.

Moyen d’ingérer l’ail.
Hacher finement, le soir, une ou deux gousses d’ail avec du persil et y ajouter quelques gouttes d’huile d’olive. Le lendemain, étendre cette préparation sur une tartine que l’on mangera au petit déjeuner.
Si on ne le supporte pas, râper, le soir, de 1 à 4 gousses dans 1/2 verre d’eau chaude et laisser macérer toute la nuit. Le lendemain matin, à jeun, passer et boire l’eau. Commencer la première semaine par une gousse et continuer de semaine en semaine avec deux, puis trois, puis quatre gousses.

L’ail est vermifuge pour les enfants. Contre les vers intestinaux, prendre deux fois par jour, une décoction de 25 grammes d’ail dans un verre d’eau ou de lait (faire bouillir 20 minutes). Ou bien, prendre dans une cuiller une gousse d’ail râpée mélangée à deux fois son volume de sucre en poudre. Contre le ver solitaire, prendre une grosse tête, en éplucher et râper les gousses, les faire bouillir vingt minutes dans du lait. Prendre cette décoction le matin à jeun et s’abstenir de toute nourriture jusqu’à midi. Continuer le traitement chaque matin jusqu’à expulsion totale du ver.

La soupe à l’ail est tonique du système nerveux et des artères en même temps qu’un bon potage. Elle est indiqué en hiver et pour les voies respiratoires.
1 - Prendre autant de gousses qu’il y a de convives. Les éplucher et les mettre dans une casserole avec un peu d’eau, sel et poivre. Faire bouillir à feu modéré.
2 - Quand les gousses sont cuites à point, donc bien molles, retirer la casserole du feu et écraser son contenu pour le transformer en une purée aussi diluée que possible.
3 - Prendre des œufs frais à raison d’un pour deux convives, les casser, les battre avec un peu d’eau.
4 - Incorporer progressivement à cette omelette, tout en continuant de battre, une partie de la purée.
5 - Verser le tout dans la casserole sur le reste de la purée encore tiède en remuant bien.
6 - Ajouter la quantité d’eau tiède nécessaire, couvrir et laisser partir à feu doux.
7 - Mettre dans la soupière des croûtons de pain frits au beurre blond et verser dessus, à la passoire, le liquide.

L’ail sert aussi pour panser les ulcères et plaies de mauvaise nature, ainsi on se sert du vinaigre d’ail obtenu en faisant macérer 10 jours 30 grammes d’ail râpé dans un demi litre de vinaigre. Les cataplasmes d’ail râpé soulagent les douleurs rhumatismales. Appliqués sur la pointe des pieds ils parent à un danger de congestion à la tête ou à la poitrine.

Contre les rhumatismes, frictionner 2 ou 3 fois par jour les parties douloureuses avec un mélange d’une partie d’ail râpé pour 2 parties d’huile camphrée. Ce liniment est également recommandé contre la gale et la teigne.
En massage le long de la colonne vertébrale il est favorable aux personnes affaiblies.

Contre une piqure de guêpe, après avoir extrait le dard, frotter la blessure avec une gousse d’ail coupée en deux.

Les vapeurs qui se dégagent de l’ail ont des propriétés anti-putrescibles. En disposant dans le fruitier des récipients ouverts contenant des gousses d’ail épluchées et coupées en deux, on assurera aux fruits une meilleures conservation hivernale. Aux mêmes fins, on peut employer l’oignon et le raifort. Des tas de blé conservés dans les greniers sont préservés des charançons si l’on y insère des tresses d’ail.

Pour remplacer la colle, prendre une belle gousse d’ail, l’éplucher et en frotter les deux parties à recoller. Ajuster celles-ci en les maintenant avec les doigts. En très peu de temps le suc d’ail se desséchera en s’agglutinant et formera un adhésif assez résistant.

Note :
L’ail est contre-indiqué dans les cas d’irritation gastrique, intestinale et urinaire, les maladies de peau, les états d’inflammation des voies respiratoires.

En artisanat, pour percer le verre, diluer 50 grammes d’acide oxalique dans 25 grammes d’essence de térébenthine. Ajouter trois gousses d’ail râpées et laisser macérer 8 jours. Conserver la préparation dans un flacon bouché à l’émeri que l’on agitera de temps en temps. En faire tomber une goutte à l’endroit à percer, et opérer avec un foret sans trop presser. De temps à autre verser une goutte sur le trou commencé.

Indications d’après le livre de Léonce Carlier : Les légumes et les fruits qui guérissent.

« La question des savoirs populaires, de leur diffusion, de leur transmission et de leur pratique est cruciale pour une certaine conservation de notre autonomie et de nos libertés ; revendiquons la, cultivons la.

Ces savoirs populaires sont peut-être le meilleur rempart contre une dérive sécuritaire et totalitaire qui est l’un des risques majeurs qui se profilent derrière l’avancée actuelle du système des « experts » et des homologations ».
« Il ne faut pas rougir d’emprunter au peuple ce qui peut être utile à l’art de guérir ». Hippocrate, cité par Léonce Carlier dans son Avant-Propos.

L’avenir est dans l’AUTONOMIE, nécessaire pour sortir du goulag des banques et de l'économie.
 
 

Dernière mise à jour : 22-03-2011 21:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >