Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La même soupe maçonnique pour tous
La même soupe maçonnique pour tous Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-05-2011 23:35

Pages vues : 4213    

Favoris : 452

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Révolution, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Temps, Terreur

 
planet_interdit.jpg
 
 
La même soupe maçonnique pour tous

ou le meilleur des mondes maçonniques

Les Petits Pères des peuples s’occupent de tout !

En voiture Simone... pour le mondialisme et le FAUX/Faux de la mort
 
 
L’État mondial façon politique américaine et façon Aldous Huxley :
- Communauté (on a déjà donné avec le totalitarisme soviétique et marxisme)
- Identité (on a déjà donné avec le sarkozisme)
- Stabilité (on a déjà donné à la City de Londres et au projet d’une monnaie mondiale pour faciliter « la circulation »)
 
En effet, aucun régime n’osera dire qu’il fonctionne comme une dictature, une tyrannie, ou un totalitarisme. Non, il jurera que son système est DÉ-MO-CRA-TIQUE (1). Ce mot « démocratie » est un fourre-tout, le nazisme se disait démocratique (Hitler a pris le pouvoir avec 95% des voix), le communisme se dit démocratique. Tous ces trucs, tous ces « ismes » sont basé sur l’artifice, la corruption, le mensonge, l’illusion sur l’illusion de la « réalité », un formidable miroir aux alouettes.
On est jamais aussi intelligent qu’en REFUSANT l’intelligence ; c’est-à-dire qu’on se place alors dans l’Instant, le Soi de Ramana Maharshi. Tous les systèmes démocratiques et en dogme d’opinion et égalitaire conduisent fatalement à la mécanisation des âmes, au viol des foules. Et naturellement, depuis le 19è siècle, la science de la mécanisation sociale a progressé parallèlement à la mécanisation industrielle.

L’ordre social doit -être le reflet de l’ordre de la création, sinon c’est une guerre et un désordre permanent. Par conséquence, tout parti, aussi bien en religion, en métaphysique (en politique dans son vrai sens), en économie, tend à imposer ses lois à l’ensemble. C’est pourquoi tout parti, tout « isme » est un genre de dictature.

Rappel :
Le vrai sens du mot POLITIQUE concerne la connaissance de l’être humain, donc le sens est d’ordre QUALITATIF. La qualité, qui est de l’ordre de l’infini, ne peut être engendré par la quantité qui est par nature indéfinie, jamais achevée ; tout comme le visible ne peut pas engendrer l’invisible. Une telle méthode conduit à la société-fourmillière, où n’est tolérée aucune liberté individuelle vers la recherche de l’infini spirituel. Elle multiplie, cumule les individus pour en faire un troupeau (les patates dans des sacs à codes-barres), mais refuse les personnes, c’est-à-dire les êtres humains dans le sens qualitatif. La liberté n’existe alors que pour celui qui décide de ce qui devra être vécu et senti uniformément par tout le monde ; c’est donc la liberté du Grand Architecte ou Administrateur qui ne cherche pas à libérer les âmes mais à les posséder. C’était l’erreur, le péché du communisme soviétique, qui n’est que la maturité d’un mal qui a sa source, son germe, dans un Occident prétendu de civilisation chrétienne.

Ici je m’arrête un instant pour dire que je m’inspire encore et toujours de l’extraordinaire et prophétique livre de Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux.




La franc-maçonnerie : le Grand Administrateur ou Architecte t’envoie à la gueule sa lumière ou OPINION.

Premier round : l’Europe est vendu aux États-Unis


Alors on retrouve cette future dictature de gouvernance mondiale dans la publicité propagandiste de style Joseph Staline, sur galeries souterraines franc-maçonniques :

Jacques Chirac, le jeudi 18 novembre 2004, avec Tony Blair à Lancaster House :

« Je voudrais tout de même... rappeler que les États-Unis et l’Europe ont une vocation naturelle à être ensemble face aux grandes évolutions du monde de demain. Pour une raison simple, c’est que face à ce monde que nous voyons, asiatique, sud-américain, africain, etc., face à ce monde, l’Amérique du nord et l’Europe sont deux pays, qui, traditionnellement, historiquement partagent les mêmes valeurs et donc, ont vocation à mener les mêmes combats... face à ce monde, l’Amérique du nord et l’Europe sont deux pays, qui, traditionnellement, historiquement partagent les mêmes valeurs et donc, ont vocation à mener les mêmes combats... Nous devons tout mettre en œuvre, ensemble, pour que ces réformes prennent forme en 2005.
Un multilatéralisme qui doit être relayé par un soutien aux processus d’intégration régionale en cours sur tous les continents. C’est à ce niveau aussi que doit jouer la logique de responsabilisation, avec l’appui des grandes organisations multilatérales.
Il nous faut construire le nouvel ordre mondial sur la reconnaissance de la diversité des cultures. Cette réalité, longtemps étouffée, s’affirme aujourd’hui comme un facteur de plus en plus décisif dans les rapports entre les nations. C’est en la respectant que nous assurerons une adhésion authentique aux valeurs de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme... Pour construire le nouvel ordre mondial qui garantira durablement la paix, la sécurité, le progrès économique et humain, le monde a besoin d’une Europe forte dans un partenariat transatlantique renouvelé ».


Le communisme est en train de réaliser son rêve de 1917 :
Ce n’est plus un tsar rouge qui régnera, mais un tsar yankee franc-maçonnique qui forcera l’abandon des souverainetés nationales, qui instituera une planification technique de l’économie allant avec la fabrication d’une monnaie mondiale (toujours pour soi-disant plus de fluidité et évidemment de profit et tout le cirque qui s’en suit).

C’est le CFR des Couilles en Or : David Rockefeller, Henry Kissinger, Zbigniew Brzezinski qui veulent gérer le monde comme n’importe quelle entreprise, toujours dans l’imaginaire de « gouvernabilité », ou fluidité des sociétés « modernes ». Les grands mots des Couilles en Or c’est : Fluidifier les échanges marchands pour le bien du capitalisme libéralisé. En bref : seul compte le FRIC.

En toute logique et donc selon l’American Way of Life et le dieu dollar, les États-Unis ne font rien gratuitement, et le bien de l’Europe ce n’est pas pour nous européens mais pour eux ! Nous sommes leur copropriété. Le gouvernement américain est une maffia, tout simplement ; et si vous n’êtes pas avec eux vous êtes des « terroristes », ou les « méchants Indiens ».


Avec l’Europe du futur, en route pour l'Union soviétique européenne.


- Une idéologie imposée à tous (celle de la City de Londres)
- Un parti unique contrôlant l’appareil d’État, dirigé idéalement par un chef
charismatique
- Un appareil policier recourant à la terreur
- Une direction centrale de l’économie
- Un monopole des moyens de communication de masse (propagande outrancière)
- Un monopole des forces armées (assujettissement aux américano-anglo-saxons avec l'OTAN).

Idéologie imposée à tous :
Traité de Lisbonne : libéralisme économique imposé à l'ensemble des pays de l'Union soviétique européenne avec disparition des frontières.
Comme sous Staline : le parti unique : UMP - PS- MODEM etc. se résumant à « la même soupe pour tous ».
L'appareil policier reprend le système stalinien et de Saint-Just : « l’ennemi du peuple », ou pour faire moderne : le marginale ou l'insoumis, bref : le terroriste ou le délinquant. Ainsi dans le Traité de Lisbonne on trouve ce genre de sophisme stalinien : une mort « rendu absolument nécessaire » en cas de recours à la force, force doit alors s'entendre comme la « Justice divine donné par l’homme »... pour la finalité de cette justice est le retour à la condamnation à mort. Mais seulement en cas de :
A. pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale ;
B. pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue ;
C. pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection ».


La Révolution de 1789 fut le commencement du totalitarisme, par exemple le fameux pouvoir au peuple est la plus grande fumisterie de tous les temps, on a imposé le suffrage dit « universel » sans demander son avis au peuple. Un comble !
Le suffrage universel ne tient pas ses promesses d’émancipation : l’élection induit mécaniquement une aristocratie élective, avec son cortège de malhonnêtetés et d’abus de pouvoir. Avec l’élection, les riches gouvernent toujours, les pauvres jamais.

Dans une société en harmonie avec le cosmique, il n’existe pas de chef mais des PROMENEURS, ceux qui respectent l’endroit où ils se trouvent et qui respectent toutes les autres formes de vie. Donc celui qui est tiré au sort, en remplacement de l’élection au suffrage universel à la franc-maçonne, est la lumière du moment, il est un roi pendant un Instant et porte les doléances du peuple. Donc l’élection au suffrage universel est une escroquerie républicaine de plus issue de 1789. Le citoyen n’a aucun contrôle sur ce qu’il se passe dans son propre pays, il ne peut pas agir sur les politiciens qui le représente.
Comme au temps de certains rois, ce qui compte c’est ce que le peuple décide. Il y aura respect et harmonie. (Un roi ne devrait être « élu que pour une année » et révocable ensuite, sauf s’il est exceptionnellement reconduit, mais limité à une seule reconduite).
Le meilleur système pour désigner ceux qui se chargent de la conduite d’une affaire ou organisation est le tirage au sort (pour plus d’infos voir le site de Étienne Chouard). Il paraît que le système du tirage au sort a fonctionné pendant 200 ans à Athènes, jusqu’à ce qu’une oligarchie (les voleurs de pouvoir, les pervers) prennent le pouvoir suite à une guerre perdue. Il serait intéressant de voir comment procédait les Orientaux dans l’Antiquité...
Comme écrit plus haut à propos d’intelligence, on ne devrait jamais confier ou accepter un poste politique important à une personne qui « apprend la politique »... Apprendre : du A privatif, et prendre : ne pas prendre...

Donc dans l’état actuel des choses nous ne sommes que d’épisodiques machines à voter. Il faut prendre un peu de temps pour parcourir l’étude de Étienne Chouard, car on pourrait dire que le tirage au sort est une idiotie en politique ou pour toutes autres élections. Et bien NON ! Je résume une partie : « Le tirage au sort est donc surtout un arbitre idéal, impartial et incorruptible, qui protège la liberté de parole et d’action de chacun, et qui dissuade les parties d’être malhonnêtes (il est impossible, et donc inutile, de tricher) au lieu de les inciter à mentir comme le fait l’élection (qui fait toujours gagner le meilleur menteur). C’est le jour et la nuit », et le clouage de bec au dogme de l’opinion.

Si je parle parfois de siècle des loupiotes à la place de lumières, c’est parce les philosophistes du 18è siècle n’étaient que des riches bourgeois bourré de leur alphabet, qui voulaient imposer leurs amis francs-maçons et former une oligarchie (les pervers), ni plus ni moins.

La démocratie, la vraie : le pouvoir décisionnel du peuple, peut fonctionner avec un roi, qui lui peut aussi être élu, tiré au sort (voir les pages Taocratie, et la note 2). Nous voyons bien que depuis 1789, avec courts passages d’empires et de rois au 19è siècle, nous sommes dans une oligarchie de pervers. Et il est vrai que l’association actuelle : démocratie et élection... ça fait bizarre... Il y a du franc-maçon là-dessous !




Notes.

1. « Ce que l’on désigne aujourd’hui sous le nom de démocratie représentative trouve ses origines dans les institutions qui se sont progressivement établies et imposées en Occident à la suite des trois évolutions modernes, les révolutions anglaise, américaine et française. Or, ces institutions n’ont nullement été perçues, à leurs débuts, comme une variété de la démocratie ou une forme de gouvernement par le peuple » (en note dans le document pdf d’Étienne Chouard sur le tirage au sort, et relatant le livre de Bernard Manin : Principes du gouvernement représentatif.
‘Démocratie représentative’ désignant le député qui se charge à notre place de nos affaires... comme celui qui peut se payer un domestique pour aller faire ses courses et son ménage et laver ses affaires.
Étienne Chouard mentionne aussi cinq livres passionnants de Pierre Rosanvallon :
- Le peuple introuvable.
- Le sacre du citoyen.
- La démocratie inachevée.
- La contre-démocratie.
- La légitimité démocratique.


Pourquoi la passage à une ‘Démocratie représentative’ ? Voici une explication possible :
Déjà, le langage, les signes sont devenu arbitraire au début de l’ère moderne (la Renaissance), lorsque l’on considéra que les mots ont une signification en référence aux idées et non directement aux choses. Le mot perd alors son lien directe avec la chose, il ne s’agir plus du « juste mot pour désigner chaque chose » : il la représente, il est mis pour la chose. La tentation de croire en la magie du mot s’en trouve d’autant plus affaiblie ; il s’agit d’une simple CONVENTION. Mais en distinguant le signe de l’idée, la voie est ouverte au problème de la justesse, de la vérité et du caractère de la représentation. (L’univers de l’écrit, de David R. Olson)

2. Dans le Taoïsme, à l’époque des Turbans Jaunes de l’Est, chaque province avait à sa tête un fang (magicien, ou général, dans la hiérarchie impériale). Ces ‘magiciens’ avaient sous leurs ordres des ADHÉRENTS. (Essai sur le Taoïsme, Henri Maspero)
 
 

Dernière mise à jour : 09-05-2011 00:20

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >