Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Dieu est-il un scientifique ?
Dieu est-il un scientifique ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-06-2011 15:44

Pages vues : 1424    

Favoris : 152

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Temps, Terreur, Yôkai

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Dieu est-il un scientifique ?
 
 
 
CONSCIENCE : con = avec et science ; du latin conscientia « connaissance », conscient. Faculté qu’a l’être humain de connaître sa propre réalité et de la juger, cette connaissance. Oui, enfin c’est ce que nous dit le dictionnaire !!! Et par les temps qui courent, on se demande qui a vraiment conscience de lui !!! Sinon le monde humain tournerait rond et serait harmonieux.
 
Car les écoles du franc-maçon Jules Ferry et beaucoup d’autres de par le monde Occidental n’ont réussit l’exploit que de fourrer dans le crâne des pauvres petits que : tout était matériel, et donc pouvait s’échanger avec le système inventé par les humains : la monnaie. La monnaie courante, la monnaie de singe, et évidemment la monnaie d’échange, rendre la monnaie, la passer, la garder, la donner, la changer, la porter... avec la caissière en moins.

Encore une fois, le mot SCIENCE ne peut être lié qu’à DIEU, ce n’est pas possible autrement ; sinon, comme on le pratique actuellement, ce n’est qu’une TECHNIQUE. Sans Science, sans Dieu, un simple cailloux n’existerait pas. Un cailloux, une pierre, un calcaire possède des mailles, donc la possibilité d’ENREGISTRER. Je ne parle pas de théorie puisqu’ayant pratiqué la sculpture sur pierres pendant trois ans, j’ai pu me rendre compte qu’il y avait un ACCORD entre sujet et objet, entre moi taillant le calcaire avec une intention en principe définie, et le calcaire se laissant ou ne se laissant pas faire : dans ce cas il m’envoie des éclats dans la figure et se fendille à l’endroit où il ne faut pas... Il y a bien un échange car si mon intention n’est pas claire le calcaire refuse de participer. C’est aussi simple que cela. Et d’ailleurs peu importe le résultat final de la sculpture : beau ou moche. Il suffit seulement de respecter l’ACCORD sujet-objet. Nous ne sommes que des PASSANTS sur cette planète.

Cette expérience avec le calcaire, d’ailleurs probablement très ancien car très dur, et qui m’en avait démis le coude du bras avec lequel je tenais le ciseau, s’accorde avec le propos du physicien quantique le Dr. Amit Goswami, qui explique qu’il y a à la fois de l’objectif et du subjectif dans une observation, une expérience, etc. Ne vouloir jurer que par le rationnel, l’OBJECTIVITÉ tyrannique, ça ne même nulle part, saut effectivement à la « science matérialiste » (tout est matière et donc mesurable). Lorsque je sculptais ce calcaire ma conscience était à la fois dans le calcaire et en moi.
Quand je peins une aquarelle, d’après un paysage, un bâtiment, une nature morte, un nu humain, il y a pareillement un ÉCHANGE ; qui fort heureusement se passe de la parole tueuse !

Qu’est-ce que la « science matérialiste » ? : L’être humain croit avoir « dompté la matière » (la Nature comme il dit) par la science et la technique, il en a découvert les secrets les plus intimes croit-il, mais il ignore plus que jamais CE QU’ELLE EST. La science actuelle apporte l’espoir d’en tirer le plus grand bien mélangé du plus grand mal !!!
La révolution mondiale ce n’est pas le mondialisme des Couilles en Or, mais la connaissance que l’être humain a de lui-même. Cette connaissance contient toutes les autres, par la force des choses. Qui résoudra cette le commencement de cette connaissance ? Certainement pas ceux qui ont du fric et sont gavés de bien-être matériel ou d’honneurs sociaux, ni même ceux qui croient trouver dans la religion un refuge où ils s’enferment en bouchant toutes les fenêtres qui leur permettraient de jeter un coup d’œil lucide sur le drame de la planète Terre. L’homme qui croit être heureux ne se pose pas de questions, il est incapable d’imaginer que d’autres puissent trouver invivables les conditions qui leur sont imposées. Il est conservateurs. Et l’homme de Gauche, qui ne conçoit de dignité humaine que dans et à partir des valeurs économiques, qui croit que le bonheur et la joie ne se trouvent que dans les circonstances extérieures, est tout à fait incapable de repenser le problème de l’homme dans ses vrais termes.
Seul peut poser l’équation de l’homme celui qui a souffert dans les profondeurs les plus intimes de l’âme, et qui a été conduit à être à lui même le propre objet de sa connaissance. Con et naissance : avec naissance. (En référence à Jean Coulonval et son livre : Synthèse et Temps Nouveaux).

Oui, la conscience n’est pas localisable, elle va et vient par ci par là, mais certainement pas à demeure localisée dans un individu du berceau jusqu’à la tombe. Cela rejoint l’aphorisme de Rudyard Kipling : « ...entre temps, et quand la Lune se lève et que la nuit vient, il est le Chat qui s’en va tout seul et tous les lieux se valent pour lui. Alors il s’en va par les Chemins Mouillés du Bois Sauvage, sous les Arbres ou sur les Toits, remuant la queue et tout seul ». C’était le temps où humains et animaux se comprenaient. Ils étaient tous deux « sauvages ». Mais comme l’explique Kipling, le plus sauvage était le Chat. Il se promenait seul et tous les lieux se valaient pour lui. Cela rejoint aussi Ramana Maharshi et le Soi, et le Samâdhi : absorption totale dans la contemplation ; ce qui est directe : Maât, comme l’INSTANT.
Donc quelque soit le lieu, la forme, être en AMOUR avec. C’est cela être dans l’Instant. Dés lors, on est bien partout ! Et même dans les pires conditions (voir celles du Christ). On peut être émerveillé juste à côté d’un cailloux.

Toutes les religions s’accordent à dire qu’il y a une cause extérieure au monde matériel : causalité vers le bas. Mais comme l’écrit Jean Coulonval : « Dieu brasse dans les deux sens » : involution et évolution.
Dans le cadre de l’extérieur, le monde spatio-temporel, comme ce qui est décrit plus haut à propos de sculpture, il y a l’expérience intérieure, privée, que je suis le seul a construire, mais le calcaire possède aussi une pensée, tout comme la personne qui marche à côté de moi sur le trottoir ; mais on ne peut pas partager nos expériences intuitives, ou opinions, car il y a autant d’opinions qu’il y a d’habitants sur cette planète. Ainsi nous avons tous nos différences.

Ainsi d’opinion en opinion on en arrive à la dictature sur fond religieux catholique américano-anglo-saxon : le BIEN ÉTOUFFE-CHRÉTIEN, ou « ce qui est bon pour nous est bon pour vous ». C’est comme ça que commence les ethnocides : voir les Conquistadors espagnoles et portugais qui exterminèrent les Peuples du Soleil, déjà au nom du dieu Dollar et évidemment de leur religion chrétienne soi-disant « civilisée ». On retrouve actuellement ce dogme du bien, pour soi-disant protéger les populations, avec les bombardements sur la Libye ! Bref, comme le mot démocratie, le mot ‘bien’ est prétexte à toutes les horreurs, tout comme le mot ‘liberté’ ayant fait des dizaines et des dizaines de millions de morts en 1789 et les petits que cette révolution a pondu, comme 1917 en Russie.

La physique quantique est la science des possibilités, ainsi tout objet n’est pas une chose déterminée, mais consiste en possibilités. Mais les possibilités de qui ? De celles de la conscience. Les possibilités de quoi ? Celles de choisir. Quand il n’y a pas de choix, évidemment il n’y a que des possibles, des choses en latence, en potentialité.
Quelle est la nature de la conscience ?
Beaucoup de gens de par leur éducation scolaire croient que la conscience est une électricité enfermée dans notre cerveau, donc des éléments bien matériels.
Une addition de possibilités ne donnera qu’un « paradoxe de mesure ».
D’un autre côté deux choses différentes ne communiquent pas. C’est le dualisme, que Jean Coulonval résume par le mot GUERRE, car il y a ACTION, comme l’électricité DYNAMIQUE avec le pôle positif et le pôle négatif. Notre monde actuel est basé sur l’action, la vitesse. On accorde de l’importance presque uniquement au verbe FAIRE au lieu du verbe ÊTRE, ce que dénonce souvent Jean Coulonval. Mais ÊTRE c’est pareil que de partir de l’invisible vers le visible, et il ne faut jamais oublier les deux courants involution et évolution.
Pour faire la PAIX il faut un troisième élément.
Maintenant comme écrit plus haut et en référence à Jean Coulonval, la conscience n’étant pas du domaine matériel, elle ne peut être que celui de l’ÊTRE, et qu’ensuite, la matière est constituée de possibilités de la conscience (voir plus haut la description d’une sculpture sur pierre). Donc la conscience n’est pas faite de cerveau, mais que le cerveau est fait de conscience.
C’est toujours le bon  sens consistant à partir de l’invisible pour aller vers le visible, et non l’inverse comme on fait actuellement.
Donc il n’y a plus de dualisme entre conscience et matière, ou invisible et visible. La conscience ne choisit qu’un possibilité qu’elle est capable d’envisager. Il n’y a pas besoin d’effort, mais d’un choix élémentaire sans faire intervenir le dualisme.

Mais si je pense a avoir une belle machine à laver le linge, pourquoi ne se trouve-t-elle pas en place dans ma cuisine ? Les objets matériels sont des possibilités, on le voit bien avec la funeste Française des Jeux et son impôt déguisé sous forme de LOTO : une possibilité sur des millions de gagner ! avant de vous laisser plumer par cette drogue diabolique. Bien sûr dans ces exemples il s’agit de l’EGO. Il s’agit d’un état de conscience DANS UNE DIMENSION DONNÉE ou conscience ordinaire. La conscience ne peut pas faire le choix depuis un état de conscience quelconque. L’ego ne permet que le choix limité, ce qui est logique ; par exemple : quelles sont les glaces que je préfère ? Chocolat ou vanille ? Le choix fait par l’ego est conditionnel, il dépend de notre apprentissage et expériences passées. C’est ici qu’entre le CONDITIONNEMENT.
Le choix conscient qui consiste à transformer une possibilité en réalité est beaucoup plus subtil. Il se produit à une autre dimension.

Deux choix ne peuvent pas se concrétiser à la fois car ça engendrait le chaos total. Imaginez que 50 millions d’individus veulent avoir le dernier modèle de telle voiture ! et qu’en plus ils demandent à Dieu de ne pas oublier les pauvres !!!
Alors, qui choisit ? Une théorie philosophique dit qu’un individu est l’unique réalité, et que les autres et tout ce qui l’entoure sont le produit de son imagination. Seulement pour certaines personnes ce n’est pas une théorie ! Et pour tout le monde cela peut se produire à un moment ou à un autre.

Dieu, conscience, évoquent une CRÉATIVITÉ. Alors le seul choix valable de la conscience sort de l’ego et se situe dans la non localité. Cette conscience est ainsi l’équivalent de Dieu pour les mystiques. N’ayant pas de dimension elle peut correspondre avec l’INSTANT. Il faut sortir de la dualité où Dieu est en haut et les humains en bas, comme le représentent la plupart des peintures et fresques depuis 2000 ans.
Bref, on en revient Ramana Maharshi, Jean Coulonval : sujet et objet sont confondu en une Unité.

Voici un extrait de l’enseignement 591, de Ramana Maharshi, parlant de la conscience.
Question : Comment une pierre peut-elle être vivante ? Elle est inconsciente.
Maharshi : L’Univers entier est plein de vie. Vous dites que la pierre est inconsciente. C’est votre propre conscience qui parle d’inconscience. Lorsqu’une personne cherche un objet dans une pièce sombre, elle allume une lampe pour le trouver. La lumière est utile pour détecter la présence ou l’absence de l’objet recherché. De même, la conscience est nécessaire pour déterminer si un objet est conscient ou non. En revanche, si un homme se tient dans une pièce sombre, il n’est pas nécessaire de prendre une lampe pour le trouver. On l’appelle et il répond. Il n’a pas besoin d’allumer une lampe pour prouver sa présence. La conscience brille donc d’elle-même...


Non localité.

Communication sans échanges de signaux, ce que Savinien Cyrano de Bergerac nomme « échanges d’espaces ». La physique quantique appelle ça « la non localité » : pas de signaux localisables traversant l’espace et donc une chronologie. La conscience non locale est un échange d’espaces puisque deux personnes sont reliées de cette façon.

Puisqu’il n’y a plus ni chronologie ni espace, il n’y a plus besoin de signaux, de CONVENTIONS !
Alors comment se fait la communication « électrique » d’un cerveau à un autre sans utilisation de l’électromagnétisme ? Sans aucun signal ? La réponse est la non localité quantique, d’après le Dr. Amit Goswami. Il n’y a pas d’autre interprétation possible. Des expériences ont bien-sûr été menées. Il s’avère donc que la vraie conscience est non locale et cosmique (de l’ordre du monde extraterrestre).
Puisqu’il n’y a pas de localisation on s’approche de l’Instant, du Soi, du Centrum Centri.


Qu’est-ce qui survit à la mort ?


Le Dr. Amit Goswami fut mis en rapport avec la Théosophie : à base de bouddhisme, donc nous ne mourrons pas complètement et une partie de nous (l’âme) survit et se réincarne. Mais peut-on réellement établir ce fait ? Y a-t-il une « physique de l’âme » ? ÂME : corps subtil.
De toutes façons tout est relié.
Ramana Maharshi dit que la peur de la mort vient de l’identification du Soi avec le corps. Tant qu’elle existera, il y aura peur. Ce sont les pensées qui fabriquent la peur, les pensées ‘je’.

Conscience au niveaux cosmique, ou quantique, ou de Dieu = l’INSTANT. C’est la base, la source. Je me suis toujours dis que pour me déplacer d’un extrême à l’autre de l’univers, je n’avais pas besoin de vaisseau, qui m’aurait demandé un temps de voyage de milliards d’années, non, en esprit le « déplacement » ou échange d’espaces est instantanée.
Si nous créons notre propre réalité, cela ne peut pas se faire à partir de l’ego. Vous imaginez le monde que pourrait créer par la pensée un Sarkozy, un Staline ?? Déjà avec la magie noire d’Adolphe Hitler, le monde prenait une tournure étrange, chose qu’il fait aussi maintenant mais sous l’impulsion de plusieurs entités : ici ou dans une autre dimension.
L’ego est un killer terrible, mais il forme notre base à tous. Le mot SINCÈRE sonne comme Saint et serrer, ce qui correspond à la conscience cosmique, ou quantique, ou le Soi, ou l’Instant et une multitude de noms aussi grand que la définition de la Matière dans le travail alchimique. Être sincère permet d’obtenir quelque chose par la pensée, à un moment où à un autre, parce que cela rejoint l’Instant. Sincère colle avec l’intention pure. Tout comme en Alchimie, plus un texte est obscur et plus il est sincère.
Par exemple :
L’Art du Peintre révèle pour le spectateur un morceau du Tout. Le Peintre fait partie du Tout, mais avec un savoir particulier : c’est son œuvre ; et si son œuvre est puissante et SINCÈRE, elle sera acceptée, appréciée par beaucoup.
Ne pas confondre aussi ce qui est le centre commun autour duquel gravite une société. Le particulier d’une personne qui se détache de ce centre commun, va être suspect aux autres, d’où un décalage ! Cela donnera : Résistance, Un rire/sanction !
Particulier/Personne. Le particulier est le contraire de l’universel qui est la conscience cosmique. Et des particuliers forment un général, c’est en cela qu’il ne faut pas confondre général et universel comme le font les politiques et philosophistes depuis 1789 ! D’ailleurs en 1789 on associa universel avec le mot délation ! Comme quoi le matérialisme humain entrait dans sa phase démentielle.
Chaque être vivant est un « système » clos capable de communiquer avec un autre « système ». Communiquer par les idées, le toucher, les vibrations pour les insectes, et les couleurs. (Sincérité, référence à un projet de Glossaire, par M. R.)

L’ego bloque les réalisations, les régénérations ; il aime l’ancien, mais pendant le rêve, comme l’a démontré Ramana Maharshi, l’ego est endormi, la conscience est proche du cosmique et rêver à une réalisation peut se produire, peu importe le moment : dans un an, dans un siècle. Voir la page sur la communication dans le rêve entre plusieurs personnes.
Dieu est-il parfait ? Quand on voit ce qu’il se passe sur notre planète Terre on peut avoir des doutes ! y compris envers le Christ. Mais la perfection de Dieu est au-delà de l’Instant. La Pierre Philosophale de l’Alchimie illustre la perfection de Dieu matérialisé : l’indéfini des possibilités enfermées dans la Pierre, ce qui correspondrait à une « fixation cavalante » (introduction d’une chronologie). Le mot Alchimie veut dire : AL le Soleil EL, principe Divin qui mit E ou tridents du E Trinité. Rassembler le Tout dans le principe/origine à partir de ce principe/origine.
Les rares descriptions de la Pierre Philosophale la décrive comme une matière poudreuse extrêmement fine et rougeâtre, ce qui correspond à sa fabrication de A à Z, ou l’inverse car il n’y a pas vraiment « d’entrée ».

Le drame de notre monde actuel repose uniquement sur le développement démentiel du matérialisme, qui s’est furieusement accentué à la révolution de 1789. Par exemple, rien qu’une simple preuve datant de mars 1793. La révolution républicaine tente de s’imposer par la force et les Vendéens commencent à se révolter contre cette dictature républicaine. Les républicains sont hués, voir molestés aux mots de « liberté sainte, liberté sacrée ». Effectivement la liberté cela ne peut être que ça, et non un libéralisme matérialiste et mercantile illustrant la tyrannie et l’enfer de ce qu’on ose appeler « la modernité », avec son culte de la vitesse et du rendement effréné et du rentable à tous prix.
Les francs-maçons avec leur dogme de la laïcité et les Couilles en Or sont responsables de cette catastrophe matérialiste. Ils auront des comptes à rendre, car tout est lié puisque NOUS SOMMES LA NATURE. Nous n’acceptons pas la même soupe pour tous, mais nous sommes DANS une même soupe : LA NATURE.   

(En référence au Dr. Amit Goswami, à travers le film documentaire : Quantum Activist)

 
 

Dernière mise à jour : 10-06-2011 16:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >