Accueil arrow News arrow Dernières news arrow HADOPIS dans sa culotte
HADOPIS dans sa culotte Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 13-06-2011 23:28

Pages vues : 1264    

Favoris : 97

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Pyramides, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Temps, Terreur, Yôkai

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
HADOPIS dans sa culotte

Sans HADOPIS, bien-sûr que ce n'est plus la même soupe pour tous !
 
 
Une campagne de propagande gouvernemental, pardon, de publicité-citoyenne consommateur vient d'être lancée ce lundi 13 juin 2011 par les républicains, les Bleus. Comme en 1789 ils nous prennent pour des imbéciles. Mais de toute façon c'est une véritable propagande fort onéreuse pour le contribuable qui lorgne vers le stalinisme, ni plus ni moins. Surtout avec la symbolique PUR ("Promotion des Usages Responsables"). Le hasard ça n'existe pas !!! On en est toujours aux patriotes adepte de la république et aux Vendéens de 1792 traités de "brigands", de "rebelles", face à la dictature des fous de 1789 et à leur libéralisme facilitant les familles des Couilles en Or et du futur monde esclavagiste industriel..
 
 
Lavage de cerveaux, quand tu nous tient !

Extrait :

Sur le contenu-même de la campagne, il y aurait beaucoup à dire. Le Parti Pirate en a déjà commenté certains aspects dans sa pétition de demande de retrait de l'opération publicitaire. Voici ce que nous, nous avons à en dire :

    * Le label "PUR" qui signifie "Promotion des Usages Responsables" témoigne d'un glissement sémantique totalement assumé par la Haute Autorité, de la promotion de l'offre légale à la promotion d'un comportement éthique. Nous ne sommes plus sur le simple domaine de la loi, mais sur celui de la morale. Or une autorité publique investie par le législateur ne devrait pas s'intéresser à la morale, mais à la stricte loi.

    * Par son nom "PUR", le label s'oppose à ce qui est jugé "impur". Impossible de ne pas repenser aux spécifications fonctionnelles des moyens de sécurisation, qui ont fait l'objet d'une seconde consultation publique. Ils prévoient en effet de se baser sur une liste blanche (les contenus "purs") et sur une liste "noire" de protocoles, sites internet, fichiers et autres comportements suspects, pour enregistrer toutes les actions de l'utilisateur potentiellement "impures". Une inquisition moderne.

    * Le choix de l'expression "Sans Hadopi" est révélatrice. C'est après moi le déluge. C'est l'instrumentalisation de la peur de l'avenir plus que la promotion d'un avenir meilleur. Le message n'est pas "avec Hadopi" ou même "avec le label PUR", mais bien "Sans Hadopi, vos enfants ne réaliseront pas leur rêve". C'est la recherche d'une légitimité dont l'étude menée en début d'année a démontré qu'elle manquait terriblement à la haute autorité, mais qui ne s'appuie sur aucun début d'argumentation logique. Il faut prendre l'affirmation telle quelle.

    * Le contenu-même des spots TV, qu'il faut paraît-il regarder au second degré, est une insulte à la culture. Si la culture doit être ce qui est montré de 2025, le téléchargement devient une opération salutaire. La culture, heureusement, ne se résume pas au pire de la production de l'industrie culturelle dans ses clichés les plus détestables. C'est aussi insultant pour des milliers d'artistes que de laisser croire que sans l'industrie culturelle, la culture et la création disparaîtrait. Il ne faut jamais se lasser de répéter que l'industrie culturelle n'a pas 150 ans d'ancienneté, alors que l'art et la création ont toujours accompagné l'homme où qu'il se trouve sur Terre. Même dans le scénario improbable qui voudrait que la culture industrialisée mourrait sous l'effet d'un piratage destructeur, l'art lui survivrait sous des formes nouvelles. L'histoire de l'humanité est faite d'arts qui ont quasiment disparu sous le poids des technologies nouvelles et des modèles économiques changeants (pensez aux enluminures, aux vitraux, aux papiers peints, aux poèmes épiques, aux peintres portraitistes,...).

Si elle a été aussi mal reçue, sur Internet, c'est parce que cette campagne cristallise la vision d'une culture industrialisée, que l'homme a simplement le droit de consommer sans pouvoir jamais partager. Elle rappelle à quel point la riposte graduée est illégitime, non pas simplement pour sa menace ultime de sanction de suspension de l'accès à internet, non pas seulement pour son processus juridique assis sur des preuves récoltées sans protocole certifié, mais aussi et surtout pour la vision de la société qu'elle entend défendre. C'est cette obsession à vouloir sauvegarder un modèle passé ("Sans Hadopi, l'avenir ne sera plus comme avant") qui ne passe pas dans l'opinion, au moins sur Internet. Nous verrons bien si le grand public l'accepte davantage, et se prend l'envie de ne plus utiliser que des plateformes PURifiées. Mais ce lundi, au jour de lancement de la campagne, nous en doutons.

Source et début de l'article sur numera.com

(Merci au site Korben.info pour la photo du haut)
 
 

Dernière mise à jour : 13-06-2011 23:41

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >