Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Langage second : Télépathie 3
Langage second : Télépathie 3 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-09-2011 23:33

Pages vues : 5018    

Favoris : 425

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Langage second : Télépathie 3
Le premier langage étant le SILENCE (1)
Qui est Langage Universel et donc le plus efficace


CLAIRVOYANCE ou REMOTE VIEWING ou VISION À DISTANCE
 
 
 
 
La Télépathie c’est la communication et l’échange non physique entre les trois règnes minéral, végétal, animal, cela à l’état de veuille et de sommeille (période des rêves).
La Télépathie ne deviendra VRAIE que grâce à la qualité de ceux qui s’en serviront : Nature esjouir Nature, est-il dit en Alchimie.

Pat Price, parvient à entrer en relation télépathique avec un homme qu’il ne connaissait pas. Il le suivit quasiment à la trace au point de voir ce que l’autre voyait. Cette variation du thème Télépathie est de la Clairvoyance, rebaptisée : Remote viewing.
 
Donc la grande différence entre la Télépathie et la Clairvoyance (Azimutomancie) est qu’il n’y a pas d’émetteur spécifique ou connu, mais un récepteur (le clairvoyant ou viewer).
AZIMUTOMANCIE : Azimut et Mancie. Azimut : le chemin ; angle formé par le plan vertical d’un astre et le plan méridien du point d’observation.
Mancie : Éléments, du grec manteia « divination », qui servent à former des termes désignant des sciences divinatoires et les personnes qui les pratiquent.
Donc il s’agit de deviner ce qui se trouve à un endroit, objet ou personne, et comme tout est vivant et vibrant, on comprendra qu’il y ait émission partout.

Un homme dort dans une pièce où on a enfermé dans un coffre une reproduction de tableau. Son entourage ignore totalement le motif du tableau. L’homme ne détecte la scène sur le tableau qu’au bout de plusieurs nuits, mais la description qu’il en donne est parfaite.
Curieusement l’Azimutomancie, terme que je crois être le seul a employer, ou a avoir inventé (faite une recherche sur votre moteur de recherche favori), est employé très concrètement mais de façon magique dans la superbe série télé Legende of the Seeker. Ainsi on voyait se tracer le trajet du personnage à suivre sur une carte géographique à une échelle très grossissante. Bref : un GPS naturel et hautement plus solide que le GPS électo-machin.

La notion d’ÉCHELLE est très importante :
Pour comprendre : un rapport est établi au moyen d’un personnage humain dessiné devant un objet ou un bâtiment pour en donner une « échelle ».
Sans cette échelle, l’objet ou le bâtiment « n’est pas parlant ». Bref, l’Échelle est une référence.

Le SOURCIER entre dans la variation Clairvoyance ou Remote viewer. D’ailleurs le héros de Legende of the Seeker est un Sourcier. Cette série captivante s’est malheureusement et étrangement arrêtée au bout de deux saisons.
SOURCIER : personne censée être capable de découvrir les sources cachées, les nappes d’eau souterraines ; radiesthésiste, rhabdomancien. Le mot Sourcier est proche de Sorcier : envouteur, magicien, chaman.

Si on peut trouver une source d’eau on peut trouver des ruines archéologiques. Les trois règnes, minéral, végétal et animal émettent. Il suffit que le récepteur s’ACCORDE sur l’émission des éléments dans les trois règnes.
On ne sait pas grand chose du domaine de la couleur, à part la grandeur vibratoires des couleurs du spectre solaire, car un clairvoyant pourra voir les couleurs d’un objet non éclairé et enfermé dans une boîte.
Encore une fois : TOUT EST LIÉ.

Je pense que des clairvoyants ou viewers sont à l’œuvre pour trouver Mouammar Kadhafi, surtout que certains ont mis sa « tête à prix ». On a fait la même chose pour trouver Saddam Hussein, notamment avec l’expert Stephan Schwartz, qui participa à plusieurs recherches archéologiques (archéologie intuitive).


Plusieurs types de Remote viewing :
- NRV (Natural Remote Viewing), se rapproche de la Clairvoyance classique. Le viewer est peu guidé et n’a aucune information sur la cible, il peut donc partir sur plusieurs pistes.
- CRV (Controled Remote Viewing), il est fortement cadré et permet de distinguer ses perceptions de ses constructions intellectuelles. Il enseigne à élargie le spectre de ses perceptions.
- RT (Radiesthésie Technique), consiste à répondre à des questions fermées, aidé d’un pendule ou autre. On l’utilise notamment pour la recherche sur carte (Azimutomancie).

Le Remote viewing à des fins militaires remonte à la fin des années 1960, où était menés des expériences sur les sorties hors du corps (EMI), à New York au sein de l’American Society for Psychical Rechearch. Un des participants fut Ingo Swann, alors jeune artiste peintre. C’est vers cette époque que le nom ‘Remote viewing’ fut inventé pour remplacer le mot ‘Clairvoyance’ qui faisant trop « charlatan » ou la Madame Irma, bref, la diseuse de bonne aventure dans les fêtes foraines !

Une diseuse de bonne aventure à la CIA ça la foutait mal ! Ainsi le Monsieur Irma travaillant pour la CIA fut Joseph McMoneagle, le plus célèbre « espion psychique ».

L’émotion entre en ligne de compte dans la Clairvoyance, pardon, le Remote viewing. Sur une cible sur photo le viewer peut parler de sensation de hauteur, de structure, de chose minéral, ou sèche, etc.
Il paraît qu’il existe une association de Remote viewing : Association International de Remote Viewing (IRVA, cofondée par Stephan Schwartz)

Comme déjà écrit, les capacités psychiques sont universelles, somme le Soi. Chacun sait : « Je suis ». Qui est ce ‘Je’ ? Il n’est ni intérieur, ni extérieur, ni à droite, ni à gauche. « Je suis » - c’est tout. (R. Maharshi, ent. 273). Il suffit de se servir de toutes ses capacités psychiques innées et de déboulonner le sens péjoratif et New Age du mot « parapsychologie ». Évidemment dans notre actuelle civilisation consacré au dieu FRIC, le Remote viewing peut être employé en « stratégie d’entreprise » ou dans la fameuse « étude de marché » ! Et bien-sûr pour la police...

En l’état actuel des choses, le Remote viewing consiste en des techniques pour arriver à décrire ce que l’on perçoit et à percevoir des choses inaccessibles physiquement en exploitant mieux son don pour les décrire. Même un don minuscule nécessite un développement.

Edgar Cayce
, qui dit des choses très très très intéressantes sur l’Atlantide, faisait des diagnostiques médicaux à distance lorsqu’il était en état de transe (état de modification du mental, ou de son abolition momentané). Lorsque la photo fut disponible, Cayce utilisait celle de la personne malade, ce qui évoque l’Azimutomancie, la Radiesthésie, puisque Cayce soignait aussi à partir des coordonnées de la personne, de son adresse et de sa date de naissance. Edgar Cayce était surnommé « le dormant ». Selon les dires de Cayce, il mettait de côté sa pensée puis « entrait en contact » avec l’inconscient du malade, et c’est de de cet inconscient que les informations lui provenaient. Il réussissait à établir des diagnostiques là où des spécialiste n’y parvenaient pas, puis recommandait des remèdes.

Détail fondamental : Cayce était un homme simple et croyant. Je résume cela par : SIMPLICITÉ.

J’ai consulté pendant plusieurs un médecin homéopathe qui travaillait sur photographie (pour ‘magnétiser’) et avec un pendule pour trouver le bon remède homéopathique ; il faisait osciller son pendule au-dessus d’une boîte d’échantillons de remèdes homéopathiques, et quand le pendule oscillait fortement, le remède était le bon.

La méditation marche dans les deux sens, ou bien sur un objet quelconque, ou sur la recherche du Soi. Le problème réside toujours entre SUJET et OBJET ! Et la relation entre les deux.
Ramana Maharshi dit que la méditation est préférable les yeux fermés, car avec les yeux ouverts le mental est contaminé par n’importe quel objet. Autrement, il est pur. Ainsi pour se couper d’une réception télépathique, le mental doit rester actif dans la recherche de lui-même sans enregistrer des impressions extérieures. (Entretien 61).

Maharshi précise dans l’entretient 293 que : méditation signifie fixer l’attention sur une seule pensée. Cette pensée unique écarte toutes les autres pensée ; la distraction du mental et le signe de sa faiblesse. Par la méditation constante, il gagne de la force, c’est-à-dire sa faiblesse, due au pensées fugitives, cède la place à un arrière-fond durable, libre de toute pensée. Cette vaste étendue,dénuée de toute pensée, est le Soi. Le mental pur est le Soi.

Maharshi précise dans l’entretient 131 que l’ego et toutes les pensées ne peuvent exister qu’en étant associés à la conscience absolue ; pas autrement. Conscience absolue qui est naturellement au-delà de l’Alpha et Oméga ou Noosphère de Teilhard de Chardin. La conscience absolue n’est un super Bit Torrent cosmique ! Le Tout est plus et autre chose que la somme des parties.

Proche de l’Azimutomancie, à cause du jeu des angles, se trouve la possibilité de lire des informations sur le contenu d’une lette sous enveloppe et sans l’ouvrir, et même sur celui ou celle qui l’a écrite, ou encore plus sur l’endroit et l’environnement où la lettre à été expédié.
Cette variation et proche de la Rétrocognition ou Rétrovision : décrire une personne ou un événement à partir d’objets ayant appartenus à une personne.

En effet, un objet a « une âme ». Il faut leur prêter attention : par exemple en aquarelle, pour peindre un objet, faire bien attention à lui, sinon le n’importe quoi s’engouffre dans le papier. Donc les objets sont doués d’intention (projection, potentiel). Un objet n’est pas simplement lui-même, c’est-à-dire limité, il est Infini.
Le marteau sert à enfoncer des clous, mais aussi à une multitude de choses ; il a été tenu autrefois par un père, un fils et rappelle ceux-ci. Il rappelle des souvenirs, des situations. Cet objet ne renferme des vertus que parce qu’il incarne, il y a échange entre l’objet et la personne sujet, qui croit à ce qu’elle voit, fait, entend.

Les objets sont sacralisés : en plus d’eux-mêmes, ILS SONT AUTRE CHOSE. Ils ont leur vie à eux. Ainsi, il est nécessaire de les respecter, sinon il y a danger. Voir par exemple, à quelle vitesse se dégrade une maison inoccupée. Donc, les laisser vivre, les réparer ; ils nous le rendront bien.
Parfois, comme les chats, l’un d’entre eux fait des « bêtises ». Celui dont on a instantanément besoin se cache, il tombe derrière la lourde commode ; on ne le récupère qu’au bout de longs efforts.
En notre absence, nous ne savons pas ce que font les objets. Sont-ils toujours là ? ou ailleurs ? Il n’y a aucun moyen de le vérifier, et c’est bien ainsi.
En résumé : les objets laissent des « empruntes » de leurs propriétaires, tout comme les murs enregistrent ce qui se trouvent en face d’eux. Ce qui explique les maisons hantés, où les lieux ou objets portant « malheur » ou portant « bonheur » (fétiche, artifice).
Nous sommes tous aptes à percevoir des choses qui se sont produites par le passé en entrant en contact avec des objets, une pièce d’habitation, un bâtiment. Aussi des personnes peuvent ressentir un fort malaise en entrant dans des lieux leurs transmettant des impressions trop insupportables.

Ce n’est pas le sujet de cette page où j’aborderai la Télépathie avec les plantes, mais par exemple Edward Bach, le célèbre créateur des élixirs fleuraux dites : « Fleurs de Bach ». On entre dans le domaine de l’Alchimie : recueillir de l’eau de rosée en fonction de la position des planètes, la cristallisation sera totalement différente suivent les cycles planétaires.

Comme tout est lié, il n’est pas étonnant qu’on rapporte que lorsque Ramana Maharshi déjà très âgé faisait sa promenade du soir, qu’à peine celui-ci avait quitté sa maison, que le bétail retenu par les licols dans les étables du village situé à cinq cents mètres de là réussissait à se libérer pour se lancer à la suite du vieillard et l’accompagner dans sa promenade, suivi de tous les enfants et de tous les chiens du village. Avant même que la procession ait pu aller bien loin, des animaux sauvages, et même des serpents, quittaient la jungle pour se joindre à elle. Des milliers d’animaux surgissaient, bloquant pratiquement la vue du ciel. De petites cailles dodues, d’énormes milans, des vautours aux ailes lourdes et d’autres oiseaux de proie volaient tous en paix autour du Maharshi en promenade. Lorsqu’il rentrait chez lui, les oiseaux, les animaux et les enfants se dispersaient dans le calme. (D’après La vie secrète des plantes, de Peter Tompkins et Christopher Bird). Cela évoque Orphée enchantant jusqu’à des cailloux !
Tout ce qui a été créé est interdépendant, aussi ce qui affecte une forme de vie affecte nécessairement toutes les autres également. Qui cueille une fleur dérange une étoile, disait un poète.



Note.
1. Le silence est le véritable upadesha (enseignement). Il est l’upadesha le plus parfait. Il ne convient qu’aux chercheurs les plus avancés. Les autres sont incapables d’en tirer une pleine inspiration. C’est pourquoi ils ont besoin de mots qui expliquent la Vérité. Mais la Vérité est au-delà des mots. Elle n’admet aucune explication. Elle ne peut qu’être indiquée. (Ramana Maharshi, entretient 569, du 7 novembre 1938).
 
 

Dernière mise à jour : 23-09-2011 01:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >