Accueil arrow News arrow Dernières news arrow VIOLENCE franc-maçonnique et Mithra
VIOLENCE franc-maçonnique et Mithra Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-10-2011 02:32

Pages vues : 5725    

Favoris : 438

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
VIOLENCE franc-maçonnique et Mithra

Mithra-F.M. contre Sérapis

Soleil contre Lune


Droite contre Gauche


Dieux violants du monothéisme contre paganisme


Alchimie contre Chimie, etc.
 
 
Mithra = religion du salut = franc-maçonnerie. Dieu des religions à mystère ou du salut. C’est lui le tueur du taureau. Le persan Mithra est une sorte de Messie dont certains attendent le retour comme juge des humains ; il est un dieu « porteur de péchés » qui expie pour les péchés de l’humanité. Il est né d’un rocher un 25 décembre, jour où l’on célèbre le solstice d’hiver.
Ce culte est violant par l’action de répandre le sang d’un taureau censé représenter l’énergie physique et psychique. Ce culte en vient à exalter l’énergie vitale du guerrier, mais aussi l’énergie de celui qui est appelé à combattre toutes les puissances du mal pour faire triompher la « pureté spirituelle », la vérité, le don de soi et la fraternité universelle des vivants ». « Jéhovah fut le plus ferme maintien de « l’ordre moral » ; il l’est encore », écrit Grasset d’Orcet (voir la franc-maçonnerie).
 
My God ! c’est exactement l’époque que nous vivons, avec les francs-maçons et les États-Unis maîtres du monde.

La Mitre, cette coiffure d’un dignitaire religieux vient directement de Mithra !

Serapis : en rapport avec le Taureau Apis et le culte de PTAH à Mur-Blanc (Memphis), et par la suite rapport à Osiris.

Le Taureau symbolise la force créatrice et à la fertilité. Il symbolise l’ordre cosmique sous la forme de Dharma, ainsi on le dit insondable. Par contraire à Mithra le Taureau est lunaire et du domaine de la nuit.
Le Taureau est comme le cheval, un animal royal, de la à penser aux francs-maçons solaires et à leur source dans Mithra...
Mais ce qui fait la richesse du Taureau est l’ambivalence de son symbole. Eau et feu : il est lunaire associé aux rites de fécondité ; et solaire par le feu de son sang et le rayonnement de sa semence.

Ainsi le culte à mystère de Mithra est bien militaire et s’est perpétués pendant tout le Moyen-Âge à côté du christianisme, et a joué un rôle capital dans la formation de la franc-maçonnerie moderne.
Les mystères de Mithra se sont mélangés à des éléments grecs et chaldéens. Le christianisme occidental a emprunté à Mithra sa hiérarchie et la plus grande partie de ses vêtements sacerdotaux : « c’était donc le christianisme sous une forme plus scientifique et recouvert du triple voile de la maçonnerie moderne », écrit Grasset d’Orcet dans Œuvres décryptées, vol.2.

Grasset d’Orcet qui précise que les cloches attachées à la chrétienté occidentale sont solaires. Alors qu’il n’existe pas de cloche dans les églises byzantines. Évidemment les Templiers et les Croisés étaient de rites solaires. La « démocratie » est solaire tout comme le Grand Orient, dont le prince de Galles était de droit grand maître et devait renoncer à cette apothéose maçonnique lorsqu’il montait sur le trône. La « démocratie » est le cloaque de la république « universelle » franc-maçonnique qui est destiné à « faire progresser l’humanité ».


Terrorisme va avec violence, tout comme démocratie va avec merdier.

Grasset d’Orcet appelle les premiers termes : la mort et le diable (dieu dollar), deux systèmes et inventions politiques des bourgeoisies devenues souveraines après 1789 et grâce à Napoléon Bonaparte et au règne des banquiers, et qu’elles entretiennent soigneusement pour tenir le peuple déshérité et sans repère, auquel elle a tiré l’échelle !
Mais la bourgeoisie n’a pas attendu 1789, elle était aux commande en Perse : « Les Juifs revinrent de Babylone ce qu’ils sont toujours restés depuis, usuriers et marchands ; ils rapportèrent le diable au fond de leur coffre, et depuis le diable est devenu le dieu de toutes les classes marchandes.
De tout temps et en tout pays, le marchand est un demi-savant, pourvu de ce que nous nommons « Instruction primaire » [grâce au franc-maçon Jules Ferry]... En politique il lui faut un gouvernement fort qui fasse marcher les affaires [appel du bas ventre et croissance], en religion un dieu fort qui justifie le gouvernement de ses rêves, en esthétique un art qui lui donne sa propre ressemblance, ni plus ni moins, car le marchand se trouve toujours beau et son idéal ne va pas au-delà de son incomparable beauté. Joignez-y quelques gravelures pour le mettre en joie et vous avez l’art romain, l’art d’aujourd’hui [19è siècle], celui de toutes les époques où règnent les classes marchandes, César, la maréchaussée et la « cocotte ». Le bourgeois aime l’argent et la luxure, et il redoute la mort et la gendarmerie, qu’il incarne dans le même personnage, le DIABLE », écrit Grasset d’Orcet avec une lucidité prophétique dans « De l’androgyne dans l’art ancien et moderne », Œuvres décryptées, vol.2.
Aussi est-il naturel que la France ait perdu complètement le sens de tout ce qui se rapporte à la noblesse, à noble ; on entend jamais ce mot dans la bouche des tristes personnages « faisant de la politique ». Ce mot de noble a disparu en même temps que le sens qui s’y attache.

Ce diable que la tradition chrétienne de Mithra assimile au serpent qui séduit Ève au Paradis. SERAPHIM [SERAPHIN] = SERPENT = Cherubin ; donc le Serpent donne vie à Ève : elle cueille le fruit de l’Arbre de Vie. Le Serpent donne donc un conseil tout naturel puisqu’il est lui-même le génie de la vie et de la mort. A cette époque les humains n’avaient pas encore inventé le mal !!! Voilà un origine possible de la CHUTE : l’invention du mal, une première division.

Grasset d’Orcet écrit que Méphistophélès (un des princes de l’enfer), qui veut dire : « méphistos » : infecte, et « ôphélès » : utile, pratique, est le génie du mercantilisme et de l’usure. Il n’a jamais eu de jeunesse ; il est né décrépie.

C.W. Leadbeater, dans « Rites mystiques antiques - Une brève histoire de la franc-maçonnerie » dit une chose fondamentale, puisque la république a foutu dehors la religion, celle-ci s’exerce maintenant en souterrain bien plus que le ne fait ouvertement l’Église de Rome avec son Vatican. En effet, comme le christianisme est « mutilé et a rejeté sa propre gnose et mis de côté ses Mystères », la franc-maçonnerie prend la relève en maintenant l’antique tradition du Mithriacisme, jouxté peut-être avec une tradition atlantéenne dans la lignée chaldéenne.
Leadbeater se fourvoie totalement à propos d’instruire les gens en fonction des besoins de ceux-ci, et protéger des secrets importants de ceux qui ne sont pas prêts à les recevoir. Car c’est le PROBLÈME MAJEUR entre initiés et profanes !!! Ainsi il écrit : « N’aurions-nous pas intérêt à concevoir aujourd’hui des moyens réservant l’usage des nouvelles découvertes des sciences (utilisées aujourd’hui pour blesser et détruire) à ceux-là seuls qui seraient sûrs de s’en servir pour le bien publics ». C’est la définition même de la censure, voir de l’inquisition...
 
 

Dernière mise à jour : 10-10-2011 02:50

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >