Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les DICTATEURS
Les DICTATEURS Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-10-2011 02:35

Pages vues : 3760    

Favoris : 406

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Les DICTATEURS


La « Raison » et la « Lumière » qui promettent le DORG (Demain On Rase Gratis) sans jamais l’avoir exercé, donc jouant à l’apprenti-sorcier avec de simples mots conventionnels. Bien-sûr le DORG c’est l’inévitable « démocratie » ou la démocacatie.
DÉMOCRATIE = CAPITALISME = MERDE.
 
Nous sommes entré dans l’ère de : « La Bourse, ou la Vie ! ».
Le terroriste, c’est désormais l’opposant au FRIC. Celui qu’on appelait autrefois « le brigand ». Le vrai brigand c’est le banquier bien-sûr. Abraham Lincoln, Andrew Jackson, John F. Kennedy, Charles de Gaule, Saddam Hussein, le Colonel Kadhafi et d’autres payent très cher leur indépendance vis-à-vis des banques.
 
LE DICTATEUR sort ce genre d’opinion ou de dogme, et en fait ainsi une simple religion : « La République française est invincible comme la Raison, elle est immortelle comme la vérité. Quand la liberté a fait une conquête telle que la France, nulle puissance humaine ne peut l’en chasser ». (Maximilien de Robespierre). On dirait la parole d’un chef Juif bolchevik !
 
Ainsi le mental (ou raison) est terriblement transformé en religion, mais à l’envers, comme le sera plus tard le communisme des Juifs bolcheviks. Avec ce que sortait Robespierre, il ne pouvait finir que la tête coupée !

Faire de la Raison une religion, il fallait le faire ! Nous entrions dans le règne de la Gauche (le bien) et de la Droite (le mal ou le réactionnaire), du Bon (les pères la morale) et du Méchant (l’ancien brigand qui devient aujourd’hui le terroriste : l’opposant). Bref, de la lumière du siècle du même nom sur l’obscurantisme de nos Anciens ! Et nous entrions dans le règne du dualisme et par la même des DIVISIONS. L’ancien devient le méchant et le nouveau monde de l’après 1789 le bon. Ensuite les républicains et leurs copains francs-maçons vont chercher leurs idées en franchissant les presque 2000 ans de chrétienté de l’Église de Rome.
C’est vrai que l’idéologie des vainqueurs, ceux de 1789, imposent leur dictature d’opinion à l’ensemble. C’est une dictature, comme toute opinion vainqueur ou du plus grand nombre qui impose à l’ensemble.

1789 est une dictature de la bourgeoisie judéo-protestante montante tout comme allait de pair la montée en puissance des banques.

Il faut tout de même rappeler à ceux qui en entendant le mot « Monarchie » ou « Royaliste » crient à l’absolutisme voir à la dictature. La France monarchique comportait des collèges, des communautés, associations ou corporations pour gérer le bien particuliers et celui du royaume. Il existaient des parlements, des conseils, un tas d’institutions qui, comme dans la Nature en fonction de leurs familles, possédaient leurs propres lois et statuts, ce qui veut dire que la dictature de l’État comme maintenant n’existait pas ; évidemment ces institutions et divers organismes devaient obéir aux lois d’ensembles. Comme personne morale, un corps pouvait posséder des biens ou intenter un procès pour se faire respecter. Le sens du mot NOBLE voulait dire quelque chose.
Les Vendéens aimaient leur roi et leur monarchie, même s’ils étaient pauvres ; ils ne voulaient pas de cette république venue du fond des âges gréco-latins.

A ceux qui croit que République = égalité et la suite, les soi-disants « droits de l’Homme » sont encore le dogme de l’opinion et une variante de dictature qui nous donneras cette horreur : le libéralisme ou alors là : la tyrannie de la libre pensée ou humanisme. Ainsi la Loi Le Chapelier, plein pot sur la révolution en 1791 fera la contraire de la monarchie, et bien-sûr de façon dictatoriale car contre « le petit peuple », en interdisant les corporations artisanales, mais aussi les rassemblements paysans et ouvriers ainsi que le compagnonnage. Donc cela nous donnera effectivement le libéralisme : « Il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d’exercer telle profession, art ou métier qu’elle trouve bon », ce qui donnera par la suite le lobby ! Donc cette loi est une fumisterie de plus qui aboutira même à supprimer les universités et et facultés de médecine, toujours au nom du libéralisme : sans qu’il soit nécessaire d’avoir fait des études médicales ou d’avoir un diplôme, jusqu’à la création des écoles de santé de Paris, Montpellier et Strasbourg le 4 décembre 1794. Il fallut tout de même attendre 1884 pour abolir totalement cette « loi ». Avant, pas de syndicats et de droits de grève ! (sauf des grèves « sauvages »).

On pourrait avoir l’impression que l’Église de Rome a mise sa diabolique ingéniosité à saccager la Monarchie, alors que la véritable Église du Christ aurait certainement durée plusieurs millénaires en forme monarchique avec le pouvoir politique et le pouvoir économique. Non, avec l’entente du pouvoir royale et celui de l’Église de Rome, il ne s’est produit que trahisons, guerres de pouvoirs, mensonges et esclavages des peuples.
Tout de même, cette Église de Rome tenta de réguler et d’équilibrer les « droits de l’Homme » de cette époque en s’efforçant d’atténuer les violences du libéralisme bourgeois, sans jamais le remettre en question tant le clergé était parfois sa richesse. « Paix et Trêve de Dieu » s’efforçait de laisser souffler un peu le peuple, la première victime. Au Moyen-Âge le sens du mot NOBLE possédait le sens de protéger et défendre son prochain, d’où tout le système de la féodalité : les districts autonomes et leurs centres sous forme de châteaux forts qui devaient protéger les paysans en cas d’attaques d’ennemis extérieurs. La chevalerie devait aussi protéger les plus faibles. Il y a donc un fond hérité de l’Ancienne Égypte. Voir par exemple la page très parlante : Prière de la Pureté.

Évidemment sous la monarchie et l’Occident non encore gangréné par la république, il n’existait pas de « guerre totale ». L’Église de Rome tenta d’ailleurs de tempérer les ardeurs pour éviter la première guerre mondiale.
La Guerre de Cent ans et plus tard les guerres de religions et l’époque de la Renaissance détruisit la Paix et la dolce musique moyenâgeuse.

Vrai que l’Église, le roi et l’aide de son administration permirent de défendre les pauvres contre les dérives et abus de certains nobles. Ainsi se renforça la puissance d’un État centralisateur. De même le servage disparu très tôt, du moins officiellement, car il existe encore de nos jours sous formes très très déguisées !!! Évidemment, centraliser l’État ne fut pas du goût de nombres de Seigneurs qui possédaient beaucoup de terres. Voir ce qu’il arriva notamment à Gilles de Rais, plus puissant économiquement parlant que le roi.

C’est Louis 14 qui s’aidera de la bourgeoisie (voir son ministre Colbert et l’affaire Nicolas Fouquet) pour amoindrir la puissance de la noblesse, ce qui amènera le siècle des lumières puis 1789.
Notons que c’est sous Louis 14 que la langue française « crachat » sur l’ancien français et le compliqua allègrement, mais cela commença à la Renaissance où l’on inversa beaucoup de choses.

Il faut le répéter, le peuple de France sous la monarchie était essentiellement PAYSAN et aimait et était fidèle à ses rois. Il y eut bien des jacqueries et révoltes suites à des mauvaises récoltes jouxtées à des guerres, mais sans projet de renverser l’autorité royale. Ainsi il devient évident que la bourgeoisie qui décide de tout du haut de ses luxueuses maisons dans les cités, et dans ses caves parmi ses camarades francs-maçons et autres clubs, reprennent aux Grecs le mot de CITOYENS, donc les habitants des cités, pour tous les gens nés et résidant sur le territoire de France devenue républicaine. Le Nouvel Ordre Mondial nous veut en ville pour mieux nous contrôler. Ainsi commence la déconfiture du monde paysans qui fera place au destructeur monde industriel au court du 19è siècle, avec le concours de la prolifération des banques.

Donc le peuple se transforme en bourgeois : le Tiers-État, puisque les théoricien de cette révolution de 1789 estiment que le peuple se réduit au Tiers-États, donc ni la noblesse ni le clergé (deux classes non productives, donc façon stalinisme : parasitaires). C’est cette bourgeoisie, cette grosse oligarchie qui était parasitaire et osait parler « au nom du peuple » !

Il est évident que la bourgeoisie n’a pas pu « tuer Dieu et les nobles et le roi » comme par un coup de baguette magique. Non, la destruction s’est faite lentement et a commencé à l’époque de la Renaissance, avec notamment la grande invention : l’imprimerie, je ne le répéterais jamais assez !

Rappel : NOBLESSE veut dire caractère noble : Grandeur des qualités morales, de la valeur humaine. La chevalerie était noble. Noble = dignité, grandeur, magnanimité, DISTINCTION, majesté.
Alors ce qui crispe souvent les gens c’est le caractère héréditaire du roi, de la noblesse, et David Icke, dont j’apprécie beaucoup les ouvrages, ne fait pas de distinction entre l’hérédité et pour lui les origines reptiliennes de nombreuses familles royales ou de noblesse ; comme si le fait d’appartenir à la noblesse était systématique une tare !

Non la Noblesse n’est pas obligatoire héréditaire de père en fils ou filles, ou par héritage financiers et par mariages arrangés ou « droit divin », mais avant tout par COOPTATION (visible ou physique, ou invisible et par AFFINITÉ de pensées). Là est l’essentiel, ainsi point n’est besoin de posséder titres ronflants façon franc-maçonnique et fric et bâtiments imposants.
Le mot Noble indique donc un sens de PURETÉ.
Alors des jaloux ont voulu salir cette pureté, ce qui a aider à construire la révolution. Ainsi l’impôt : Édit de la Paulette fit entrer le virus dans la pureté de la noblesse de robe, dans le fruit aristocratique par la corruption. C’était le début du renforcement du matérialisme mais alors de manière énorme ! Le début de la société de consommation et du dieu Dollar, carrément. L’aristocratie n’avait plus qu’à aller se faire voir ailleurs. Louis 14 et Colbert, puis Necker ensuite firent le reste de la destruction en s’en remettant exclusivement à la bourgeoisie d’affaires, tout en rabaissant auprès du peuple l’ordre aristocratique.

L’aristocratie fut aussi détruite par la clique responsable de la fabrication de la grande Encyclopédie : des « idées nouvelles » mettant à mal la vieille noblesse française, allant du pur à l’impur. Donc une aristocratie de plus en plus détachée du pouvoir politique hélas trop longtemps fonction de l’hérédité (on s’arrange entre grandes familles). La même chose se passa en Russie. La noblesse se laissa supplanter par le philosophistes des 17 et 18è siècles, qui évidemment pour la plupart étaient loin du catholicisme ! Alors chacun y alla de sa petite vérité, et finalement le plus grand nombre qui l’emporta monta en épingle le dogme de l’opinion : la loi du plus fort et du plus grand nombre, qui évidemment ne veut pas dire la meilleure, loin de là !

Jusqu’à la fin du règne de Napoléon III et la guerre de 1870, l’Église de Rome réussit à se partager le pouvoir politique tantôt monarchique, tantôt impérial, puis tomba dans une troisième république voulu par la franc-maçonnerie, qui fut bien décider à larguer au loin cette église, afin d’imposer une véritable laïcité soi-disant respectueuse des libertés...

Laïcité = francs-maçons, cette nouvelle Église universelle née en 1717 au Vatican de Londres ! Remarquez, il ne s’agit que d’une universalité de plus, c’est-à-dire un nouveau point de vue ou l’OPINION du « Grand Architecte de l’Univers ».
Mithra, la franc-maçonnerie, la République, tout cela est de l'ordre moral et politique et guerrier et militaire, qui constituera la future Europe et l'Empire Occidental totalitaire !

La franc-maçonnerie marchant en principe par cooptation, comme ce que j’écris plus haut à propos du sens du mot noblesse, devrait se sentir aristocratique plutôt que de lutter contre. Pourtant la maçonnerie pré-révolutionnaire compta dans ses geôles, pardon, ses loges, de nombreux aristocrates. Cette même maçonnerie qui compta aussi dans des loges des prêtres, en concurrence donc ou conflits avec leur Église d’origine.

Sûr qu’être maçon au temps de Mozart pour contrer le pouvoir royal et aristocratique, et être maçon sous la république, ce n’est pas le même genre de pouvoir. Dans une république, obligatoirement c’est PARTICIPER À CE POUVOIR POLITIQUE RÉPUBLICAIN. Et le sommet de la pyramide maçonnique sera atteint en 1905 par la séparation des Églises et de l’État : plus de crucifix dans les écoles du maçons Jules Ferry et dans les lieux publiques, donc enseignement laïque dans ces écoles publiques, où le moulage des esprits au profits des Couilles en Or sera façonné par les instituteurs et institutrices embrigadés dans la maçonnerie.

La véritable cooptation entre initiés doit rester totalement secrète, si elle transparait au grand jour, ce ne pourra être que sous forme de légende.

La franc-maçonnerie, le socialisme ou communisme, la Fabian Society, amèneront tous à la formation de la Société des nations, qui deviendra ensuite l’ONU. Tous la même famille d’un futur gouvernement mondial.

Sous la monarchie et notamment au Moyen-Âge, le pouvoir royal, le pouvoir économique et militaire, se nourrissaient des idées et de la spiritualité du pouvoir spirituel. Le pouvoir spirituel est donc remplacé par le pouvoir bourgeois, chargé de faire avaler la mixture explosive mélange pouvoir politique et économique. la franc-maçonnerie est donc la nouvelle religion d’État rêvant d’imposer sa « république universelle » tel Robespierre.
Une franc-maçonnerie naissante donc en 1717, pleine d’espoir et de fougue enfantine avec un appétit du merveilleux assez intacte, mais hélas sans truelles, ni véritables équerres et encore moins de véritable pierres à tailler ! Cette franc-maçonnerie qui débouchera sur un actuel sac de Nœuds d’opinions..
Le seul grave et énorme problème : pourquoi ce pouvoir maçonnique occulte et donc nié ? Comme honteux ?

Là encore ça rejoint la véritable cooptation, la véritable noblesse, et surtout la véritable compassion sans aucun retour en compensation : la GRATUITÉ. Et ce n’est pas un hasard si un des symboles fondamental de la maçonnerie est le temple de Salomon : le mental (ingéniosité) et la géométrie, la PUISSANCE DU NOMBRE ; mais surtout faisant partie des religions à rédemption avec un Messie, et de toute la smala des choses perdues : Paradis, Parole, etc., la liste est longue, tout cela annonçant une Aube nouvelle, que certains appellent de leurs vœux : Nouvel Ordre Mondial. Le temple de Salomon va chercher ses sources en Égypte ancienne, mais surtout selon certains jusqu’à avant le déluge et en Atlantide, rien que ça !
Comme l’empire actuel n’est que bancaire, et n’a donc pas de lieu ou de capital, le futur retour du temple de Salomon en dur pourrait réaliser effectivement la capital ou le Cœur du dieu Dollar (ou une monnaie d’un autre nom, peu importe, l’universalité de ce dieu est là).

De nos jours un autre genre de franc-maçonnerie, où surement nombre de maçons s’y trouvent, sont les Bilderberg, CFR, Trilatéral, etc.
La révolution de 1789 fut ENCORE UNE HISTOIRE DE FRIC.


Le dieu Dollar

L’ÂGE D’OR c’est LE DON : donner, donc ÉCHANGER SANS RIEN EN ATTENDRE. Pas de « Je donne donc je suis », ce qui est à l’opposé du Soi, de l’Instant !!! Notre civilisation prenant sa source dans la satanique Babylone fait l’inverse : « le prêt à intérêt égoïste » : « Si je te rends un service, combien tu me donnes ? ». Et bien ce système égoïste à pris réellement forme qprés 1789 et le libéralisme, qui a donc généré notre civilisation mourante, mais encore si pleine de violences en tous genres. Donc c’est fou ! 1789 a généré plus de violence, de guerres de crimes en tous genres, avec le communisme qui s’en suivit, qu’aucune autre organisation sociale avant elle.
Le communisme d’ailleurs essayait naïvement un retrouver le DON : les moyens de production sous le contrôle de l’État pour lutter contre le capitalisme égoïste des banques. En ce sens le communisme est bien une religion à l’envers prônant la charité chrétienne, allant jusqu’à faire partager les guenilles entres les prisonniers du Goulag au début de cette institution. C’était donc une société du partage désintéressé. Une utopie qui a mal tournée, et mise en place par le monde Juifs des banquiers new-yorkais souvent issus de la communauté Ashkénase émigrée d’Europe de l’Est ; cette communauté juive animée d’un messianisme vengeur : notre Dieu et valeurs de la Thora et du Talmud contre la Sainte Russie et l’Orthodoxie chrétienne. Donc 1917 : création des Juifs, et secondairement charité et valeurs chrétiennes.

La civilisation du DON est passé à la civilisation du FRIC, de l’élégance de la noblesse à la laideur et à l’infecte... et à l’usure.
Ce passage du DON au FRIC vient du choix fait au temps de l’Homme chasseur-cueilleur, où celui-ci pouvait choisir entre l’Horticulture et l’Agriculture. S’il avait choisit l’Horticulture nous n’aurions probablement pas une civilisation si merdique. Ce chasseur-cueilleur choisit donc l’Agriculture, ce qui donna un excédent. Avant ce choix, il ne s’occupait que de sa survie : manger le produit de sa chasse et de ses récoltes en fruits et autres. Avec le choix de l’agriculture l’être humain entra dans l’excédent : objets manufacturés, outils, etc. Donc on peut désormais échanger et faire ainsi du commerce.
Les échanges prenant de l’ampleur, il fallait trouver un outil pratique, on inventa la monnaie sous forme de petits bouts de métal, cuivre, bronze, or, etc. Ainsi naissait la notion de VALEUR, de richesse ; accumuler, faire du PROFIT.

Du DON [Spiritualité] nous passions définitivement et temporairement à l’ARGENT [matière et pouvoir du mercantilisme].

Nous savons qu’au Moyen-Âge l’usure était interdite : « Le temps est un don de Dieu et ne peut donc être vendu ». (Citation d'après : Un autre Moyen Âge, de J. Le Goff). Cependant l’Église autorise une forme de prêt « à la marge », Pour cela elle confie cette tâche considérée comme ignoble à une « caste maudite », celle des Juifs, à qui on se gardera bien de confier la moindre participation politique. Donc il exista au niveau supérieur la caste des nobles et de la terre, qui s’appuie sur le niveau inférieur, qui en profitera naturellement pour accumuler progressivement dans l’humiliation la richesse de l’usure, par ailleurs énorme moyen de corruption et donc de pouvoir. Le virus de l’égalité citoyenne fera le reste avec le virus de l’usure pour attaquer les privilèges de la noblesse. Cette égalité citoyenne devenant la religion du dieu Dollar.

En un sens le dictateur Robespierre tue le roi, puis Robespierre est tué par la banque ! En gros, 1789 comme 1917 en Russie furent des révolutions totalement anti-sociales et anti-populaires.
Parallèlement au banques autorisées par l’Église se développe en Italie des papes banquiers !!! notamment les Borgia, ce qui déclenchera en partie la Réforme. Avec cela on transforme la valeur de la charité chrétienne désintéressé en mercantilisme et intérêt : le protestantisme comme éthique du capitalisme naissant où le bourgeois, encore croyant, accumule la richesse et ne s’enrichie pas encore pour lui-même, mais pour la gloire de Dieu ! La banque italienne termina dans le poison et le crime, tandis que le protestantisme laborieux et bourgeois triomphera à travers la Réforme allemande en passant par le monde anglo-saxon puritain.
De nos jours en Occident il y a toujours deux camps :
- Le protestant et ascétique et entrepreneur
- L’autre camp plutôt spéculatif.
Les deux sont tantôt alliés,  tantôt concurrents.

C’est en Angleterre qu’il s’effectuera une alliance entre le pouvoir politique royal et le pouvoir privé des banques, qui catalysera de plus en plus l’EMPIRE.
Couronne plus Banque = TEINTURE (Compagnie des Indes, la City, ensuite Wall Street...). Le mixage pouvoir politique et pouvoir économique est en train de se coaguler : les banques prennent le pouvoir de la monnaie (privatisation) et donc prennent le pouvoir tout court !!! Simple : celui qui tient les cordons de la bourse et du garde-manger tient le pouvoir, et n’en à rien à foutre du pouvoir politique. la banque devient ce pouvoir politique. Le sens du mot politique, le social, le qualitatif, disparaissent complètement au profit du quantitatif : rentabilité, spéculation, délocalisation, chômage, etc.
Notre petite banque de dépôt dans notre « cité » au coin de la rue n’a rien à voir le pouvoir bancaire étatique, et mondial. Il est connu désormais qu’on prête de l’argent qui n’existe pas... mais toujours avec usure !!!

Je termine cette page mais j’y reviendrai à propos du sujet inépuisable et horrifique des banques !
Aujourd’hui, la FED est la plus grande fortune privée et cachée du monde, net d’impôt et sans rien produire. Les intérêts perçu par la FED serait de 2500 milliards de dollars, soit 50 fois la fortune de Bill Gates pour chaque année, et net d’impôts !
La FED est donc le coffre fort de l’oligarchie mondiale des Couilles en Or. plus elle prête et plus elles fait des profits, et plus elle creuse les déficits publics, donc l’État américain. L’enrichissement de la FED provient des crises et des guerres, aussi on peut deviner le rôle qu’elle a joué depuis sa création en 1913... Il est bien connu que les catastrophes et les guerres enrichissent beaucoup certains.
Vrai que l’Américain moyen est étranglé entre la puissance impérialiste du pouvoir de Wall Street, et celle de Los Angeles dédiée entièrement à l’industrie d’hypnose des foules par Hollywood.


[Page rédigée en partie en compagnie du livre de Alain Soral : Comprendre l’Empire. Merci à lui pour son livre avec ses remarques si pertinentes. En haut de page, belle photo d’Abraham Lincoln. Il est entendu que Lincoln ne fait évidemment pas partie des dictateurs]
 
 

Dernière mise à jour : 16-10-2011 03:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >