Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Carotte et Baston = Religions
Carotte et Baston = Religions Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-01-2012 23:40

Pages vues : 3705    

Favoris : 408

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Inquisition, Justice, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Carotte et Baston = Religions
ou Religions = Morale et Carotte et Baston.
Pourtant, toutes les religions tout comme la « démocratie » enseignent la libération.
Mais non ! C’est toujours la baston !
 
 
 
FOLKLORE.

La Carotte et la Baston c’est le monothéisme de la prison des « ismes » qui tantôt frappe et tantôt donne la carotte, sous l’allure d’un bonhomme superman, super-patriarche mâle illustrant le Dieu unique et intouchable, omnipotent, et qui attend de nous un comportement républicain : irréprochable ! Bref, des saloperies de CONVENTIONS appréciant vénération et prières de supplication de la part des fidèles : Mon Dieu faites que je gagne au Loto ! disent-ils en courbant l’échine ou en se mettant à plat ventre devant Pharaon.
Ce bonhomme-Dieu qui tel un maître d’école du franc-maçon Jules Ferry donne du bâton, ou des carottes sous forme de bons points ou d’images saint-sulpicienne au catéchisme ; par la suite ce seront des diplômes !
Tout cela renforce sadiquement notre culpabilité et angoisse devant notre imperfection !
Ce bonhomme-Dieu et sa Cour de courtisans, d’ouailles ou de brebis défendant des conventions et des rites, tous plus solides chaînes les unes que les autres afin de garder dans l’enclos les moutons.
Ce sadisme entourant notre culpabilité et sentiment d’imperfection s’appelle dans le monde des conventions : RESPONSABILITÉ, qui va avec le « libre arbitre ». Et comme le dit Ramana Maharshi dans l’entretien 28, il faut larguer cette convention de responsabilité pour se placer « sous le bon plaisir » de Dieu (Soumission) ; et comme Il correspond au Soi, à l’Instant, et comme nous pouvons le lire dans moult récits d’EMI dans Deadline, du Dr. Jean-Pierre Jourdan, pas de Jugement mais une vraie Paix, comme si la Source, l’Instant, Dieu, le Soi, peu importe le nom, prenait tout sur Lui.
 
 
ENFER = HUMAINS = POUVOIR = CONFORT

Ce sont uniquement les êtres humains qui créent l’enfer sur Terre, sinon il n’existe pas. L’enfer c’est faire de la Terre une valeur boursière, mépriser la vie, sa propre vie et celle des autres, nous le voyons avec les guerres perpétuelles, la misère, etc. Cette civilisation terrestre qui au nom de la « liberté-égalité-fraternité » fait de la vie une QUANTITÉ au lieu d’en faire une QUALITÉ.

CHAPELLES - ÉGLISES = PRISONS - HIÉRARCHIE

RELIGION :  relier, rassembler (les pièces du puzzles), ce qui correspond à créer une nouvelle prison puisque : on tombe dans un ensemble d’actes rituels liés à la conception d’un domaine sacré distinct du profane, et destinés à mettre l’âme humaine en rapport avec Dieu. C’est du moins la conception occidentale qu’en donne le dictionnaire Le Robert, qui ajoute de l’huile sur le feu en poursuivant : reconnaissance par l’être humain d’un pouvoir ou d’un principe supérieur de qui dépend sa destinée et à qui obéissance et respect sont dus ; attitude intellectuelle et morale qui résulte de cette croyance, en  conformité avec un modèle social, et qui peut constituer une règle de vie.
Il s’agit bien de MORALE selon des CONVENTIONS !
La SPIRITUALITÉ ou MYSTIQUE c’est tout autre chose.

MYSTIQUE.
À l’approche du Feu ils ne se brûlent pas. Car le Feu ne les touche pas en raison de l’inspiration Divine. Ils ne se brûlent pas, car ils ne vivent pas la vie du monde des accidents, c’est-à- dire la vie humaine ; ils vivent une autre vie plus Divine, qui les possède complètement. (L’inspiration vient des Dieux uniquement) (D’après Jamblique).
Le Taoïsme, la religion la plus mal connue des deux autres religions qui sont le Confucianisme et le Bouddhisme en Chine, comme le Christianisme et l’Islamisme, le Taoïsme tend à conduire ses fidèles au-delà de la mort à une éternité bienheureuse. Pour arriver à cette éternité, le corps matériel devait être transformé par des moyens appropriés en un corps immortel, aux os d’Or et à la chair de Jade. Les Adeptes Taoïstes devenus Immortels subissaient donc une mort apparente. Ils faisaient semblant de mourir.
D’autre part, comme la théorie universelle du Macrocosme et du Microcosme, les Taoïstes considèrent que le corps humain et le monde sont construits exactement pareils. (D’après Henri Maspéro : Essais sur le Taoïsme, les dieux Taoïstes, 19 novembre 1937).
Il est bien d’équilibrer la philosophie et la mystique de Lao-tseu et de Tchouang-tseu, et la religion Taoïste de la recherche de l’immortalité, ou création en soi-même d’un corps immortel du temps de son vivant. Car en Chine l’homme n’est pas formé d’une Âme spirituelle et d’un corps matière : il est entièrement matière. C’est donc bien comme s’il y avait deux Taoïsmes : un Pur et un moins pur. (D’après Henri Maspéro : Essais sur le
Taoïsme
). On retrouve ainsi le soi et le Soi.
« Apprends à connaître le monde en toi, mais ne cherche jamais à te trouver, toi, dans le monde car ce sont tes illusions personnelles que tu y transporterais » (Her-Bak disciple, de Isha Schwaller de Lubicz).
(Article Mystique extrait d’un projet de Glossaire, par M. R.)

L’état mystique ou spirituel correspond au Soi, à AKH (Ibis) de l’Égypte ancienne : clarté, identité (après avoir franchit la mort). État spirituel, « Esprit », « Lumière », ou sorte de Feu céleste intérieur : le Soi supérieur ou divin. C’est le BLANC, ICI et MAINTENANT, indiqué par une CROIX.
Par conséquence, les religions, le psychologique, sont au-dessous du mystique.
Sur Terre nous n’avons que cinq pauvres sens, mais dans le Soi ils sont illimités !
La Spiritualité c’est la LIBERTÉ, la libération du mental et de ses pensées. Et la seule SOUMISSION RÉELLE, c’est L’ABANDON DE SOI (soi vulgaire ou ego).

Le dictionnaire Le Robert associe Mystique à Mystères, dans le sens : caché à la « raison ». Ce qui amène à la notion de CONSCIENCE ; et comme le TEMPS ou la VIE, personne ne sait ce que c’est !!! (Voir plus bas). Mais le mystère est nécessaire à la vie, si tous les mystères sont résolus, c’est tout simplement la fin du monde ! Par contre, en recherchant ce qu’est le mental, il disparaît, et on peut s’apercevoir qu’il n’existe pas ! comme l’indique Ramana Maharshi dans l’entretien 43. Le contrôle est donc total.

Le mystère est la carotte sans la baston, mais avec en retour : le noir, ou la désillusion ! Car ce mot est associé à MERVEILLEUX : au PÈRE NOËL, au CONFORT ; et les gens préfèrent le mystère à la simple vérité et c’est pour cela que les religions les dorlotent, comme le dit Ramana Maharshi dans l’entretien 145. Il précise, avec son indulgence et sa douceur et simplicité, que c’est pour mieux les amener vers le Soi.

« L’homme qui soutient qu’on ne raisonne que par le rapport des sens, et qui cependant a les sens les plus faibles, les plus tardifs, et les plus faux d’entre toutes les créatures : l’homme enfin que la Nature, pour faire de tout, a crée comme les monstres, mais en qui pourtant elle a infus l’ambition de commander à tous les animaux à exterminer » (L’autre Monde le Soleil, de Savinien de Cyrano de Bergerac).

SOI = DIEU (qui est en nous : « Le Royaume de Dieu est en vous » est-il écrit dans la Bible, le Soi est à l’image de Dieu). C’est donc : AMOUR, A MORT = PRIVÉ DE MORT.

AIMEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES, OUI, mais pas au point de se bouffer les uns les autres !



LA CONSCIENCE.

C’est un autre nom pour le Soi, l’Instant, Dieu, etc. Le dictionnaire Le Robert écrit : faculté qu’a l’homme de connaître sa propre réalité et de la juger ; cette connaissance. Mais qu’est-ce que c’est la « réalité » ? On parle aussi de « conscience psychologique » : connaissance immédiate de sa propre activité psychique.

Ramana Maharshi dit de la Conscience des Occidentaux : elle est apparue en un éclair et a disparu de même. Il parle peut-être du « siècle des lumières », car c’est une fausse conscience, non permanente car basée sur l’opinion. Comme la Conscience est le Soi, elle est toujours en nous : « Je suis ». Personne ne peut nier son propre être. Être dans l’état originel : « Le Royaume des Cieux est en vous ».

ÊTRE AU COURANT = PRISE DE CONSCIENCE ou FLUIDITÉ ou TRANSPARENCE

Cela ira bien lorsque :
- Les pommes du Jardin des Hespérides seront accessibles : celui qui en mange n’a plus faim, ni soif, ni douleurs, ni maladies ; et ces POMMES poussent tout le temps.
- Quand la biche pourra brouter aux côtés du lion herbivore.
- Quand le liseron ne bouffera plus le géranium.
- Aimez-vous les uns les autres sans se bouffer les uns les autres.
- Quand la forêt ne connaîtra plus la hache de l’homme.
- Quand on ne fera plus attention au temps et au profit matériel.
- Quand l’Or ne servira plus de monnaie.

FAUSSE CONSCIENCE ou CONSCIENCE selon chercheurs actuels : Con Science = avec science - mémoire du moi (soi), mémoire du vécu, mental ou « pensée ‘je’ » = PEUR et OPINIONS.

Adam et Eve = « En prenant conscience d’eux-mêmes, ils virent qu’ils étaient nus ». Mais cela reflète leur mental, leur intérieur et non leur aspect extérieur. Personne, pas même Dieu ne peut dire si Adam et Eve sont conscient ! Seuls eux-même peuvent le dire.

La question de savoir ce qu’est la conscience ne doit pas bien-sûr être posé aux philosophistes qui philosophent ! Quant aux étudiants des neurones ils pensent que c’est électro-chimique ! Et les physiciens voient du quantique dans la conscience. À ces propos, voir la petite histoire du Hodja.

Il court un poncif qui veut que la conscience soit dans la tête de quelqu’un s’appelant « Dieu », une femme, etc... et qui rêve. D’une certaine façon cela rejoint le Soi, le sommeil profond, « Le Royaume des Cieux est en vous ».
Depuis quelques temps certains chercheurs estiment que la conscience n’est pas fixée dans l’outil cerveau, mais ailleurs, ainsi elle n’est donc pas matériel ou courant électro-chimique.
Évidemment pour les rationalistes et les humanistes la conscience est un phénomène de l’outil cerveau, et doit pouvoir s’expliquer par la biologie, la physique, etc., tout ce qui se mesure... Les occidentaux issus de la Renaissance, de la Réforme et du siècle des lumières séparent Matière et Esprit, ce qui détruit le sens du mot science pour n’en faire qu’une technique.

Le monde n’est que CE QUI EST PERÇU, par un individu, par un insecte, par un cailloux. Chacun à leur niveau, à leur échelle « voit » le monde.

Le pratyaksha (la vision) de Shiva, visible à l'œil, implique l'existence des yeux pour voir ; derrière la vue se trouve la buddhi (l'intellect) et derrière les deux se trouve qui voit et qui a la Conscience pour base. Ce pratyaksha n'est pas aussi réel qu'on se l'imagine, car il n'est pas intime, inhérent à l'être. Il n'est pas une donnée de première main. Il est le résultat de plusieurs aspects successifs que prend la Conscience, elle, ne varie pas. Elle est éternelle. Elle est Shiva. Elle est le Soi [l'Instant].
La vision implique celui qui voit. Ce dernier ne peut nier l'existence du Soi. Il n'y a aucun instant où le Soi, en tant que Conscience, n'existe pas. [Bien-sûr puisqu'il est l'INSTANT]. De même, celui qui voit ne peut être séparé de la Conscience. Cette Conscience est l'Être éternel et le seul Être qui soit. Celui qui voit ne peut se voir lui-même. Nie-t-il son existence parce qu'il ne peut se voir lui-même avec ses propres yeux comme dans une vision (pratyaksha) ?
Non ! Donc pratyaksha ne signifie pas voir, mais ÊTRE.
ÊTRE, c'est réaliser [être au cour de l'Instant, dans l'instant, donc sans chronologie tueuse], c'est : "Je suis ce JE SUIS". "JE SUIS" est Shiva. Rien ne peut exister sans lui. Tout a son existence en Shiva et par Shiva.
...
Question : Oui. Mais comment puis-je faire cela le plus vite possible ?
Maharshi : Voilà l'obstacle à la Réalisation. L'individu peut-il exister sans Shiva ? [L'Instant] Même en ce moment Il est vous. Ce n'est pas une question de temps. S'il y avait un instant de non-Réalisation, la question de la Réalisation pourrait se poser. Mais la réalité est que vous ne pouvez pas être sans lui. L'individu est déjà réalisé, toujours réalisé et jamais non réalisé.
Soumettez-vous à Lui et à Sa volonté, qu'Il apparaissent ou qu'Il disparaisse ; attendez Son bon plaisir. Lui demander d'agir selon votre bon plaisir, ce n'est pas se soumettre à lui, mais le commander. [Oui, car il n'y a pas grâce]. Vous ne pouvez pas attendre qu'Il vous obéisse et en même temps penser que vous Lui êtes soumise. Il sait ce qui convient le mieux et quand et comment y parvenir. Laissez donc toute chose à Ses soins. Le fardeau est pour lui ; vous n'aurez plus de soucis. Tous vos soucis sont à lui. C'est la soumission. C'est la bhakti [dévotion].
Ou bien, cherchez à qui ces question se posent. Plongez au plus profond du Cœur et demeurez le Soi. L'une ou l'autre de ces deux voies est ouverte à tout aspirant.
(Ramana Maharshi, extrait de l’entretien 450, du 3 février 1938 ; où Maharshi répond à une polonaise convertie à l'hindouisme, Miss Uma Devî).

Dans le monde plus matériel les chercheurs se demandent toujours : comment la conscience apparaît ?

Le Soi selon Karl Popper : Puisque les solutions matérialistes sont incapables d’expliquer notre expérience d’unicité, je me sens contraint d’attribuer l’unicité du moi (ou de l’âme) à une création spirituelle d’ordre surnaturel. Pour m’exprimer en termes théologiques : chaque âme est une création divine nouvelle implantée dans le fœtus à un moment compris entre la conception et la naissance ». (Cité par le Dr. Jean-Pierre Jourdan). Évidemment pour « la science » ce n’est pas « scientifique » puisque échappant à toute mesure !


En résumé : personne à ce jour n’a pu démontrer, ni infirmer, que la nature ultime de la conscience soit exclusivement biologique.
Quand j’étais encore étudiant en dessin et que je montais mon premier amplificateur sonore monophonique à base de tubes électroniques à vide, je réalisais ce montage sur un beau chassie en bois, de ma confection. Évidemment c’était totalement contraire au principe électrique qui veut qu’il y ait une MASSE ! L’appareil marchait sans problème, mais ne me donnait qu’un joli bourdonnement à travers le rougeoiement des tubes électroniques « qui ne savaient que faire ! ». Mais ils me donnaient bien quelque chose...
Tout cela pour dire que le principe de la Pierre Philosophale se retrouve dans mon expérience de montage de amplificateur monophonique, mais que toute modification de sa structure, et le chassie en bois était l’énorme modification, entraîne instantanément UN ACCORD sur le résultat : le SEL, de AL, le Soleil, de ALCHIMIE... Hélas, là où je désirais une amplification d’un son musical, j’avais une autre musique, celle d’un bourdonnement des filaments des tubes électroniques !

Pour le philosophiste Jean-Paul Sartre, la conscience c’est celle qui a conscience d’exister !
pour Bergson, « la conscience est incontestablement accrochée à un cerveau, mais il ne résulte nullement de là que le cerveau dessine tout le détail de la conscience » (on pense aux baraques de fêtes foraines exposant des cerveaux dans des bocaux dans les attractions genre vampires ou Frankenstein !).

Pour beaucoup la conscience est biologique (donc le soi), et ainsi appartient à notre dimension terrestre ! Nous sommes en total opposition avec Ramana Maharshi.
Certaines personnes réduisent l’Univers à ce qu’ils appellent de L’INFORMATION ou théorie de l’information (donc ce qui n’a pas de forme ou la ‘même soupe pour tous’). Ainsi ils aboutissent, presque, au Soi de Ramana Maharshi, qu’ils groupent en des « lois psychophysiques », ce qui retombe dans le soi vulgaire !!!


Conclusion sommaire :
je vois la conscience vulgaire, ou soi, comme un fluide utilisant non seulement l’outil cerveau, mais le vaisseau corps dans son entier. On doit toujours étudier en pensant CONTENANT et CONTENU. Et puis se souvenir qu’il ne faut JAMAIS faire confiance à ceux qui actuellement sont baptisés « scientifiques », qui pratiquent comme les religions la baston à tous les étages à coups d’opinions qu’ils baptisent « arguments scientifiques ».
Il ne faut pas confondre unité des perceptions, et vision subjective ou sujet et objet ! Et construire un robot capable d’aller chercher tout seul un objet à forme complexe de couleur jaune, pour ensuite aller le placer dans une boîte en un endroit où se trouve cette boîte, cela veut pas dire que le robot « a une conscience » !
La conscience est partout dans le corps, des expériences avec des patients dont l’air visuelle primaire était déficiente sont considéré comme aveugles, pourtant ils disposent sans en avoir conscience d’une partie d’information visuelle, les rendant capables de montrer un objet du doigt ou une tache lumineuse ; et que dire de la Télépathie...

Ce qui amène à la pensée ancienne et aussi alchimique que tout est vivant :
OBJETS.
Il faut leur prêter attention : pour peindre un objet, faire bien attention à lui, sinon le n’importe quoi s’engouffre dans le papier.
Ils sont dotés d’Intention, donc d’une forme de conscience.
OBJETS SACRALISÉS : en plus d’eux-mêmes, ILS SONT AUTRE CHOSE.
Ils ont leur vie à eux. Ainsi, il est nécessaire de les respecter, sinon il y a danger. Voir par exemple, à quelle vitesse se dégrade une maison inoccupée. Donc, les laisser vivre, les réparer ; ils nous le rendront bien.
Parfois, comme les chats, l’un d’entre eux fait des “ bêtises ”. Celui dont on a instantanément besoin se cache, il tombe derrière la lourde commode ; on ne le récupère qu’au bout de longs efforts et de sueur.
En notre absence, nous ne savons pas ce que font les objets. Sont-ils toujours là ? ou ailleurs ? Il n’y a aucun moyen de le vérifier, et c’est bien ainsi. (Extrait d’un projet de Glossaire, par M. R.)
Donc les particules d’un objet peuvent être présentes à tel ou tel endroit, comme si l’objet était partout en même temps ; d’où la possibilité de choses extraordinaires... Mais ceci est une autre histoire, de POINT DE VUE, qui pourtant concerne le Tout, le SOI...

Rester des VIGIES, des VEILLEURS.
 
 

Dernière mise à jour : 02-01-2012 00:29

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >