Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Démocratie = Capitalisme et Communisme
Démocratie = Capitalisme et Communisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-02-2012 22:33

Pages vues : 1730    

Favoris : 185

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Démocratie = Capitalisme et Communisme

Manipuler les troupeaux de moutons : produire la demande

Capitales - Villes = Capitalisme
 
 
 
 
 
19è siècle : le business c’est le passage du monde des Pagans (habitants des pays) à celui des Citoyens (habitants des cités), donc à une civilisation industrielle de production et de business.

Organisation = Industrie (quantité production en série), soit le contraire de l’artisan, le Pagan ou habitant du pays (qualité production à l’unité).
Industrie = investissement et fric, soit le contraire de l’artisan, le Pagan : risque peu, amortit vite, peu de coûts fixes, donc production à la demande et de qualité (le commerce du Bio et du commerce dont les produits viennent directement du producteur ou de la ferme).
La démocratie c’est la production, le capitalisme-communisme de production non pas à la demande, mais de PRODUIRE LA DEMANDE, comme la Maffia (voir plus bas). Nous sommes toujours dans une religion inversée : la matière produit son essence !
Sans cette « religion » (religion : relier les gens) il ne peut pas y avoir de civilisation de consommation et du confort (richesse et quantité), la technologie envahit nos maisons et déjà à moitié notre corps. Technologie fruit de la recherche et de la production industrielle en série et dans le monde entier.

LA CAROTTE ET LA BASTON

La démocratie c’est le principe de la maffia : je te casse ta boutique, ensuite si tu veux que cela n’arrive plus il te faut une protection (mode du sécuritaire), alors je te vend ma protection. Aussi il est très très très loin le temps où l’on pouvait partir de chez soi en claquant la porte et en laissant la clé sous le paillasson ou sur le rebord de la fenêtre près des pots de Géraniums !
Ainsi on crée une crise comme le maffieu, afin de faire peur (perte de sécurité, de travail et donc de pouvoir d’achat), ensuite la maffia, pardon, le gouvernement présente sur un plateau la solution clé en main, le baume sur le bobo crée de toute pièce : le dispositif non désiré par le peuple sous l’aspect d’une mesure devenue nécessaire à combattre le bobo (préserver le niveau de vie matérialiste), et en incriminant quiconque y est opposé en le traitant de traître à la patrie.

Ainsi l’image de l’Apocalypse est vendeuse : la peur paralyse, le peuple demande des médicaments pour soigner les bobos, soit il demande qu’on le protège des méchants terroristes fabriqué par avance et qu’il faut détruire.
La peur, la fatigue, l’ennui ou la déprime PARALYSE, et atténuent les capacités critiques et de résistances au conditionnement. Les camps, prisons et Goulag savent parfaitement cela.
 
 
 
En cette période de civilisation démocratique où la Magie de l’illusion est la base, l’art du debunking ou faire prendre des lanternes pour des vessies marche à fond, puisque reposant sur le dogme de l’OPINION.
Debunking = Septique.

SEPTIQUE : du grecque septikos, de sepein : pourrir.
Le septique pourri la vie de celui qui croit au père Noël. Il produit donc de la putréfaction, des germes propre à TEINTER L’OPINION. Le Killer Louis Pasteur avec ses vibrions teinte la pourriture avec un antiseptique.
La fosse septique source de germes : de nourriture, car voir à quelle vitesse les pigeons et autres oiseaux et mouches à merde se précipitent dessus.
Sûr que le mot septique comporte et un côté négatif, et un côté positif (la Putréfaction dans le sens Alchimique). Double tranchant donc, surtout quand cela concerne la masse, avec par exemple la célèbre « théorie du complot », semblable à la même injure « antisémite », ou « négationniste » lancée à la gueule de ceux qui remettent en cause la pensée unique. C’est notre moderne Inquisition déguisée, et d’autant encore plus sournoise avec tout le cirque du virtuel produit pas la technologie. Technologies permettant de fabriquer le secret facilement pour manipuler la pensée et les comportements du peuple, presque toujours pour obtenir un avantage financier, et évidemment au détriment de la liberté.
Pensée unique = confort, car peu de directeurs de médias oseront remettre en cause l’histoire officielle de la seconde guerre mondiale, ou publieront des nouvelles concernant des sujets délicats en provenance de sources vraiment indépendantes.

Le scepticisme (celui qui ne croit pas), attaque la contre-information à l’aide de mots-symboles simples pour atteindre l’émotion (voir le cas Claude Guéant et ses ‘civilisations’) ; il ne travaille pas dans la dentelle, la logique. Pyrrhon : philosophe Grec sceptique, époque d’Alexandre « le Grand ». Pyrrhon préconise le doute, et l’atteinte de la Sérénité. Le doute monté en système sentira comme du rationalisme !
Monter les gens les uns contre les autres comme C. Guéant c’est semer la zizanie et l’émotionnel en dessous de la ceinture. Surtout, C. Guéant oublie les horreurs des guerres de Vendée, de 1789, du 19è siècle industriel mortifère, etc., soit SA civilisation.


INFORMATION = INFORME, soit LA MÊME SOUPE POUR TOUS issue de la propagande gouvernementale, ou provenant d’agences de presse oligopolistiques dominantes et aux mains indirectes des Couilles en Or (AFP, Reuters, Ansa, etc.) à discuter sont important et à contenus émotionnels, plus le publique se sent attiré par ceux qui vendent des certitudes enrobées de fortes connotations morales, qui bien-sûr cacheront la vérité !
Ce qui fonctionne c’est le EYES CANDY : faire rêver, espérer, mettre en confiance ; bref le confort. Ça marche avec les politiques, les magiciens, les prêtres, le business.

« Nos jeunes soldats qui combattent là-bas [mettez un pays dans le style Libye ou remplacez soldats par OTAN] pour notre sécurité et pour la démocratie ».
Voilà le poncif à hurler de rire qu’un enfant de 6 ans comprendrai. Poncif autant valable en république qu’en monarchie et qui n’est nullement l’exclusivité de la « démocratie ».
Bien-sûr ce genre de poncif est synonyme D’ÉMOTION, c’est ce qui marche à tous les coups : le béhaviorisme, Ivan Pavlov, et leur source Sigmund Freud en passant par Alessandro Volta et sa grenouille, et bien-sûr Charles Darwin.

Les écoles et universités du franc-maçon Jules Ferry n’enseigneront jamais les techniques de manipulation, sinon le peuple deviendra ingouvernable ! Pour découvrir ces techniques, il faut payer dans quelques « grandes » écoles de commerce et d’administrations.
PETIT PÈRE DES PEUPLES n’est pas seulement un titre attaché à Staline, mais il est valable pour TOUS les présidents de république comme pour la monarchie où ce titre était donné au Tsar en Russie impériale.
Car comme un père agissant pour élever et pour le bien de son enfant, le Petit Père, tel un patriarche à la Moïse, teinte de symboles simples et forts comme : respectabilité, honorabilité, dignité, dévotion, amitié, devoir moral, affection.
Donc le « chef de l’État » est censé toujours agir pour le bien de ceux qui sont soumis à son pouvoir, comme le thème parents/enfants. C’est ce qui lui confère autorité et légitimation. Le pouvoir de faire respecter les conventions.
Autorité et légitimation sont censés augmenter l’égalité sociale, laquelle serait venue naturellement si 1789 n’était pas passé par là !
Normalement, un chef d’État ou roi n’exercera une politique visant à accroitre les inégalités sociales !!! La encore le « liberté-fraternité-égalité » franc-maçonnique est une connerie !
Et penser que le roi ou le président nous cache la vérité, c’est penser que notre père veut nous voler et que note mère ne l’a épousé que pour son argent ! Alors on devrait avoir honte de telles pensées et fermer sa gueule ! (Circulez ya rien à voir).

Maintenant le communisme, qui je rappel fait partie de la démocratie puisque il est cette démocratie arrivée à maturité, j’en veux pour preuve le nouveau sen du mot ÉGALITÉ qui devient maintenant co-quelque chose : co-partage, co-créatif, etc. On partage le bonheur de la civilisation de consommation, du libéralisme. On est fraternel, égalitaire, on PARTICIPE à la même soupe pour tous ! Voilà la forme du communisme qui revient au galop, proche de la forme de société des Incas où tout était décidé par l’État : individualité rejetée : extension et co-partage de la jouissance, et aussi des vécus individuels (identité du soi et son histoire).
Cette nouvelle mode ou proche de venir fait la partie du CONFORT car elle protège en tant que « soi raconté », et aussi parce qu’il rassure à propos de la ‘qualité’ du produit, du service, du souvenir dont il jouit ou dans lequel il s’identifie (comme écrivent M.D. Luna et P. Cioni)
Cet aspect de co-quelque chose est exprimé par Jacques Attali quand il explique que dans le futur les gens achèterons du temps de jouissance de leur appartement en fonction de leur job, et que si le job demande à s’effectuer ensuite à 1000 kilomètres de là, la personne propriétaire le sera à cet autre endroit. Ainsi on achète que des tranches de temps, voir à ce propos le film de 2011 « Time Out » : passé l'âge de 25 ans les gens sont programmés pour mourir... sauf s'ils payent leur prolongation de vie ; ainsi un « débrouillard » peut se retrouver à 100 ans et en paraître 25 !
Avec l’économiste Jacques Attali on a donc la CIRCULATION chère à l’économie !!!
Mais cela se retrouve chez les enfants devant leur ordinateur et capable maintenant de tchater sur plus de dix sites en même temps, avec une rapidité qui déconcerte leurs parents.
Cela renforce uniquement leurs fonctions du mental ; donc en opposition du Soi en larguant le contrôle émotionnel, la mémoire, l’élaboration émotionnelle et de la morale, l’élaboration de la volonté. Ainsi ces enfants ne seront pas capables de s’adapter à une quantité croissante d’arrivées d’expériences. « On craint de plus en plus que la rapidité cognitive (de connaître) grandissante puisse empêcher le développement d’une histoire émotionnelle au profit de capacités décisionnelles, lesquelles seront de plus en plus confiés (seulement) au système cognitif (surchargé de données externes et incapable de les canaliser en une lente assimilation émotionnelle [naturelle]) », citent M.D. Luna et P. Cioni.
Donc la prochaine génération de cette démocratie en religion inverse sera efficace et rapide, brillante du point de vue opérationnel presse bouton, donc plus aisément manipulable et dépendante ! Ces personnes auront un psychisme sans force de cohésion, donc plus divisé que jamais (à l’occidental). Ils auront des comportements beaucoup moins enracinés à des niveaux affectifs intégrés et stables, donc des comportements éphémères et contradictoire dans les rapports sociaux et dans les engagements, plus influençables aussi par les stimulations publicitaires, surtout celle qui court-circuitent les émotions. Ce qui est voulu sournoisement par les manipulateurs des moutons.


Autre variation du thème Information : LA PUBLICITÉ, LA RÉCLAME : Venez à moi les petits enfants. Un paradoxe dans cette démocratie du secret, du trouble, où ne transparait que l’illusion. ENCHANTER LE CLIENT : toujours le eyes candy : « Tu vas les achetez mes saloperies ! »
La publicité c’est l’art de stopper la réflexion humaine assez longtemps pour soutirer de l’argent, a dit quelqu’un. Aussi la communication actuelle dans notre civilisation en réseau, ce n’est pas pour informer, mais pour inciter les gens de façon cachée  à accomplir certains actes désirés par l’émetteur.
L’ordre du chef, la demande du mendiant, une berceuse pour bébé, un sermon à la messe, le discours d’un avocat, la lettre d’un amoureux, une campagne médiatique pour telle ou telle chose, ce sont des comportements déterminés comme de la propagande politique et de la publicité commerciale (d’après Marco Della Luna et Paolo Cioni : Neuro-Esclaves).
Notre civilisation a atteinte un degré gigantesque de communication, où seulement dans la première moitié du 19è siècle il fallait voyager en diligence tiré par des chevaux et où aucune ligne téléphonique n’existait, il n’y avait qu’un début de sémaphore (période plein pot dans la révolution de 1789).


La technologie de persuasion est synonyme de démocratie. Cette technologie ne respectera jamais l’individu, ne cherchera jamais à le porter vers le « Je suis CE JE SUIS ». Elle fera le contraire et ne respectera pas les préjugés de base, moraux et idéologiques concernant la dignité et la liberté de l’être humain ; elle prend les êtres humains pour des patates, des marchandises, des utilisateurs (du Dieu consommation, de la démocratie).

Le but de la machine démocratie-communisme-capitalisme ne conduit naturellement qu’à la violation de l’être humain, puisque l’être humain, dans la recherche du profit, n’est qu’un outil (ou religion de l’Homme ou des ‘Droits de l’Homme’, ou Laïcité : dans la matière se trouve les essences), jamais un but. Si cette machine était un but, elle serait morte, car la vie n’est que déploiement et non un point donné à atteindre pouvant devenir tombeau.
Donc la machine démocratie-communisme-capitalisme est le pure satanisme EN FORME DE TOMBEAU, EN FORME D’ENTERRÉ VIVANT, EN FORME DE ZOMBI.


La machine démocratie-communisme-capitalisme n’étant qu’un outil à produire du profit, l’être humain n’est plus qu’un UTILISATEUR, un RESPONSABLE de son outil ! Encore une fois on y sent la religion en inverse du communisme (une religion de l’Homme) : transformer l’opinion en « universel » : « Ce sont les accidents qui engendrent les essences ». Le communisme n’a jamais combattu le capitalisme, il s’en ait servi, notamment à travers l’industrie du Goulag avec sa main-d’œuvre d’esclaves gratuits pour bâtir le socialisme. « Rejeter le communisme et garder le capitalisme, c’est rejeter le fleuve et vouloir garder sa source » comme écrivait Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux. Le communisme comme désormais le capitalisme est une catholicité (universel) en creux, comme l’envers d’un cuivre repoussé.

La machine démocratie-communisme-capitalisme empêchera de toute son énergie la réalisation de « Je suis CE JE SUIS ». Cette machine ne fonctionne qu’avec le « CONSOMMEZ » et sa contrepartie « CHIEZ », d’où le terme « circulation » que l’on entend beaucoup chez les financiers. Circulation synonyme de libéralisme : interdit d’interdire la circulation du commerce, mais aussi interdit de bloquer les plaisirs conventionnels et donc autorisés : soit interdit de bloquer la JOUISSANCE IMMÉDIATE, et ANTICIPÉE : LE CRÉDIT, afin de « donner » le bonheur, le CONFORT.


Démocratie = Chaos, car le comportement de consommation de la population générale n’est pas logique, tout comme celui des électeurs (même à coup de statistiques truquées).
Les francs-maçons nés de 1717 à Londres, sont de grands manipulateurs car il en savent un rayon sur les symboles et leurs pouvoirs : les gens répondent à la convention symbolique mais jamais à la réalité qui est en dessous, ils n’en sont bien-sûr pas conscients, et se font des illusions envers l’efficacité de leurs idées.

Démocratie = machine infernale suicidaire ne fabricant que de la consommation et son résultat LA MERDE, en supprimant toute valeur qui puisse la constiper : être dans le besoin ! Bien-sûr le résultat est que tout l’Occident est constipé : surproduction, la merde ne circule plus ! d’où le risque de blocage intestinal grave : crédit, emploi, etc. dépendent de cette merde ou investissements.
Ainsi il faut un LAXATIF pour permettre au pouvoir d’achat de s’évacuer : en Europe, surtout à travers les dépenses publiques ; aux USA, en élargissement notamment l’accès au crédit jusqu’à l’accorder à des gens insolvables...


(Référence partielle à : Neuro-Esclaves - Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse, de Marco Della Luna et Paolo Cioni)


La démocratie c’est un peu ça :
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 08-02-2012 00:54

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >