Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Les Saints Métaux
Les Saints Métaux Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-03-2012 01:23

Pages vues : 1021    

Favoris : 98

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Peur, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Les Saints Métaux

Promenade en compagnie des Saintes Eaux Primordiales


La Sainte Eau, Maîtresse du monde - Gloire à la Stargate
EAU - O - OCÉAN - ORIGINE : le Tout, le Wouki chinois,
la Sainte Eau Primordiale, la Vache du Ciel
 
 
 
 
Oui, Saints Métaux, parce que leur présence telle la naissance d’une flamme a permis au chétif être humain d’accéder au Cosmos, donc d’entrer dans des réalités jusque là inconnues et sans signification. Donc la métallurgie, comme l’horticulture, l’agriculture, la peinture, etc., provoquent des synthèses en forme de connexions mentales modifiant la condition humaine et rapprochant les humains du Cosmos (espace en dehors de la Terre), selon la devise alchimique : tout ce qui est en haut est comme tout ce qui est en bas, et l’inverse. Cela se résume par le mot MIROIR, comme la surface de la Sainte Eau.
 
Pays, fleuves, champs, villes, temples, existent « réellement » à l’image du Cosmos. Les cités anciennes étaient bâtis d’après « l’écriture céleste », comme par exemple Ninive à l’époque archaïque. Elles étaient bâtis à côté de POINTS D’O Eau : « Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source », écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, et : « Admire, mon fils, la sagesse divine qui a fait passer les fleuves, juste au milieu des villes ! », citation de Joseph Prudhomme crée par l’Écrivain Henri Monnier.

J’en reviens à la Trinité, seule solution pour sortir des guerres permanentes qu’engendre la dualité. C’est le mentalité occidentale qui impose la dualité, en corrélation avec la géométrie de la ligne droite et de l’équerre et du compas. Le principe trinitaire est fort complexe, il est non seulement utilisé en Alchimie avec le Soufre, le Mercure et le Sel ; et évidemment dans la Trinité de la catholicité avec le Père, le Fils, le Saint-Esprit ; mais aussi en Asie avec le Yin, le Yang, le Khi (ou Chi). Cette tradition de la Trinité utilise une logique à la fois « pré-logique » et « post-logique », aussi elle n’enferme pas et permet l’effort de la pensée discursive et découlant du temps Chronos, tout en permettant le raisonnement habituel jusqu’à se développer dans ses conséquences extrêmes, afin d’épuiser les contradictions, car c’est seulement à ce stade, après des conflits toujours douloureux, que commence la connaissance au-delà du rationnel et de la raison, ce qui n’est ni discursif ni intuitif. C’est exactement le procédé symbolique résumer par SOLVE ET COAGULE (humidifier et dessécher).
Autre chose, mais qui a aussi un rapport avec le problème de la dualité et sa résolution par la trinité : les Babyloniens se faisaient de la « loi » une idée différente de celle à laquelle arrivèrent les premiers penseurs et ergoteurs grecs. « La loi » était seulement la formulation de l’intuition d’un TOUT COSMIQUE. « Une fois que la Vie et la Sexualité devinrent un caractère universel du réel (et un corollaire de l’homologie macrocosme-microcosme), ils en appliquèrent la « loi » à l’expérience du quotidien. Ne jamais oublier que pour les Anciens, les choses sont telles qu’elles paraissent ; ils ne sont pas encore déformés par la langue écrite courante avec l’invention de l’imprimerie et sa source de conventions et d’artifices, et d’analyses... La cosmologie et la métaphysique mésopotamiennes sont la création intense du concret, précise Mircea Eliade dans L’Alchimie babylonienne. Pas de chose « réelle » si elle n’est pas sexuée (donc deux pôles)... Ne pas oublier l'aspect électrique ou fluidique de toutes vibrations...


Pourquoi les Saints Métaux ?


MÉTAL : déjà on n’arrive pas à trouver une étymologie acceptable du mot MÉTAL dans un dictionnaire.
Première étymologie d’après le son : Met-Al : M de Matière et Al le Soleil (El). Al signifierait le Dieu Mithra, le SOLEIL, le conservateur, le sauveur (d’après Godfrey Higgins, cité par H.P. Blavatsky dans Isis dévoilée, page 70, vol.1) D’après Sir W. Drummond, cité dans Isis dévoilée, Beth-El signifie la maison du Soleil. Al et le Soleil et MOÏSE sont identiques. Évidemment si les anciens hiérophantes ou prêtres à religions à mystères ne considéraient le Soleil visible que comme un emblème du Soleil central invisible et spirituel, ils auraient alors accusé Moïse d’adorer les corps planétaires et de s’être rendu coupable de culte du Soleil, dont fait la partie le « Buisson ardent » avec ses chefs se prosternant devant le Seigneur : le Soleil, et jusqu’à Abraham construisant des autels de Feu, et les sacrifices des Juifs monothéistes à Astarté, la Reine du Ciel, il y a aussi l’héliolâtrie des Chaldéens (en référence à Isis Dévoilée).

Le mot Métal est si proche du mot MENTAL ! Évidemment ce n’est pas un hasard ! Dans Mental il y a M de Matière et N de Nord : orientation de l’idéation mais surtout le N de Noun ou la Sainte Eau chaotique originelle, NOUT sont les ondes courants sur Terre...

Métal serait dérivé du grec métallon, du latin metallum (métal, mine), et semble proche d’une racine, Més, qui est le plus ancien nom indonésien connu de la LUNE. La LUNE représente symboliquement l’Eau. Ta existe en racine indo-européenne signifiant fondre, et on retrouve dans l’indo-iranien Taïn, tajun : fondre ; dans l’arménien : T’anam : je baigne, je mouille ; du gallois : Tawdd, état de fusion ; en vieux slave : Tajetu ; en ionien : Téké.
Une autre racine i.e. : Mei, ayant le sens de « changer », le terme métallon devrait signifier : chose transformée par la fusion.
Un autre racine de i.e. « Keo », fondre, apparaît dans le grec Arkimia, de kimia (chimie), le premier signifiant : adaptation de la fusion, et Ar ayant le sens constant d’adaptation, d’ajustement, attesté par arma, armonia, areté, arkhaios, aresco, etc. Kimia donnant chimie et doit désigner le travail métallurgique lui-même, d’où le labeur alchimique.
Les noms chinois des métaux : k’ien (Plomb), T’ie (Fer), Tan (cinabre), T’ong (Cuivre), k’in (Or), sont très voisins des racines i.e. « Keo » et « Ta ».
Le caractère kin désigne le métal lui-même, tandis que siao indique une association entre l’idée de métal et celle de fusion, ce qui bien-sûr donne l’EAU. (Référence en partie d’après René Alleau : Aspects de l’Alchimie Traditionnelle).

Comme la Sainte Eau peut prendre n’importe quelle forme, on peut aussi la FORGER. Le terme chinois Lien-tan a le sens d’Alchimie, et est proche de Lien : affiner, fondre, et de Lien : joindre, associer. Donc la Chimie est avant tout l’Art d’utiliser la Sainte Eau.

Tout n’est ondes et vibration, ainsi les Saint Métaux sont les éléments planétaires du monde souterrain, là où ça POUSSE ; et les planètes sont les Métaux du Ciel : LE SYMBOLISME DU BAS ET DU HAUT EST EN SYNCHRONISME. Les Saint Métaux symbolisent des énergies cosmiques solidifiées et condensées, aux influences et aux attributions diverses, comme il en est de chaque être humain ou  de chaque plante. Naturellement il y a du SEXE dans les Saints Métaux, ce ne sont pas des « Anges ». Ainsi pour les Arabes le Fer dur s’appelle Dzakar (homme), et le Fer malléable Ânît (femme).

Mais par le travail de l’Alchimie on purifie un Saint Métal sur lequel on travail afin de transmuer le Métal terrestre en Or pur non terrestre, donc non charnel.
Le dépouillement des Métaux est un rite initiatique très ancien : non seulement il faut purifier les Métaux pour parvenir à leur sainteté, mais aussi les faire « pousser ». Il y a là un rapport avec la déesse babylonienne Ishtar, qui devant descendre dans le royaume des Morts devait déposer successivement ses parures pour franchir les sept enceintes (comme les sept planètes), avant de paraître nue devant sa sœur souveraine du Royaume des Morts. Certains francs-maçons reproduisent ce dépouillement, ces lavures, au cours du rite d’initiation de réception de l’apprenti maçon, afin de retrouver l’Origine, la naissance pour un nouveau départ.

Ainsi, les Saints Métaux sont comme les êtres humains, leurs serfs. Oui, les humains sont les serfs des Saints Métaux. Ce sont nos Maîtres. Hélas comme les humains ils ont des maladies et peuvent virer aux mauvaises causes, devenir fous, ou tyrannique, on le voit avec le cas de l’Or qui en profite et rigole bien. Le plus diabolique est bien-sûr le FER (le faire et la volonté), c’est lui qui tombe tout le temps malade : il rouille. Et nous sommes à l’âge de Fer et Faire ! Le Métal qui tombe malade SE SOLIDIFIE. Il est FIXÉ (prisonnier : pris au nier, pris au négatif).

Le médecin des Métaux avant qu’ils ne deviennent Saints ou pour ceux qui sont malades, c’est le FORGERON et l’Alchimiste. Autrefois les deux ne faisait qu’un. Un métier considéré comme diabolique et dangereux : la forge peut enflammer le village, alors les Forgerons ont leur Atelier ou Laboratoire en dehors du village ; de plus travailler les Saints Métaux peut se révéler très dangereux pour le mental comme pour le physique, des énergies mystérieuses se trouvent dans toutes Matières. Par définition le Métal est Saint, parce que qu’elle que soit son avancement vers la pureté, il contient cette pureté, même chez le plus infâme et sale morceau de Fer. Donc il est Saint parce qu’il est synonyme de TRANSFORMATIONS, ce qui est synonyme de VIE. Les Saints Métaux ont une ÂME (je l’expérimente en ce moment). Pour Nicolas Flamel, l’Esprit minéral est DANS les Saints Métaux.

La LUNE est la Maîtresse de l’Humide (en référence à la « Terre céleste », la Lune peut être une « racine », les marées s’élèvent bien jusqu’à leur Mère la Lune.
Nous avons la Triade :
NUIT - EAU - LUNE = Eaux souterraines.
La Lune domine principalement au goût, à la gorge, à l’estomac, au ventre, à la matrice, et à toutes les parties senestres (gauches). (d’après Ptolémée)
La Lune rythme la Vie, car elle change (apparaît, disparaît). Elle sert d’instrument de mesure : semer à la nouvelle Lune, tailler les arbres à la Lune décroissante. La Lune aide à la formation des organismes, elle aide aussi à leur décomposition :elle FORME, elle DÉFORME.
La Lune rythme le cycle de l’Eau, de la pluie, de la végétation, des maladies : lunatique, folie (coup de Lune et mental). Lunaire/lunatique : dans la Lune, ou dans les rêves et d’humeur changeante. Etc.

LUNE = SÉLÉNÉ
Séléné et les Sélénites... et les Sémites. Sémites, nom forgé à partie de Sem, fils de Noé, et Noé s’y connaissait en matière d’Eau... Primordiale ou Seconde...

Proche du son Séléné se trouve le son SIDÉRO, de SIDÉRURGIE (Forgeron et Forge).
En copte BENIPE désigne le Métal céleste, soit une Météorite, pouvant provenir de Séléné. Quand l’être humain prit conscience du Saint Métal, il distingua le Métal céleste et le Métal terrestre de la Mine ou « Fer de terre ».
Fer indique Sidéro en grec, le latin indique sidus, le lituanien svidu : briller. Le Fer météoritique était déjà connu en Crète vers 2000 ans avant notre ère.
Très tôt et partout sur Terre la métallurgie fut un art sacré. Mais il est très difficile pour un mental et une logique de notre époque d’entrevoir seulement que les Saints Métaux qui peuvent venir aussi de l’espace NE SONT PAS DES ÉLÉMENTS PROFANES, ILS SONT SACRÉS. Arrachés à la mine ou envoyés par le ciel, ils ARRIVENT TOUJOURS D’AUTRE PART, exactement comme par le PASSAGE au travers du trou de ver de la Stargate. c’est une logique naturelle puisque tout ce qui n’appartient pas naturellement à l’être humain, « tout ce qui ne participe à la condition adamique de l’existence est mystérieux, démoniaque, parce que tout CELA CHANGE SA NATURE. Tel est le sens authentique, primordial, de toute les croyances concernant la métallurgie : les métaux changent la nature de l’homme [nous le voyons avec l’Or], modifient ses conditions d’existence [béton armé, armes et engins meurtriers). La modification s’accomplit d’une part parce que l’état paradisiaque est annulé (les étapes des cueilleurs de fruits et de graines) et remplacé par un nouvel état, et d’autre part parce que la PRÉSENCE même des Métaux dans la société humaine y apporte de nombreuses forces magiques inconnues appartenant à d’autres niveaux cosmiques, et que ces forces obscures (sacrées ou démoniaques) révèlent d’autres horizons à l’âme humaine et lui permettent de tenter d’autres expériences », écrit si lucidement Mircea Eliade.

Les CABIRES furent des Maîtres de forges. Hérodote en fait les Dieux du Feu, et désigne Vulcain comme leur père. sacrée. Ce sont des divinités mystérieuses d’Égypte, Phénicie, Asie Mineure, Grèce.
Du grec = Kaiein = brûler.
De l’hébreu = Kabir = grand, puissant.
Les Phéniciens adoraient huit Cabires comme protection de la navigation. En fait, le nombre exact des Cabires reste un Mystère !
Les Cabires symbolisent les forces souterraines de la Nature dans laquelle ils ou elles avaient « trouvé » le Fer et les Métaux et l’Art de les travailler. Orphée y était dit-on initié.
On les compare aussi aux plus haut Esprits Planétaires, sorte de « Chefs » des Dieux.
CYBÈLE inspira les êtres humains en leur révélant les mystères de la métallurgie.

L’EAU, LA LUNE, c’est aussi LE BLEU DU FUTUR : lien magique entre la Nuit du Ciel bleu nuit, le bleu outremer de la profondeur de l’Eau, le Bleu du Futur annonçant la Fertilité, le Bleu de la Mort : une peur bleue, et par là même de l’immortalité... le Bleu virant au Blanc de l’Instant... Les Dieux sont souvent dans les profondeurs des Eaux (de la Stargate). La création humaine était autrefois rattachée en permanence à la source éternelle de la vie, à l’Eau, à la Lune, à la Nuit. L’inspiration vient souvent la nuit. On dit que « la nuit porte conseille ». La germination vient de l’Eau comme de la nuit. La nuit est régénérante : on récupère des forces.

Les Saint Métaux étant Sainte Eau Primordiale, il est naturel que par exemple dans les traditions sémitiques, le centre ou nombril de la Terre est imaginé comme le sommet d’une Montagne cosmique. Les Saintes Eaux Primordiales figurent toujours la Matrice, le Chaos enfermant toutes les possibilités. La pointe de la Montagne symbolise le commencement de la Création : il y a FIXATION, solidification, et donc DURÉE, et sa suite la mort.
Chez les Sémites et les Arabes, les Montagnes sont les fondations de la Terre ou Piliers de la Terre, pour les Arabes ; elles unissent le monde du dessus à celui du dessous ; « c’est d’elle que naissent les cours d’eau qui rendent la terre fertile et au-dessus d’elles que se forment les nuages porteurs de pluie (précise Mircea Eliade dans : Cosmologie et Alchimie babyloniennes).

Ces Montagnes sont des lieux sacrés : Sinaï pour les Juifs, le Garizim et l’Elbal pour les Samaritains, la Mecque se trouve entre deux montagnes. La tradition syrienne situe le Paradis, Nombril de la Terre sur un mont plus haut que toutes les Montagnes de la Terre. Le paradis c’est l’ASCENSION, aussi symbolisé par le Ziggourat. En une mot c’est L’ÉCHELLE, L’ARC-EN-CIEL, le PASSAGE, la STARGATE... C’est le Trou de Vers (en direction de...), le « nombril » par où passe les héros comme Gilgamesh, Héraclès, etc.

La Stargate, la Montagne sont bien là où commence une forme de création... Du Chaos ou trou de ver surgit quelque chose. Et surtout, le centre de la Stargate débouchant sur l’entrée du trou de ver est bien de L’EAU. Je soupçonne maintenant le Père Noé (proche du père Noël) d’être un voyage temporel ! Car le déluge est peut-être un accident temporel, notamment avant le déluge les gens vivaient presque 1000 ans, et après ils ne vivaient plus que moins de 200 ans.

STARGATE = PASSAGE = PASSION : passer, trépasser, aller au Centrum Centri est toujours plus ou moins difficile. Jésus de Nazareth a souffert au sommet de la Montagne Cosmique (Passion du Christ).

Jérusalem symbolise le point de liaison entre la Terre et le Ciel, et elle est aussi l’endroit par où l’on peut pénétrer dans l’autre monde (une Stargate). L’Islam assimile la croyance hébraïque selon laquelle la tombe d’Adam se trouve à Jérusalem, et suivant les traditions islamiques, tous les prophètes sont ensevelis à Jérusalem. La Mecque étant le Centre de la Terre, elle est LE SEUL point de liaison entre le Ciel et l’au-delà (une Stargate).
Et L’ARBRE DE VIE est aussi une forme de Stargate, là où se trouve TOUS LES RYTHMES COSMIQUES. Jérusalem est donc une Stargate « riche en Saintes Eaux » et c’est la Stargate Sacrée que les nuages chargés de pluie (l’eau au centre du trou de ver) s’en vont vers les quatre coins du monde. Sur Terre les pluies de la Sainte Eau rendent possibles la vie et l’harmonie. La Stargate est donc sous « Le Rocher Sacré de Jérusalem ».

NOMBRIL : du latin umbilicus, endroit où à été sectionné le « trou de ver » ou cordon ombilical. Cela correspond au Point Focal, au Soi, à l’Instant, et par là même à la Stargate, le Centrum Centri, LA RÉALITÉ DANS L’ABSOLU.
La capital des Incas était Cuzco (Nombril). Selon certaines légendes européennes, Jésus fut conçu par l’OREILLE ; l’oreille est une forme du symbolisme de la SPIRALE (Cochlée, partie spiralée sur le schéma de l’oreille en haut de page) qui a le même sens métaphysique (et physique) que le Centrum Centri, ou Stargate, ou Instant...

Ce n’est pas un hasard si dans la géniale série télé Stargate SG1 la Stargate est en forme d’anneau, de nombril, en forme lovée comme le serpent se love autour du TRÔNE, donc du Centrum Centri. Le Serpent est dans toutes les légendes de tous les peuples, et le gardien des trésors (passage de la Stargate, mais un gardien mieux que l’iris gris de la série télé). Le serpent symbolise aussi l’eau au centre de la Stargate : l’OCÉAN, le Chaos des Saintes Eaux Primordiales, mais plutôt une Eau envahissante prête à tout engloutir ! C’est pourquoi surtout les Anciens Égyptiens furent tant obsédés par ce serpent qu’ils représentaient un grand nombre de fois, et toujours en une multitude de sinuosités ou ondulations. On a vu que dans la série télé la Stargate n’était pas sans danger !!!

Donc le Saint Métal est aussi synonyme de Stargate, d’ailleurs chez les babyloniens, chaque planète étant gouvernée par un Dieu, il y en avait un pour chaque Métal. Enlil fut associé à l’Or.

Les correspondances magiques entre planètes et Saints Métaux créaient des dates de naissance et les destinées. En Haut comme en Bas et l’inverse !


Né sous une certaine Étoile et participant bon gré mal gré à une certaine destinée cosmique, l’homme devait résoudre le problème de sa rédemption et donc de sa liberté par des voies qui [réaliser le Soi, l’Instant], aujourd’hui, paraissent carrément absurdes pour une conscience européenne et chrétienne. On a pas encore montré sous son vrai jour la révolution provoquée à cet égard par le christianisme [système de prison en isme, et non catholicité], qui a détruit le destin individuel, astrologique, pour restaurer la liberté humaine et rendre l’homme solidaire d’une destinée collective, adamique, et non magique, COSMIQUE (écrit superbement et si justement Mircea Eliade).

AVANT

Destinée individuelle
Cosmique et magique
Astrologie

MAINTENANT

Destinée collective adamique
La même soupe pour tout le monde.
Donc on procède à l’envers d’Avant, ou Avant il était toujours possible de rayonner aussi collectivement, mais sans être prisonnier et enfermé dans une pensée unique ou systèmes en isme.

AVANT le peuple était MIROIR DU COSMOS...


Au 19è siècle, le positivisme (encore un système en isme) tenta d’intégrer l’homme au Cosmos... jusqu’à l’annihiler, le privant de tout espoir d’autonomie et de spontanéité puisque c’est le Demain On Rase Gratis (DORG) ou pensée unique. D’ailleurs les lois sur l’enseignement primaire dans les écoles du franc-maçon Jules Ferry se sont inspirées du positivisme (il n’y a pas de hasard !). En résumé, le positivisme ce sont des gens qui veulent tout mesurer et aligner avec leurs compas et leurs équerres... Ils sont bleus de peur sans références et sans conventions !

Je termine en écrivant que le mot Universel ne peut être utilisé que pour un élément éternel, or une civilisation comme tout être vivant est mortelle, aussi une république ne peut pas s’appeler « universelle »...



Cette page fut inspirée par le Souffle des Saints Métaux et les Saintes Eaux Primordiales. Ainsi fut fait en remerciement. Encore merci à nos Maîtres, car nous sommes fait de la même Sainte Matière qu’eux.
Oui, comme le dit Nassim Haramein, il y a bien une Stargate en chacun de nous... Nous sommes percé de Stargates...


M. R.
 
 

Dernière mise à jour : 31-03-2012 21:47

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >