Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’horreur de 1789 et jusqu’à nous
L’horreur de 1789 et jusqu’à nous Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-04-2012 01:36

Pages vues : 1122    

Favoris : 94

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
L’horreur de 1789 et jusqu’à nous
Crimes et corruptions à tous les étages...
 
 
 
Là où le social est déficient, c’est l’individuel qui s’y substitue ou plutôt comble un vide. Inutiles de dire qu’une telle substitution ne peut être que déficiente, et à la merci des appétits du plus fort. Dans ces conditions, le comportement « social » des puissants de ce monde se trouve commandé par la cupidité des individus et non par le respect qu’inspire une institution sociale bien constituée.
Basses convoitises et intrigues peu reluisantes seront ainsi les « forces occultes » qui régleront, ou plus exactement dérègleront, la marche de la production et de la consommation des biens temporels. Un tel état des choses ne laisse d’ailleurs pas d’influencer la marche de la société en son entier, tant au point de vue matériel que spirituel.
(Docteur Psychiatre A. Stocker : Folie et Santé du Monde, 1961).


LA CROISSANCE : ‘vous serez comme des Dieux’, disait un certain Grand Architecte ou Grand Administrateur : Satan, qui nécessairement inventa le slogan : « Toujours plus ». Le résultat est que le Péché originel est LE PÉCHÉ CONTRE LA CHAIR et non le péché de la chair, soit l’existence humaine et son essence doivent s’incarner concrètement dans « une individuation unique et propre à telle ou telle personne individuée ». Instant, Soi, Dieu, Cœur, Conscience, Centrum Centri est le ‘Je suis CE JE SUIS’.
L’être humain n’a qu’une ‘liberté de moyens’ et non une ‘liberté de la fin’ (genre Noosphère).
 
Je pense qu’il est un devoir de s’abstenir de voter aux prochains deux tours des élections du printemps 2012, une fumisterie monumentale. Dans l’état actuel de cette civilisation, ce sont toujours les pires crétins qui gouvernent, ou ceux qui ont des Couilles en Or, soit ceux qui abuseront un jour ou un autre du POUVOIR, ce cancer du monde. Naturellement, il ne devrait pas y avoir besoin d’un gouvernement, quelque que soit le régime : monarchique ou autre. Le gouvernement, et toujours naturellement, c’est chacun de nous. C’est-à-dire selon la forme de la devise supposée des Alains, des Burgondes et des Suèves :
Mes droits sont à mon libre arbitre.

DONC ÊTRE SAUVAGE, INDOMPTÉS, DÉVERGONDÉS, NON CIVILISÉS, comme les Frères des Bois, puisque « civilisé » sonne comme :  si vil.



POUVOIR = LOUPS
Et Loup est synonyme de sauvagerie, de débauche pour la Louve. Cela dans le sens négatif du symbole. Pour le positif, le Loup voit la nuit, donc il joue le rôle d’éclaireur. En Égypte ancienne le Loup, Anubis le Chien sauvage, est le Dieu des enfers à Saka-Cynopolis.

Après 1789, le jeune pouvoir en nouvelle place tua le Roi, et se fera remettre le pouvoir de l’âge adulte par les loups (le clergé de l’Église de Rome instituant dès l’an 313 à Milan la religion de la pensée ou opinion, ou système en isme...). Le système en isme est identique à celui des RÉSEAUX, sociétés secrètes ou non. Car comme l’écrit justement Grasset d’Orcet dans : Œuvres décryptées, l’art, et notamment celui des édifices dit « religieux », reste le patrimoine des classes « dominées », ne serait-ce que par un mécène nourricier et donneur d’ordres, donc des classes dominées qui confient leurs peines, leurs douleurs et leurs rancunes contre Dieu et les hommes, « car il est bien reconnu aujourd’hui que la plupart des édifices religieux du moyen âge mériteraient plutôt le nom d’édifices irréligieux. En effet, tous les artistes de cette époque sont organisés en guildes ou corporations nécessairement reliées par des liens très étroits [les réseaux] à ces compagnies errantes d’ouvriers connus sous le nom de « francs-maçons », qui courent à travers le pays en quête d’églises, de ponts ou de châteaux à construire. Ceux qui en ont besoin font marché avec le chef électif de la bande et signent un contrat qui assure aux ouvriers ou compagnons le salaire, les vivres et les vêtements ». Ces corporations qui se coopterons de générations en générations en une espèce de « fief du travail ».
Dès le sixième siècle de notre ère Paris était la capitale des artistes, ainsi les francs-maçons de l’Île de France portaient leurs connaissances, leur art et leur langue et mœurs mérovingiennes en Angleterre. Gracet d’Orcet dit que la langue française a été adopté par « toutes les tributs de francs-maçons de l’Europe assez longtemps avant la date où elle fait son entré officielle dans le monde par le serment de Lothaire et Charles le Chauve en 843 à Strasbourg.

Depuis 1789, sauf dans les accidents avec un sursaut de royauté et de variante en forme de deux empires, il n’y a plus d’élite mais DES MENEURS.
L’élite est un guide indiquant le chemin qu’il faut suivre, qui conduit à la Paix et à la tranquillité. C’est dans les meilleurs que se trouve l’élite. L’élite possède le sens de sacré.
Le meneur est un mauvais guide qui se fait appeler « dirigeant » ou « président » et est classé à tort dans une élite. Ce genre d’élite est souvent composé par les plus incultes, les plus médiocres, voir les plus criminelles. C’est ce genre d’élite qui jouent aux apprentis sorciers et qui sont emportés par le déluge au déchaînement duquel ils ont travaillé de toutes leurs forces. Ce genre d’élites autoritaristes à forte orientation de dominance sociale font de la vie de ceux qui les entoure un enfer, tant ils sont rongé par le pouvoir. Ce sont les champions de la norme, de la convention et du conformisme.

De nos jours on le voit dans tous les médias officiels, ce sont les sentiments que beuglent tous les politiques, si bien que cela ouvre la voie au désordre le plus total, car sensibilité et émotivité sont la dynamite pour déclencher le rouge de la passion (voir en son temps le drapeau communiste).

Il y a un parallèle actuel entre un certain Sarkozy et un certain Hitler : les deux mentent comme ce n’est pas possible ! mais sont surtout atteint de la folie des grandeurs :
- N’ayez pas peur... entendez mon appel : Françaises, Français aidez-moi, aidez la France...
- Je prends sur moi l’entière responsabilité (Hitler).
L’un pousse la France et l’autre pousse l’Allemagne ! Les deux semblaient se coltiner sur les épaules la totalité des problèmes de leur pays, et seul un imposteur peut prétendre soulager le peuple de ses responsabilités, puisque Hitler comme Sarkozy voulaient « soulager le peuple »... plutôt de ses économies... Aussi, un être humain saint d’esprit songera-t-il à prendre la responsabilité de l’existence d’autrui ? Quiconque promet tout ne tiendra rien...
Compter toujours sur la protection de l’État est devenu une catastrophe, il y a déjà des millénaires que les moutons ne sont plus conduit aux verts pâturages !!!


En haut de page : sadisme d’État « moderne ».
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 18-04-2012 01:46

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >