Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Shoah - Shocking and children
Shoah - Shocking and children Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-06-2012 18:33

Pages vues : 1369    

Favoris : 108

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
enfant_goulag6.jpg
 
Shoah - Shocking and children

« D’une poigne de fer, nous conduirons l’humanité vers le bonheur » (citation socialiste)
 
 
 
Au moment où se tient à Paris une exposition sur les enfants dans la Shoah (1933 - 1945), évidemment exposition que les médias aux ordres des banques ne manquent pas de signaler, il ne faut peut-être pas oublier les enfants victimes du Goulag ; c’était hier, c’était si proche de chez nous en France.
 
Aussi si vous cherchez sur l’Internet un site sur la Shoah et sa mémoire dogmatique vous en avez des brouettes, mais si vous cherchez l’équivalent sur les victimes des Juifs Bolcheviks, de 1917 à 1980 (vers la fin du communisme soviétique en passant pas l’apogée du Goulag au début des années 1950), il n’y a presque rien sauf : Mémoires européennes DU GOULAG. Quasiment rien en Russie sur le « Devoir de mémoire » des victimes du marxisme-léninisme.


Y avait rien à manger. Les gens mangeaient des orties, et ils enflaient et ils partaient pour l’autre monde. On nous a mis de force à l’école russe parce que pas d’école, pas de pain. On nous a enseigné qu’il fallait pas prier Dieu parce qu’y a pas de Dieu et quand, la leçon terminée, on s’est tous levés et on s’est mis à prier, le commandant de la colonie m’a enfermé dans la prison. (Témoignage d’un petit Polonais âgé de treize ans au moment de son « arrestation » et faisant le récit de ses mois de déportation).

Un enfant qu’on a privé de tout espoir d’avenir est un enfant qui vit un enfer.
(Extraits de : Goulag une Histoire, de Anne Applebaum).



Ainsi la Russie n’a pas de musée national consacré à l’histoire de la répression par le socialisme. Elle n’a pas non plus de lieu national de deuil, de monuments qui reconnaisse officiellement la souffrance des victimes er de leurs familles.
« Toute au long des années 1980, des concours ont été organisés à cette fin, mais ils n’ont débouché sur rien. Le Mémorial n’a réussi qu’à arracher une pierre aux îles Solovki, où le Goulag a commencé, pour la placer au centre de la place Dzerjinski, en face de la Loubianka.
Plus frappant encore que l’absence de monuments est cependant l’absence de conscience publique. Il semble parfois que les émotions et passions considérables suscitées par les vastes discussions de l’ère Gorbatchev se soient tout simplement évanouies en même temps que l’Union soviétique elle-même.
L’âpre débat autour de la justice pour les victimes s’est éteint tout aussi brutalement. Alors qu’il en fut beaucoup question à la fin des années 1980, le gouvernement russe n’a jamais recherché ni jugé les bourreaux ou les auteurs de massacres, même ceux qui étaient identifiables. Au début des années 1990, l’un des auteurs du massacre des officiers polonais à Katyn était encore en vie. Avant sa disparition, le KGB eut un entretien avec lui, le priant d’expliquer, d’un point de vue technique, comment le meurtre s’était déroulé. En geste de bonne volonté, un double de l’enregistrement fut remis à l’attaché culturel polonais à Moscou. Nul ne suggéra, à aucun moment, qu’on pût le juger à Moscou, Varsovie ou ailleurs ». (Anne Applebaum : Goulag une Histoire).

C’est très grave, et en comparaison on se demande à quoi a servi le soi-disant « tribunal de Nuremberg » frisant l’escroquerie alliée ??? Et surtout cette négligence russe est la porte ouverte au futur Goulag, puisque tout est éternelle recommencement !
Ainsi Anne Applebaum dans Goulag une Histoire, ne manque de rappeler que ce « tribunal de Nuremberg » traduisit en « justice » 85.000 nazis, mais obtint moins de 7.000 condamnations. « Les tribunaux étaient notoirement corrompus et se lissaient facilement emporter par les jalousies et conflits personnels. Le procès de Nuremberg lui-même est un exemple de « justice des vainqueurs » entaché d’une légalité douteuse et d’incongruités à commencer par la présence de juges soviétiques qui savaient parfaitement la part de responsabilité de leur camp dans les massacres », écrit superbement Anne Applebaum.

Elle ajoute : « Mais il existe d’autres méthodes que les procès pour rendre publiquement justice aux crimes du passé. Il y a des « commissions de la vérité » [sic] ; par exemple, comme celles mises en place en Afrique du Sud, qui permettent aux victimes de raconter leur histoire sur la place publique, dans un espace officiel, et de faire en sorte que les crimes du passé aient leur place dans le débat public ».

Le gouvernement russe n’a jamais enquêté ni formé des commissions, ni même envisager des excuses publiques.

« En dehors du bref « procès », peu concluant, du Parti communiste, jamais la Russie ne s’est donné la possibilité de dire publiquement la vérité, jamais il n’y a eu d’audition au Parlement ni d’enquête officielles, sous quelque forme que ce soit, sur les meurtres et massacres des camps en URSS ». (Anne Applebaum).
« Résultat : un demi-siècle après la fin de la guerre, les Allemands débattent encore régulièrement de l’indemnisation des victimes, de mémoriaux ou de nouvelles interprétations de l’histoire nazie...
Un demi-siècle après la mort de Staline, il n’y a pas eu de discussions équivalentes en Russie, parce que la mémoire du passé n’a pas été un élément vivant du discours public », écrit Anne Applebaum. Surtout les Russes ne font pas de leur Holocauste une industrie (voir la vidéo en fin d’article).

Hélas, « le système soviétique a entraîné des millions et des millions de citoyens dans de multiples formes de collaboration et de compromis. Si beaucoup le firent volontiers, d’autres gens dignes furent contraints d’accomplir des choses terribles. Eux-mêmes, leurs enfants et leurs petits-enfants n’ont pas toujours envie de s’en souvenir ».

ET C’EST CELA LE PLUS DRAMATIQUE car ça risque de recommencer prochainement partout dans le monde. Car effectivement si les monstres du régime communiste ne sont pas punis, on n’aura en aucune façon vu le triomphe du bien sur le mal.

« Pour la plupart des Russes, l’impression s’impose que plus on a collaboré dans le passé plus on était sage. Par analogie, on est aujourd’hui d’autant plus sage qu’on triche et qu’on ment ».

Rien a changé en Russie il y a toujours une élite corrompus aux gros comptes en banques et les esclaves qui triment dans les usines de ces banquiers.

RAPPEL : Quand l’Allemagne nazie a fini par s’effondrer, le reste de l’Occident a créé à la fois l’OTAN et la Communauté européenne, en partie pour empêcher l’Allemagne de rompre à nouveau avec le « normalité » dite « civilisée » de l’équerre et du compas franc-maçonnique. Bref, faire avaler à l’Allemagne la « même soupe pour tous » ou le démarrage du mondialisme. C’est le 11 septembre 2001 qui dérange la sécurité des pays occidentaux, les obligeant à revoir cette sécurité de l’après guerre froide.
 
 

FEMMES ET ENFANTS DU GOULAG


« Tu veux bouffer ? Oui. Alors baisse ton froc ». Voilà l’équerre et le compas ou ‘normalité’ du Goulag.


L’amour, le sexe, la grossesse, le viol et la prostitution font la partie de la vie du Goulag.
Les taux de mortalité infantile étaient très élevés, si élevés qu’ils étaient souvent délibérément maquillés.
En 1939, on cessa d’envoyer les simple orphelins dans le Goulag pour enfants, désormais réservé aux petits criminels qui avaient été condamnés par les tribunaux ou par la « commission spéciale ».
L’URSS copie d’ailleurs nos bagnes pour enfants en France au 19è siècle, les « Colonies Horticoles », en les nommant : « Colonies d’éducation par le travail », un euphémisme qui, comme en URSS ou dans la France de Napoléon 3, désigne simplement un camp de concentration pour enfants.

« Des décennies de propagande, d’affiches épinglées aux murs des orphelinats pour remercier Staline « de notre enfance heureuse », n’ont pas réussi à convaincre les Soviétiques que les enfants des camps, des rues et des orphelinats étaient jamais devenus autre chose que des membre à part entière de la vaste et hétéroclite classe criminelle de l’Union soviétique ». (Anne Applebaum).

Il faut savoir que les enfants du Goulag étaient astreints aux mêmes normes d’esclavage, et avaient droit à la même lavasse que les adultes. Ils logeaient dans des baraquements analogues et voyageaient dans les mêmes wagons à bestiaux. Leurs vêtements étaient presque identiques, leurs souliers tout aussi inadaptés. Ils n’étaient pas traités différemment lors des interrogatoires.
L’homosexualité dans le Goulag était courante et surtout cantonné au monde du crime, et comme les criminels écrivent rarement leurs mémoires, il n’y a pas de règle précise là-dessus. « Nous savons néanmoins que, dans les années 1970 et 1980, les criminels soviétiques élaborèrent des règles de conduite homosexuelle d’une grande complexité. Les ‘passifs’ étaient mis au ban de la société concentrationnaire, mangeaient à des tables séparées et n’adressaient pas la parole aux autres hommes. Bien que les descriptions soient rares, il semble que des règles semblables aient existé dans certains coins dès la fin des années 1930, quand Piotr Yakir, à quinze ans, fut témoin d’un phénomène analogue dans une cellule pour jeune délinquants », écrit Anne Applebaum.

Les enfants jouent leur nourriture, ainsi certains perdent leur ration de pain plusieurs mois à l’avance...

« Décrivant les camps nazis, le sociologue allemand Wolfgang Sofsky écrit que « le pouvoir absolu n’est pas une propriété, mais une structure ». Il entend par là que, dans les camps allemands, le pouvoir ne se résumait pas à une personne contrôlant la vie des autres : « En faisant de quelques victimes ses complices, le régime effaçait la ligne de démarcation entre le personnel et les détenus ». Bien que la brutalité régnant au Goulag fut différente, dans son organisation comme dans ses effets, les camps nazis et soviétiques étaient semblables à cet égard : le régime soviétique se servait également des prisonniers à cette fin, en incitant certains au-dessus des autres et leur accordant des privilèges qui leur permettaient, à leur tour, d’aider les autorités à exercer leur pouvoir », écrit Anne Applebaum. Et cela est proprement diabolique et est une définition de l’enfer, là ou règne LES PLANQUÉS.


Le mondialisme étant une victoire de l’ancien rêve des marxistes-léninistes, ce matérialisme galopant peut nous conduire à : des voleurs forniquant au grand jour, qui se promènent nus dans des baraquements, et qui n’ont aucune espèce de sentiment pour qui que ce soit : « Seuls leurs corps est en vie ». (D’après un témoignage dans le livre de Anne Applebaum).
L’honneur, la dignité, la compassion ont été balayés au cours de l’industrialisation de la société pendant tout le 19è siècle, toutes ces valeurs ont été détruites par le capitalisme, les guerres et les révolutions de 1789 à 1917 en Russie et autre collectivisme. Avant la diarrhée révolutionnaire commencé en faite à l’époque de la Renaissance, les règles morales et spirituelles existaient bien, et sans l’apport des francs-maçons. De nos jours, le FAUX, donc le mensonge, fait de l’être humain un ESCLAVE.
Le socialisme, le communautarisme comme tous les ismes sont des PRISONS POUR L’ÂME, et du MÉPRIS POUR LA VIE HUMAINE et l’écrasement de toute manifestation d’individualité et de la Tradition. La Religion de l’Homme façon franc-maçonnique ou laïque sera celle où l’homme est un loup pour l’homme.

[En haut de page : Un enfant au Goulag]



Industrie de l’Holocauste.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 21-06-2012 19:44

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >