Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Perte du réel
Perte du réel Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-06-2012 22:10

Pages vues : 920    

Favoris : 84

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
frise_moyen_age4_long.jpg
 
Perte du réel
 
 
 
Voir aussi : Paradoxe : Réseaux = Non communication

GPS (guidage par satellite), les cartes et plans sont la manifestation du monde sur le papier : l'écriture. Ainsi nous sommes perdus tant qu'une carte ne nous a pas indiqué notre position. Les cartes que nous avons tracés autrefois et le moderne GPS ne sont pas les seules à nous projeter sur le papier. "La littérature, la science, la philosophie, le droit, la religion sont fondamentalement des artefacts qui procède de l'écrit. C'est grâce à eux que nous parvenons à nous représenter nous-mêmes, et que nous représentons nos idées et l'ensemble du monde qui nous entoure. En somme, nous n'habitons pas vraiment le monde, mais celui que ces artefacts nous représentent".
 
ÉCRITURE = PEUPLE CIVILISÉ

Où est le plus par rapport à la langue orale ?
Ce serais la capacité à entrer dans "le monde sur le papier".
À l'époque de la Renaissance l'impact de l'invention de l'imprimerie à frappé ceux à qui ce nouveau langage n'était pas destiné.
Peut-être que Luther, Galilée, Descartes avaient en commun une nouvelle façon de lire, "de mettre en rapport ce qui est écrit et ce que cela signifie".
Le mental, la "raison" s'installe à la Renaissance, "le fait de reconnaître qu'il y a bien une contribution du lecteur à l'interprétation du texte est à l'origine d'un modèle de l'esprit".

De nos jours, dans cette société de Big Brother on met presque un code-barres sur le moindre brin d'herbe : il faut tout contrôler, analyser, etc., donc garder une trace écrite ou informatisée. La moindre marchandise porte une étiquette avec son code-barres.

La Réforme, toujours à la Renaissance et avec elle, donne une grosse poussée à ce qu'on appelle de nos jours "science moderne", et à la "raison" ; "toutes ont été des manifestations de changements sociaux associés au déclin de la féodalité et à l'émergence de l'individualisme, du capitalisme et des organisations politiques démocratiques".

Avant la Réforme, le mot Science comportant aussi l'ensemble spirituel. La réforme apporta la FIN DE L'ENCHANTEMENT et le début de la conception moderne du monde : "les principes peuvent être clairement établis, les définitions devenir explicites, précis, les analyses logiques et les preuves détaillées".
De plus déjà au 17è siècle le chercheur a accès à plus d'auteurs médiévaux qu'aucun érudit du Moyen-Âge n'en a jamais connu. Au Moyen-Âge la lecture est orale, ensuite avec l'imprimerie la lecture devient silencieuses installant "le divorce entre l'œil et la parole dans l'acte de lire".

L'instruction scolaire est typiquement liée à l'écrit. L'écriture a probablement jouée un rôle fondamental dans la réussite des Grecs. La Chine et la Grèce sont plus basé sur l'écriture, alors qu'en Inde : seul le mot prononcé à l'oral est sacré, et l'on a pas confiance au mot écrit.

De nos jours, depuis le siècle des perruques poudrées (des lumières), la "vérité" n'est pas dans la parole de Dieu mais dans son œuvre ; elle n'est plus fondée sur la Tradition ou dans des écritures [donc une norme !]. Ainsi on part du monde spatio-temporel pour définir des essences, on fait tout à l'envers...
Nous sommes entré dans le bouleversement, "par lequel nous sommes passés d'une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c'est-à-dire à une pensée sur la pensée [amplification du mental]. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l'intervention du monde sur le papier", écrit David R. Olson à la fin de son livre : L'univers de l'écrit, dont je fais référence sur cette page, surtout les passages entre guillemets.



Tout est contrôlé, même un brin d'herbe est étiqueté sous code barres répertoriant son "code ADN". Dictature Père-père s'installe, conformément à ce qui est écrit ci-dessus sur la langue écrite et la perte du réel.
 
 
 

Dernière mise à jour : 26-06-2012 22:11

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >