Accueil arrow News arrow Dernières news arrow EYES CANDY
EYES CANDY Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-06-2012 22:37

Pages vues : 1105    

Favoris : 98

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
oupouaout450.jpg
 
 
EYES CANDY

Eyes Candy = Démocratie et Hollywood
Eyes Candy = Spectacle, Spectable (1)
 
 
 
“l’ambiguïté démocratique” ou le “paradoxe démocratique” : la démocratie est à la fois le meilleur régime et celui qui permet le mieux de faire la guerre au nom de la paix, de tuer au nom des droits de l’homme, de persécuter au nom de la liberté individuelle, de conquérir des pays au nom des peuples à disposer d’eux-mêmes. (Citation de l’article : La démocratie contre la paix).
 
 
Démocratie = Crimes de masses

Mental-Raison = Folie

Parce que l’animal ne passe pas par la raison, il est DIRECTE, dans l’Instant, le Soi. Le drame humain c’est la raison, le mental ou ego, la dualité sujet-objet.
Ramana Maharshi : Dépassez le plan présent de la relativité. Un être séparé (le Soi) paraît connaître quelque chose (le non-Soi) qui est distinct de lui-même. Autrement dit, le sujet est conscient de l’objet. Le sujet percevant est dénommé drik, l’objet perçu driska.
Entre ces deux éléments doit exister un lien fondamental qui se manifeste comme « ego ». Cet ego est de la nature de chit (conscience). L’achit (l’objet non conscient) n’est que la négation de chit. Par conséquent, l’essence fondamentale est apparentée au sujet et non à l’objet. En recherchant le drik, jusqu’à ce que tout drishya disparaisse, le drik deviendra de plus en plus subtil jusqu’à ce que seul le drik absolu subsiste. Ce processus est appelé drishya-vilaya (la disparition du monde objectif).
Question : Pourquoi les objets (drishya) doivent-ils être éliminés ? La Vérité ne peut-elle être réalisée en laissant les objet tels qu’ils sont ?
Maharshi : Non. L’élimination de drishya signifie l’élimination des identités séparées du sujet et de l’objet. L’objet est irréel. Tout drishya, y compris l’ego, constitue l’objet. Lorsqu’on élimine l’irréel, la Réalité subsiste. Quand une corde est prise par erreur pour un serpent, il suffit de détruire la fausse perception du serpent pour que se révèle la vérité.
...
Le mental est le créateur du sujet et de l’objet et la cause de la conception dualiste. C’est donc lui qui provoque la fausse notion d’un soi limité et de toute souffrance qui en découle.
Question : Qu’est-ce que le mental ?
Maharshi : Le mental est une des formes sous lesquelles la vie se manifeste. Un morceau de bois ou une machine compliquée ne sont pas appelés mental. La force vitale se manifeste comme activité de vie et également comme phénomène conscient, nommé mental.
(Extrait de l’enseignement 25, du 4 février 1935).

Non seulement l’animal qu’est aussi l’humain raisonne ou utilise son mental et s’illusionne, mais en plus il a les plus pitoyable sens de toute la Création : 5 pauvres sens. Depuis le temps du choix de la voie de l’Agriculture l’humain a largué ses facultés intuitives ou intelligence du Cœur hautement plus riches que ses pauvres 5 sens.

Le mental, la raison, le verbiage ou dialectique ou les ergoteries grecques sont les ennemis des Forces Cosmiques et des Énergies terrestres.
Le mot MENTAL comme le mot SCIENCE formait un tout avant l’époque de la Renaissance : mental, du bas latin : mens, mentis « esprit » (spiritus).

EYES CANDY  = Chercher le bonheur en dehors de soi-même.
Eyes Candy = Spectacle.


Le EYES CANDY c’est le DRaGon, DRoGue, DRaGée (Hollywood). Mais la Dragée de ce DRG est plutôt Hollywood : l’agréable, le confort et le sucrée avec juste un peu de salée ou de frisson pour faire des sensations dans le confort de son fauteuil. Et au passage gonfler les coffres des banques régnantes sur Hollywood.
Tout ce qui est agréable, tout ce qui est genre « bonne conscience », « droit chemin » tracée au cordeau, « bonne éducation », « bonnes familles », sont de terribles drogues.
Les autres drogues dites « dures » : tabac, alcool, cocaïne, cannabis, lsd, ectasy, etc., sont du même ordre que : la musique, le café, les médicaments de Big Pharma, la bonne chère ou bon restaurant, le sexe sous toutes ses formes, les amusements ou privation des muses, le bruit, l’agitation, le eyes candy, etc., toutes ces drogues font la partie de l’effondrement de cette civilisation qui fait tout pour FUIR L’INSTANT, FUIR LE SILENCE. Comme si cette « civilisation » ne pouvait pas supporter le moindre silence.
Même chose pour la lumière : il faut aller très loin pour trouver une zone de noir bénéfique tant les cités moderne vomissent de lumière ; cette vomissure lumineuse tant vanté par cette franc-maçonnerie spéculative de 1717 et du siècle des lumières et de leurs philosophistes. Il est bien connu qu’il faut éclairer pour pouvoir mieux exercer une surveillance...


Le DRaGon est un MONSTRE, de MONTRÉE - MONSTRÉE.
MONSTRE : Descendre sur les lieux contentieux, ordonnée par le juge ; MONSTRÉE : même descente ; coupe de bois étiqueté ou montrée par la marque d’un poinçon ou marteau. Comme Oupouaout, le Dieu Ouvreur de Chemin, le Monstre comme le Fou du Roi montre le Chemin.
Si Oupouaout ouvre les chemins, le Dragon DRAGUE pour permettre la FLUIDITÉ, tout comme la Drage ou Sorcière fait commerce avec le diable (côté négatif). En languedocien Drac veut dire Dragon et « Fa le drac » : faire le Diable. (D’après le Glossaire François, de Du Cange, 1879)

En haut de page on peut admirer l’image du Dieu Oupouaout, loup ou chacal selon les époques, en général dressé sur ses pattes, plus rarement couché. Son nom signifie « Celui qui ouvre la Voie » ; épithète pouvant être appliquée à tous les chiens de chasse et chacal. Oupouaout est donc en tête de chaque procession royale. Oupouaout est Dieu guerrier et Dieu funéraire, qualités associés aux divinités canines. (D’après l’archéologue Maria Carmela Betro).

EYES CANDY = PERTE DE L’INSTANT

Les animaux, les premiers humains, sont proches de l’Instant, du Soi. Ils ne sont pas gangrénés par le mental. notamment ils se foutent de ce qu’on appellent de nos jours « art », ou « décoration », notions devenues totalement commerciales.
Pour les Anciens, l’Art fait la partie d’un Tout, donc il est à la fois une science, une métaphysique, une spiritualité.

Les Anciens ne « faisaient pas d’art », ils étaient tous « artistes » de naissance. Dès qu’il y a sortie de l’Instant il y a ART ou arrêt : justification de la Manifestation dans le monde temporel. La Manifestation n’est qu’une béquille, ou un passage avant de retourner dans l’Instant ! Donc il n’y a pas d’ART sans ARRÊTER.
ART = RUSE et ARTIFICE = ILLUSION ou MONDES TEMPORELS.
Soit A-Re-Te (prononciation euphonique de la Langue des Oiseaux).

Les Anciens ne faisait pas de l’art un objet de consommation comme de nos jours, pour eux qui étaient si proches de l’Instant tout était sacré en même temps qu’utilitaire. Leurs art et leur sacré étaient fluidifiés d’Instant en Instant.

Le Soi, l’Instant, c’est retrouver un ÉTAT NATUREL, un ÉTAT ORIGINEL.

HÉROS : erre dans O, erre dans l’Origine.
L’origine de toute tradition et religion est le HÉROS ou ÊTRE SPIRITUEL ou LE BIENHEUREUX. Et comme pour les photocopies : on copie la copie de la copie, résultat : la dégradation par rapport à l’original ! (Si dans le cas du binaire l’original peut se multiplier sans dégradation, il reste tout de même l’original car les suivants ne sont que des victimes de la tueuse chronologie !)
C’est pareil avec une religion, la dégradation provoque : les rites, les cérémonies et la construction de temples ou églises, l’invention de dogmes ; donc on FIXE l’origine ou on établit des règles et compas, que la masse va appliquer à la lettre par instinct grégaire et par mimétisme. On s’éloigne de l’Instant.
Pour retrouver l’Origine, il faut casser compas et équerres. Puis endormir le mental.

Hollywood et Eyes Candy.
C’est tout de même l’Amérique qui découvre la première la gigantesque possibilité de faire de l’Or avec l’illusion des images mouvantes projetées sur un drap blanc, et accompagnée de musique et de paroles des acteurs. Ainsi, avec l’aide de la grande crise économique de 1929, les USA commencèrent à laver la cervelle des foules : faire « rêver » ou plutôt engluer, rendre prisonnier dans ce bonbon fondant qu’est le Eyes Candy. Tous ces Eyes Candy étant fabriqués par les banquiers. Hollywood est synonyme de banques et sous la coupe de l’inquisitoriale MPAA, fondée par l’ancien ministre des P.T.T. William Hays, sorte de tzar du cinéma de l’époque, dont le successeur sera évidemment une marionnette de Wall Street : Eric Johnston (référence à Georges Sadoul).

Le Eyes Candy marcha beaucoup chez Hitler et chez Staline, ces deux dictateurs ayant compris les effets de cette formidable drogue à conditionner les masses. « Après l’arrivée de Hitler au pouvoir, les studios furent radicalement purgés de leurs talents, tous suspectés de marxisme ou de judaïsme. Le docteur Goebbels prit la direction idéologique du gigantesque trust du cinéma formé par l’hitlérisme sous l’égide des grandes banques, et il somma les cinéastes allemands de lui donner « un nouveau Potemkine » (Georges Sadoul).

Chez les Anglais, leur Hollywood de meilleur qualité fut un temps financé par le milliardaire Arthur Rank.

Le mental comme le eyes Candy ou bonbon pour les yeux doivent FONDRE ET S’ÉVAPORER, c’est-à-dire que le mental ou raison privé de toute pensée équivaut à être dans l’Instant ou à le réaliser. Ramana Maharshi explique que le mental sans pensée est comme deux miroirs clairs, l’un en face de l’autre, qui n’échangent entre eux aucun reflets. La dualité est supprimé.

Le mental n’est qu’un mélange de connaissance et d’ignorance ou de sommeil et de veille. Ses cinq modes de fonctionnement sont :
- kshipta (actif)
- mûdha (lourd)
- vikshipta (distrait)
- kashâya (latent)
- ekâgriya (concentré)
De ces cinq modes, kashâya ne désigne que l’état latent des tendances, et non les tendances elles-mêmes, telles que l’attachement, la répulsion, etc.
(Ramana Maharshi, entretien 344)

un mental agité [qui fuit le Silence] est sur la mauvaise voie ; seul un mental tournée vers la dévotion [spiritualité] est sur la bonne voie (R. Maharshi entretien 138).

Le mental s’élève au réveil et s’absorbe en sommeil profond (entretien 132).

Question : Montrez-moi cette grâce qui met un terme à tous ces problèmes. Je ne suis pas venu ici pour discuter. je ne désire qu’apprendre.
Maharshi : Apprenez d’abord ce que vous êtes. Cela n’exige ni Écritures ni études. C’est une question d’expérience [être DANS l’Instant]. L’état d’être est depuis toujours ici et maintenant. Vous avez perdu contact avec vous-même et vous demandez aux autres de vous guider. Le but véritable de la philosophie [sagesse] est de vous tourner vers l’intérieur. « Si vous connaissez votre Soi, aucun mal ne vous arrivera. Puisque vous me l’avez demandé, je vous ai enseigné ».
L’ego surgit en s’agrippant à vous (le Soi). Agrippez-vous à vous-même et l’ego s’évanouira. Jusqu’alors le Sage dira : « Il y a » et l’ignorant demandera : « où ? »
(Ramana Maharshi, entretien 132).

Le monde est perçu par le mental, c’est-à-dire grâce à la lumière réfléchie du Soi. Le monde est donc perçu à l’aide du mental. Quand le mental est éclairé, il est conscient du monde. Quand il n’est pas éclaire, il n’est pas conscient du monde. Si le mental est tourné vers l’intérieur, vers la source de lumière, la connaissance objective cesse et seul le Soi resplendit en tant que Cœur.
La Lune luit grâce à la lumière réfléchie du Soleil. Lorsque le Soleil se couche, la Lune devient utile pour révéler l’existence des objets. Lorsque le Soleil se lève, personne n’a plus besoin de la Lune, bien que son disque pâle reste encore visible dans le ciel.
Il en va de même pour le mental et le Cœur. Le mental est utile en raison de la lumière qui s’y réfléchit, ce qui permet de voir les objets. Lorsqu’il est tourné vers l’intérieur, la source de son illumination resplendit par elle-même et le mental pâlit et ne sert plus à rien, comme la Lune en plein jour. (Ramana Maharshi, entretien 98).

Donc nous pouvons prendre conscience de l’imbécilité et surtout du diabolique orgueil de tous les philosophistes du siècle des lumières qui veulent apporter au monde « leurs lumières », c’est-à-dire leurs simples opinions, en considérant le reste du monde comme des crétins ou des « sauvages ». ET BIEN QU’ILS GARDENT LEURS OPINIONS POUR EUX. (Voir la page Siècle des lumières = ENFER)

 
 
Note.
1. Spectable : illustre, titre honorifique ou d’honneur, donc bien en vue. Et le SPECTRE est bien une apparition. Et SPEC est un inspecteur ; d’où ‘spécial’ qui met en lumière quelque chose ou le distingue. Le SPECTRE DES COULEURS est bien ce qui est visible dans le monde de la Manifestation ou monde temporel ou mortel. SPÉCIFIER c’est aussi mettre en lumière un point particulier.
 
 

Dernière mise à jour : 29-06-2012 23:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >