Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Res publica ou chose publique
Res publica ou chose publique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-07-2012 21:13

Pages vues : 1094    

Favoris : 101

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Res publica ou chose publique
en totale contradiction avec la franc-maçonnerie cultivant
le secret et reposant sur les religions à mystères


Finita la Commedia !
Avec de l'argent, on ne peut rien acheter de réel !
 
 
 
Quand le TAO est perdu, vient la vertu.
Quand la vertu est perdue, viennent les rites, c’est-à-dire la moralité et la loi [compas et équerre].
De même, quand l’innocence est perdue, vient la fraternité.
Quand la fraternité est perdue, vient la notion de justice et d’équité avec tout ce qui s’en suit, comme par exemple le pouvoir.
 
 
 
Le drame de notre époque moderne a sa source dans un mot qui résume beaucoup de chose : LA RÉFORME (éclatements du catholicisme suite aux conflits entre l'Église de Rome et l'Église byzantine jusqu'à la chute de Constantinople le 29 mai 1453 à cause des Turcs, marquant la fin de l'Empire Byzantin. Ce fut un des plus grands drames mondiaux de tous les temps, le drame des EMPIRES).

À vrai dire le drame a commencé avec les Gnostiques qui inventèrent une forme de totalitarisme : l'Ouroboros ou serpent se dévorant la queue. Il se prend ainsi pour son propre créateur (religion de lui-même ou plus tard religion de l'homme), donnant une image du totalitarisme, du renouvellement de la substance genre "retour perpétuel"... Nous sommes bien toujours dans le monde du spatio-temporel.

Suite à ces bouleversements religieux de caractère mondial, il se mêla la science de l'époque avec les expéditions en Amérique et l'invention de l'imprimerie, qui développera le langage écrit.
Des faiseurs d'opinions genre "humanistes" comme Erasme ou Thomas More cherchèrent, en autres, à amalgamer le christianisme avec les ergoteries des Anciens Grecs.
Il n'y a pas pire que ces philosophistes et autres humanistes qui veulent à tous prix "organiser la vie", leur vie avant tout, en la rationalisant façon compas et équerre ; c'est le meilleur moyen de rendre la vie invivable, surtout pour ceux qui doivent s'y conformer sous la pression de ce genre d'intellectuels "seigneurs et maîtres", genre francs-maçons, genre mauvais philosophistes de notre époque et autres faiseurs de "ismes" ; soit subjuguer les autres, ou les détruire.

En fin de compte une grande bigoterie et une ignorance fut l'apanage de ces "humanistes" : ils "jetèrent le bébé avec l'eau du bain"... concevant ainsi un dogme encore plus mauvais que celui de l'Église de Rome.
Le projet utopique de ces "humanistes" était que les gens "pensent par eux-mêmes", donc ils inventèrent l'OPINION. Et par la même le redoublement de l'INQUISITION, car en triomphant, la libre pensée signait son arrêt de mort, car il est évidemment impossible de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d'accord. Ce qui deviendra "Le pouvoir du peuple" est une totale illusion.      
Ces faiseurs d'opinions humanistes voulaient soi-disant donner la liberté au peuple, qui selon eux était enfermé dans une prison mentale à l'époque du Moyen-Âge. Mais tout le long du Moyen-Âge il y eut un grand nombre d'esprit libre : voir le Roman de Renard, les Chevaliers de la Table Ronde et autres récits de cette époque, où l'imagination gicle à toutes les pages et enluminures. Certes à une époque l'Inquisition régna, et elle règne toujours de nos jours sous une forme beaucoup plus hypocrite. Certes, l'Église de Rome a commencé à "serrer la vis" à la fin de l'an 900, notamment parce qu'elle était horrifié par des fêtes païennes se déroulant dans les cimetières, ou les anciens cultes des pierres et des sources (qui n'ont jamais cessés jusqu'à ce jour, mais qui sont hélas dénaturés à cause de la perte de leurs origines.

C'est à l'époque de la Réforme que la franc-maçonnerie spéculative pris naissance, en Écosse (1598) en cheville avec les Rose-Croix (un fourre-tout ésotérique). SPÉCULATIF, SPÉCULUM : de miroir, qui réfléchit la lumière comme un miroir, en parlant d'un minéral. Le SPÉCULUM est un instrument déjà connu dans l'Antiquité pour examiner les cavités ou conduits du corps, muni d'un dispositif permettant de les élargir en vue d'en faciliter l'examen. Une SPÉCULATION est donc un espionnage, une théorie, une opération financière, etc. Bref, quelque chose de louche : le pouvoir, le pour voir, ou le pou (parasite) voir !

De nos jours, la nouvelle Église inquisitoriale c'est l'État et sa "démocratie", puis la franc-maçonnerie et sa "république".

Les Alchimistes furent les premiers a avoir une liberté de l'esprit. La "réforme de l'Église" marqua le démarrage de la religion de l'homme ou le rejet de l'Instant, du Soi.
Le "péché originel" est une variation du thème de la religion de l'homme : trouver ou fabriquer l'Alpha et Oméga à la Teilhard de Chardin. Nous en avons un exemple récent avec le Boson de Higgs. Il y a tentation de s'approprier La Vérité (savoir absolu), or elle n'appartient à personne !

Ainsi pour être libre, il ne faut surtout se laisser emprisonner dans les religions à livres, comme l'Ancien Testament, et même le Nouveau, etc. Ce sont des êtres humains qui ont pondus leurs opinions là-dedans !

Tu n'es encore qu'un enfant. Un joli garçon plein de charme et de séduction. pourtant, crois-moi : chacun est seul au monde [Instant], terriblement seul. Les mots ne sont que des signes défectueux et trompeurs [opinion] ; jamais un être humain ne parvient à en connaître un autre à travers ses paroles. On ne peut se sentir proches que dans un lit [Voir le passage PERSONNALITÉ à la page Manipulation mentale - suite]. Là seulement, deux êtres, sans se vouloir de mal, peuvent se rencontrer. Là se noue la plus grande amitié. Tu n'auras jamais à t'en plaindre.
(Mika Waltari : Jean le Pérégrin)

Lorsque nous sommes couchés l'un à côté de l'autre et que sa bouche jette dans la mienne, comme un sanglot, son souffle haletant, nous sommes bien. Mais dès que cette bouche s'ouvre pour parler, nous ne sommes plus accordés. Nous ne nous comprenons que dans le rapprochement de corps et nous avons appris ce que j'ignorais : le beau et le terrible savoir du corps. Mais nos pensées courent sur des voies divergentes. un mot, et nous nous blessons l'un l'autre. un mot, et nous voilà dressés l'un devant l'autre comme des ennemis.
(Mika Waltari : Les Amants de Byzance)

Effectivement, seul le SILENCE est le Vrai langage.

Ainsi le mot PERSONNE voudrait signifier objectivement : la société est au service de la personne, et non la personne au service de la société. Or avec le république franc-maçonnique communautaire c'est bien la personne qui est au service de la société, ou au service de l'État !!! (Et pour bientôt au service de l'Europe...) Ainsi une personne est une valeur supérieure à laquelle la valeur de la société, de la république, doit être subordonnée. C'est la personne qui donne un sens à la société, et non le contraire. Le qualitatif doit primer sur le quantitatif, or c'est le contraire qui se passe depuis 1789 !
C'est de la personne qu'individu et société "tirent" leur personnalité. Et tout fonctionnement essentiel de toute société humaine repose sur la Trinité : vie religieuse (Amour), vie politique (Connaissance), vie économique (Sensibilité). C'est la Réforme qui a inversé les choses : faire que le spirituel obéisse à l'État, alors que de tous temps c'était le contraire, et même ils ne se distinguait pas, tout comme le spirituel, la connaissance et le savoir-faire signifiaient Science !


La franc-maçonnerie spéculative (celle du voyeur) n'a absolument aucun privilège concernant "la morale", surtout la morale ! Les lois, les "normes morales" sont l'opinion d'êtres humains, elles n'ont par conséquence aucune valeur absolue genre compas et équerre, et qu'on ne les respecte que par obligation et par habitude !!!
"Qu'une action soit bonne ou mauvaise n'a en soi aucune valeur. L'une et l'autre sont toujours des actions. Sont-ils mauvais, le loup quand il dévore l'agneau, le brochet quand il avale le menu fretin ? Dans le monde des humains, le fort, quand il opprime le faible, le riche, quand il dépouille le pauvre, ne le sont pas davantage. "Bon", "mauvais", ce sont des mots que les hommes ont pris l'habitude d'employer, mais pour l'homme qui a dit oui à la vie et non à tout le reste, ils n'ont strictement aucun sens" (Mika Waltari : Jean le Pérégrin).
De nos jours, et même depuis longtemps, il n'y a pas de morale, puisque tout s'achète et se vend, et en premier le SEXE ET LA DROGUE, ce qui revient au même ! Celui qui est insensible à n'importe quel sexe (hypo actif) est incorruptible ! Cependant le vrai ou la vraie incorruptible est celui ou celle-ci : "Il me suffit de t'avoir près de moi. j'ai quarante ans. Je t'aime. Il n'y a pas d'amour sans désir. mais mon désir est limpide. Je n'ai pas besoin de te toucher", écrit Mika Waltari dans Les Amants de Byzance, décrivant ainsi l'Amour Absolu


Notre époque vit un drame parce qu'elle est DANS L'ACTION, donc dans le monde spatio-temporel. Or le vrai bonheur, la Vraie Liberté se situe dans l'Instant, dans le Soi, donc DANS l'ATTENTE : "Attendre est certainement le plus grand bonheur que l'on puisse éprouver et l'accomplissement d'un désir ne correspond jamais à l'exquise douleur, à l'exquise douceur de l'attente" (Mika Waltari : Jean le Pérégrin). Là encore Mika Waltari à visé juste, car ce qui apparaît nouvellement doit aussi disparaître, c'est pour cela qu'on peut appeler le monde spatio-temporel le "Monde des Accidents", là où règne le "plaisir des sens" et maintenant celui du compte en banque. Donc la prison, ensuite le tombeau.


(En haut de page : Portrait de jeune homme, par Masaccio)
 
 

Dernière mise à jour : 08-07-2012 21:34

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >