Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Inquisitions de Rome et maçonnique
Inquisitions de Rome et maçonnique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 09-08-2012 01:36

Pages vues : 4551    

Favoris : 372

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Abyme, Amour, Anarchie, Arbre, Argent, Banques, Chaos, Cinéma, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Égrégore, Esprit, Europe, Feu, Fontaine, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pomme, Portes, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Inquisitions de Rome et maçonnique

Page dédiée aux Cathares, aux Parfaits et Parfaites.
 
 
Il est urgent en nos temps si troublés de se pencher sur le génocide Cathare monstrueux commit par l’Église de Rome et l’État français et son représentant le roi, dont cette même Église fit un « Saint » : Saint Louis... Ni l’Église de Rome, ni l’État français n’ont apportés le moindre repenti.

Les croisades sont un des reflets de l’idiotie humaine de ce temps.
 
RAPPEL : Toutes religions du fait de CROIRE éloignent de l’Instant. On n’a pas besoin de croire en des messies, des loges blanches ou vertes, des Maîtres de sagesse ou des hiérarchies « supérieures ».
ALCHEMINER c’est résumer l’expression : « Fermez les bouches », pour ne pas même laisser entrer une mouche, c’est-à-dire déjouer le pire ennemi, et parfois ami, au monde : L’EGO (je), qui fera tout pour se maintenir en vie.
Dans Alcheminer il y a cheminer qui exprime bien le MOUVEMENT, car rien n’est arrêté, sinon c’est le tombeau.
ALCHEMINER c’est accumuler avec ses pieds et mains la poussière Rouge adamique pour former le Corps de Gloire alchimique ou Pierre Philosophale, ou Cinabre (en Chine), ou Fixation Cavalante (Bobine d’Accord), ou Merkabah (Vaisseau ou Char, ou Vase, à ne pas confondre avec la quincaillerie New Age).
 
 
Drame des ALBIGEOIS.

Cela commence en 1022 où les premiers bûchers pour hérétiques s’allument à Orléans. Un nouveaux courant religieux inspiré des gnostiques (qui vomissaient le ‘Créateur’) et du manichéisme souffle en Europe central en passant par l’Italie et la France. Il regroupe une partie de la noblesse, de nouveaux bourgeois, des artisans, surtout des classes urbaines (le « paganisme » étant laissé aux paysans !), et forme des mouvements plus ou moins liés les uns aux autres sous des noms divers.
De ces groupes naîtra ceux qui se nomment CATHARES, et qui sont des disciples de Mani, et pratiquant le manichéisme. En fait si on voit le manichéisme comme une fixation : d’un côté le bien et de l’autre le mal, on aboutit à la catastrophe de la dualité toujours source de guerres sans fin. Mais si on voit le manichéisme comme le Yin et le Yang en MOUVEMENT, alors c’est totalement différent. L’Église de Rome est terriblement duelle ! Elle sème la guerre partout, la dernière étant le Vatican 2 dont nous vivons le résultat : la religion de la laïcité ; les francs-maçons ont gagnés.

Les Manichéens ont à voir avec la franc-maçonnerie opérative, les vrais maçons, car ils s’inspirent du gnosticisme. Pour les Manichéens, les Cathares, le monde terrestres de la Matière, ce monde des accidents, est le mal ; aussi l’Église catholique de Rome est le mal. Le catharisme se forme très tôt en Églises, avec son clergé, les PARFAITS, et impose à ses adeptes des rites spéciaux. Les Cathares ont à voir avec le Joachimisme et son moine Joachim de Flore. Les Joachimites croient en trois époques : la Loi ou Ancien Testament remplacée par celle de la Justice et du Nouveau Testament, lequel est encore corrompue et dirigée par l’Église de Rome, qui doit disparaître pour céder la place au règne de l’Amour et à l’Évangile éternel : bonne nouvelle en forme de DORG (Demain On Rase Gratis).

Les Cathares se méfient de la perfection puisqu’ils se nomment PARFAITS. Un proverbe dit que la perfection n’est pas de ce monde, pourtant elle l’est pour les actuels francs-maçons ; elle est donc l’état winner de la Matière, sa croissance poussée au maximum. Ainsi il n’existe pas de perfection en ce monde spatio-temporel. Perfection = mort. Cependant, le mot PARFAIT (fait par) exprime un état proche du Soi, de l’Instant, quasiment le « Je suis ce JE SUIS », soit l’entière expression, et sur n’importe quel lieu, de l’Instant, du Soi, produisant un rayonnement telle l’auréole des Saints.

Le catharisme marque un tournant dans l’histoire de la Chrétienté. Selon les Cathares, 1260 marque l’ordre nouveau, surtout avec le Pape Célestin V (1294) qui partage leurs idées.

L’Église de Rome ayant échoué avec des moyens pacifiques et traditionnels contre le catharisme, elle décide de faire la guerre ! Ce fut la croisade des Albigeois, terminée par la victoire de l’Église de Rome aidée par la noblesse de la France du Nord, et finalement, après des réticences, par le roi de France, Saint-Satan Louis, au Traité de Paris en 1229. La dictature de l’État français pouvait commencer ! Avec l’aide de l’invention de l’INQUISITION et des bourreaux Dominicains. Les capétiens sont maudits... Cette Église de Rome est une monstruosité, au même titre que la « gare » Saint-Pierre de Rome, orgueilleusement baptisée « Basilique » (machin royal).

Les Cathares étaient contre l’infernale hiérarchie quasi militaire de l’Église de Rome. Ils étaient contre le FIEF, principe de la Féodalité.
FIEF : de Feu, de feudataire, sonne comme Fidèle et Foi. Au Moyen Âge : domaine ou terre attribuée gratuitement par un seigneur à son vassal (valet), en vue de procurer à celui-ci l’entretien auquel il a droit en échange de sa fidélité. Au départ c’était comme un TROC, un moyen de paiement, puis c’est devenu un esclavage : le travail exigé. Pourtant seigneur et vassal sont aussi libre l’un comme l’autre.
La société féodale était fondé sur les liens d’homme à homme, mais avec trois classes : la noblesse, le clergé, les paysans.

Ce sont les mouvements urbains, et donc bourgeois, qui furent contre les seigneurs, surtout les hiérarchies ecclésiastiques ; plusieurs évêques sont les victimes des révoltes communales. Qui dit cités dit artisans et business ! Alors que la féodalité vit du domaine de la Terre. La mentalité des cités urbaines est au départ égalitaire, avec une union autour d’un serment, alors que la mentalité féodale repose sur la hiérarchie et le respect de supérieur à inférieur.
Mais le Moyen Âge est une société paysanne, avec ses « verrues » : les villes. Cette féodalité s’épanouie autour de l’an 1000.

Dans le midi de la France la féodalité était moins présente, il y avait moins cette hiérarchie de seigneur à vassal.
Il ne faut pas oublier que le roi Saint Louis = croisades ! Et que la dictature vaticane de l’Église romaine va s’amplifier, ce qui va développer des résistances chrétiennes. Donc les Cathares ne supportaient pas la hiérarchie militaire du vatican et bien-sûr celle du Pape. Ils prétendaient être les seuls descendants des Apôtres et voulaient retrouver le Christianisme original.

Les papes et autres hiérarchies chrétiennes de Rome ne supportent pas les « âmes perdues », alors ils partent en guerre : croisades par ci et croisades par là. En 1209, le Pape Innocent 3 lance un appel à la croisade contre les Albigeois, qui sera dirigé par un petit seigneur d’Île-de-France en quête d’aventures et de victimes : Simon IV comte de Montfort, qui réunit des chevaliers du Nord de la France. Il se signale par son hystérie à tuer les « hérétiques ». Là encore nous tournons dans un lieu au destin très particulier : la ville de Toulouse... un destin qui se prolonge jusqu’à nos jours...

Le règne de Saint Louis marque bien le début de la fin, pour aboutir au climax : la révolution de 1789.

Ces massacres sont toujours un DRAME DE L’OPINION. Ce que ces gens de l’époque appelaient « hérésie » n’est qu’une opinion de plus.
HÉRÉSIE - OPINION : du latin hæresis « doctrine », du grecque hairesis : OPINION PARTICULIÈRE. Doctrine, opinion émise au sein de l’Église catholique et condamnée par elle comme corrompant les dogmes (d’après le dictionnaire Le Robert).


DÉMOCRATIE = OPINION

Toute Matière-Ma-Terre Danse-Dense au son de la musique des Poids.

Mettre en lumière ses opinions c’est gonfler son ego. Et mettre en lumière les opinions de ceux qui pensent comme soi, c’est mettre en lumière son apparence. L’apparence étant le très très très gros éloignement de l’INSTANT.
Le sens même du mot opinion est qu’elle n’a a être imposée à personne, pas même à soi. La seule opinion pouvant servir de base est l’INSTANT. On IMpose pas son opinion, mais on REpose sur le Soi. L’être ainsi Posé est modèle pour les autres qui le côtoient, comme l’explique Ramana Maharshi dans quelques entretiens.
Ainsi la démocratie envahissant le monde n’est que du vent, une monumentale illusion destructrice. Toutes opinions sont des éloignements du Soi ou Instant. Toutes opinions sont des CONTRA-DICTION ou opposition à l’Instant. Toutes actions motivées par des désirs sont des éloignements de l’Instant. Lorsqu’il y a réalisation du Soi ou Instant, la Source coule pour soi et pour les autres, voilà comment le monde peut être changé : « Change et tu changeras le monde », et ensuite : flue (Fixation Cavalante).

Il ne faut point s’attacher à une croyance, ou à une non croyance qui est encore une croyance en quelque chose et un éloignement de l’Instant ; toute croyance est prison, limite, barrière, borne. ÉCOUTEZ TOUS LES DIEUX, comme dirait un camarade cheminant.

C’est vrai que RIGOLO est synonyme d’AMUSANT : dans les deux cas : privation des muses (Rigole-Eau et A-Musant ou Âme-usant ou Âme-usée)... La rigole récolte les eaux usées, les âmes-usées, amusées. Par contre, la CUPULE ou COUPELLE recueille, accueille, comme la CROISEL illumine. Ainsi il faut bien séparer Amusements et Rigoles des Creuset-Croisel-Coupelle, séparer le haut et le bas, le Solve et le Volatil...

Enfin pour terminer cet hommage aux Cathares, il ne faut jamais oublier le lieu magique de la catharicité : LE CHÂTEAU DE MONTSÉGUR. Montségur qui tomba sous les ordres de ce même Saint-Satan Louis. De toute façon et comme déjà écrit de nombreuses fois sur le site : toutes pierres sont magiques, elles enregistrent.

Les Simon IV comte de Montfort de nos jours, ce sont les machins à mystères des francs-maçons spéculatifs genre : « Nous sommes engagés, dans la maçonnerie moderne, dans l’édification du temple du Roi Salomon, les deux structures [Grande Pyramide] devant être représentatives des processus de construction à l’œuvre dans la nature », écrit le franc-maçon du 33è degré C.W. Leadbeater.

[Référence aux Cathares, d’après Jacques Le Goff : La civilisation de l’Occident médiéval. En haut de page : stèle à la mémoire des martyrs cathares victimes de l’Église romaine].
 
 

Dernière mise à jour : 09-08-2012 02:16

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >