Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Siècle de Goldman Sachs et des winners
Siècle de Goldman Sachs et des winners Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-09-2012 02:37

Pages vues : 3444    

Favoris : 372

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
 
 frise-m_age12alg.jpg
 
Siècle de Goldman Sachs et des winners
Civilisation occidentale des riches toujours plus riches et
des pauvres toujours plus pauvres
 
 
 
Bonjour. Combien tu gagnes ?
Argent, gloire, pouvoir, amour dans l’empire USioniste de Lloyd Blankfein

Faire de l’argent avec tout.

Goldman Sachs n’est plus un « Marchand de confiance » mais un
« Casino opaque » avec victimes potentielles.

Gagnant un temps perdant bientôt, et la chute sera dure.

Goldman Sachs akbar !
Une planète sous dettes
 
 
 
 
Goldman, l’homme en Or, et son copain plein de Sachs, sont les symboles du BOURGEOIS : ENRICHISSEZ-VOUS ! Réplique valable de 1789 à jusqu’à nos jours.
 
La richesse c’est quoi ?
Bien-sûr matériel : bagnoles, femmes, pouvoir, et habiter une cité ou se situe le gouvernememnt et la bourse.
Quand on cherche le pouvoir, mieux vaut côtoyer le prestige de l’uniforme : soit du sabre et du goupillon plus ou moins laïque (ou maçonnique), ou des costumes-cravates gris sombre (francs-maçons du Grand Orient de France, de préférence).

Ah ! les hommes-à-femmes ou femmes-à-hommes, et les mâles-à-mâles ou les femmes-à-femmes.

Car que font de leur fric les quelques 30.000 employés de Goldman Sachs ? À part s’acheter de belles bagnoles ? Ou bien acheter des médias. Ou bien acheter la politique, ou encore la finance. Ce n’est pas le fric qui compte en lui-même, c’est le POUVOIR, la plus grande drogue de cette planète, sa plus grande maladie aussi, pire que le cancer le plus rongeur et le plus douloureux. Cette maladie Pouvoir et ses miasmes croissance et avidité.

Le pouvoir ça s’achète : les médias. Médias outil de manipulation de « l’opinion publique ». Pour créer une station de télévision et un journal il faut beaucoup d’argent, et pour trafiquer la politique il est faut encore plus. Ainsi ce n’est pas le gouvernement qui gouverne mais les financiers ces faux-monnayeurs.


La démocratie c’est ça : un mélange merdique bouillon de culture entre la presse, la finance, la politique, sans oublier leur Temple : la Bourse (les Couilles...en Or). Soit la composition des miasmes suivants : des directeurs véreux, des banquiers voleurs et faux-monnayeurs, des politiques aussi putes que les professionnelles à Pigalle et souvent francs-maçons comme Jules Ferry, des journalistes vénaux et drogués, une faune microbienne de « haute société » composée de faux et de vrais aristocrates idiots, de drogués au prestige de l’uniforme et des diplômes et des médailles.
Au premier rang, des capitalistes requins de la finance et anciens de Goldman Sachs comme Mario Draghi, bombardé directeur de la BCE, ce sous Vatican de Goldman Sachs maintenant établit en Europe, et qui va la ronger.



Le rabbin en chef Lloyd Blankfein se vautre dans le PLAISIR : plaît ou play sire, ou play seigneur-saigneur. Le sire accorde le play ou la jouissance du fric comparable à celle de la bouffe dans un restaurant de luxe ou de la compétition façon grand bourgeois à la Pierre de Coubertin et de ses « jeux olympiques ». Voilà le plaît-sire, mais aucunement la libération ! Puisque ce n’est qu’une exaltation du mental ou du corps, donc les jeux de Coubertin ne sont que la Fête de la chair. Fête de la chair bien dans notre civilisation du confort.

Goldman Sachs est une honte de l’humanité, le cancer actuel du monde, oui, le cancer du monde. Et il est bien dans le culte de cette civilisation du winner et fabriqué par la franc-maçonnerie spéculative née en 1717 à Londres : « Que le plus fort gagne », ce qui donnera l’idiotie du suffrage orgueilleusement et blasphémateur nommée « universel ». Nous aurons ainsi à la tête des foules un âne ou un crétin, ou un psychopathe. Et beaucoup de psychopathes dirigent le monde.

Si Goldman Sachs semblent jusque là posséder un pouvoir inattaquable, les femmes, ou les hommes et le sexe peuvent le perdre, de même qu’une gigantesque panne de courant de longue durée, et une foule d’autres choses non calculable ni décelable par les experts mathématiciens de la firme. Le thème de la vie représenté par le sexe, et le thème de la mort, ne se calculent pas, ne peuvent de prévoir. On ne met pas l’existence en équation.
L’entrée en sainteté (financières) chez Goldman Sache me rappel cet extrait d’un projet de scénario sur une histoire se passant dans l’Égypte ancienne, où le héros se laisse séduire par une femme : « ... Il n’est rien de plus naïf qu’un jeune homme vierge. Seule, la femme peut faire de l’homme un homme complet ! Tu dois savoir que les pattes des chats sont douces, mais elles contiennent des griffes qui déchirent sans pitié. Le chat joue avec sa victime et la dévore une fois paralysé... ». Bien-sûr le chat c’est Goldman Sachs. Alors, passer par le lit d’une femme pour pratiquer l’arrivisme ou « l’ascension » bien dans le temps de notre Sainte Croissance ? S’envoyer en l’air ? Comme les deux tours phalliques de Goldman ou du World Trade Center ? Un certain DSK n’a pas soulevé la bonne jupe ! Ou il a fait ça en inverse : trousser une domestique sans le sou. L’aile ou la cuisse ! Il est aussi utile de rappeler à propos de médias : « Un journaliste salarié est une pute et un journaliste sans travail est un chômeur » (citation d’après Alain Soral). Citation qui peut aussi s’adresser à une grande entreprise ne travaillant pas pour les médias.

EN RÉSUMÉ :
le pouvoir (pour voir) ronge ce monde de voyeurs.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 08-09-2012 02:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >