Accueil arrow News arrow Dernières news arrow 1789 à nos jours règne de l’opinion
1789 à nos jours règne de l’opinion Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-11-2012 21:57

Pages vues : 4959    

Favoris : 360

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
1789 à nos jours règne de l’opinion
ou propagande
Opinion et Propagande sont un même thème
 
 
 
« Ensemble des attitudes d’esprit dominantes dans une société (à l’égard de problèmes généraux, collectifs et actuels) ; ensemble des opinions d’un groupe social sur les problèmes politiques, moraux, philosophiques, religieux. L’opinion ouvrière, paysanne. L’opinion française, américaine. 
Ensemble de ceux qui partagent ces attitudes. Influencer, travailler l’opinion ; agir sur l’opinion (propagande). Sondages d’opinion.  courants de l’opinion. Mouvements d’opinion. Alerter l’opinion ». (Extrait de l’article Opinion, d’après le dictionnaire Le Robert)
 
Au long du 19è siècle s’industrialisant la technologie jouxtée à la démocratie permettent un large développement de la propagande.
Avant 1789 la Propagande était un désir de puissance : Agents contre Patients.
Avec 1789 il y a toujours l’Agent contre le Patient mais soi-disant pour le besoin « réel » du Patient. Un peu comme un médecin envers son patient souffrant. Nous entrions effectivement dans la civilisation du CONFORT.
Je répète à nouveau comme un refrain important, que la démocratie et sa libre pensée en triomphant signait son arrêt de mort, parce qu’il est évidemment impossible de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord ; et pourtant le peuple était soi-disant « souverain ». Alors la démocratie actuelle est obligé de mentir, de manipuler et de faire peur ; système maffieu de la carotte et du bâton.

Directement et par rapport au projet français de « Mariage pour tous », ce projet s’inscrit bien dans la continuité de 1789, car à l’époque tout le social était remis en cause : les ordres, la féodalité subsistante, les corporations disparaissent, la propriété se modifie (voir la propriété intellectuelle), le mariage devient civil et soluble, la famille n’est plus le noyau de la société, et cela rejoint l’actuel projet de mariage gay renommé « Mariage pour tous ». Ainsi les républicains francs-maçonniques continuent à propagander ou manipuler pour modifier la géométrie de pensée du peuple. La tradition dans son ensemble, pas seulement spirituelle, est chamboulée, c’est le triomphe de la « Raison » du siècle des perruques poudrées. Les modes de vie changent, ce n’est pas pour rien que les habitants de France sont renommés : Citoyens, puisqu’avec l’industrie on pousse les paysans vers les cités.
Tous ces bouleversements demandent des MENEURS ou bas fond de l’élite pour guider les gens dont les repères ont été détruit par la révolution. La fidélité au Roi est remplacé par « La Patrie » avec le eyes candy démocratique ou DORG (Demain On Rase Gratis) en la trinité franc-maçonnique Liberté-Fraternité-Égalité.
Pour les égarés le pouvoir tente par manipulation de l’opinion de leur fourguer des « valeurs républicaines ».
Ne pas oublier que l’exécution du roi a été un grand choc psychologique sur la population majoritairement royaliste. Il en fut de même avec la révolution russe de 1917. Dans ces deux révolutions il fallait une propagande exceptionnelle pour faire passer le DORG.

Comme pour l’URSS, le 18 août 1792 est institué un véritable ministère de la propagande : le Bureau d’Esprit (laïcité et raison oblige sous forme de NOUVELLE ÉGLISE relié au Ministère de l’Intérieur, comme d’ailleurs de nos jours). Comme en URSS, l’Assemblés Nationale considère qu’il existe une propagande contre-révolutionnaire, aussi, on se met au travail pour faire avaler SA vérité, son OPINION. L’Assemblés vote une somme de 100.000 livres pour imprimer des écrits de propagande à distribuer dans les départements et les armées. Roland fut chargé de cet action. Ainsi il fallait amener l’opinion à accepter l’obéissance envers les décrets de la Convention, et le peuple à adopter le culte de la patrie. La démocratie est bien une machine à fabriquer du consensus, elle ne peut pas faire autrement, ce consensus ne viendra plus spontanément puisque il n’y a plus de roi ou repère symbolique naturel. Mais l’expérience de Roland fut brève, on l’accusa bien-sûr d’œuvrer pour sa propagande personnelle. Évidemment l’organisation subsiste.

S’il y a des « commissaires du peuple » en URSS, en 1789 le même genre de « commissaires » est de manipuler l’opinion pour amener le peuple à obéir à la nouvelle « vérité » du pouvoir. C’est à cette époque qu’il apparaît LES CLUBS, que l’on retrouvent de nos jours avec par exemple LE SIÈCLE (avec ses dîners mensuels). Les Clubs, les Think tank sont des usines à propagandes ou opinions. La Fabian Society anglaise à laquelle participa Annie Besant fut probablement la première usine d’importance à opinions.

Ces sociétés sont toujours pour la « liberté » !!! Sous le Directoire le parti royaliste pratiqua la propagande pour récolter des membres. Depuis 1789 règne en institution l’opinion ou propagande. En 1789 on est déjà au monde du spectacle, on fait des cérémonies pour accrocher le peuple et former une « opinion de masse ». Donc former une nouvelle religion sans religion : à l’envers, comme le feront plus tard les communistes soviétiques. Adolph Hitler fera de même. Le 8 juin 1794 fut organisé la fête de « l’Être suprême » conçue par le peintre David et destinée à fabriquer une nouvelle religion par laquelle les individus seraient rattachés plus fortement au pouvoir ! (Il n'y a plus de catholicisme). Ainsi se serait pire que sous la monarchie et l’emprise de l’Église de Rome ! Il y eut d’ailleurs beaucoup d’autres fêtes du même genre, car nous entrons dans le civilisation du spectacle qui fabriquera et entretiendra la PEUR.

La presse de l’époque se met de la partie, avec la création de nombreux journaux, surtout à faible tirage. mais comme écrit haut à propos du triomphe de la libre pensée, elle signa effectivement son arrêt de mort car avec tous ces journaux se dégagea une grosse anarchie, une grosse incohérence, si bien que l’Assemblé décida inévitablement de restreindre la liberté. les caricatures furent soumises à la censure, et les colporteurs soupçonnés de propager des émeutes furent punis. L’Assemblée vota une loi sur la presse : 23 août 1791, qui punissait les délits de provocation à la désobéissance aux lois et à la résistance aux ordres de l’État. Apparition du journal « officiel » : le Journal des débats et des décrets, destinés à informer le public des débats à l’Assemblée. Bien-sûr nombreux furent les journaux d’opinion : Le Patriote Français, La Chronique de Paris, antichambre de l’éducation nationale du maçon Jules Ferry, « raison » et rationalité obliges !
Le formatage du peuple était en marche à la puissance grand V, afin de servir une Ploutocratie (terme de 1843 : gouvernement par les plus riches). La presse royaliste n’était pas en reste : le royaliste Antoine de Rivarol passait à l’acte.

Une guerre d’opinions se déclenche, les incitations à l’émeute, les calomnies et les déchaînements de passions font si bien que la Convention ne supporte plus l’opposition ! Résultat : en faite de liberté arrive le temps de la répression, soit : liberté de droit (sic) mais restriction de fait (sic). Seuls les journaux patriotes peuvent paraître ! En plus la Convention possède sa feuille de choux qu’elle fait imprimer sur sa propre presse : La Feuille de Salut Public.
À Paris en 1795 se créent 75 journaux royalistes. la censure faire rage en 1796 : impôts sur les journaux, peine de mort contre les auteurs d’articles incitant au coup d’État et au rétablissement de la royauté (la même chose se passera en Russie en 1917 et pendant la guerre civile : Russes Blancs contre les Rouges ou bolcheviks)
La république provoqua une « Saint-Barthélemy » des journalistes : arrestations et exécutions arbitraires le 18 fructidor an V. mais cela n’arrête pas la propagande hostile au Directoire.

De 1789 à Jules Ferry en passant pas la séparation de l’Église et de l’État, beaucoup de gens savent que le formatage des habitants de France se passe dans les écoles. Les écoles sont des entreprise ou l’outil principal est le compas et l’équerre : ON UNIFORMISE, ON INFORME (en rendant sans forme ou la même soupe pour tous, principe de l’information médiatique moderne). Dans les écoles de Jules Ferry, au fronton de la trinité maçonnique Grand Orient de France, on formate pour « l’amour de la patrie » et évidemment de la république universelle franc-maçonnique. L’enseignement primaire des écoles de Jules Ferry est systématiquement transformé en usine de formatage patriotique et républicain : mouler la future chair à canons et à usines. Ne pas oublier qu’en 1881 on organise les « bataillons scolaires », où chaque semaine les enfants doivent s’exercer à la marche, au maniement des armes, au tir ; dans les livres tout prépare l’enfant à devenir soldat. C’est l’époque où l’on a pu dire que l’instituteur avait un livre d’une main et un fusil dans l’autre !!! Tout cela s’écroulera après les deux guerres mondiales...
On formate le futur esclave des usines des Couilles en Or : être utile à la patrie (sic). Tout est orienté dans ce sens : lectures, dictées, chansons, histoires officiels, etc. Une « histoire officielle » écrite spécialement selon l’opinion du pouvoir : à la gloire de la France et de sa formation. Ainsi un certain Ernest Lavisse tente de démontrer le DORG de la démocratie : système plus juste, plus libre, plus humble ; la France c’est le Paradis. La Sainte Croissance se mettait en place en corrélation avec la société du spectacle.
Les écoles de Jules Ferry ne sont JAMAIS le fruit d’un enseignement désintéressé ou gratuit ; depuis 1789 Mammon règne sur le monde.
L’instituteur est le grand agent de la propagande républicaine franc-maçonnique, et cette propagande réussit, car contrairement à celle de la révolution de 1789 et à l’Empire, elle est durable. L’école du franc-maçon Jules Ferry, dont François Hollande rendit hommage ce qui est une forte indication sur le pouvoir actuel, illustre bien le désir de formatage à une « république universelle », soit une « nationalisme mondial » !

Qui dit école dit aussi ART : qui sert évidemment la propagande d’État. L’imagerie Pellerin, fondée en 1796 en est un bon exemple ; les thèmes sont l’exaltation de la patrie, l’anticléricalisme et l’anti tradition, le dévouement à l’État. Cela préfigure ce qu’il se passera avec Staline et l’invraisemblable débauche de propagande et de lavage de cerveaux. Le théâtre servira aussi la cause révolutionnaire républicaine : tout devait être « au service de la nation ».

Jusqu’au vêtement qui devient un instrument de propagande, comme en URSS d’ailleurs. Le prestige de l’uniforme ayant encore frappé ! Surtout le bonnet phrygien, le pantalon (les hommes ne portent plus de bas), la cocarde, la pique. Ces symboles doivent provoquer la peur, nous sommes désormais plein pot dans la civilisation du spectacle.


1789 : INVENTION DE L’ENNEMI OU TERRORISTE, ou BRIGAND

La révolution de 1789 fera de la guerre un outil de propagande : inversion en « la guerre c’est la paix ! » puisque comme en URSS, il fallait faire la guerre aux « ennemis du peuple », ou aux « ennemis de la liberté » ; imbécilités criminels comme s’il pouvait y avoir sur Terre des ennemis de la liberté !!!
Et justement, c’est Saint-Just qui semble avoir inventé notre notion moderne de TERRORISTE. Pour faire fonctionner la machine, puisqu’il n’y a plus la machine métaphysique du roi, on invente un ennemi. Personne avant 1789 n’avait vu que la désignation d’un ennemi pouvait servir comme premier moyen de manipulation de l’opinion.

La symbolique de l’ennemi, du « terroriste » est typique de la manipulation par les sentiments, comme plus tard arrivera la fabrication de la formidable Inquisition en forme d’Holocauste des Juifs. Un Inquisition parfaite doublée d’un gros business.
La fabrication de l’ennemi ou terroriste est un savant dosage de divisions, de chocs de cultures différentes. Ainsi on fabrique des mal aimés : le clergé catholique, les émigrés, les Chouans, etc., tous bons outils de la propagande. Et de nos jours les musulmans, même chez ceux qui s’en défendent : moi anti-sémites ? Pardon : moi anti-musulmans ? (qui est le vrai terme pour anti-sémite).

Comme les bolcheviks voulant régner sur le monde, les révolutionnaires de 1789 voulurent faire de même : voir le nombre de pays actuels qui se bombardent du nom de « République ».

Napoléon Bonaparte sera un bon tyran de l’opinion. il dira : « la force est fondée sur l’opinion. Qu’est-ce que le gouvernement ? Rien, s’il n’a pas l’opinion ». Ainsi il il renforça les techniques d’influence : une propagande étatique, avec les outils : armée, école, cérémonie et presse et discours et imagerie Pellerin (société du spectacle. Napoléon est grandement à l’origine de la « Théorie du complot » : il en voyait beaucoup, ou plutôt en instrumentalisera beaucoup : campagne de propagande fondée sur les complots. Il utilisera beaucoup d’agents secrets, donnant peut-être des idées à la future Tchéka (Commission extraordinaire panrusse pour la répression de la contre-révolution et du sabotage).

Napoléon introduit le CHARISME dans la manipulation de l’opinion. L’objet de la propagande n’est plus une idéologie, une doctrine, mais un HOMME, qui là encore inspirera peut-être le Petit-père-des-peuples façon Lénine et Staline ensuite. Le démiurge ou Grand Architecte De L’Univers (GADLU).
Ainsi, il s’agit maintenant d’amener l’individu à un état de communion avec le démiurge ou chef, une foi totale en sa personne et un dévouement pour elle ; exactement comme pour le roi, mais de façon INVERSE, à l’envers.
L’élaboration du mythe est alors fonction de ce « démiurge » qui doit devenir une légende, d’où la création d’une pompe particulière (voir les Hitler et les Staline, et la vidéo ci-dessous) bien dans cette civilisation du spectacle. Le chef ou démiurge doit donc être représenté comme à la fois populaire et aussi radicalement autre. Populaire, il est en contact avec les « forces vives » de la nation : armée, toujours accessible, il doit personnifier la masse du peuple et en « être son expression », comme le roi autrefois. Napoléon a toujours insisté dans ses discours sur le fait qu’il exprime la « volonté nationale » et lui obéit (comme le roi autrefois). Dieu est devenu la masse, le plus grand nombre genre « suffrage universel », utilisé par Napoléon.

Société du spectacle naissant, Napoléon utilisera la presse pour manipuler l’opinion. il crée autour de lui une légende et déforme la réalité ; il fait diffuser de nombreuses brochures le concernant. Culte de la personnalité comme plus tard Staline. Et comme Staline il ne supporte pas la presse d’opposition ! « Si je lâche la bride à la presse, je ne resterai pas trois mois au pouvoir ». Il fait condamner les journalistes qui l’attaquent, et les propriétaires de journaux doivent signer un engagement de fidélité au Consulat. La presse est surveillée par la police.

Napoléon utilisera aussi l’Église, revenue de sa ruine après 1789. Il fallait pour Napoléon un moyen d’atteindre le « cœur » des Français. Il avait besoin de SONDAGES, et ne tolère aucune opposition (comme Staline...). Aussi, Napoléon prétend établir un « gouvernement des esprits » en faveur de l’État. Si les sujets obéissent aux prêtres, alors Napoléon doit tenir les prêtres sous sa coupe. Les évêques sont placé à égalité avec les préfets et doivent collaborer avec eux pour leur fournir des « rapports moraux » sur la situation de l’opinion des brebis. Soumission sociale, soumission à l’État. Malin ce Napoléon !!!
 

De 1815 à 1914 c’est le reflux de la propagande. On le voit de 1815 à 1848, où en 1830 le socialisme commence à faire de la propagande avec les actions ouvrière des « citoyens » participant à l’industrialisation du pays. Il se formes des « sociétés secrètes », sorte de compromis entre les clubs révolutionnaires et les francs-maçons spéculatifs de 1717. Ainsi naîtrons des associations d’amitiés ouvrières ou de sociétés mutuellistes. Ce seront des associations de propagande plus que d’action directe. Il commence à s’installer la « condition ouvrière » devenant infernale. Les ouvriers commencent à comprendre qu’il est impossible de changer leur condition de vie sans changer de système politique. Il se développe une presse ouvrière, puis des manifestations, etc.

Avec la chute de ?apoléon III s’installe la république franc-maçonnique, et sa propagande modèle patriotique, surtout après la guerre de 1870 ! Ainsi naîtra une forme de nationalisme qui pourra tourner en nouvelle religion (une de plus !).
À partir de 1880 se développe la propagande socialiste-communiste et une hostilité marquée envers l’Église : revendication pour la séparation de l’Église et de l’État, et une hostilité envers les riches.

La guerre de 1914-1918 et la révolution russe de 1917 donnent naissance à la propagande moderne. Société du spectacle : le cinématographe, le Bélinographe et la TSF (radiodiffusion) entrent en piste. Plus tard viendra la télévision.
En France en 1916 s’installe « La Maison de la Presse ». Puis viendront les béhavioristes avec les Sigmund Freud et Ivan Pavlov, et surtout John B. Watson et son béhaviorisme, puis Edward Bernays neveu de Freud.

La propagande de l’URSS de 1917 à 1991 mériterait plusieurs pages, tant elle est totale, quasiment une religion, comme Jean Coulonval l’explique si clairement et simplement dans : Synthèse et Temps Nouveaux.
Lénine doit donc formater le « socialiste nouveau » par une éducation orientée, par un environnement idéologique, par une modification psychologique profonde portant sur les opinions et les comportements (Ivan Pavlov sera un des outils, peut-être malgré lui). Alors la propagande devient la CLÉ du régime socialiste. Elle sera totale et permanente de 1917 à 1991, comme déjà dit : une nouvelle religion : établir un CENTRE (vérité). Il faut se rendre compte que le pouvoir socialiste devait convaincre des millions de paysans que la « vérité » socialiste (marxiste) était la meilleure et était la libération attendue comme le Messie.
Serguei Mikhaïlovitch Eisenstein sera un parfait outil de la propagande socialiste.
Toujours en suivant la monté de la civilisation du spectacle, Trotsky disposa d’un train spécial usine à propagande : wagon d’exposition, wagon imprimerie, wagon salle de cinéma, wagon salle de réunions. Trotsky créa aussi les groupes d’agitateurs  véloces destinés à capter l’attention populaire pour manipuler l’opinion ou « agiter les foules » ou fabriquer une émeute, ou « dispersion de l’attention ».

1917 = big doctrine, précision de l’organisation, massivité des moyens, encadrement des masses à tous les niveaux. C’était bien une religion (relier), mais à l’envers. À partir de cette date la tyrannie de l’opinion est fixée. Toutes les expériences postérieures présenteront des traits communs.
Pour terminer : il faut savoir que la propagande et la tyrannie de l’opinion est un phénomène essentiellement OCCIDENTAL.

[En référence partielle à : Histoire de la propagande, par Jacques Ellul, collection Que sais-je ?]

Pour se sortir de ce merdier de la manipulation d’État et sociétale, il est temps de se poser la trinité suivante :
- Qu’est-ce que l’Espace ?
- Qu’est-ce que le Temps ?
- Qu’est-ce que le Mouvement ?


Pompe socialiste : la quantité, les patates, la masse noyant tout. Les Incas faisaient peut-être même mieux en leur temps, leur Petit-Père-des-Peuples étant un « envoyé de Dieu ». Staline s’est envoyé tout seul. Il est donc le démiurge d’époque. Lui seul a le droit de dire ‘Je’ ou réaliser le Soi Instant.

SOCIALISME = FAIRE-FER au lieu d’ÊTRE. On EST avant de faire-fer.
 
 
 

Dernière mise à jour : 05-11-2012 22:56

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >