Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Vanité de l’après 1789 et de sa maçonnerie
Vanité de l’après 1789 et de sa maçonnerie Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-11-2012 02:08

Pages vues : 5120    

Favoris : 442

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
banania-00-1920350.jpg
 
 
Vanité de l’après 1789 et de sa maçonnerie républicaine

La République universelle guerrière de l’Église économico-politique du Grand Orient de France, et des mutilés du sexe contre la FOI antidote du Saint Fric.

10.000 ans de civilisation de la TERREUR afin de « réaliser des affaires en Or »
 
 
 
La vanité se sentait déjà au siècle des perruques poudrées : la « raison » c’était le Saint Graal. Elle est un legs de l’époque de la Renaissance et de la Réforme avec épanouissement de l’individualisme suite au triomphe de la libre pensée.
 
Idoles ou Poncifs républicains et démocratiques :
- Le 19è siècle est le siècle de la science.
- Le 19è siècle est le siècle du progrès (électricité, vapeur, chimie, médecine, etc.). Plus tard nous aurons « La précision chirurgicale » dans tous les sens de l’expression (drones militaires notamment).
- Le 19è siècle est le siècle de la démocratie en progrès continu (le darwinisme est passé par là).
- La révolution de 1789 est le Paradis, elle a émancipé le peuple français (elle en a fait de rats des villes).
- La démocratie c’est la paix (à coups de bombes sur la gueule).
- L’avenir est à la science (plutôt à la technique puisque le mot ‘science’ à la Renaissance a été réduit à la technologie).
- L’instruction laïque c’est l’émancipation du peuple (usine à formater les esprits).
- La religion (catholique) est la « Fille de la peur » (on laisse donc de côté les Protestants et les Juifs).
- Les gouvernements se battent, le peuple suit (inculquer le patriotisme).
- En route pour le mondialisme : les relations de peuple à peuple vont constamment en amélioration, pour nous donner les États-Unis (d’Europe).
- La « science » (la technologie) n’a pas de frontière (ides reçues et même soupe pour tous).
- Le peuple a soif d’égalité (mondialisme et fric).
- Nous sommes à l’aube d’une ère de justice et de fraternité (économique).
- Socialisme : la propriété c’est le vol ; le capital c’est la guerre (économique).
- Toute les religions se valent du moment qu’on admet le divin (le devin ?), soit le Fric.
- Dieu n’existe que dans la conscience humaine. Cette conscience crée Dieu chaque jour. (Ramana Maharshi disait (entr. 264) : « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous les deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créées ». Là est toute la différence avec la précédente phrase qui est la base d’une forme de communisme et d’existentialisme)
- L’évolution est la loi de l’univers (darwinisme et religion du Salut)
- Les humains naissent naturellement bons. C’est la société qui les pervertit (naissance du béhaviorisme et de Freud et de la technologie de manipulation de l’opinion).
- Il n’y a que des vérités relatives, la Vérité réel n’existe pas. (Si, dans le Soi).
- Toutes les opinions sont valables du moment que l’on est sincère (on aboutit ainsi à la tyrannie de l’opinion et à la mort de la libre pensée, et aux tragédies actuelles).

En résumé : Révolutionnaire (de 1789 et républicain) = Libéralisme (sens de capitalisme privé), et obésité (dans tous les sens du terme).

La Réforme avec Luther et Calvin et l’invention de l’imprimerie permettant la diffusion donne naissance à une esprit européen fait de conventions et anti traditions, pour aboutir à l’individualisme égoïste et au matérialisme, avec sa graine de notre société de consommation.

E finita la commedia ! Place à la société du spectacle (le spectre du faux) et de la tragédie et de la pensée sur la pensée (le spectre, le décomposé).

Après la Réforme arrive rapidement le siècle des perruques poudrées et des encyclopédistes.
1789 sera l’aurore sanglant du 19è siècle, et dans un second temps du notre. Un 19è siècle adulte en 1848 et mourant avec la première mondiale.

Le siècle des perruques poudrées et le 19è ignorent totalement l’esprit du Moyen-Âge, puisque ce 19è siècle courre après la technologie matérialiste, comme le serpent Ouroboros mangeant sa queue.

Il est signification que l’après 1789 n’a pas d’architecture, pas de mouvement d’ampleur. Napoléon Bonaparte est une singerie des Croisades du Moyen-Âge.
Quelques grand noms du 19è siècle : Fustel de Coulanges, Louis Marie Quicherat, Albert Lougnon, Achille Luchaire, tous historiens sincères remontant aux causes par la fréquentation de Anciens. Dans les arts il y eut quelques grands peintres et sculpteurs : Barye, Rude, Puget (célébré au 19è), Carpeaux, Daumier, Rodin, Corot, Van Gogh, etc.


Premier arrêt :
On a pas attendu 1789 et le 19è siècle pour inventer le « progrès ». Car la vitesse est mortelle en qualité de vie : la Nature demande du « Temps » ; et le 19è siècle fut le départ de cette course à la vitesse et à la Sainte Croissance. téléphone, chemins de fer, navires à vapeur, automobiles et aviations annoncent tous l’ère de la vitesse nécessaire au Saint Fric : le temps c'est de l'argent.... Ainsi on récolta les maux de la vitesse : perte de repères intérieurs, perte de la beauté et d’une forme de vérité. Nous entrions dans l’ère du QUANTITATIF et du bouffi d’orgueil démocratique. Le 19è siècle fut le siècle CONTRE L’ENFANT : on les fait travailler dans les usines et dans les bagnes pour achalander les Couilles en Or, d’ailleurs sous la bénédiction de l’Église depuis sa participation à l’État grâce à Napoléon Bonaparte.
Le Moyen-Âge respectait plus l’enfant et connaissait ses rythmes intérieurs. La Renaissance et la Réforme en réduisant tout à la « raison » et en supprimant l’Esprit ont appauvrit et embrouillé le rythme intérieur des enfants, que la révolution de 1789 et ses républicains ont totalement détruit.

Comparez le Traité de Westphalie en 1648 (reconnaissance du catholicisme avec ses branches protestantes) au Traité de Versailles en 1919 (mise en place effective du mondialisme), deux Traités aboutissant au remodelage de l’Europe. Entre ces deux Traités on pourra mesurer l’affaissement de la sagesse et de la tradition et du recul psychologique !

La mode de l’humanisme né à la Renaissance prit corps énormément en Angleterre, à cause de courant franc-maçonnique qui s’y était répandu suite à la destruction de l’ordre des Templiers le 13 mars 1312 (des maçons comme Leadbeater disent que quelques Templiers fuirent en Angleterre et répandirent leurs opinions maçonniques). L’humanisme se répandit en France et se fixa autour de 1900. Il commença a y avoir la division : politiciens et armée, d’ailleurs on peut facilement entendre par « politiciens » la seconde harmonique franc-maçonnique ! Surtout après l’affaire des fiches avec le Grand Orient de France. Les militaires étant le refuge de l’aristocratie décimée sous 1789.
Le mot politique possède le sens d’organisation d’un groupement de personnes et dans ce groupe il peut y avoir des défenseurs (chefs militaires). Alors pourquoi diviser en « politiques » et en « militaires » ? C’est encore un coup du groupement en dualité pouvoir économico-politique et pouvoir spirituel. Le sens profond du mot politique est la sagesse et la connaissance de ce qu’est l’être humain, donc de l’ordre du qualitatif. En Russie sous le Tsar il y avait le Cosaque faisant partie de la trinité Tsar-armée et assurait plus ou moins la liaison avec les paysans.

RAPPEL : le 19è siècle à été le triomphe du FRIC, de la banque, donc le triomphe des familles Rothschild-Rockefeller-Marxiste et leurs Couilles en Or (les spéculateurs en Bourse). Le crime suprême de cette époque conduisant à la mort, et dans une moindre mesure au bagne, était le vol ou le meurtre pour de l’argent. Le 19è siècle sera le siècle des bagnes pour petits et grands.
Le 19è siècle fut le triomphe des mutilés sexuels au huitième jour ayant grand pouvoir analytique, et qui reste très dominateurs et orgueilleux même de nos jours. Nous étions réellement dans le matérialisme le plus dur.
Évidemment au début de ce 19è siècle avec la mise en place de cette civilisation du spectacle, les Couilles en Or comprirent aussitôt le pouvoir que pouvait avoir la presse d’information. Le roi Charles X est amené à suspendre la « liberté de la presse » (totalement fausse comme désormais chacun sait) le 25 juillet 1830, ce qui amènera la révolution de 1830. Il a bien fait, car comme de nos jours, c’est l’argent au travers de la presse acheté par les Couilles en Or qui gouverne le système démocratique moderne et son opinion publique. La presse et les médias quand ils informent c’est la même soupe pour tous, sinon : ils cachent !

Hommes, femmes, vieillards, enfants, tous au 19è siècle furent menés à l’abattoir par l’oligarchie des Couilles en Or et autres mutilés au huitième jour, masqués soit en franc-maçonnerie, soit en professionnels de la politique étiqueté : « Peuple souverain ». Une telle singerie d’État était possible par la disparition des corps sociaux détruit par la révolution de 1789 (entre 1789 et 1793). À ces cinq années de guerre civile correspondent exactement 120 ans plus tard les cinq années de 1914 à 1918 de la première guerre mondiale. Mais la guerre de 1914-1918 est également l’écho au criminel Napoléon Bonaparte qui engageait son pays dans la formidable manipulation politique étiqueté « La patrie est en danger ». Tout le 19è siècle fut celui de la guerre : en 1881 on organise les « bataillons scolaires », où chaque semaine les enfants doivent s’exercer à la marche, au maniement des armes, au tir ; dans les livres tout prépare l’enfant à devenir soldat. C’est l’époque où l’on a pu dire que l’instituteur avait un livre d’une main et un fusil dans l’autre !!! Tout cela aboutira à la boucherie de 1914-1918 décimant une grande partie de la jeunesse française, et détruisant nombre de monuments d’importance comme le donjon de Coucy.

L’État, qu’il soit monarchique ou républicain, est CONTRE le peuple.

19è siècle et de nos jours : civilisation du spectacle et de sa tragédie facile.

L’orgueil, la vanité, le mensonge et la pompe se retrouve dans la trinité franc-maçonnique : Liberté-Fraternité-Égalité, et dans l’emploi erroné du mot « universel », qui ne peut appartenir qu’au domaine de l’Esprit. Sinon, oui, cette franc-maçonnerie née en 1717 à Londres est bien, quoiqu’elle s’en défende, une nouvelle religion.
En partant de la Renaissance nous avons au final de l’après 1789 une dégringolade avec les : Napoléon 1er et 3è, Gambetta, Jules Ferry, Waldeck-Rousseau, sous la bénédiction de la trinité franc-maçonnique pour la plupart des derniers noms cités.

Rien ne s’oublie aussi vite que les déluges de sang, comme celui de la révolution de 1789 et de 1917 en Russie. La rapidité de l’oublie semble proportionnelle aux dimensions de l’hécatombe. L’esprit humain chasse naturellement l’image tragique deuil et du charnier. Par contre de nos jours, les sionistes parfaitement masochistes entretiennent et finance à Hollywood la civilisation du spectacle et ses tragédies soigneusement fabriquées, et parallèlement ils font un formidable business avec leur Holocauste particulier, et en font une nouvelle religion diabolique et inquisitrice avec leurs cérémonies, leurs mémoriaux en symboles du « Plus jamais ça ». Étrange !!! Rien de tel en Russie actuelle sur le drame du Goulag autrement plus dévastateur, et voulu par ces mêmes sionistes qui maintenant viennent pleurnicher depuis 1945.

Avant 1789 les provinces étaient découpées naturellement, selon les circonstances. Avec 1789 c’est un découpage fait selon l’opinion du moment par ceux qui ont prit le pouvoir. Le DORG (Demain On Rase Gratis) ou même soupe pour tous, prémisse du mondialisme et du communisme se mettait en place : abolition des coutumes locales, obligation de parler le français d’État, abolition des privilèges fédératifs et corporatifs (loi Le Chapelier, du politique Isaac Le Chapelier, qui interdit aussi de faire la grève. Un modèle de bolchevik bon teint doublé d’un bon matérialiste. On est pas mutilé au huitième jour pour rien pour, par la même, fabriquer des lobbys ou tribus de capitalistes ! Ce Le Chapelier sera un bon négrier et ouvrira la porte au futur colonialisme symbolisé par le bon nègre qu’illustre les étiquettes du chocolat en poudre Banania, qui représenterait un tirailleur sénégalais).

Avec Le Chapelier et ses « libéraux » s’écroulèrent les droits, les devoirs et chartes des communes et des métiers. Ces « libéraux » voyaient ainsi l’émancipation de l’individu divinisé, bref, naissance de l’existentialisme largement avant Sartre. 1789 est vraiment le nœud du problème actuel. PRÉCISION : si l’existentialisme postule que l'être humain forme l'essence de sa vie par ses propres actions, c’est tout simplement la religion à l’envers du communisme, et certainement pas la réalisation du Soi comme l’explique Ramana Maharshi ! C’est simplement l’exacerbation de l’humanisme.

Avec la déferlante 1789 et ses départements, sa Bible des droits de l’homme et sa démocratie, le Français devenait le nouveau serf « émancipé » de l’État républicain. La monarchie avait lutté contre l’effondrement de la justice par servilité des magistrats. 1789 démarre véritablement le mondialisme : centralisation, surveillance, création de la carte nationale d’identité, suffrage dit « universel » pour faire plus maçonnique, etc. Le Petit-père-des-peuples s’installait lentement mais durablement. La décentralisation semblait l’ennemi de la république maçonnique. Nous entrions dans le règne de la QUANTITÉ et devenions des MARCHANDISES, on traite maintenant les individus comme des OBJETS avec un mot cher à la République : VALEUR, que je traduis pas VOALEUR car une valeur est faite pour être volé, ou convoité, sinon ce n’est plus une valeur ! Le principe maffieu de la carotte et du bâton se renforçait.
Un ministre de la République troisième déclara : « C'est curieux, plus les magistrats sont élevés dans la hiérarchie judiciaire et plus ils sont dociles quant au pouvoir central. Rien n'égale la servilité de la Cour de cassation ». La société devient hystériquement pyramidale et sans communication avec la base ! Avec l’affaire Dreyfus les Juifs et la franc-maçonnerie sont devenu maîtres de l’État français, ils se sont trouvé en même temps les maîtres de la Cour suprême, et l’ont amené à l’altération volontaire de l’article 445 du Code de procédure criminelle (fabriqué à la fin du 19è siècle). L’État de Napoléon 1er était une dictature fermée ou livrée à elle-même et plus absolue que la moindre monarchie, laquelle n’était « qu’absolue » que pour l’intérêt et l’unité national.
Par exemple au 19è siècle dans la république, un président du Conseil qui sait jouer de l’inertie, de l’incurie, de l’ignorance ou de la servilité de sa double majorité à la Chambre et au Sénat, a un pouvoir, éphémère, aussi absolu et même plus que le plus absolu des souverains (et sans présenter aucune garantie souveraine). Il peut plonger le pays dans le chaos sans avoir aucun règlement de comptes ultérieurs à rendre, il ne risque pas sa tête.Il ne peut rien faire, alors que pour un péril imminent, il faudrait passer à l’action, il joint l’omnipotence à l’irresponsabilité. Le roi était le symbole de ce qui est DIRECTE, iL risquait sa mort s’il faisait de graves erreurs politiques. Avec la République, personne au gouvernement n’est responsable, c’est le peuple le responsable puisqu’il est « souverain » !!! Pratiques et malins les diaboliques de 1789. En URSS le peuple ne sera pas « souverain » mais « prolétaire » : c’était la dictature du prolétaire.

PROLÉTAIRE : citoyen de la dernière classe du peuple, exempt d'impôt, et ne pouvant être utile à l'État que par sa descendance : donc bon pour être la chair à canons des militaires et l’esclave dans les usines.

Dans les deux cas, « souverain » prolétaire ou peuple de riches bourgeois, ont aboutit à une forme du libéralisme ou religion du Fric et son corollaire l’obésité (américaine et donc mondialiste). Le profit roi des grosses Couilles en Or.

Louis XVI (ouverture du bal tragique), Nicolas II de Russie (sommet du bal tragique) : deux victimes de la République et de son libéralisme guerrier (capitalisme). Le communisme soviétique était nécessairement obligé de se reposer sur le capitalisme, et le capitalisme devait et doit pratiquer une forme de communisme qui donnera le MONDIALISME ou « libre circulation du Saint Fric ».
« Gouvernement révolutionnaire » naguère et aujourd’hui « gouvernement de transition » est aussi absurde que « guerre humanitaire ». Tout devient FAUX.

Par contre et opposé à la civilisation du spectacle et à sa tragédie si facile qu’elle abreuve non pas de sang nos sillons mais nos médias 24h sur 24, la comédie si difficile a été largué : E finita la commedia, comme déjà écrit plus haut. La comédie c’est fini avec la Renaissance et la Réforme.

COMÉDIE.
Le « coin à soi », le « coin du globe » n’est pas une propriété au sens janséniste et matérialiste du 19è siècle, IL EST NATUREL. Il sert de lieu de vie et de point d’observation de la Comédie Humaine.
Pour observer, il faut disposer d’un peu de temps, et d’un peu d’argent ou d’un autre système économique. Pour durer, il est donc vital de s’organiser un COIN (Angles).
Recevoir et donner, s’insérer mais pas tant que ça dans une société ; sinon il y a très fort danger. Ainsi et comme déjà écrit sur une autre page : Le monde fonctionnera sans guerre et sans violence lorsqu’on aura compris le mystère alchimique du Contenant et du Contenu (ou Intérieur-Extérieur), c’est-à-dire le principe du VIVANT ou MOUVEMENT.

« La propriété c’est le moule du corps mort et l’abri du corps vivant », écrit lyriquement Léon Daudet dans : Le stupide 19è siècle. naturellement c’est l’expropriation qui est du vol, et non la propriété ! Ceux qui furent les plus volé de cette planète Terre furent les Russes, je ne le répéterai jamais assez : à la révolution de 1917 des millions de paysans furent tués. On les appelaient KOULAKS. Il ne suffisait pas de posséder une petite maison et une champ de blé et un cheval pour se faire trucider, il suffisait seulement d’avoir à manger pour passer pour un Koulak et disparaître de la surface de sa Terre grâce au socialisme.
Toute révolution aboutit à une expropriation avec vols et crimes : voir les Églises et abbayes et monastères en 1789, et en Russie en 1917 où des couvents furent carrément transformés en Goulag et prisons.
La « propriété intellectuelle » est typiquement un vol de grande importance, et de nos jours portée au pinacle avec l’HADOPI, ACTA et autres imbécilités des brevets.

Waldeck-Rousseau a fait supprimer la mainmorte (féodalité : droit pour le seigneur de disposer des biens laissés par son vassal à sa mort. Gens de mainmorte : les serfs. Biens de mainmorte : biens inaliénables des personnes de mainmorte). Donc le républicain W-R supprima les biens de mainmorte, par lesquels s’établissent, en dehors de l’héritage, la continuité de la propriété collective et son inaliénabilité. W-R était « libéral » !!!

Enfin, ne jamais oublier que nous sommes dans une civilisation du SPECTACLE avec son thème LA TRAGÉDIE (Spectre-spectacle de la mort), ce qui veut dire que le pire est à venir : la CRUAUTÉ, ou retour aux jeux du cirque de l’empire romain. Vivement qu’on coupe des vrais têtes en publique. Et ne pas oublier que tout est inversé, faux, sournois et mensonger : ainsi la répression policière ne peut pas être un mal puisque en 2012 l’Union Européenne détient le prix Nobel de la Paix. La démocratie ne peut être qu’illusions sur illusions sur illusions et manipulation au sens de prestidigitateur (virtuel).

Et pour terminer :
Le véritable pouvoir du peuple c’est d’inculquer la peur au Vatican de la finance mondiale et à son église Wall Street.

[En référence partielle à Léon Daudet : Le stupide 19è siècle, qui annonce de façon prémonitoire notre époque]
 
 

Dernière mise à jour : 07-11-2012 02:53

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >