Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Réduire l’humanité à 500 millions
Réduire l’humanité à 500 millions Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-11-2012 23:21

Pages vues : 3817    

Favoris : 373

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Réduire l’humanité à 500 millions
Artificiellement ou naturellement ??
Histoire de rentabiliser !
Réduire les États à quelques trois ou quatre blocs mondiaux.
Même découpage que les départements de 1789, mais à l’échelle mondiale.
Nous sommes encore dans la déferlante depuis Saint Louis jusqu’à maintenant.
Déferlante qui maintenant se meurt à petit feu.
 
 
 
C’est toujours dans la lutte que l’on s’approche de l’Instant, jamais dans le confort qui éloigne TOUJOURS de l’Instant. Tant qu’il y a de la bouffe au supermarché du coin, et dans le cracheur de billets des billets pour l’acheter, dormez pauvres cons !

Le processus « mariage gay » ou « mariage d’invertis » fait la partie de la manipulation par les sentiments. C’est le contraire d’une élévation dans un mieux être, le contraire d’une libération. Parce que le sens du mot INITIATION, ou ÉDUCATION, est un dialogue direct de l’intellect et de l’Esprit (Conscience cosmique), sans passer par le monde des accidents ou opinions. Être initié, c’est être passé au-delà d’une barrière, d’un pont, et celui qui fait passer le pont est le PONTIF. Aussi là-dedans, il n’y a aucune place pour une morale quelconque, laquelle sera toujours une esthétique des sentiments, nécessairement variable dans la multiplicité indéfinie des situations concrètes, des complexes, des accidents dans le spatio-temporel ; et c’est à ce piège que se font prendre les pharisiens notamment, ce qui se retrouve jusqu’à nos jours.
 
« La Conscience sacrée (terme utilisé par Louis Pauwels) EST quand les essences jugent les accidents. Inversement, la conscience profane EST quand on prétend déduire des accidents la nature des essences, et ce mode de conscience peut conclure, soir à l’agnosticisme, soit à des attitudes religieuses appuyées sur les seules perceptions et appétits sentimentaux et sociaux, donc tributaires de la Terre et des formes d’éducation pour qui en décide dans les processus mentaux et psychiques [depuis 1717 la franc-maçonnerie spéculative] », écrit Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux.

Actuellement dans les écoles du franc-maçon Jules Ferry on n’enseigne qu’une forme de savoir, soit l’indéfinité des opinions possibles, agnostiques ou religieuses ; on n’enseigne pas la Connaissance, qui est pourtant latente naturellement en chacun de nous.
La Connaissance est universelle, la même pour le profane et le sacré, alors que la religion franc-maçonnique de la laïcité ne veut qu’un seul pôle du courant : son opinion, et rejette le divin ; en ce sens elle est une contre-religion mais une religion tout de même. L’Église de Rome actuelle en prend le même chemin en une séparation du profane et du divin, suite à la « séparation de l’Église et de l’État » voulue par la franc-maçonnerie en 1905, et depuis Vatican 2 c'est pire.

Une contre-religion mais une religion tout de même :
« Au nom de la Laïcité, le Grand Orient de France rappelle que les Églises doivent se restreindre à la seule sphère spirituelle, et ne pas interférer, par des imprécations stigmatisantes et des amalgames violents et haineux, avec les légitimes débats publics et démocratiques qui président à l’évolution et au progrès des droits civils » est-il écrit en fin de page d’un article sur le « mariage gay » et l’Église sur le site du Grand Orient de France. Vous dites « évolution et progrès » alors que c’est simplement UNE MODE, et une mode communiste ou quantité ou loi du plus grand nombre, comme l’indique bien cet article du GODF.
C'est proprement hallucinant ! Ces gens là ne prennent pas conscience qu'ils divisent, qu'ils sont eux-mêmes haineux envers la catholicité. Il ne se rendent pas compte qu'ils ne balancent que leurs opinions, et nullement une 'universalité'.

L’Église prend le même chemin de cette séparation du divin par ses pratiquants chrétiens et les prêches du clergé qui semblent vivre le sacré et le profane comme deux choses radicalement distinctes : le sacré au temple, le profane qui reprend ses droits après « l’Ite missa est ». Les murs du Temple sont la frontière qui les sépare.

Pour le franc-maçon travailleur du chapeau (spéculatif), le discours logique est par définition nécessaire pour réaliser la fusion du sacré et du profane, c’est ce qu’il essaye de faire dans sa loge de réflexion. Évidemment qui dit réflexions ou pensées logiques dit possessions vécues ou OPINIONS.
C’est donc uniquement l’opinion du plus grand nombre qui fait marcher le monde depuis 1789, et qui est devenu un critère infaillible de « vérité ». Car depuis cette première révolution française on retrouve les mêmes familles JUSQU’À NOS JOURS, comme le précise Pierre Hillard dans la vidéo en fin de page. C’est la famille des Couilles en Or, en grosses Couilles : les familles Rockefeller et Rothschild et leur Vatican et Église : la City de Londres et Wall Street de New York. Chez eux c’est le mondialisme bourgeois ou capitaliste ; puis avec Hugo Chavez & Co nous avons un mondialisme de gauche ou communiste. Ces deux mondialismes n’en formant qu’un seul appelé « Internationalisme » par balancement de l’un vers l’autre histoire d’entretenir la tension du courant.
RAPPEL : Hugo Chavez ne jure que par Simon Bolivar, qui était un franc-maçon initié en 1803 à Cadix ! De ce fait, mon estime envers Hugo chavez est totalement à zéro !!! Et le pire c’est qu’intuitivement je me méfiait de lui, mais ma « raison » m’a trompé !

Le franc-maçon spéculatif peut passer sa vie à construire des systèmes philosophiques qui satisferont son appétit de « vérité possédée », et l’universitaire passer sa vie à enseigner des conneries sans s’en porter plus mal, au moins financièrement : cotisation des frères chez les uns, salaires de l’éducation nationale chez les autres.
Si le FM et l’universitaire savent prendre le vent de la mode, ils illuminent le système et peuvent faire fortune avec un nouveau philosophisme, qui sera remplacé par un autre, au gré des appétits du « savoir ».

En ce qui concerne la séparation du temporel et du spirituel, à leur création, tous les peuples partent du divin sans distinction. C’est ensuite que ça se gâte, évidemment à cause de ce cancer qu’on nomme POUVOIR, qui peut ronger et se former des deux côtés. RAPPEL : le Vide leur paraissant tellement effrayant, que dès le départ chez les Anciens qui acquièrent un langage, il fut primordiale de donner des NOMS AUX DIEUX pour former des SOURCES, comme il fut primordiale de former un langage et d’inventer par convention, la lettre A par exemple. RAPPEL : LIRE est de même racine étymologique que LIER. À l’origine il n’existait par de côté « profane », tout était sacré (lire Mircea Eliade qui explique très bien cela). De toutes façons, l’être humain a un besoin naturel du sacré : le communisme en est un exemple (à l’envers, comme la république), la laïcité est un autre exemple, l’athéisme aussi, etc.

LIRE = LIER, parce qu’on s’éloigne de l’Instant en utilisant son mental sur le mot/maux lui-même en fonction d’un code ou convention de lecture. Ainsi peut naître l’opinion où chaque mot et maux, car il s’agit bien de cela, répond par sa forme et sa musique à une image personnelle à chaque lecteur, donc opinion du monde des accidents qui révèle au lecteur son passé, sa culture, son cadre de vie, sa société...

LIER : du latin ligare, lier ou mettre ensemble les pages d’un livre. Sens continu.
LIGE - LEGÉE (Ligascia) : vassal attaché à son seigneur par un serment particulier de lui être fidèle. De là découle le mot DILIGENCE : porter son attention, se dépêcher.
LIGNAGE : famille, parents.
LIRE : du latin legere, sens discontinu : survoler, feuilleter, parcourir, déchiffrer.
Dans les deux cas il y a éloignement de l’Instant par utilisation de la chronologie tueuse ou idéation : fonction en séquence.


[En haut de page : carte où en rouge on peut voir de nos jours les pays « laïques », en jaune les pays islamiques où l’unité du divin est conservé dans la vie courante]
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 22-11-2012 23:58

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >