Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow La troisième religion : les Francs-Maçons
La troisième religion : les Francs-Maçons Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-11-2012 20:31

Pages vues : 3638    

Favoris : 387

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yoka

 
maconsephiroth.jpg
 
 
La troisième religion : les Francs-Maçons
 
 
Notre monde sous propriété intellectuelle d’une oligarchie de banquiers
 
 
Ici en Occident nous avons une trinité de religions :
- Le PAGANISME
- Le CHRISTIANISME
- La FRANC-MAÇONNERIE
(Je laisse de côté le bouddhisme, l’islamisme, le judaïsme et autres ismes)

Le Christianisme est contre le paganisme, la Franc-Maçonnerie est contre les deux autres !

PAGANISME - PAÏEN : du latin paganus, les paysans, les PAGANS. C’est la religion avant celle de l’ère Chrétienne, la religion des temps Lithiques. C’est aussi celui qui habite la Campagne : le PAGAN. (Voir la page PAGANCRATIE)
Le dictionnaire Le Robert écrit : PAÏEN : relatif à une religion autre que le christianisme, le judaïsme et l’islamisme (surtout religion polythéiste). On parle aussi d’idolâtre, et on juge en balançant : sans morale religieuse (impie) ; ce qui est totalement faux et réducteur et serait l’œuvre des chrétiens en une attaque conventionnelle ou d’opinion.
 
JUDÉO-CHRISTIANISME - CATHOLICISME - ORTHODOXE - PROTESTANTISME : religion monothéiste dominante depuis près de 2000 ans reprenant la première figure fermée universelle : Triangle ou Trinité. La Trinité chinoise se présente comme : le Ciel ou outre contenant les images premières, l’humain, et la Terre contenant les formes et qui est une copie du Ciel ; au-dessus se trouve le Souffle divin ou TAO ou Loi de Transformation. Tout ce qui existe sur Terre existe également au Ciel, fût-ce sous une autre forme, et la vie terrestre reflète la structure et la dynamique sidérales, il est naturel que le corps humain lui-même soi considéré comme un miroir du Cosmos.
Tout est lié, ou bien sort l’un de l’autre terme trinitaire :
« Quand le corps se corrompt, ce qui était appelé esprit est décrit corps ; et ce qui était âme est décrit esprit ». Exemple de passage ou croisement d’après le Trésor des Trésors, de Nicolas Grosparmy. Il doit toujours y avoir Fluidité. Le fleuve ne peut pas se couper de sa source, sinon il n’y a plus d’eau.
« Dieu par lui-même produit la Mère, Dieu par la Mère engendre le Fils, le Fils par la Mère multiplie Dieu. Ainsi Dieu n’a ni commencement ni fin. (Cité par Louis Cattiaux).
La Trinité actuelle : Produire – Consommer – Chôme  ; ou : Compétition – Rentabilité – Performance ; ou en remontant dans le temps du 13è siècle : L’Usurier, la Prostituée, le Jongleur (1).
Le monde actuel, laïque ou non, « compte le temps » à partir du début de cette religion judéo-chrétienne. Les francs-maçons qui ont adopté la Trinité avec leur ‘trois points’, comptent aussi le temps à partir de cette religion. Ce monothéisme est basé sur un supposé personnage appelé Jésus-Christ, une mise en « chair » de l’Instant ou Soi : « Je suis CE JE SUIS », ou « Le Royaume des Cieux est en vous ».

FRANC-MAÇONNERIE (spéculative) : celle née à Londres en 1717 (de free mason, maçon libre) se réclamant quasiment d’Adam ! et qui puiserait ses racines dans les Mystères égyptiens, les Mystères crétois, les Mystères judaïques, les Mystères helléniques, les Mystères mithriaques ; donc les religions à mystères, mais avec pour l’essentiel l’utilisation des rituels et symboles des Mystères judaïques (selon ce qu’en écrit C.W. Leadbeater, franc-maçon du trente troisième degré, dans son livre : Rites Mystiques Antiques - Une brève histoire de la Franc-Maçonnerie).
Les cultes à mystères sont un peu la carotte et le bâton, ou le « but à atteindre » ; or Ramana Maharshi explique qu’il n’y a aucun but à atteindre puisque le temps n’existe pas, et que le Soi ou Instant est éternel, ainsi l’être humain est éternel, la Vérité s’affirme d’elle-même, involontairement. Il n’y a aucune libération à gagner ou à atteindre ; elle est à l’état originel qui demeure éternellement inchangé.

Qui dit « mystères » ou cachés dit initiés ou sacrés ; et dit profanes ou monde vulgaire. Être initié c’est franchir une barrière, un pont, aidé d’un pontife ou celui qui fait passer le pont.
PONTIF, PONTOIR, PONT-LEVIS : petit pont. L’initiation indique quelque chose de DIRECTE, donc très proche de l’Instant, sans analyse et opinions à partir du spatio-temporel. L’initiation est MAÂT (fille de Ré et mère de la Vérité), rien de plus directe que Maât. Comme déjà expliqué, dans l’initiation, la « morale » dépendante des modes et donc de l’opinion et de la chronologie n’a rien à y faire !

Pour ces francs-maçons  spéculatifs : « Adam, notre parent originel, créé à l’image de Dieu, le Grand Architecte de l’Univers, devait avoir les Arts libéraux gravés dans son cœur - et en particulier la Géométrie », écrit le Dr. James Anderson dans sa Constitution Maçonnique.

« Association ésotérique et initiatique, à caractère philosophique, et progressiste, qui se consacre à la recherche de la vérité, à l’amélioration de l’homme et de la société », écrit naïvement le dict. Le Robert. Parce qu’il s’agit seulement de cogitation d’opinions et que « la vérité ne se recherche pas » ! Aucun but à atteindre. On sent là encore la géométrie de la ligne droite à la Euclide, et son darwinisme menant au communisme ou mondialisme à ces jours.
FRANC-MAÇONNERIE = RÉSEAUX, voir PSEUDO-RELIGION ou TROISIÈME RELIGION MONOTHÉISTE. Mais une religion contre le judéo-christianisme, et contre le paganisme.
 
 
Religion Franc-maçonnique ou de la Laïcité : "Pourquoi nous encombrer de Dieu ? Nous n'en avons plus besoin. Nous lui avons dérobé tous ses secrets, et même, nous faisons mieux que lui. Son trône chancelle et il ferait mieux d'abdiquer avant que l'homme souverain ne le renverse et ne proclame la république sur Terre et dans le Cosmos". (La Danse avec le Diable, de Günther Schwab)
 
 
Comme nous vivons dans un monde 3D où règne la dualité : en Haut comme en Bas et l’inverse, ce qui donne un troisième terme et forme ainsi une TRINITÉ, notre monde repose sur les CORRESPONDANCES ou SYNCHRONISMES ou CIRCONSTANCES. C’est un Loi magique qui démarre en même temps que la « Création du monde ». Le Cosmos fut divisé par les humains en régions gouvernées par les Dieux auxquels les humains donnèrent des « noms », afin que les Dieux existent, et accordés avec les influences des planètes. « Entre telle zone céleste et la planète qui la domine ou le Dieu qui la représente, il y a des rapports magiques [ou existants], de « correspondances » et « d’influence ». Tout ce qui arrive dans une zone céleste arrivera également d’une certaine façon, dans la vie qui, sur Terre, se trouve sous « influence », écrit si justement Mircea Eliade dans : Cosmologie et Alchimie Babyloniennes.

Chez les Babyloniens chaque planète était gouverné par un Dieu. Eliade écrit qu’il est démontré que les Grecs empruntèrent les jeux de correspondances aux Mésopotamiens. L’accord Ciel-Monde-des-accidents implique une série de correspondances magiques ou merveilleuses entre tous les ordres de l’existence. Ainsi telle couleur aura une influence bénéfique ou maléfique, tel métal exalte ou déprime, telle période est de bonne ou de mauvaise augure. « Chaque force magique, dont le centre est situé dans une région sidérale dirigée par une planète ou gouvernée par un Dieu, est diffusée à tous le niveaux de la réalité, de proche en proche ou par correspondances », écrit M. Eliade. Ainsi tout se passe dans le mental.

L’idée de « liberté » avait une sens différent du notre dans un cosmos clos, traversé par l’influence magique des astres. Tout ce qui relevait de la vie dans le spatio-temporel  était chargé d’une énergie invisible mais bien réelle qui modifiait la « volonté » des humains. Être né sous le signe d’une certaine étoile on participait bon gré mal gré à une certaine destinée cosmique ; et les soi-disants « francs-maçons » libres ne le sont que par leurs opinions et sa « religion de l’homme ».
Dans les temps des PAGANS, l’humain devait résoudre ses problèmes de libération par des voies qui à ce hui paraissent carrément absurdes, surtout pour un Occidental avec en plus le passage de la Renaissance et du siècle des lumières, le tout sous le passage de la chrétienté !
Et l’arrivée du christianisme est nettement plus révolutionnaire et ‘tabula rasa’ (ardoise vierge) que la révolution française de 1789. Le christianisme a détruit le Paganisme, donc le destin individuel, astrologique, magique, pour instituer une liberté humaine collectiviste, adamique, cosmique mais non magique. Soit une forme de « MÊME SOUPE POUR TOUS », ou naissance du mondialisme actuel. Car qu’est-ce que la Magie ? Sinon l’apparition de la plus ancienne des religions ! Une opinion de nos jours en forme de « Fêtes de Noël ».

MAGIE : de IMAGIER ou OBSERVATION. Poussière de Maison (Archée) MAGNÉSIE / MAGNES : Aimant ou Os d’Horus.
- Magie dans le sens actuel : Superstition et abus des choses naturelles et saintes, et autres invocations des esprits plus ou moins malins.
Produire par des procédés invisibles des phénomènes inexplicables. (Alchimie)
[MAGIQUE] [MAGICUS] : l’art du Diable, le surnaturel satanique ; c’est la tromperie ou l’illusion que dénonce d’ailleurs Ramana Maharshi. Le symbole originel, cosmique, se perd et par le mental se trouve remplacé par un imaginaire magique, qui ne jouait au début qu’un rôle secondaire, comme l’explique M. Eliade.
- Magie dans le sens ancien : Celui qui l’étudie, le Magicien, est un homme de dignité et de sagesse versée dans les Sciences Ésotériques ou Cachées. La magie faisant la partie du Sacré, il s’y trouve l’ambiguité, et donc le danger de tomber dans le négatif de la sorcellerie ou « art du Diable ». Tout est double. Le danger se résume par le mot/maux POUVOIR.
« La Magie céleste exercée par les grands hommes de l’Antiquité, consiste dans la THÉURGIE qui est la connaissance et la pratique des secrets les plus curieux et les moins connus de la Nature ». (D’après A.J. Pernety)

Magie, Force : définition de la Magie d’après François Lexa : elle est le produit de l’effet dont la connexion avec cette action n’est pas explicable par la loi de causalité (on retrouve nos Correspondances cités plus haut). M.A. Moret voit l’origine de la magie dans la conception animiste du monde. C’est le Ka qui anime les choses sans vie ainsi que les êtres vivants. (Animisme : attribuer une âme aux choses). Pour l’Égyptien ancien la vie posthume était plus importante que la vie terrestre, parce que d’après lui, l’homme vit peu de temps sur la Terre, mais dans l’Autre Monde à jamais. C’est pourquoi il faisait dans sa vie terrestre des préparations attentives à sa vie future. L’Égyptien ancien passait sa vie à préparer son ÉTERNITÉ.

Le nom et la Forme :
Le signifiant était lié au signifié, le mot à l’être ou à la chose qu’il signifie. Écrire le nom d’une personne ou d’une chose, c’était susciter cette personne ou cette chose, et à l’inverse, détruire le nom abhorré ou sa représentation équivalait à détruire l’être ou la chose elle-même. Ainsi on fabrique les Dieux. Il faut choisir : où on plante une graine, où l’on ne plante pas ! Mais gare aux conséquences...


En résumé : la franc-maçonnerie, surtout celle se mêlant de politique, est une troisième religion monothéiste, non seulement contre l’Église de Rome et le judéo-christianisme, mais aussi contre le paganisme, car sa « pochette surprise » contenant les religions à mystères à agiter avant l’emploi, se retrouve dans ce que dénonce Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : comme le communisme des soviétiques ; UNE RELIGION À L’ENVERS, EN CREUX, où l’opinion devenue adulte par l’intermédiaire de 1789 prend le masque de l’universel en renversant les rôles : ce sont les accidents du spatio-temporel qui engendrent les Essences, ce qui est la marque totale du Diable. Le mondialisme moderne avec son Saint Fric et sa Sainte Croissance à la Darwin est une catholicité en creux, comme l’envers d’un cuivre repoussé. Quasiment la totalité du clergé catholique est prise au piège du sentimentalisme mondialiste hallucinant. Les curés et leur pape sont aussi bêtes que les francs-maçons.

Enfin : le confort technologique, la croyance, ses opinions, ses conventions, son mental et sa « propriété intellectuelle », sont tous une SÉCURITÉ, une PRISON DES ISMES ou systèmes, une PRISON quand on a peur de l’Instant, du Soi, du VIDE. Ce Vide qui déclenche la PANIQUE lorsque surgit la douleur absolue en forme des sept couleurs du spectre de la LUMIÈRE formant L’INSTANT, LE BLANC, si on n’y a pas été préparé, ou si l’on n’y a pas été invité.

Alors, vous vous croyez libres les frères et sœurs francs-maçons aux cultes et rituels alambiqués ?? Et vous essayez d’imposer vos opinions et croyances aux profanes, et en cachette ! Vous êtes bien une ÉGLISE, une RELIGION du Diable utilisant le POUVOIR. Vous êtes une « religion de l’homme ». Vous êtes une contre-religion.

CONCLUSION : seul l’Instant, le Soi, permet de se sortir des trois « religions » toutes plus ou moins piégées à un moment ou à un autre. Car dans l’Antiquité sous le paganisme l’humain était trop souvent enfermé dans un filet magique contenant le Cosmos et les Dieux et les humains, jusqu’à le priver de tout espoir d’autonomie et de spontanéité, bref, une fixation non-cavalante ! Ou fixation tout court par trop de conventions casse-gueules.
L’alchimie de tous temps a essayé de « matérialiser » l’Instant. Ceux des Adeptes qui ont réussit se sont bien gardés d’utiliser le moindre grain (0,053g) de POUVOIR ! C’est pour cela qu’ils réussirent... Cela ne regarde que leur affaire.

[En haut de page : deux anges tiennent le compas ouvert à 60°. Détail d’un frontispice d’un livre de F. Hoffstadt en 1840, extrait de : Fragments d’histoire du compagnonnage, Musée du compagnonnage, 2002. D’après certains, le Triangle équilatéral était le principe le plus élevé des tailleurs de pierres ; surtout le Sceau de Salomon entre dans ce principe et dans la construction de l’Arbre de Vie]



Note.
1. C’est une trinité difforme, parce que chacun de ces trois « métiers » apporte trois « plaisirs » des sens et du mental : un A-musement, ou privation de muses.
Les deux premiers « métiers » nécessitent de l’argent. La Prostituée a tout de même régulée, soulagée maintes sociétés ! Sans elle, c’était la barbarie !
Le Jongleur lui, apporte simplement le plaisir du mental avec ce qu’il y a de visuel ; plus tard ce sera le Comédien de Théâtre ; plus tard ce sera le lavage de cerveau avec l’industrie du cinéma de l’empire américain. Dans les trois cas, ce sera dans le thème « du Pain, du Vin, des Jeux », afin de contrôler les populations.
Le RIRE est presque damné au Moyen Âge, à cause de la Bible comme modèle, où dans le Nouveau Testament il est dit que le Christ n’a jamais rit de toute sa vie !!!
 
 

Dernière mise à jour : 24-11-2012 00:58

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >