Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Lois naturelles
Lois naturelles Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 04-12-2012 23:58

Pages vues : 3385    

Favoris : 408

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Lois naturelles
 
 
 
Avec la Loi quasiment principale, si l'on ne connaît d’autres Lois minimum naturels, ont ne trouvera jamais la vraie Paix.
La Loi principale concerne l’universel ou catholique : sens de globalité QUALITATIVE, et non comme maintenant une globalité à la façon de la tyrannie de l’opinion où ne compte que le général et le quantitatif faussement baptisé en « universel ». Là est l’erreur.
Les Lois morales ne peuvent être que le corollaire de la pure connaissance intellectuelle, des lois ontologiques, et non l’inverse. La morale ne peut pas être une science en soi, elle ne vaut que par les références à l’être : ‘Je suis CE JE SUIS’. Ainsi est moral tout acte qui respect les Lois de l’Instant, du Soi, et de la Création. Est immoral tout acte qui les viole en quelque façon.
Si on ne connaît pas ces Lois, c’est la désolation. Si quelques religions connaissent ces Lois de l’Instant, elle sont loin de connaître et de dire les Lois de la création, et par conséquence, les Lois qui doivent régir une société juste. Alors ne parlons même pas des professionnels de la politique qui ne font pas les lois vulgaires puisque ce sont les banquiers qui les font.
 
Jusqu’à présent en l’absence d’une connaissance des Lois de la Création, et donc de la réalisation du Soi et de l’être humain, depuis 2000 ans, et même avant, il existe bien un consensus plus ou moins bien réussi et très variable selon les aléas de l’histoire humaine et des zones géographiques, et surtout selon les intérêts du moment des communautés et des individus, qui a décidé de ce qui est moral et de ce qui ne l’est pas.

Comme il n’y a pas de base naturelle par manque de Connaissance de l’Instant et de la Nature, les lois morales, individuelles ou collectives, sont des lois de circonstances et variables au cours du temps, comme la mode, selon un étalon que le système marxiste-léniniste-stalinien, etc., prétend découvrir et formuler en ce qu’elle appelle la dialectique matérialiste et historique (comme pour la nouvelle ère démarrant en 1789). Pour elle, la vérité ontologique de l’homme n’est pas transcendante par-delà le temps mais est un résultat eschatologique de l’évolution (géométrie de la ligne droite euclidienne). Par sa prétention d’être englobante de tout le réel, de tout l’existant selon le mondialisme actuel, elle tend à la vision intellectuelle universelle et peut être dite, sinon catholique, du moins catholisante. Elle tend à réaliser à l’envers, en creux, ce qui est la tâche propre de l’université catholique des origines.

Le besoin de s’accorder entre scientifiques, politiques et religieux est naturel. Mais et le besoin apporté naguère par le soviétisme, puis maintenant par le mondialisme, et par l’Église catholique actuelle et d’autres grandes religions ne résolvent pas les problèmes. Le mental en est la cause, et donc un éloignement de l’Instant.
Avec ici en Occident, surtout en France, la religion de la laïcité singeant et se mettant à la place de l’Église depuis la séparation de celle-ci et de l’État, la réalité de la personne en tant que telle n’existe plus pour un plus grand nombre, il n’existe que des a-priori moraux et une banale sentimentalité sociale. L’Église de Rome était chamboulée avec les communistes soviétiques, maintenant elle est chamboulée par son remplaçant : le mondialisme, il suffit de voir Vatican 2 !

Je vais résumer et ne pas parler de Trinité, mais dans tout œuvre d’art réussit, qui se tient et renvoie quelque chose à ceux qui la regarde : elle renvoie une FLUIDITÉ et surtout une TRANSPARENCE.

TRANSPARENCE.
[TRESPARENT] [VITRIN] / FLUIDE
Contraire d’opaque.
Traverser, passer au travers. C’est le passage. La mélodie sur sa route accompagnée par la mélodie seconde ; toutes les deux AVANCENT irrémédiablement, distinctement par l’Art du Contrepoint. C’est la garantie de la beauté d’une Création.
Transparence de l’Eau. Transparence d’une composition picturale.
Transparence d’une direction d’orchestre : Zarzuela dirigée par le chef d’orchestre espagnol Ataulfo Argenta.

Ce qu’il y a entre : l’Âme est le jeu dans la mécanique.
Dans une œuvre avec le « voyez l’ensemble » en Dessin, c’est également le ENVELOPPER et CARESSER.
Que les événements de ce Monde prennent leurs Places en harmonie simplement, en parfait mélange et grande netteté.
En résumé : il n’y aura jamais de rivalité dans ce qui est transparent.

Les désordres en tous domaines, intellectuels, sociaux, ou d’application de la science pure à des techniques aberrantes, ne sont que le reflet de fausses visions du monde dans la rupture des vrais rapports trinitaires, car la première figure fermée est le Triangle, et deux triangles fermées forment un Hexagone, figure principale de la Nature, notamment dans une Pyrite, dans un Cristal...

[En référence partielle à Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux.
En haut de page : aquarelle de M. Roudakoff]
 
 

Dernière mise à jour : 05-12-2012 00:04

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >