Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Les Inconscients et les Conscients
Les Inconscients et les Conscients Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-12-2012 21:57

Pages vues : 3774    

Favoris : 418

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Les Inconscients et les Conscients

Le véritable sens de la CROIX ou CRUCIFIX
 
La « Fin du monde » ça n’existe pas, nous sommes immortels
 
 
- Les Inconscients, les travailleurs du chapeaux ou francs-maçons utilisent la « raison » ou mental : « Je pense donc je suis ».
- Les Conscients, les Simples utilisent la SPONTANÉITÉ : « Je suis CE JE SUIS ».
Ainsi toutes pensées sont des prisons et des chaînes qu’on peut grouper sous le nom d’OPINIONS. La « raison » est une extraordinaire BASTILLE.
Le temps n’existe que s’il y a quelqu’un pour l’observer. Dès qu’il y a relation sujet-objet, il y a prison temporelle. La « réalité physique » demande un sujet et un objet. Elle ne sait compter que jusqu’à trois : Soufre, Mercure, Sel. Ce qui donne aussi les « Frères Trois points » ou francs-maçons.

« Tournez votre attention vers l’intérieur, alors le monde entier sera rempli de l’Esprit suprême » (Ramana Maharshi, entretien 199).
 
 
Ramana Maharshi dit que le monde et toutes ses formes, y compris nous, sont dans notre mental. Les « atomistes » ergoteurs grecs disent que les formes sont composées d’atomes : éléments indivisibles, « comme la république maçonnique ! »
Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux explique : « Il ne peut exister un plus petit grain de Matière (sens Euclidien) Infiniment/non défini/petit, et Infiniment/non défini/grand = mêmes problèmes.
D’après Jean Coulonval, dans le monde spatio-temporel, il ne peut exister de plus petits grains de Matière insécables, de corpuscule isolé qui serait un volume Euclidien. Ni à l’opposé un plus grand volume Euclidien qui serait la plus grande sphère possible contenant la totalité cosmique nageant dans un espace à l’infini.

Donc un atome n’est pas une forme ou un objet ! Il est comme une « vibration ». Notre Univers est VIDE, les atomes sont comme des « outils » donnant l’illusion de formes, de planètes, etc. Le Véritable Alchimiste est un « jongleur d’atomes ».
Alors quand on regarde un paysage ou une pair de sabots, ils pénètrent dans notre mental, notre corps. Nous décodons leurs énergies. Comme l’explique Ramana Maharshi, il n’existe nul monde ou nul forme hors de notre cerveau. Les rues et leurs voitures, les passants sur le trottoir longeant des immeubles n’existent que dans notre tête, surtout dans celle des travailleurs du chapeaux voulant à tous prix « faire le bien », « se sacrifier ». Internet et l’état actuel de la télévision sont même encore pire ! Parce qu’ils sont encore dans la tête en sortant de l’écran lui-même dans la tête.
Par exemple Jean Baptiste Joseph Fourier a déterminé un système mathématique de concentration de spectres en ondes simples appelé « Transformation de Fourier ». Par ce moyen plus tard une caméra de télévision convertira les images reçues sur son tube cathodique en fréquences électromagnétiques et qu’ensuite un récepteur de télévision restitue sous formes d’images en noir et blanc ou en couleur. Quand j’envoie mes textes sur l’Internet j’envoie un code binaire de 0 et de 1. C’est le même principe qui se passe dans notre réalité du monde spatio-temporel. Le cerveau joue le principe de l’écran de télévision : notre cerveau décode un champ de fréquences pour restituer un monde en apparence concret appelé par convention « réalité ». Ainsi le cerveau est le seul endroit où le monde existe ! à un moment donné !

Par exemple à l’entretien 13, Ramana Maharshi explique ainsi le monde :
« Les arbres et les plantes ont-elles une existences en dehors du Soi où Instant ? C’est comme une séance de cinéma. La lumière est projetée sur un écran et les ombres qui y passent donnent l’impression aux spectateurs d’une représentation de film. Et ce serait pareil si dans ce même film ont montrait aussi des spectateurs. Celui qui voit et ce qui est vu ne seront alors rien d’autre que l’écran. Appliquez cela à vous-même. Vous êtes l’écran, le Soi (ou Instant) a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifestent comme le monde, les arbres, les plantes, etc. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi. Si vous voyez le Soi, vous trouverez le Soi en Tout, partout et toujours [puisque c’est l’Instant]. Rien d’autre que le Soi n’existe [que d’autres appelleront Unité, Dieu, Cœur, Conscience, Centrum Centri, etc., selon le point de vue].

« Étendu sur votre lit, dans une chambre close, les yeux fermés, vous rêvez à Londres, aux foules et à vous-même parmi elle. Dans le rêve, vous vous identifiez à un certain corps. Londres et tout le reste n’ont pas pu entrer dans la chambre et dans votre cerveau ; cependant, un espace aussi vaste et une durée de temps vous ont été perceptibles. Il faut donc bien qu’elles aient été projetées du cerveau. N’est-ce pas une chose étonnante qu’une création aussi vaste que le monde puisse être contenue dans le cerveau qui, lui, est si petit ? Bien que l’écran de cinéma soit limité, toutes les images du film projetées sur lui y sont pourtant visibles. Et vous ne vous étonnez pas qu’un tel déroulement d’évènements puisse se manifester sur un si petit écran. Il en est de même pour les objets et le cerveau » (entretien 177).

Donc « temps et espace » n’apparaissent que dans notre cerveau, dans notre conscience. Celle-ci est comparable à un écran sur lequel sont projetés en tant qu’images qui bougent comparable au cinéma. Le Soi ou Conscience absolue est notre nature réelle.

Nos pauvres cinq sens passent par l’unité centrale : le cerveau, qui décident de ce que nous voyons, entendons, goûtons, sentons, touchons, tout cela traduit en signaux électriques circulant à la façon des dominos basculant les uns sur les autres (mais dans les deux sens pour certains circuits). Le cerveau décodera ces signaux, mais si par exemple un hypnotiseur décide de vous faire manger quelque chose dont le goût sera celui d’un autre aliment, il y aura manipulation. Ainsi notre sens de la réalité peut être sans cesse MANIPULÉ par un pouvoir extérieur.
Le cerveau peut aussi se comparer à une « matrice d’énergie » assurant le décodage. Quand on est victime d’une EMI (Expérience de Mort Imminente) avec sortie hors du corps, on continue à voir parce que tout est énergie-conscience : le Soi. Le cerveau-corps n’est qu’illusion. En plus il ne décode qu’une certaine fréquence, donc une certaine dimension, à l’image d’un récepteur de télévision recevant une certaine station émettrice. Nous sommes donc prisonnier, pris au nier (négation de l’Instant) d’un minuscule spectre de perception que nous prenons pour « l’Univers ». C’est l’état des personnes qui enfilent un encombrant scaphandre et montent dans une grosse machine de tôles et de boulons : ils n’ont qu’un seul monde, CELUI DE LEUR OPINION de prisonniers du BINAIRE, surtout prisonniers de la thermodynamique et autres trucs genre « vitesse de la lumière », ce qu’on ose appeler actuellement « science », ou « modernité ».

Depuis des millénaires, je dirais depuis le choix dramatique de la voie de l’Agriculture, nous avons été manipulés de façon à nous faire croire que nous ne sommes que des estomacs sur deux pattes avec un sexe et un cerveau, avec ses programmes ou géométries mentales, dont les émotions et les sensations, principales objets de manipulation dans toutes formes de démocratie. Tout ça pour « assurer la reproduction de l’espèce » ???...

Alors, pourquoi tout paraît si réel si tout n’est qu’illusion ou dans le cerveau ?
Pensez à la mode de la 3D au cinéma, dérivant de la technique de l’holographie, qui n’a rien de trois dimensions, mais paraît donner l’illusion du relief, nous sommes comme face à un tour de prestidigitation. Nous sommes victimes des INTERFÉRENCES, mot évidemment daté de 1793-1842 : phénomène résultant de la superposition de vibrations cohérentes de même nature et de même fréquence, par exemple deux pierres lancées à la surface de l’eau produiront des ondes se croisant, s’interférant. Les interférences sur un hologramme ressemblent un peu à des empruntes digitales, et à partir du moment ou un éclairage au laser est projeté sur le film, une image en relief ou tridimensionnelle se présente au regard. Encore une illusion, du EYES CANDY si cher aux Américains de Hollywood.

La Nature fonctionne en POINTILLÉS, comme décrit plus haut le circuit vibratoire véhiculé du cerveau à la main par exemple. Pointillés que d’autres appellent QUANTA : petits paquets, ou tantôt onde tantôt forme ou particule, ou montagne et vallée. Si le promeneur est sur la montagne, se sera la montagne, s’il est dans la vallée, ce sera la vallée. Ainsi la « science » n’est qu’une opinion selon le point de vue de la personne à l’Instant I.

La « réalité holographique » du monde a ses partisans comme Karl H. Pribram, David Bohm.

Sans transition, j’en viens au dogme du darwinisme et de son évolutionnisme qui tient dans ses chaînes toute notre civilisation depuis la fin du 19è siècle en pleine phase d’industrialisation.

L’évolutionnisme, ou naturalisme façon rationnel existait déjà dans la secte de Weishaupt. Cela nous donnera plus tard le socialisme façon Robert Owen.
Le point fondamental des enseignements de Owen se base sur le naturalisme et l’évolutionnisme : l’être humain était le produit des circonstances et que son caractère résultait simplement de son milieux. D’où il résultait qu’en le retirant de son milieu où régnait de mauvaises conditions de vie, l’être humain serait immanquablement transformé en « un être intelligent raisonnable et bon » (Life of Robert Owen by himself, cité par Nesta Webster). Owen comme Weishaupt voyaient les mauvaises conditions comme le simple résultat de la civilisation, et il voulait pratiquer la « tabula rasa » ou Ardoise vierge : « Toutes les nations de la Terre, avec leurs vantardises respectives à propos de leur prétendue avance dans ce qu’elles nomment la « civilisation », sont gouvernées par la fraude, le mensonge et la crainte, provenant de l’ignorance parmi les gouvernants et les gouvernés... Et Owen continu « Il faut me considérer comme quelqu’un qui n’appartient pas au système actuel de la société, mais comme un homme qui attend avec le plus grand plaisir sa destruction complète et telle qu’il n’en reste finalement pas pierre sur pierre ».
Owen exprime là la doctrine de Weishaupt : « L’homme n’est pas mauvais s’il n’est rendu tel par une moralité arbitraire. Il est mauvais parce que la Religion, l’État et les mauvais exemples le corrompent », et qu’il est donc nécessaire d’amener « la complète destruction de l’organisation civile actuelle », ce que réalisera si cruellement le bolchevisme.
Owen annonce aussi le communisme : « Un nouvel état d’existence du Terre, lorsqu’il sera compris et mis rationnellement en pratique, réunira cordialement tout, comme une bonne famille éclairée [mondialisme] ».

Tout ça est dans la tradition de la médecine allopathique (médecine qui a usurpé le terme ‘classique’ pour se l’approprier, alors que c’est l’Homéopathie et la médecine naturelle qui est classique ; mais nous sommes dans un monde à l’envers). Tout ça pour dire que les propos d’Owen et de Weishaupt n’ont rien à voir avec le naturel, et sont totalement contraires, avec par exemple, le premier point du labour alchimique :

1 NATURE FAIT - 2 ART PAR-FAIT où administre : car il est clair que l’Art alchimique n’y met rien de Forme, ni de Matière, ni de Vertu ; mais seulement aide de ce qui est, et n’est pas fait. L’Art aide Nature. Si un grain de céréale n’avait pas été crée par Nature, le Laboureur ne pourrait
pas semer et recueillir sa récolte. L’Art est aidé de Nature et Nature de l’Art. (D’après Bernard Le Trévisan).
Il y a un rapport avec l’Instant : l’insecte volant s’arrête pour pomper une goutte d’aquarelle sur le papier ; il est attiré par la couleur, par l’eau et le sucré de la gomme arabique. C’est dans « sa nature ». (Il a aussi probablement soif !)
D’un chien mort, il se forme des vers. C’est la Nature qui travaille, sauf si on aide la Nature : il suffit d’observer la qualité de l’air, le lieu où le chien a été tué. La Nature trouve d’elle même les mânes favorables pour la transformation. Donc avoir du « bon sens » et observer, être naturel ou spontané.
Cultiver, voir comment la Nature laboure, et non dans le sens « raison » ou raisonner (ou déraison : en dépit du bon sens, d’une manière idiote).
La Nature si elle a « horreur du vide » cherche aussi le *Fixe*.
Le Lierre dans une pièce d’habitation cherche un endroit qui ne bouge pas : porte fermée longtemps, endroit où l’on ne marche pas dessus (les traces de pas toujours placées aux mêmes endroits, le Lierre les contournera).
Les insectes comme les petites mouches ou les araignées se cachent dans des objets non déplacés depuis longtemps. D’ailleurs les Gnomes génies de la Terre et les autres esprits de la Nature « réparent ».

Donc on ne peut pas « tuer une civilisation » mauvaise pour la remplacer par une soi-disant « civilisation meilleure » !

Les Contraires se fuient - Les Semblables s’attirent (contraire de l’électricité dynamique).

L’objectif des Weishaupt et Owen et des Illuminés est de faire du genre humain, sans aucune distinction de nation, de conditions ou profession « une seule et heureuse famille », il s’agit bien de notre mondialisme actuel en construction. En bon orgueilleux d’initié, Owen se réservait à son propre usage ainsi qu’à ses initiés une doctrine ésotérique (l’Illuminisme) dont le monde n’était pas digne.
Bref, tous ces gens sont les INCONSCIENTS cités en tête de page : tous ces travailleurs du chapeaux qui utilisent la « raison » ou mental : « Je pense donc je suis ». Doctrine de Weishaupt : « La Raison est le seul code de conduite de l’homme ». À Paris il y eut « la fête de la Raison » célébrée dans les églises encore debout.

Maintenant il faut savoir que le féodalisme signifiait des privilèges certes, mais assortis en échanges de certains devoirs mutuellement acceptés (voir le livre L’Entraide, de Pierre Kropotkine, notamment le chapitre l’Entraide dans la Cité du Moyen-Âge). Après 1789, la ploutocratie ne reconnait aucun devoir : elle n’a qu’un seul objet : le profit, le profit, le profit. La ploutocratie n’en a rien à foutre du « bien de l’humanité ». Pour les Juifs, l’année 1789 est applaudie comme l’année du Messie et de la délivrance. Il est indéniable que le renversement de la Monarchie et de l’aristocratie augmenta immensément le pouvoir des Juifs sur le peuple, à commencer par le célèbre Mayer Amschel Rothschild. Que les Juifs y aient contribué délibérément à cette fin mercantile, c’est difficile à dire.

Cependant il est certain que ce furent les paysans (les Pagans) qui souffrirent le plus de la domination des Juifs. Sous la Monarchie, les droits féodaux étaient ressentis comme oppressifs, mais les seigneurs étaient souvent aussi les bienfaiteurs et les protecteurs de leurs vassaux. En revanche, les usuriers juifs dont les paysans propriétaires dépendirent dorénavant pour poursuivre leur exploitation en cas de mauvaise récolte ou d’intempéries s’avérèrent intraitables et sans pitié.
Bref, le paysan héritait de l’aristocratie, il était déshérité par l’usurier. C’est l’histoire vraie des spoliés, non seulement en France, mais en Russie avec les Koulaks, en Autriche, en Pologne, partout où le travailleur vit en cultivant ses terres ; « l’abolition du féodalisme amène la domination des prêteurs d’argent, et celui-ci est dans la plupart des cas un Juif. Si de temps à autre, exaspérés par cette tyrannie de l’argent, les paysans se laissèrent aller à la violence et s’en prirent à leurs oppresseurs, comment s’en étonner ? Lorsqu’au 14è siècle les paysans se soulevèrent contre la noblesse, le blâme, nous dit-on, doit en être attribué aux nobles. Pourquoi faudrait-il excuser la furie des paysans lorsqu’elle prend la forme d’une jacquerie, mais devrait-on la condamner sans hésitation lorsqu’elle prend la forme d’un pogrom ? », écrit Nesta Webster.

ATTENTION AU MOT POGROM : la définition en est controversé !!! Dans le livre de Nesta Webster : La Révolution Mondiale - Complot contre la civilisation, il est dit que le mot Pogrom est un mot ukrainien signifiant : représailles, punition, châtiment, mais pas vengeance ni surtout massacre ! Le dictionnaire Le Robert parle de « meurtre »... Question de mode ? C’est un mot/maux piégé...

Au 19è siècle le paysan devenu ouvrier d’usine trouva dans son patron juif un maître d’une insatiable exigence. Ce siècle donna le départ du mercantilisme mondial avec son Dieu Fric.

FÉODALITÉ : le fort protège le faible, il y a échange mutuel et la fidélité (foi) et le respect y ont une grande importance ; le mot VALEUR y trouve toute sa place. La Féodalité est un système d’obligations réciproques (par le respect) entre deux êtres humains, en principe égaux (seigneur et vassal).
En échange de sa fidélité, le vassal recevait de son seigneur la possession héréditaire de son fief. La Féodalité est une organisation économique, sociale et religieuse, et politique, fondé sur les liens d’homme à homme, dans laquelle une classe de guerriers spécialisés : les seigneurs, subordonnés les uns aux autres par une hiérarchie de liens de dépendance, domine une masse paysanne qui exploite la terre et les fait vivre.                
La Féodalité est visible dès le 8è siècle. Si le départ était sur le bon chemin, ensuite ça se gâte en prenant la forme d’une dépendance : il y a déséquilibre. Il y aurait beaucoup à dire, mais ce n’est pas le sujet. Pour nombre d’historiens, et à juste raison, le Moyen-Âge s’étend de la chute de l’empire romain à la révolution de 1789. J’adhère à cette opinion chronologique.


[En haut de page : magnifique miniature représentant la Trinité des trois pouvoirs : spirituel, politique, économique : le moine, le guerrier, le paysan. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Du Père, du Christ et de la Vierge ; de la religion, du politique et de l’économique ; de la théologie, de la métaphysique et de la science. Dans le circumincession qui accomplit la synthèse ou mouvement, l’Unité en sa double spiration évolution-involution, ou centrifuge-centripète].
Le terme CIRCUMINCESSION est d’une extrême importance : Existence des personnes de la Sainte Trinité les unes dans les autres. Compénétration mutuelle fondée sur l’unité d’essence, en parlant de la Sainte Trinité. Chez les francs-maçons on retrouve la Trinité sous forme de leur « Trois Points ». La Première figure fermée est le TRIANGLE. Que l’on y dessine un œil dedans est simplement le VOYEURISME de ceux qui veulent péter plus haut que leur cul. Le Crucifix représente l’Instant, le Point Focal. Comme l’écrit Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, le crucifix servant au supplice des esclaves révoltés n’avait pas la forme qu’on nous présente depuis 2000 ans. L’instrument de torture devait avoir la forme d’un T. Pour une raison majeur : c’est plus facile à construire, et pour des esclaves en plus condamnés à mort, on ne va pas se casser le tronc pour la fabriquer. Alors, par quel mystère elle est devenu la croix que nous connaissons en instrument de torture ?
Évidemment seul son sens mystique compte : au centre, le Cœur du Christ, l’Instant, le Soi, le Centrum Centri... Une Stargate...
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 20-12-2012 22:54

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >