Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Origine des religions à mystères
Origine des religions à mystères Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-12-2012 23:15

Pages vues : 4077    

Favoris : 384

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Croyance, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Origine des religions à mystères
que s’approprie la franc-maçonnerie spéculative née en 1717


Bienvenue dans les deux Atlantides
 
 
 
Selon le franc-maçon du 33è degré C.W. Leadbeater et son livre : Rites et Mystiques Antiques : une brève histoire de la Franc-Maçonnerie, l’origine des religions à mystères remonte à Thot, la langue de Ptah, Thot étant le scribe de Maât. Thot eut pour successeur Orphée.
 
Thot la langue de Ptah donnera donc Orphée le chanteur, duquel découlera la Langue des Oiseaux ou « le Beau chant », ou la « Langue Diplomatique ». Orphée est également associé au Cabirisme. Thot se confond évidemment avec Hermès Trismégiste : sage, savant et sorcier, un des personnages légendaires les plus fascinants de l’Égypte hellénistique et romaine nous dit Garth Fowden dans : Hermès l’Égyptien. Cet Hermès là est décrit tantôt comme un homme divin tantôt comme un Dieu (le Thot égyptien) venu sur Terre pour éclairer ces ignares d’humains. De là découle bien-sûr la fameuse Table d’Émeraude (Tabula Smaragdina) et son principe alchimique vraiment universel.

Je mélange un peu le maçon Leadbeater, Garth Fowden et l’actuel David Icke qui apporte des précisions intéressantes sur LES Tables d’Émeraudes (T.É.) qui apparemment sont différentes de la célèbre Tabula Smaragdina. Bien-sûr on peut broder des histoires en nombre indéfini sur ces T.É., je passe donc les pérégrinations que décrit Icke, en mentionnant toutefois un certain Maurice Doreal revendiquant la découverte de l’une des T.É. et traduite en 1925.

Bref, on peut trouver cet aspect de la T.É. très New Age, mais on ne sort évidemment pas de la dualité sujet-objet ou ombre et lumière, ou initié et profane, ou encore intérieur et extérieur. Cela se résume malheureusement par le mot/maux POUVOIR... à cause de la magie noire synonyme de POUVOIR. Voici ce qu’écrivait Savinien Cyrano de Bergerac dans : L’autre Monde. Le Soleil : le Parlement des oyseaux :
« Or vous sçavez, Messieurs, que de tous les animaux il n’y a que l’homme seul dont l’âme soit assez noire pour s’adonner à la Magie, et par conséquent celuy-cy est homme ».
Dans l’Égypte ancienne, et sous les Romains, ce sont principalement les prêtres qui pratiquaient la magie (noire ou blanche !). Religion, science et Magie ne faisaient qu’un.

Dans les religions à mystères nous retrouvons nos « deux Atlantides » avec les « honnêtes Atlantes » et les « Malhonnêtes Atlantes », ceux qui pratiquaient la magie noire ou sorcellerie à des fins de pouvoir : manipuler les humains et leur réalité à des fins peu honorables quasiment orgasmiques ; pratiquer l’Art de l’Illusion.... et découvrir comment fabriquer la PEUR. C’est peut-être à partir de ce moment là que disparue la Vraie Télépathie pour donner le langage parlé aux humains de cette époque. On parle de Verbe, on parle aussi de Chute... de chute dans la Matière.
La PEUR est le principal outil de manipulation. Et cet outil échappe à toute mode et toutes époques. Mais il n’est pas universel, même chez les animaux (voir Ramana Maharshi et les animaux lui accordant une entière confiance, comme s’ils ne connaissaient plus la peur). La peur est un outil de la Chute.

David Icke parle donc, peut-être avec raison tant le sujet est complexe, de REPTILIENS imbus de pouvoir que l’on retrouve jusqu’à nos jours : rois et reines, pros de la politiques, patrons de banques et d’industries, propriétaires de grands médias, chef d’armée, autant de « créatures à tête de serpent », comme l’écrit Icke, cachées sous une forme humaine, ou agissant par l’intermédiaire de leurs marionnettes. C’est vrai que tous ces gens doivent avoir une géométrie mentale particulière.
Icke écrit que les T.É. expliquent comment les reptiliens cherchèrent, depuis le « royaume des ombres » à détruire l’humain et à régner à sa place. Évidemment cela n’a jamais été le but d’un Vrai Alchimiste, qui est plutôt un « médecin », un « Ministre du Rien du Tout », un orchestrateur ou un bon joueur de tambour (rythme si important).

David Icke ne détient aucune vérité, ces recherches sont cependant intéressantes avec seulement beaucoup de pistes possibles. Avec son chapitre sur les T.É. (dans Le guide David Icke de la conspiration mondiale), il insiste beaucoup sur les souterrains, les Élémentals en version presque totalement négative et dragonique infernale, cependant le principe du Diable est bien la manipulation, la tromperie, le pouvoir : POSSÉDER, S’EN FOURRER FOURRER FOURRER JUSQU’LÀ comme dans la chanson de La Vie Parisienne de Jacob Offenbach (encore un matuvu compagnon des Couilles en Or, de Phineas Taylor Barnum et d’Hollywood...).

Les reptiliens savent utiliser l’Art des vibrations pour manipuler une game de fréquences au-delà de la pauvre perception de nos cinq sens, à cette fin ils leur faut trouver un « corps ou vaisseau intermédiaire », ainsi ils s’emparent des vaisseaux humains (leurs corps). Le Fluide de ces vaisseaux est bien-sûr le SANG.
David Icke écrit que les descendants des « Veilleurs » (les Neter en Égypte, voir la page Les 2 Atlantides), qu’il assimile probablement à juste raison aux « Anges déchus », car tout est double : il devait y avoir de « bons Veilleurs » et de « mauvais Veilleurs », ils ont suscité les guerres et les dictatures sous tous modèles, y compris démocratique, depuis le passé jusqu’à nos jours. Les violences sous toutes leurs formes leur procure de l’énergie, un orgasme gigantesque.

Leadbeater dit de la musique d’Orphée qu’elle était répétitive avec les mêmes motifs musicaux (manipulations vibratoires) en une gamme pentatonique. « C’est par le son qu’il travailla le corps mental et astral de ses disciples, les purifiant et les développant ; c’est par le son qu’il détacha les corps subtils de leurs enveloppes physiques, et qu’il les libéra dans les mondes supérieurs. Sa musique et celle qui était fondée sur la répétition indéfinie des mêmes motifs musicaux, quoique de nature opposée, produisirent toutes deux des conséquences identiques sur les Racines premières de la Race [vague de Vie], que cette dernière emporta avec elle en Inde. Il employait donc la mélodie, non la répétition de sons semblables - l’éveil de chaque centre éthériques exigeant l’activation de sa mélodie particulière. il montra à ses disciples des ‘images vivantes créées par la musique' - évocation que les Mystères hellénistiques ultérieures provoquèrent d’une façon similaire, leur tradition remontant jusqu’à lui. Il enseigna que le son était en toute chose et que si l’homme parvenait à s’harmoniser, l’Harmonie divine se manifesterait à travers lui et réjouirait ainsi la Nature dans son ensemble », écrit Leadbeater en traduisant la technique initiatique orphique. C’est évidemment typiquement le principe d’initié à profane, ou de guru à élèves, donc UNE MANIPULATION EXTÉRIEUR ÉLOIGNANT DE L’INSTANT.
Ne pas oublier qu’Orphée était sensé charmer ou manipuler par son chant même les Cailloux !

Il y eut donc des « écoles orphiques », des « mystères orphiques », et la variation sous le nom « Mystères d’Éleusis ».

« La Nuit est fécondée par le Vent » résume parfaitement le mythe d’Orphée : vibration de la musique et ombre ou souterrains dénoncés par David Icke. Le Vent orphique n’est pas naturel, il est celui du Guru extérieur. Il ne s’agit donc pas du « Gré du Vent ». Il ne s’agit pas du VIDE.
Un bout d’orphisme peut d’ailleurs de retrouver dans l’animisme : « Aux temps anciens, l’humanité se portait sur tout ce qui « n’a pas vie » et s’abstenait au contraire de tout ce qui a vie. Mais attention ! Pas de sacrifice d’animaux aux Dieux, seulement des offrandes de gâteaux trempés dans du MIEL.
Pour Orphée la NUIT est d’importance principale : elle est NOURRICE de tout (la Nuit porte conseil dit un proverbe populaire). C’est une vérité que la Nuit est fécondante, donc réparatrice.
De toutes façons c’est bien dans les caves, les gouffres ou cavernes que l’on trouve les trésors. Et pour l’Église chrétienne les Ténèbres ce sont le Diable.
De nos jours il devient difficile de dire précisément qui inverse quoi ! Mais en gros le mondialisme inverse énormément de choses !!!

Et comme dit une devise Alchimique :
Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore. C’est cela épouser le VIDE.


D’après ORPHÉE : « Un est le Tout » [devise alchimique]. Et comment aboutirai-je à faire que l’Univers soit un et chaque chose en même temps séparée ?
Embrasse toute chose dans le Cercle de l’Éther indicible, qu’au milieu de ce Cercle, Tout soit placé, le Ciel, la Terre sans bornes, la Mer.
Et toutes les Constellations qui font au Ciel une couronne.
Quand tu auras étendu sur tous les êtres un lien puissant, un lien qui a suspendu à l’Éther une chaîne d’Or ».
Ce petit texte d’après Orphée est terriblement ambigu, je traduis tout de suite « une chaîne d’Or » par notre Dieu Fric moderne et ses Grands Prêtres les banquiers ! Mauvais point pour Orphée !
Évidemment « Un est le Tout » symbolise l’INSTANT, le SOI, la CONSCIENCE, le CENTRUM CENTRI, DIEU le CŒUR...

Les écoles des mystères et leurs religions furent mis en sommeil en 399 de notre ère lorsque l’empereur Théodose ordonna son célèbre décret qui constitua un coup mortel porté aux manifestations de l’ancienne religion païenne, bien plus mortel que la révolution française de 1789 et de ses francs-maçons du siècle des lumières :
« Son dorénavant abolis tous les privilèges concédés par les lois anciennes aux prêtres, ministres, préfets, hiérophantes des choses sacrées, ou quels que soient les noms qui les désignent ; et si leur confession religieuse a été reconnue condamnée par la loi, qu’ils ne croient pas qu’aucun privilège octroyé les protégera ».
Pendant les siècles suivant l’Église de Rome persécuta, brisa les éléments rappelant l’Ancienne religion. Des païens furent mis à mort, d’autres furent envoyé en exil, on confisqua leurs biens, etc. La nouvelle religion se comporta comme plus tard les bolcheviks et les républicains de 1789 : églises et monastères détruits ou transformés en « temples laïques ». « Les écoles de mystères disparurent dans le silence d’un secret inviolable, qui resta non rompu jusqu’à l’époque succédant la Réforme [révolutions anglaises, 1641-1649 et 1688-1689], lorsque l’Église perdit son pouvoir de brûler et de torturer tous ceux qui n’étaient pas d’accord (même superficiellement) avec ses doctrines », écrit férocement Leadbeater.

Difficile de savoir si Lao-tseu a existé, et pour Thot et son suivant Orphée c’est la même chose : Thot copinait avec les Dieux, alors s’accouplait-il avec des Déesses ? Voir des Dieux ? (mariage pour tous oblige) Ou bien conversait-il seulement avec les Dieux ? Toujours est-il que Thot-Hermès est le Sage par excellence.
Hermès est un mortel qui reçoit des révélations du monde divin et finit par obtenir l’immortalité grâce à l’auto-purification [réalisation du Soi ?], mais il reste parmi les humains afin de leur dévoiler les secrets du monde divins.
Hermès donnera le sens d’hermétisme (toujours un isme !). Comme tout ce qui est sacré l’ambiguité d’un personnage oscillant entre le monde divin et le monde humain ou spatio-temporel, dû frapper beaucoup de gens et constituer un AIMANT.
Le paganisme tardif vouait un culte enthousiaste à des personnages comme Hercule, Dionysos, Asclépius et Orphée, écrit Garth Fowden.

TRÈS IMPORTANT : l’aspect chant d’Orphée découle directement de la langue écrite, et non de la Vraie Télépathie. Les textes étaient écrit en Hiéroglyphes égyptiens parce qu’ils étaient sacrés à cause de la particularité même de leur SON, et la propre intonation des vocables égyptiens retiennent en elles-mêmes l’énergie des choses que l’on dit. Une traduction en grec eut exigée le concours actif des prêtres qui conservaient les originaux. (Réf. à Garth Fowden).

RAPPEL :
la constante mentale de la technique de l’hermétisme concerne LES COÏNCIDENCES ou SYMPATHIE : tout est relié par des puissances ou énergies « sympathiques » pour former un « plérôme », un SEL ou SOLUTION. C’est cela la « chaîne d’Or » dont parle Orphée mentionnée plus haut. C’est cela la dualité sujet-objet. Par exemple : plante et Soleil = croissance, ou brûlure ! (Tout est double). Cette dualité est résumé dans l’unique clé alchimique : Solve et Coagule (humidifie et dessèche).
Énergie psychique = énergie cosmique. En haut comme en bas et l’inverse. Les Dieux sont parfois appelés « énergie », ou « lumière ». Les deux proviennent du Soleil mais surtout des étoiles et des planètes. Ces énergies pénètrent tous les corps qu’ils soient mortels ou immortels, animés ou inanimés. Ces énergies provoquent la mort, la corruption et la sensation ; elles sont aussi à l’origine des arts, des sciences et de toutes les autres activités humaines (Stobœi Hermetica, t.3-4, cité par Fowden).

Bref, les énergies ou sympathie sont effectivement des chaînes ou réseaux en sympathie mutuelle ; soit sympathique, soit antipathique.
Quant au démons, Élémentals ou certains reptiliens à la David Icke, ils sont AUSSI des personnifications de ces énergies sympathiques, qui peuvent, comme tous les Élémentals et autres Yokaï, être bons, indifférents, ou mauvais ; et là je pense que David Icke voit trop de conspirateurs partout ! Mais bien-sûr que ces Démons et autres Élémentals peuvent pénétrer les humains ou les accompagner pour les soumettre à leur volonté. En tant qu'humain, pour s’en faire des serviteurs il faut être très costaud ! Sinon on parle de DESTIN, mot/maux qui joua un si grand rôle avant le siècle des perruques poudrées et de sa « raison ».

DESTIN : La bonne étoile. La volonté de la Divinité qui règle les évènements + ou – à venir. En rapport avec la divination, voir les fameux Oracles, les Runes et le Livre des Transformations (Yi-King).
Hasard et destinée : Patience, votre Temps viendra !
Fondamentalement le DESTIN est concrétisé par des rencontres avec d’autres personnes, ou des objets, à telle ou telle époque de notre vie.
Sept agents formés par le Pouvoir et qui renferment dans leurs cercles le monde matériel et dont l’action est appelée destinée... Les sept communiquent un jour leurs pouvoirs aux hommes qui désirèrent dominer le Feu lui-même, en dérobant une des Roues du Rayonnement du Feu sacré. Les hommes tombèrent ainsi en esclavage, ce fut la CHUTE. (D’après Champollion, Égypte moderne, page 42). À n’en pas douter Champollion devait lire des bouquins d’Alchimie ou d’hermétisme.
Les hermétistes se faisaient de la sympathie cosmique une liaison intime avec leur démonologie et leur astrologie : en haut comme en bas et l’inverse.


Conclusion :
Orphée s’inscrit dans la tradition socialiste ou communiste de la franc-maçonnerie spéculative de 1717 : Ceux qui veulent le bien de l’humanité à n’importe quel prix ou sacrifice. De nos jours, c’est traduit par la trinité : Liberté, Égalité, Fraternité. Nous en vivions le résultat. Bref, c’est pas encore ça !!!
Porphyre de Tyr laissait ceci : la meilleure façon de connaître et d’adorer Dieu [ou l’Instant ou le Soi], est l’absolu pureté du SILENCE, car la parole et l’audition sont des sensations, alors que la connaissance du divin est une expérience d’un ordre complètement différent. Il dit la même chose que Ramana Maharshi et Jean Coulonval.
« Mais - et tous les hermétistes insistent sur ce point (notamment Jamblique) - il est clair qu’il ne s’agit d’un idéal, d’une prescription qui ne concerne que la relation solitaire du parfait initié avec Dieu », écrit Fowden.
Peut-être, mais je préfère plein de petits moteurs qu’un gros qui peut casser... Plein de petits moteurs reliés par le TAO. C’est mon opinion et j’y adhère totalement.

Enfin, précision : la Connaissance s’acquière, soit instantanément et par grâce comme dans le cas de Jean Coulonval, soit par initiation, soit naturellement par longues études. La Connaissance place donc les initiés au rang d’élite, dans le vrai sens du mot et pas dans son sens actuel totalement dévoyé. Chez les Grecs apparurent les élites ou zélotes chargés d’instruire un groupe de gens beaucoup plus nombreux, que les platoniciens et les manichéens appelaient des « auditeurs », dans notre sens actuel d’étudiants ou de « culture ». Ne pas oublier non plus que le mot élite va avec CITÉ, c’est très important ! L’élitisme ne peut naître que dans les grandes villes, là où par exemple la franc-maçonnerie possède ses LOGES. Je vois mal une loge dans une ferme en pleine campagne... Seuls les manichéens pouvaient s’adapter à des catégories sociales très variées comme avec les agriculteurs. Autrement Fowden cite la cas d’un platonicien qui voulut s’exiler dans les montagnes ; et bien il fut vite ramené en ville sans ménagements par ses disciples ! Et les sages que Justinien exila d’Athènes n’émigrèrent pas dans les montagnes, mais à Ctésiphon.


[En haut de page : Thot l’Ibis]
 
 

Dernière mise à jour : 29-12-2012 00:28

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >