Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’élite, l’État criminel pilleur de la Terre
L’élite, l’État criminel pilleur de la Terre Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-01-2013 21:31

Pages vues : 3886    

Favoris : 381

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
L’élite, l’État criminel pilleur de la Terre
L’élite criminelle, c’est l’État ou l’Oligarchie : exploitation d’une majorité par une minuscule minorité.


Avant 1789 : La populace s’est soumise à un Seigneur.
Après 1789 : les citoyens se sont soumis à l’État.
 
 
 
Nous sommes sous la domination du FRIC et du FLIC, seul le R et le L changent ! Et qui dit Fric dit Flic pour le garder, car le Fric est fait pour être volé, comme toutes valeurs terrestres des humains. Les banquiers et autres financiers ne s’en privent pas : ils font faire les lois de l’État, et ensuite pillent et détruisent, escroquent, comme de vrais faux monnayeurs fabriquent de la monnaie d’Alexance (1).
 
 
Rappel : en France l’étatisme apparut avec Louis 9 (roi en 1226-1270) et le mondialisme prend un bon essor sous ce roi. Saint Thomas d’Aquin, ami et conseiller de Louis 9 était responsable de cet étatisme et de son cancer du pouvoir central. Thomas qui reconnaît que le gouvernement qui a le plus d’unité est le meilleur, et le pire : Corruptio optimi pessima.
Une civilisation saine est une société sans État, donc sans chef, ou roi ou président ou empereur ou Pharaon, peut importe le système de gouvernement ; c’est la société entière qui est chef (voir plus bas à propos de roi ou chef). C’est le pouvoir qui est le cancer de toutes civilisations, la violence de toutes sociétés. Par la Vraie Télépathie seule pourra naître une Vraie Civilisation ; à défaut d’atteindre cette ancienne Vraie Télépathie, seul le langage parlée peut aussi apporter une Vraie Civilisation. Dès qu’il y a langue écrite, il y a pouvoir (texte de loi et dogme spirituel, commerce, etc.).
Tout État sera gonflé d’orgueil et d’arrogance et qualifiera un peuple n’ayant pas d’État de « sauvage » (non civilisé), comme si État = civilisation, puisque le mot État possède le sens, depuis 1636 et 1213 : manière d’être, stature : se tenir debout, alors un État considérerait ceux qui fonctionnent sans État comme marchant à quatre pattes ? C’est idiot !
Le mot État reflète surtout depuis 10.000 ans l’état de sédentarité imposé par le choix dramatique des Chasseurs-Cueilleurs de la voie de l’Agriculture. Mais la voie de l’Agriculture n’est pas seule en cause. Babylone, Nemrod, Semiramis (dessin en haut de page) & Co, sont les grands responsables de l’invention de l’État et de son mot « Civilisation ».



L’État est le cancer social. L’État qui se dit « civilisé » et gonfle, gonfle, gonfle dans sa Sainte Croissance qui devient automatiquement une DICTATURE, quelque soit le baume employé comme « république », « démocratie », trinité maçonnique, etc.

L’État est synonyme de cancer du pouvoir
, car c’est l’outil d’une classe dominante cancérisé par le pouvoir exerçant sa domination toujours violente, sinon manipulatrice et sournoise avec notamment l’aide de la franc-maçonnerie, sur le peuple dominé. Pour qu’il naisse un État il faut une DIVISION entre exploitant et exploité. Cela implique la force et la violence que l’on peut par exemple ressentir dans le slogan plein d’arrogance et d’orgueil des républicains : « République une et indivisible », ce qui en fait une véritable religion d’État bouffant la spiritualité. On parle alors de MONOPOLE D’ÉTAT, de « Propriété insaisissable de l’État », etc.
La république une religion d’État, parce que sur le modèle de l’empire romain et de Sparte et Athènes, où l’État était asservi à la religion. L’État ancien n’obéissait pas à un sacerdoce, c’était à sa religion même qu’il était soumis. On ne distinguait l’État de la religion.

Une Vraie Civilisation n’a pas besoin du pouvoir d’un roi, chef ou président ou empereur, peu importe le système, mais elle a besoin de LA SYMBOLIQUE DU ROI. Donc un Roi sans pouvoir. Un chef de la Trinité : « pouvoir » spirituel, politique, économique. Un chef, un roi, un empereur, peu importe le nom, doit ÊTRE ÉLU, CHOISIT par des représentants ; c’était le cas des Celtes dont le roi est élu par les nobles, parmi les représentants de la classe militaire ‘pouvoir économique'), mais sous la surveillance du pouvoir spirituel : les Druides. On s’approche donc d’un semblant de Vraie Civilisation, hélas avec encore une trop grande lourdeur de classes. Donc chez les Celtes, le roi est guerrier par ses origines et sa fonction, et confine au sacerdoce et au pouvoir spirituel par sa couleur symbolique qui est le BLANC de l’Instant, comme le costume des Druides. Le roi celte ne combat pas, il est symbole, donc sa présence est nécessaire dans un grave conflit : « On ne gagne pas une bataille sans roi », dit un aphorisme moyen-irlandais.
La fonction essentielle du roi est la prospérité de ses sujets. Sa fonction n’est pas sans risque, car s’il est atteint par le moindre pouvoir, il finit tragiquement, noyé, décapité, son domaine incendié. Chez les Celtes le roi est donc intermédiaire entre pouvoir spirituel et pouvoir économique (ses sujets). Le roi représente le « pouvoir » politique.
Ici il ne faut pas se méprendre sur le sens du mot pouvoir,  synonyme de cancer, ce mot impliquant une FIXATION, une PRISON, et au final un TOMBEAU, comme toute loi et dogme. Dans le cas de la Trinité des trois pouvoirs, ils agissent selon la CIRCUMINCESSION (compénétration mutuelle fondée sur l’unité d’essence en forme de première figure fermée : le Triangle). Ce ne sont plus « Trois pouvoirs » mais UN MOUVEMENT.
La vraie Civilisation est le refus de l’unification, de la pensée unique ou DORG (Demain On Rase Gratis). Alors que tout État fonctionne sur le cancer du pouvoir avec sa coercition et sa violence, et sa hiérarchie à la franc-maçon.
(Voir aussi la série de pages sur la TAOCRATIE)

La morale n’est pas une science en soi, elle ne vaut que par ses références à l’être humain ou Soi ou Instant. Ainsi est le sens de la devise supposée des Alains et des Burgondes et des Suèves : « Mes droits sont à mon libre arbitre ».

LOI - ÉDIT - AVIS : chose ou bien terrestre. Avis : a-vis ou privation de vie, ou fixation de la vie (voir plus haut le mot pouvoir). Un Édit, une loi qui désigne, dénomme, et souvent dissimule (d’I-simuler) et ne fait pas de distinguo.

L’atteinte du cancer du pouvoir par une oligarchie est source de toutes les dictatures ou totalitarismes, passé, présent, futur. Court-circuit Cause et Effet : Ouroboros qui se mange la queue ou se prend pour son propre créateur, ce qui est l’image du totalitarisme, du démiurge Staline par exemple. « Les premiers fauteurs d’hérésie, les Gnostiques en particulier, s’emparèrent de ce symbole, et ils y virent l’emblème du « renouvellement de la substance » dans un sens panthéiste qui frise le matérialisme du « retour perpétuel ». C’est le serpent qui se dévore sa queue (ouroboros, de ouro : queue, et boros : dévorant) » (Ref. Dr. A. Stocker, Folie et Santé du Monde).

Si cela commence avec Alexandre (dit à tort le grand), ça continue de plus belle avec la bizarrerie de la destruction des Peuples du Soleil (Incas, Mayas, Aztèques, etc.). Bizarrerie parce qu’il est impossible que l’Amérique n’est pas été visité dans l’antiquité, et n’est pas servie de lieu d’échanges entre les peuple dans l’antiquité. Tout est cycles et non en géométrie euclidienne ou en évolutionnisme !
L’élite de l’époque de la Renaissance, branchée depuis Babylone, et qui continue jusqu’à nos jours, pilla la planète Terre, surtout pour l’Or. L’élite était composé des peuples suivants : Hollandais, Français, Belges, Espagnols, Portugais, Allemands, etc. Un historien espagnol estima que au moins 12 millions d’indigènes de la seule Amérique du Sud furent massacrés après l’arrivée des Européens, et qu’un grand nombre furent réduits en esclavage. Ces Européens cherchèrent jusqu’à détruire les connaissances de ces peuple. La même chose se produisit en Amérique du Nord. À cela il faut ajouter les prédateurs que sont toujours les Jésuites : « Les sauvages à la terrible couverture ».
La première colonie anglaise de ce qui allait devenir les « États-Unis » s’installa au début du 17è siècle en Virginie. L’origine du nom possible : « reine vierge » : Virginie, donc Sémiramis, la reine vierge de Babylone, et sa fondatrice. C’était la Virginia Company de la couronne britannique et des aristocrates qui avaient la haute main sur les colonies américaines. Rapidement la franc-maçonnerie spéculative de 1717 commence aussitôt à s’installer en Amérique du Nord. En France démarre le rite de Clermont et les rites de Heredom.

Le philosophiste Francis Bacon dans son œuvre La nouvelle Atlantide (1607)  parle de « collège invisible », il s’agit d’une élite de travailleurs du chapeau fomentant complots sur complots pour arriver à imposer leurs opinions au plus grand nombre. Bacon était évidemment un grand initié d'une loge kabbaliste de Grande-Bretagne. Et le chef de file des colonies anglaises d’Amérique était le franc-maçon Benjamin Franklin.
Franklin fut le Henry Kissinger de son temps (dixit David Icke). Il était franc-maçon, aussi il ne faut pas s’étonner de voir aux États-Unis la statue faite par le franc-maçon Auguste Bartholdi : la « statue de la liberté » (Sémiramis) brandissant la torche de Nemrod. Statue qui repose en outre sur un socle en forme de Soleil, on ne pouvait pas mieux fer et faire.
Tout cela reflète le cancer du pouvoir et de la conquête.

Court résumé en référence à David Icke (Guide David Icke de la Conspiration Mondiale, et comment y mettre un terme) : à l'origine, société mondialiste très avancée mais divisée par une partie atteinte du cancer du pouvoir. Du faite de la détention de la Vraie Science cela donnera des cataclysmes et le déluge du père Noé. Il s’ensuit une race d’entités reptiliennes interdimensionnelles qui commença à frayer avec les humains du coin et le processus se poursuit jusqu’à nos jours. Nous avons ainsi des lignées de sang hybrides : lignées royales. Le centre majeur est Sumer en Mésopotamie, berceau de la civilisation selon l’histoire officielle. Babylone en fait la partie. Les lignées « royales » hybrides reptiliennes firent des petits partout sur la Terre. Ces lignées représentent désormais l’IRAK. Dès Nemrod & Co les sociétés secrètes se constituèrent en puissants réseaux. Les Nemrod Sémiramis & Co continuent à teindre le monde « moderne », voir l’encadré ci-dessous.



Les buts « nobles et édifiants » de la franc-maçonnerie anglaise, ces « pères-la-morale.... de la City » :

« Effacer parmi les hommes les préjugés de caste, les distinctions conventionnelles de couleur, d'origine, d'opinion, de nationalité ; annihiler le fanatisme et la superstition ; rendre impossible toute discorde nationale et ainsi éteindre le brandon de la guerre ; bref, aboutir par le progrès libre et pacifique à une seule formule, à un seul modèle de droit éternel et universel, en vertu duquel tout être individuel humain sera libre de développer chacune des facultés qu'il se trouve posséder ; de contribuer de tout son cœur et de toutes ses forces au bonheur général ; et ainsi de transformer toute la race humaine en une seule famille de frères, unis par l'affection, la sagesse et le travail ».
« Le monde entier n'est qu'une seule république, dont chaque nation est une famille et chaque individu l'enfant. La Maçonnerie, sans méconnaître en rien les devoirs divers exigés par la diversité des États, tend a créer un peuple nouveau, formé par des hommes de toutes nations et de toutes langues, unis par les liens de la science, de la moralité, de la vertu (Albert Pike).
...
En pratiquant l'amour fraternel nous apprenons à regarder tout le genre humain comme une seule famille, comprenant les hommes socialement les plus élevés, comme les plus humbles, les riches comme les pauvres, créés par Un seul Être tout puissant, et envoyés dans ce monde pour s'aider, se soutenir et se protéger mutuellement. En vertu de ce principe, la Maçonnerie réunit des hommes de tout pays, de toute secte, de toute opinion, et par ses préceptes cultive l'amitié : véritable entre ceux qui, autrement, seraient demeurés éternellement séparés ».
(Référence à : History of Masonry, Rebol ; et Morals and Dogma by Albert Pike, cité par C.W. Leadbeater dans : Le côté occulte de la Franc-Maçonnerie).

Du lourd béton armé indigeste de maçon ! Tout cela se résume par les mots/maux : MONDIALISME et NOM (Nouvel Ordre Mondial) ou République ou religion universelle, soit LA PENSÉE UNIQUE du TOTALITARISME. Avec les quelques lignes ci-dessus on comprendra que l’on puisse parler de « théorie du complot », ou désormais de l’inquisition coupant la langue à ceux qui osent émettre un possible complot mondial, donc une théorie du « Complot de ‘non complot’ », comme l’écrit David Icke.
Pitié ! Pas la république universelle de Weishaupt !!! Pas ceux qui se disent détenteur de la Vérité, comme ils écrivent : « La vérité est un attribut divin et le fondement de toute vertu maçonnique... ». La Vérité n’est pas que maçonnique ou du « peuple élu », elle ne peut qu’être UNIVERSELLE.

Et Leadbeater ajoute avec une naïveté enfantine et un appétit du merveilleux :
« Soulager les malheureux est un devoir pour tous les hommes, particulièrement pour les Maçons qu'assemble le lien unique et indissoluble de l'affection sincère. Par conséquent, soulager les malheureux, leur accorder notre sympathie dans leurs infortunes, notre compassion dans leurs misères et rendre la paix à leurs esprits troublés, voilà notre grand but ; telle est la base de nos amitiés et de nos rapports ».

Mon Dieu ! Fuyez en courant ces individus qui « veulent le bien », les biens, de l'humanité... La possession est le principe du Diable.



Note.
1. Alexandre, dit à tort « le Grand », représente l’ALEXANCE : rapidité, rentabilité, compétition et absence de beauté, mensonges et manipulations, bruit et violence, dictatures sous tous ses thèmes et variations semblent être cette manie actuelle de l’Alexance.
 
 

Dernière mise à jour : 02-01-2013 22:26

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >