Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Temps Lithique
Temps Lithique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-01-2013 18:20

Pages vues : 3796    

Favoris : 386

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Temps Lithique
L’Adam minéral, ou
Miroir de la Nature, et
Ministre de la Nature
 
 
 
Voir aussi la page : Pierre Dure Temps
 
Espace, Vide, puis surgit une petiote Pierre. Ainsi naît le Temps Lithique.

« Quelques jours après mon OFFRANDE À L’AMOUR MISÉRICORDIEUX, je commençais au chœur l’exercice du Chemin de la Croix, lorsque je me sentis tout d’un coup BLESSÉ D’UN TRAIT DE FEU si ardent que je pensai mourir. Je ne sais comment expliquer ce transport : il n’y a pas de comparaison qui puisse faire comprendre l’intensité de cette flamme. Il me semblait qu’une force invisible me plongeait tout entière dans le feu. OH ! QUEL FEU ! QUELLE DOUCEUR !... Une minute, une seconde de plus, mon âme se séparait de mon corps ! »
Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.

Saint Jean de la Croix parle de « La vive flamme d’Amour » : peu d’âmes reçoivent cette divine blessure. « Dieu donne aux chefs de famille des richesses et des grandeurs en rapport avec les destinées providentielles de leur postérité selon la grâce ».
 
 
DOULEUR/DOUCEUR/COULEUR.

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (Thérèse de Lisieux) selon moi décrit très bien le phénomène de la Douleur absolue, quand le corps absorbe brusquement, en un Instant, ce mélange Douleur-Couleur que constitue la Conscience totale. La douleur comme la couleur n’est pas corporelle, mais est le résultat du TRAITEMENT que subit la lumière. Saint Thérèse parle d’Amour Miséricordieux, de Chemin de Croix pour signifier réaliser le Soi ou Instant ; puis elle se sent blessé d’un « coup de Feu si ardent » qu’elle pense mourir. Elle parle de « flamme », de « feu » puis de « douceur » et de possible « passage ».

Les Juifs ont perdu le Temps !
Mais ils n’ont pas perdu l’argent !
Le Temps n’a jamais été perdu
Puisque c’est le Soi l’Instant,
ici et maintenant.
Pour les Juifs il y a perte du Nom divin, donc perte de l’Instant, du Soi, alors qu’icelui n’a jamais été perdu. C’est ce qu’explique Ramana Maharshi dans ses entretiens.

Le MOTEUR, l’INSTANT est le Soufre Rouge (principe actif ou ‘lumière’), la Pierre du Temps Lithique gardant en son centre le « rayon » de « lumière originelle » traditionnelle. Tradition immortelle. Immortelle parce que les images traditionnelles du Temps Lithique se révèlent PLUS VRAIES que le résultat dans la « science » qui se dit « précise » et « exacte » parce que mesurant tout sur n’importe quoi et sur le règne minéral ; Tradition immortelle PLUS VRAIES, parce que véhiculées et valorisées par la noble mythologies des Temps Lithiques (poussières d’Étoiles).
Si de nos jours, et depuis au mieux le 13è siècle, l’Occident s’est éloigné de la tradition perdue, comme le Nom divin des Juifs, nous savons qu’une civilisation coupée de ses racines traditionnelles est condamnée, historiquement, à la décadence et à la destruction matérielle.

Le Temps Lithique c’est là où nait l’Art alchimique : « Aide-moi et je t’aiderai. Délivre-moi et je te délivrai ». C’est pourquoi l’Alchimiste est comparable à un JARDINIER qui apprivoise des Plantes dans un JARDIN, car il y a échange réciproque entre deux matières : sujet et objet, jusqu’à mariage.

Soufre et Mercure, ou Sujet et Objet, soit NERVOS
NERFS : Énervé : priver de nerfs, donc NERF = force !
Un CROI – SEMENT :
- Ce qui réveille endort.
- Ce qui endort réveille.
Ce qui réveille endort : empêche de faire le vide pour trouver l’inspiration. (Voir le cas des drogues que donnent certains ‘médecins’ aux enfants soi-disant diagnostiqués de TDA/H). C’est-à-dire que l’état de relaxation et de concentration n’est pas présent, mais est encore moins présent avec les drogues chimiques de Big Pharma destinées à fabriquer des Zombis.
« La baguette de Mercure (HERMÈS), que l’on nomme Caducée, donne le sommeil à ceux qui veillent et tire du sommeil ceux qui dorment ». (Dans : De Ré Métallica. Livre 2, de Georgius Agricola. Cela est tiré de l’Iliade XXIV).

LITHIQUE - PIERRE
Temps lithique = Temps sacralisé.
La Pierre est une Source. Temps qui coule, Fluidité de la Pierre.
Pierre symbole de dureté : temps très très très long.
Mailles/Cellules (figures fermées) de la Pierre, sa mémoire.
Les Minéraux poussent dans le ventre de la Terre ; les Anciens les aidaient à naître.
La peur pour un être humain d’être changé en Pierre.
- Notre Terre est une grosse Pierre
- Sculpture sur Pierre (Moyen Âge, châteaux et cathédrales)
- Île de Pâques
- Menhirs
- Pierres sacrées
- Constructions antiques anti-sismiques
- Pierres du Petit Poucet de Charles Perrault
C’EST LA DIRECTION DE L’ORIGINE.
Rendre la Pierre non dure (légère et éphémère par l’Art) pour qu’elle « dure » (temps long : pierre/dure/durée elle meure très tardivement).

La Pierre ou le Métal représente le moyen d’entrer en contact avec des réalités jusque-là inconnues. (D’après Mircea Eliade).
Les Gnomes aiment se balader entre les pierres.
Plus l’Ouvrier porte attention et amour à une « chose simple », plus en retour elle donne à son Ouvrier.
CAILLOUX/CALCUL du Latin CALCULUS – CAILLOUX.
Les cailloux du Petit Poucet, du conte de Charles Perrault, pour retrouver son chemin. Donc Fidélité de la Pierre : les pierres du Petit Poucet lui permettent de marquer son chemin, la Pierre ne va pas s’envoler.
Les cailloux pour compter autrefois, d’où le mot calcul/calculer. L’Âme habite la Pierre dans les temps anciens.
L’Archée peut se cacher dans la Pierre.
La Pierre est magique. La Pierre en plus d’être elle-même est autre chose.
Dans « autrefois » le « corps » n’était pas défini comme aujourd’hui. Il pouvait être autre chose. Le mot corps pouvait prendre le sens de statue, ou prendre la forme d’une image, sans pour autant perdre sa caractéristique.
Chaleur de la Pierre : en plus de la chaleur interne : pierres pour construire un foyer, un four afin de cuisiner.
Pierre mémoire : Qu’est-ce que vous mettez dans ses mailles ?!
Mettez quelque chose dans la Pierre : une idée, un symbole (une force), mettez ce qui n’est pas visible.


Le Temps Lithique est celui des Chasseurs-Cueilleurs : ENSUITE, on commence à STOCKER, ce qui ÉLOIGNE DE L’INSTANT.

Les Sumériens (encore eux avec Babylone...) développent au temps des Chasseurs-Cueilleurs (autour de 9000 ans avant notre ère) un système de marques destiné à COMPTER. Dès que les Chasseurs-Cueilleurs optèrent pour la voie de l’Agriculture, le système de diverses formes façonnées en argile permettait de tenir le compte des moutons, des bœufs et d’autres animaux domestiques, et aussi de l’huile et des grains. Le commerce (transactions) et la VALEUR prenaient corps. Par la suite ces formes d’argile furent percées pour pouvoir être liées ensemble. Quelques temps après ils furent placées dans des sortes d’enveloppes : bullae, qui comme le lien, peuvent avoir à matérialiser une simple transaction. Schmandt-Besserat estime que les marques faites sur les bullae sont en fait la première véritable écriture. « Le contenu des bullae est indiqué sur la surface, en imprimant une marque dans de l’argile, avant de la cuire. Or si le contenu est gravé sur l’enveloppe, il n’est plus nécessaire d’y enfermer effectivement les petits symboles en argile. L’enveloppe est désormais une surface d’écriture, et la forme des symboles, lorsqu’elle est inscrite sur la surface de l’enveloppe, constitue bien un premier texte écrit. Les symboles, qui représentent les unités de marchandises, sont à l’origine des signes sumériens assumant la même fonction. Les dix-huit signes qui désignent, par exemple, le grain, les animaux et l’huile apparaissent sur les tablettes qui sont nées de ces symboles d’argile.
Étaient-elles destinées à représenter des mots ou des choses ? Le pas avait-il été franchi vers ce que nous appelons aujourd’hui une écriture ? », écrit David R. Olson, dans : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée.

Ainsi dans cette voie de l’Agriculture dont nous dépendons depuis 10.000 ans apparaissent les signes-mots. Signe représentant par exemple le mot BIÈRE : est gravé une abeille, pouvant représenter seulement une abeille, mais aussi le verne « be » (en anglais : be, être) et se prononcer comme bee (abeille) ; ce signe devient un signe-mot, un logographe, ce qui conduit au principe du RÉBUS, dont découlera la Langue des Oiseaux. Mais rien que le mot « be » peut se prononcer de façon profane : « bé » en français ; et de façon autre : be (prononciation enfantine pour la Langue des Oiseaux).
Exemple de Rébus ancien donné par James G. Février dans Histoire de l’écriture :
D’après Hérodote : message pour Darius par les Scythes :
- Un Oiseau : pour voler
- Une Souris : pour pénétrer sous terre
- Une Grenouilles : pour se réfugier dans les marais
- Cinq flèches : « Vous ne pourrez échapper à nos flèches ».
Bien-sûr, cela reste une interprétation possible, par le beau-père de Darius.

Avec l’arrivée des Sumériens que David Icke qualifie de « reptiliens », le règne du CONVENTIONNEL, de la MESURE, de la QUANTITÉ et du CONTRÔLE commença ! Ne serais-ce que la prise de conscience des nombres abstraits : « Les Sumériens, avec leur système de symboles, disposaient de symboles différents pour les moutons, les vaches, etc. Mais lorsque quatre marques de moutons sont remplacés par deux marques, l’une représentant les moutons et l’autre représentant leur nombre, cette dernière peut être lue comme un mot mis pour un entier, « quatre » : ainsi, l’invention de l’écriture syntaxique aurait amené à l’invention des nombres abstraits ! », écrit Olson. Il écrit aussi que l’écriture est un modèle pour la parole. « Elle permet que le langage soit analysé en constituants syntaxiques, dont les premiers ont été les mots. Ceux-si deviennent alors des sujets de réflexion philosophique en même temps qu’ils sont l’objet d’un effort de définition. Les mots sont devenus des choses »...


[En haut de page : Abbaye Notre-Dame d’Orval, Jardin aux Simples]
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 14-01-2013 18:49

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >