Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow +-+ Les Univers ou l’Infini -+-
+-+ Les Univers ou l’Infini -+- Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-02-2013 01:32

Pages vues : 4464    

Favoris : 24

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Infini, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
 
 
+-+ Les Univers ou l’Infini -+-

Il doit bien y avoir des Univers
dans tous les sens, et pas seulement
dans la représentation par
une ligne droite. Et chaque Univers
doit peut-être influencer
l’univers voisin.
Le gouffre sans fond de la simplicité : “ le nul part et partout ”, proche de “ présent partout à chaque instant ”.
 
 
Cercle : le WOU KI en Chine (le sans commencement).
Une autre petite idée de l’INFINI : 10(10 100) ou 10 élevé à la puissance 10(100) (dans Histoire universelle des chiffres, de Georges Ifrah, tome 2, page 68)
 
INFINI.
C’est le NON FINI, ou le UN FINI (le UN qui ne peut jamais être deux, l’UN qui ne peut jamais être coupé en deux). C’est le SOI.

Notre Univers n’est que la résultante de l’Univers précédent encore dans l’Âge d’Or, là où l’Alchimie s’est véritablement développée, tellement développée qu’elle en a fait exploser son Univers presque totalement, le « petit bout » qui restait donna notre Univers présent. Le moment autour de cette explosion de l’Univers précédent est souvent appelée : Tohu-Bohu, ou Chaos Primitif, ou Eau Primordiale. Donc « Dieu » n’est pour rien la-dedans ! Évidemment dans l’Univers précédent il n’y avait pas de corps ou vaisseaux comme nous en avons maintenant ! Le drame de nombre d’Alchimistes fut d’essayer de se mettre à l’extérieur de l’Univers, se rendre à l’extérieur pour l’observer : résultat : il explosa ! Ainsi c’était renoncer à la « Gloire de Dieu » pour la gloire du monde ou se prosterner devant son Prince démocratique, ce monde présent où tout est devenu faux depuis longtemps où l’on prend des sommets pour des abîmes et des abîmes pour des sommets.
Les imprudents Alchimistes voulant voir et se rendre à l’extérieur DES Univers provoquèrent une sorte de court-circuit à l’échelle de leur Univers, car étant eux-mêmes la perfection et le résumé d’une certaine quantité d’Univers, il leurs était impossible de se poser comme sujet étudiant d’un « objet » (les Univers) qui leurs étaient extérieurs. C’était « géométriquement » impossible, c’était tenter le Diable ou renverser le rôle entre essences et accidents du monde temporel naissant.

VOIR l’extérieur de l’Univers, et donc s’y rendre, est symbolisé par L’ŒIL : L’ŒIL unique, sans paupière symbole de l’Essence de la Connaissance divine, de nos jours inscrite dans un triangle, de ce fait reprit par la franc-maçonnerie actuelle et la chrétienté. On parle du Troisième Œil, de l’Œil du Cyclope mais en inverse de l’Œil symbole essence de la Connaissance. L’ŒIL unique symbolise le Point Focal, l’Aleph, Agni (igné et inné. Agni, le dieu du feu dans le Véda (Connaissance révélée, textes sacrés de l’hindouisme) ; le plus ancien et le plus vénéré des dieux de l’Inde. On retrouve d’ailleurs notre Cyclope dépourvu de raison ou irrationnel dans Agnola, ou agnoia, ou annoia, âme animale). L’Œil d’Horus, l’Œil Oudjat égyptien représentent l’Œil qui voit tout, comme la vision du Faucon. Le Dieu Rê était doté d'un œil brûlant, symbole de la nature ignée (le Feu de Nature ou latent en toute chose).
Pour l’actuelle franc-maçonnerie l’œil au plan physique est le Soleil (lumière des sept Couleurs) ; sur le plan intermédiaire ou astral, il est le Verbe, le Logos, le Principe de la Manifestation, sur le plan spirituel certains le nomme GADLU ou Grand Architecte De L’Univers (d’après le franc-maçon Jules Boucher).

L’Œil Agni ou inné igné est le regard embrassant le Cosmos, mais aussi la Stargate pour SORTIR DU COSMOS. Qui dit œil dit LUMIÈRE, et donc les sept Couleurs de l’Arc-en-Ciel et la formation de l’Instant : le Blanc (mélange des sept Couleurs). Les Alchimistes réussirent à sortir de l’Univers mais leur Stargate explosa entrainant la destruction de leur Univers, suite à une spiritualité absolue et pure, mais trop brutal, combinée avec les plans de sortie, non seulement de leur Univers, MAIS DE TOUS LES AUTRES UNIVERS, chose éternellement impossible puisque seul Dieu peut faire une chose pareille. On ne peut utiliser la Stargate que pour voyager dans NOTRE Univers, et dans une quantité d’autres, mais JAMAIS sortir de cette quantité indéfinissable d’Univers.
Vouloir SORTIR DU COSMOS ça veut dire voir le Tout et le plus que le total des parties ou des Univers. Or le Tout est autre chose et plus que les Univers ou parties. Jean Coulonval dans son livre : Synthèse et Temps Nouveaux écrit que la Trinité est pure CONTEMPLATION : donc voir uniquement, mais pas ALLER (ni FAIRE...). Aller et Faire c’est mettre des mots/maux et donc TUER. Aller et Faire sont du domaine mental.
Les âmes de l’Univers précédant avaient exactement le même besoin que nous : le besoin naturel et incoercible de trouver à l’existant un centre immuable qui ne peut se situer au-delà de l’espace et du temps... Certains voulurent faire plus...

Vouloir sortir de l’Univers pour l’observer s’était VOULOIR, donc POUVOIR, et par la même échapper à Dieu qui voit tout, il est le seul a avoir LA TRANPARENCE ABSOLUE. En défiant Dieu pour échapper à son regard, en essayant, et en réussissant à observer l’Univers un bref Instant, les âmes des apprentis Alchimistes firent exploser leur Univers et le peu qu’il en resta format notre Univers actuel et le fondement de nos âmes ou PRÉ-MATIÈRE. Les autres Univers existent bien-sûr toujours intacte. Mais TOUTES les âmes de l’Univers précédant qui explosa se retrouvent dans notre Univers actuel : Rien de Nouveau sous le Soleil ; et le monde a été créé en nombre, poids et mesure, et c’est vrai pour l’éternité.

CYCLOPE :
un seul œil au front. Le Cyclope est maître du tonnerre, de la forge, de la foudre et de l’éclair. Il est une force brusque et brutal, volcanique, force obscure et passionnelle où ne règne par l’Esprit et qui ne peut conduire qu’à la destruction. Le Cyclope est l’anti-Maât puisque anti-ordre, il est IMPAIRE (on dit bien commettre un impaire). Le Cyclope est le contraire du sacré (un sacré gauche, comme il y a une magie de la main gauche ou magie noire).

Donc comme dans notre Univers nous avons hérité des âmes des habitants de l’Univers précédant, nous avons en nous la possibilité évidente de réaliser le Soi ou de découvrir notre véritable origine de spiritualité absolue. Les précédentes âmes étaient tellement élevées en pureté spirituelle qu’elles ne prirent pas garde et en prirent « plein la gueule » quand surgit brutalement la lumière absolue de la Vraie Connaissance. La douleur fut également absolu ce qui contribua à accentuer l’explosion de leur Univers.

Si les âmes du précédent Univers avaient une spiritualité absolue, leurs descendants, nous, ont une matérialité en passe de devenir absolue ! Nous n’avons pas encore fait éclater notre Univers, nous avons juste réussit à faire de la Terre l’Enfer et son désir de banalités, de futilités ! C’est déjà pas si mal, le Diable doit se frotter les pattes ! C’est-à-dire que beaucoup d’âme sont, presque, mortes, puisqu’elle rendent la vie sur Terre : infernale. « L’Enfer est la vie sur terre sous le règne de la banalisation collective » écrit justement Paul Diel dans : Le symbolisme dans la Bible. Les âmes ont oublié le « Royaume des Cieux est en nous », les Cieux s’entendent DES Univers, et par conséquence du Soi, ou Dieu, ou Instant.

S’éloigner de l’Instant, du Soi, c’est prendre le « comme si » pour la réalité ; c’est prendre l’Après-Vie comme une image métaphysique de « Dieu Créateur », on s’éloigne encore de l’ici et maintenant. L’Après-Vie ne peut qu’être « vécue », c’est un état et non une « région ».

Maintenant, si les Chasseurs-Cueilleurs au lieu de choisir la voie de l’Agriculture avaient choisit la voie de l’Horticulture, il était impossible que le PAIN fut un symbole de la vie ou nourriture à la fois spirituelle (la levée du levain) et énergétique ! Il y aurait autre chose... Donc pas d’hostie ni de pain azyme. Pas de symbolique de vie active (travail aux champs à la sueur du front, ordre quantitatif) ; ni de symbolique de vie contemplative (travail de la vigne et du vin, ordre qualitatif).

Selon Paul Diel, difficulté de Jésus, personnage angoissée, pour réaliser le Soi : plainte sur la Croix : « Pourquoi m’as-tu abandonné ? », il se sent abandonné par sa propre énergie. Et au moment du passage par le Point Focal, Jésus le franchi en winner en s’adressant non à son vaisseau ou corps, mais à son Soi : « Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ! » Jésus était en route vers l’Infinie ou éternité à travers la Stargate en ayant le Père en lui. Jésus devenait le « Vaisseau du Père ». Dans la Taoicité en Chine, les Bienheureux chevauchant le Dragon sont du même thème que la réalisation du Soi de Jésus.

Les religions monothéistes sont toutes de l’ordre du BINAIRE : bien et mal, Dieu et le Diable, élévation et chute ou évolution et involution, etc., la liste est indéfinissable.

Un meilleur résumé que la syntaxe confuse et compliquée de Paul Diel :
« Tout le monde confond la conscience mentale avec la conscience du Soi. En sommeil profond, il n’y a pas de mental ; mais personne ne nie sa propre existence dans le sommeil. Même un enfant dit au réveil « J’ai bien dormi » et ne nie pas son existence durant son sommeil. Lorsque le ‘je’ surgit, le mental se tourne vers l’extérieur par les cinq sen et perçoit les objets. On appelle cela la perception directe. Quand on demande aux gens s’ils perçoivent directement le ‘je’, ils sont troublés parce que le ‘je’ ne se présente pas à leurs yeux comme un objet ; seule la perception par les sens est reconnue par eux comme un facteur de connaissance [fondement de l’opinion : le vécue dans le spatio-temporel]. Cette habitude est très forte en eux [surtout en France depuis la Renaissance]. Une strophe dans le Thevâram dit ‘O dévots qui êtes tant désireux de vous libérer de la souffrance, ne vous préoccupez pas des raisonnements et des exemples ! Notre lumière brille toujours au plus profond de nous-mêmes ! Avec un mental limpide, vivez en Dieu’.
C’est la perception directe (pratyaksha). Les gens vont-ils l’admettre ? Ils veulent que Dieu apparaisse devant eux, tel un être resplendissant monté sur un taureau. Une telle vision, une fois née, doit aussi prendre fin. Elle est donc passagère. Le Thevâram parle de l’Être éternel dont on fait l’expérience continûment. Ces hymnes nous mènent directement à la Réalité ».
(Ramana Maharshi, entretien 512, du 11 septembre 1938).
 
 

Dernière mise à jour : 17-02-2013 02:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >