Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Dé-lier détacher libérer
Dé-lier détacher libérer Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-03-2013 02:04

Pages vues : 3479    

Favoris : 424

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
statue_libertefm.jpg
 
 
Dé-lier détacher libérer
Absolu et Absoudre
Même thème et sens


« Nous acceptons mal de n’être QUE des créatures. Nous voulons toujours un peu nous créer nous-mêmes ».
(Gustave Thibon, Notre regard qui manque à la lumière)
 
 
 
Si les francs-maçons veulent se libérer en communauté, dans leurs Églises, c’est leur problème, parce que la libération passe par chaque personne, dans aucune chapelle. La libération passe dans le monde entier, c’est ça le vrai mondialisme. On ne peut pas accuser des sociétés ou des formes de guérison tel que par exemple l’Homéopathe travaillant avec la radiesthésie, de secte, et donc de manipulation, quand à côté c’est toute la démocratie et son pouvoir qui repose sur le principe de la manipulation afin d’avoir du consentement (surtout aux élections) ; à cela s’ajoute la société de consommation avec la manipulation du business à travers la publicité et les médias. Tout est devenu FAUX, tout est devenu prétexte à MANIPULATION, à RÉCUPÉRATION. Ce monde est rongé par le cancer du POUVOIR qui se fout totalement de la santé physique et mentale des uns et des autres, sauf pour en faire des consommateurs. À cela on peut ajouter cette forme d’Inquisition française nommé Miviludes (suspicion du spirituel ou être contre la religion de la laïcité maçonnique).
 
Absolu et Absoudre : Solve et Coagule ou Principe de l’Alchimie. Dans Absolu et Absoudre il y a SOLVE et SOUDRE. Ces deux mots parlent de DISSOLUTION, de RÉDUCTION EN LIQUIDE, en EAU ou ESPRIT ; et AB indique AVEC. Absolu et Absoudre c’est liquéfier, faire la SOLUTION, réaliser le SOI : fusion sujet-objet, l’être réalisé est libéré puisqu’il n’est plus lié à rien, il est le Soi, il est Tout en compagnie de Dieu. Le Soi, Dieu ou l’Instant réalisé nous délivre du sujet-objet ou liens qui sont la rançon de nos limites et liens qui sont béquilles de notre faiblesse pour les remplacer par le Soi ou Instant ou éternité : Vinculum perfectionis (lien de la perfection) de l’Apôtre ; Unum necessarium (Unité nécessaire) de l’Évangile.

ABSOLDRE, ANSOLT : absoudre, absous.
ABSOLTÉ : absolution.
ABSOLU : absous, décisif.
ABSOLUTEMENT : absolument.
ABSOLUTION : indulgence, pardon.
ABSOLUTOIRE : qui absout.
ABSORBIR : absorber, engloutir.
ABSTINER : abstenir.
L’Absolu est effectivement le mondialisme, mais PAR CHACUN DE NOUS, et jamais « en gros », puisque alors ça nécessite nécessairement une synarchie. Chacun de nous se connaît : SAGESSE : Cela je suis (ça-je-être), qui est la Connaissance de Soi, mais pas la réalisation du Soi, ce n’est que le départ. Sagesse est le contraire du mondialisme où l’individu est réduit à une marchandise, un numéro de l’univers numérique de l’extrême dangerosité du courant électrique dynamique (monde de « l’électromagnétisme »).

PENSÉE UNIQUE est déjà un non-sens... une horreur... du mondialisme ou Nouvel Ordre qui rêve de se vouloir mondial. C’est un non-sens puisque toute pensée procède de la dualité sujet-objet ; et qu’il n’y a pas pire ennemi que le mental. Mais le « lancement » du mot « raison » au siècle dit des « lumières » résume parfaitement ce Plan de mondialisme et de sa religion unique, car il s’agit bien de cela en premier. Il s’agit de robotiser l’individu. Tous les empires rêvent d’imposer leur dictature idéologique et matérielle à leur peuple. Les pires dirigeants de ces empires sont cooptés par héréditaire, on parle alors de POSSESSION comme s’il s’agissait de posséder une brosse à dents personnelle par souci d’hygiène !
Un exemple d’empire fut Rome, l’exemple actuel est l’empire anglo-américain et son eyes candy nomme « paix », le Graal du mondialisme, la mort.
Deux mots clé de la pensée unique : « communauté internationale » (pour dire le monde), et « terroriste » (terme qui remplace le mot « brigand », attribué aux Vendéens se révoltant contre les républicains de 1789).

Des points clés de cette « pensée unique » nous sont tombés sur la gueule après 1789 : Napoléon 1er, Napoléon 3, la troisième république maçonnique française, la première guerre mondiale et la révolution russe de 1917 pour détruire l’empire du Tsar et installer celui des Anglo-Saxons, jouxté à cela la création de la banque privée Federal Reserve, création de la Sociétés des Nations (ONU) et sa fabrique de « paix » ou liquidation des États gênants (qui ne pense pas comme eux), seconde guerre mondiale, Israël, etc.

Depuis un moment déjà trois voies s’offrent à nous, dont deux n’ont pas d’issue :
- Mourir de faim et de désespoir, comme nous y invitent le « libéralisme » façon existentialisme athée et la littérature noire.
- Devenir un mouton du troupeau en cédant aux appels du Petit-Père-des-peuples. Solution du Confort. Nous sommes à l’ère de tous les moyens de ne pas mourir, religion de l’homme oblige : médecine, confort du modernisme, assurances sur presque tout, plaisirs et distractions nommés « culture », ce qui permet d’éviter la Réalisation du Soi. Le mouton du troupeau veut échapper à la mort en oubliant la vraie vie.
- Retrouver le Soi qui est éternellement là en chacun de nous et retrouver la Vraie Liberté, donc l’abandon du dualisme sujet-objet.

L’infinie, le Soi, ou même l’Alchimie (Al-Chimère) c’est encore :
« Rien ne donne autant l’illusion de l’infini que les fumées [foc, focal, focarius, focus, foyer, feu] de l’imagination : les limites s’effacent dans la brume du rêve comme dans la lumière de la révélation », d’après G. Thibon et aussi définition du SYMBOLE.

La réalisation du Soi par chacun de nous c’est selon la Loi des Croisements : « La sagesse inférieure se mesure au nombre de questions qu’elle résout ; la sagesse supérieure au nombre de questions qu’elle supprime ». (G. Thibon)

À l’attention des francs-maçons, surtout ceux rongés par le pouvoir :
Aux vues de la morale teintant depuis la source cachée des Loges notre civilisation occidentale, il devrait y avoir le « Royaume de Dieu sur Terre », ce qui n’est pas le cas ; or non seulement il ne convient pas de dire aux autres tout ce que l’on sait (chacun étant libre de garder ce qu’il a de plus précieux au fond de lui), mais tant que le mental n’est pas libéré, il est bon de ne pas trop se répéter ce secret à soi-même : rares sont les humains dont l’âme est capable de vivre sans rechuter dans leur mental. Sii cette franc-maçonnerie rongée de pouvoir rayonnait la Vraie Liberté, naturellement tout le monde en profiterait.

L’Absolu, la Vraie Liberté sont la seule Réalité. C’est comme Saint Nicolas, où un des Rois Mages devant apporter un couteux cadeau à un enfant exigeant. Si ses parents en sont aux indemnités chômages, le Graal demandé par leur enfant sera réduit du nécessaire au superflu. Et un peu plus tard le pauvre gosse apprendra que les Rois Mages ne prennent pas le train pour apporter le Saint Graal. Le Merveilleux n’est-il pas pourtant plus réel que la « réalité » qu’on voit et qu’on touche, et qui est déjà hors de l’Instant ? Les légendes où baigne l’inventivité des enfants ne sont fausse que matériellement ; sur le plan du Soi, de l’Instant, elles sont vraies comme certains rêves comme ce n’est pas possible, et à en pleurer. Bien-sûr les Rois Mages où Saint Nicolas n’apporterait rien si les parents ne croyaient pas un peu à ces légendes. « On ne devrait enlever aux enfants la foi aux légendes qu’en leur montrant en même temps la réalité supérieure dont ces légendes sont la traduction symbolique. Sinon, on stérilise et on rétrécit leurs âmes, on fait tomber les ailes avec les illusions. Le Merveilleux doit être un pont vers le spirituel » (réf. d’après G. Thibon). Mais un Merveilleux qui se travaille, car il peut aussi être destructeur.

Sapiunt alieno ex ore petuntque res ex auditis potius quam sensibus ipsis. (Lucrèce, V.) résume bien l’éloignement de l’Instant.

Quel est le sens de la vie ? On peut le découvrir dans la solitude la plus angoissante et déprimante comme on peut l’ignorer après avoir vécue toutes les expériences possibles. « Si la connaissance issue des actes matériel faisait tout, une prostituée en saurait plus long sur l’amour qu’Héloïse ou Julie de Lespinasse », écrit G. Thibon.

ABSOLU et LIBERTÉ = VIDE, NON OCCUPÉ, VIDE COMME UN COMPTE EN BANQUE.
« Que peuvent les lois, où l’argent est seul maître, et où la pauvreté ne peut avoir raison ? Ceux qui vont chargés de la méchante besace, plus d’une fois, ils vendent la Vérité », écrit l’auteur du Satyricon.
Vendre la Vérité c’est de la simonie au mieux, un crime au pire.

Selon la Loi des Croisements si l’on n’y prend pas garde on peut aboutir à cette forme d’antinomie telle qu’en donne un exemple Gustave Thibon : « Tant que je suis célibataire, je suis riche de toutes les femmes possibles [ou les hommes, avec le ‘mariage gay’], mais pauvre de toutes les femmes [ou les hommes] réels ; une fois marié, je suis riche d’une femme [ou d’un homme] réel, mais la plénitude que m’apporte l’objet élu trouve ses limites dans cet objet même, et je suis pauvre de toutes les autres femmes [ou hommes] possibles ». Thibon s’empresse de préciser qu’il s’agit de l’absurdité de la « religion de la disponibilité » enseignée par André Gide : « Aimer une femme, c’est se priver de l’immensité de toutes les autres », surtout que Gide était homosexuel. Bref, c’est de la prison tout simplement. On « use » pas de la liberté, on la vit, sinon la prison du mental se referme.

La morale vendu par la judéo-franc-maçonnerie est du même thème que le protestantisme : un moralisme hypertrophié et un refus de la beauté, du noble. Beauté, noble peut être synonyme de Vérité, de Liberté, certainement pas la morale ou l’esthétisme proche de l’opinion. Le Beau est contemplatif, le laid fait détourner le regard. Le beau est dans l’Instant, en dehors il est déjà fané.

L’utilitaire ou matérialisme tue le sacré. Exploiter ou utiliser c’est posséder, et ça tue le sacré. Une prostituée n’est pas sacrée, elle est un outil sexuel, un besoin comme le besoin de manger un morceau pour se remplir l’estomac sous peine de défaillir. La prostituée fait partie du SERVICE... avec tarif à façon.
Plaisir de bouche ou plaisir du mental = le corps. Bien-sûr pour un innocent une prostituée sera une Sainte. Les frontières entre le sacré et le profane sont plutôt dans le niveau de pureté de notre mental. Dans l’Âge d’Or tout était sacré ; dans notre monde actuel depuis 1789 tout est devenu profane, laïque, car tout est matière à plaisir et à profit, c’est ça le « Royaume du Dieu sur Terre ».
RAPPEL : le sacré est ambivalent, ce qui a fait bien-sûr écrire à Voltaire à propos du divin : « écrasons l’infâme... ». Oui, écrasons Voltaire comme une merde sous le talon.

Le travail du pauvre fait jaillir une source. La fortune du riche est une citerne alimenté par la source du pauvre, mais une citerne ça se perce et c’est une prison. Notre courant électrique dynamique actuelle (220 Volts 50 Hz) est une citerne ; l’électricité statique est pauvre mais est une source. Et comme l’électricité dynamique est dangereuse, et rien du tout face au magnétisme solaire, l’argent du profit gagné sur la sueur des pauvres est le Graal du Diable qui procure tout, mais frappe de mort tout ce qu’il touche ; le liquide de ce Graal ne rafraîchira jamais aucune fleur.

Notre monde actuel des MARCHANDS (du temple) ; ces MARCESCHE, MARCHAINE ou menus grains qu’on sème au mois de mars (dans les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture) ; ces MARCHAGE ou droit de pâture sur les terrains qui confinent à deux différents territoires ; ces MARCHANGE ou droit que les seigneurs avaient de prendre les céréales pour leurs chevaux ; ces MARCHAND ou coquins, fripon, voleur ; et on continue avec MARCHANDER : commercer, faire la marchandise, conclure un marché, une convention. (Réf. Glossaire de Du Cange)
Et oui, le mot marchand est synonyme de FRIPON ! car le business est construit sur le VOL. On marchande même l’amour après 10.000 ans de voie de l’Agriculture : « L’amour prête son nom à une infinité de commerces où il n’a pas plus de part que le Doge à ce qui se fait dans Venise » écrivait La Rochefoucauld, cité par G. Thibon.
La vrai sens du mot Amour est : privation de mort : du A privatif et mort (mour), donc réaliser le Soi Instant ou « pèlerinage aux sources ». Sinon l’amour terrestre reste presque toujours un « échange » comme on troc des marchandises ! On étale ces échanges dans le monde des accidents ou monde 3D. C’est la CONQUESTE entre le séducteur et la coquette : la queste. Tout le monde sait que le commerce du cul, de la drogue et des armes est la première économie de ce monde actuel du Diable. Le commerce, la finance, ce sont des guerres permanentes ; les échanges et les violences ne dépassent jamais le domaine de l’AVOIR, de la possession diabolique.
Si l’amour est un commerce, fuir en courant le plus loin possible !
Aussi : étreindre une femme ou éteindre une femme, ou un homme ?? L’éteindre par son appropriation (posséder une femme : « MA femme », ma voiture, ma télé, mon cul, comme dessinait le génial Chaval).

Étreindre-éteindre : la chair essaye vainement la preuve de l’âme. Dans l’Instant, aucun besoin de preuve, comme la Foi ou la Vérité n’a point besoin d’être défendue : elle EST. Comme l’écrit Gustave Thibon, l’union des corps peut être un symbole et un témoignage, mais jamais une nécessité et encore moins une preuve. Par ce qu’il y a toujours la dualité sujet-objet : la fusion totale est impossible, on reste toujours séparé de ce qu’on contemple, et encore plus de ce qu’on possède !
Étreindre-éteindre possède le même sens de : saisir, serrer, écraser, souffler, tenailler, fermer, étouffer, annuler.
 
 

Dernière mise à jour : 07-03-2013 02:41

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >