Accueil arrow Spécial Russie arrow Russie arrow Goulag Capitalo-Socialiste
Goulag Capitalo-Socialiste Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-05-2013 00:41

Pages vues : 4656    

Favoris : 490

Publié dans : Nouvelles Spéciales, Russie

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Goulag Capitalo-Socialiste
Le Pouvoir du Chat (d’achat)
ou Bois blanc et Bois d’ébène : les Goys
 
 
Le JEANS symbole et uniforme du mondialisme et de la même soupe pour tous : DILUER, ARASER : UNE SEULE TÊTE : TOUS HOMOS, TOUS ANDROGYNE. TOUS RAVE PARTY ou exaltation du mental, ENSEMBLE en mode Hippie. Plutôt ensemble en mode socialiste yahviste du monothéisme Saint Fric.

Première partie : Mondialisme ou capitalo-socialisme

Il n’est plus un secret comme en 1917 que le capitalisme américain ne pouvait que s’allier avec le socialisme des Bolcheviks, alors que ce même capitalisme ne jure que par la « libre entreprise ». Tout cela ne peut que conduire au Goulag Capitalo-Socialiste : voir la tournure que prend en France ce qu’on nomme encore « la Droite et la Gauche », et la sauce mondiale Big Brother en train de prendre consistance.
 
Opinion, opinion, opinion quand tu nous baise, parce que depuis au moins 2000 ans le monde en crève :
Exode 19, 3 : Promesse de l’Alliance : « Moïse alors monta vers Dieu [sic]. Yahvé l’appela de la montagne et lui dit : « Tu parleras ainsi à la maison de Jacob, tu déclareras aux Israélites : ‘Vous avez vu vous-mêmes ce que j’ai fais aux Égyptiens, et comment je vous ai emporté sur des ailes d’aigles et amené vers moi [sic]. Maintenant, si vous écoutez ma voix et gardez mon alliance [monothéisme], je vous tiendrai pour mon bien propre parmi tous les peuples, car toute la Terre est à moi. [C’est dingue ! Et ça peut expliquer le phénomène des BANQUES détenues en majorité par les Yahvistes. Yahvé ACHÈTE son peuple, donc ce n’est pas un Dieu mais seulement une OPINION. Une OPINION et une confusion manipulatrice visant à convertir le monde au Dieu des Yahvistes].
Je vous tiendrai pour un royaume de prêtres [rabbins], une nation sainte [confusion entre religion et nation]. Voilà les paroles que tu diras aux Israélites’. Moïse alla et convoqua les anciens du peuple [confusion] et leur exposa tout ce que Yahvé lui avait ordonné [sic], et le peuple entier, d’un commun accord, répondit : ‘Tout ce que Yahvé  dit, nous le ferons’. Moïse rapporta à Yahvé les paroles du peuple ».
On voit donc apparaître ici la division « peuple élu » et Goys.
 

La révolution russe de 1917 comme celle de 1789 en France ont a voir avec cet Ancien Testament, et comme le dit justement Pierre Hillard dans sa dernière conférence du 17 avril 2013, LA SITUATION ACTUELLE EST BIBLIQUE, ET NON POLITIQUE, (ou politique tout court si on mélange pouvoir politique et spirituel). Et l’annexe 2 du livre d’Antony C. Sutton : Wall Street et la révolution bolchevique, intitulée : « La théorie du complot juif de la Révolution bolchevique » est bien légère quand elle prétend : « Il n’existe aucune preuve concrète que des Juifs prirent part à la Révolution bolchevique parce qu’ils étaient juifs ». Sutton avance divers arguments comme la proportion de Juifs prenant part à la révolution qui était plus nombreux que les non-Juifs, mais que les Juifs « avaient une excuse » de tuer car ils étaient persécutés par la Russie tsariste, à cela il devait y avoir une raison... L’argument de Sutton est vraiment léger, surtout en avançant que leur non-participation à cette révolution eut été étonnante !!! Bien-sûr après la fièvre bolchevique retombée, le stalinisme fit des ravages chez les Juifs, notamment pendant les purges staliniennes. Pour les banques juives, Sutton avance que les Juifs jouèrent un « rôle secondaire » dans le soutien apporté aux Bolcheviks, alors que les banquiers new-yorkais Goys comme J.P. Morgan, William Boyce Thompson, Thomas Lamont, Charles R. Crane, et l’inévitable smala des Protestants que sont les Rockefeller, tous jouèrent le rôle de stars dans la révolution de 1917. Sutton ne parle pas de religion et encore moins de sectes ou de franc-maçonnerie, pourtant forces intellectuelles de premiers plan qui inévitablement se retrouvent en réseaux avec le « nerf de la guerre » : le Saint Fric ; tout est lié, et Sutton est totalement dépassé par l’aspect biblique du mondialisme yahviste, qui notamment dégomma l’Orthodoxie russe plus que millénaire : destruction de la famille du Tsar, comme les républicains de 1789 assassinèrent non seulement le roi Louis 16, son fils et sa femme, mais détruisirent les tombes de rois comme pour effacer le passé en un orgueil épouvantablement monstrueux ou diabolique, et jusqu’à instaurer un calendrier républicain singeant l’an zéro de l’ère chrétienne. Tout ceci reflète nécessairement le CRIME RELIGIEUX, la politique est secondaire. Il s’agit de la religion de la laïcité ou matérialiste, celle du « Royaume de Dieu (des Yahvistes) sur Terre », et 1917 n’échappe pas à la règle : il s’agit bien d’une révolution voulu par les Yahvistes, n’en déplaise à Sutton ; une révolution mâtinée de satanisme où comme maintenant TOUT EST INVERSÉE : ce sont les accidents qui engendrent les essences !!!

Enfin, Antony C. Sutton se garde bien d’écrire dans son livre que cette révolution russe de 1917 a été voulu et planifié par les Yahvistes !!! Car qui détient le pouvoir financier dans ce monde, hier comme aujourd’hui ?? Sutton se garde bien de parler de la GÉOMÉTRIE MENTALE de ces gens là : Yahvistes ou Goys, C’EST LA MÊME GÉOMÉTRIE DU MONDIALISME, comme on retrouve cette géométrie dans l’Inquisition, qu’elle soit du passé, ou celle de Staline ou celle de Guantanamo de l’après 11 septembre 2001. Et bien-sûr le yahvisme entre, au combien, en ligne de compte !
Voir aussi la définition du mondialisme donnée par Pierre Hillard, à savoir : la même soupe pour tous ou métissage forcé genre fabrication d’un nom comme « Moustafa Meunier ».



Wall Street intervint pour la remise en liberté du terroriste Trotsky retenu au Canada ; Wall Street détourna la mission de la Croix Rouge américaine en Russie ; les dirigeants de la banque du groupe de J.P. Morgan aidèrent à l’acheminement illégale de l’Or bolchevik vers les États-Unis ; enfin, comme aujourd’hui, les grandes entreprises se frottent les mains et passent des accords pour capter l’énorme marché russe (de nos jours en Irak, Libye, etc.), cela 15 ans avant la reconnaissance officielle du gouvernement soviétique par les États-Unis.



Trotsky au Canada.

« Ce sont des socialistes russes partant avec objectif déclencher révolution contre gouvernement russe actuel, et pour laquelle Trotsky serait porteur de 10.000 dollars souscrits par des socialistes et des allemands », câble daté du 27 mars 1917 à l’officier du contrôle naval à Halifax, où Trotsky et ses amis terroristes se trouvent sur le paquebot S.S. Kristianiafjord.

Trotsky est débarqué au Canada par le capitaine Makins. Un certain Docteur Robert Miller Coulter accordait un grand intérêt à la libération de Trotsky. Coulter était franc-maçon et Odd fellows (réseaux d’entraide mutuelle, surtout financière en cas de problèmes de santé et de difficultés sociales). Il fut aussi vice-ministre des Postes du Canada en 1897. Son Grand Œuvre fut d’être délégué en 1908 pour le projet « All Red » : amorce du mondialisme totalement anglo-saxon utilisant le réseau de l’époque : bateaux à vapeur ; l’objet de All Red était de protéger les communications entre l’Angleterre et le reste de l’Europe par une ligne « sécurisée », d’abord par bateaux, puis à partir de 1880 par un câble télégraphique faisant le tour du monde en passant par l’Irlande et l’Angleterre, le Canada, l’Australie, le Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud. Dès les années 1920 le réseau sera fait avec liaisons aéropostales. Le pendant moderne de All Red est Echelon, qui regroupe nombre de mêmes pays. Nous sommes toujours dans l’empire anglo-saxon.

En 1918 un colonel canadien, MacLean écrivit dans son propre magazine un article avec pour titre « Pourquoi avons-nous laissé partir Trotsky ? Comment le Canada a laissé passer une occasion d’abréger la guerre »...
Donc Trotsky bénéficia des Allemands de 10.000 dollars pour aider à sa révolution. Un document américain déclassé dit ceci : « 9 mars 1918, pour le Consul des USA : pour votre information confidentielle et à votre attention diligente : voici la substance du message du 12 janvier de von Schanz de la German Imperial Bank à Trotsky, je cite : Donnez accord à la banque impérial pour affectation de 5 millions de roubles des crédits de l’état-major pour envoyer assistant commissaire naval principal Kudrichov en Extrême-Orient ».

Résumé sur Trotsky : il voyage de New York à Petrograd avec un passeport délivré grâce au Président Woodrow Wilson avec intention de booster la révolution de 1917. Trotsky fut libéré au Canada par ordre du gouvernement britannique (peut-être à cause de pressions). Le socialiste américain Lincoln Steffens joua un rôle de liaison entre Wilson et le financier Charles R. Crane, et entre Crane et Trotsky. Se rappeler que Trotsky était un adepte du double-jeu ! La documentation officielle révèle clairement des actions incohérentes.
Bref, Trotsky veut le beurre et l’argent du beurre, mais il crache sur ces bourgeois d’Américains qui sont incompatibles avec le futur régime des Soviets. Ainsi Trotsky parvient à obtenir le soutient des capitalistes internationaux, lesquels apportaient aussi leur soutient à Mussolini et à Hitler ; Thomas Lamont du groupe J.P. Morgan fut un des premiers soutiens déclarés de Mussolini !

Il y a bien une réelle collusion entre les capitalistes de différents pays avec les socialistes, fascistes compris. Les financiers n’ayant aucune conscience jouent sur tous les tableaux des conflits mondiaux pour que cela leur rapporte un maximum ; aussi on peut se demander à quoi leur sert tout leur argent ? À se faire construire un vaisseau spatial pour aller sur une autre planète habitable quand ils auront tout détruit sur Terre ?
Il existe un seul lien connu de Trotsky avec le finance internationale : son cousin Abram Givatovzo (Zhivotovski), qui était banquier de gestion privée, à Kiev, avant la révolution de 1917, et à Stockhlom après la révolution. Ce Givatovzo jouait double jeu : contre les Bolcheviks, et opérations financières sur le marché des changes en 1918 pour le compte des soviétiques.

Quand Trotsky sera obligé de s’exiler, sa condamnation lui collera l’affirmation suivante : « Il n’y a pas un seul homme au monde qui ait amené sur le peuple autant de souffrances et de malheur que Trotsky » (Rapport sur les poursuites judiciaires en 1938).

L’Allemagne de 1917 a donc une bonne part dans la bonne marche de la révolution de 1917 :
« Ce n’est qu’à parti du moment où ils reçurent de nous un soutien financier régulier par de nombreux canaux et sous de nombreuses appellations que les Bolcheviks furent en mesure de créer leur principal organe de communication : la Pravda, lequel leur permit de conduire une campagne de propagande vigoureuse et d’étendre de manière appréciable la base, jusque-là très étroite, de leur parti » (Von Kühlmann, ministre des affaires étrangères, au Kaiser, le 3 décembre 1917).

En avril 1917 les terroristes « en bande organisée » comme on dit de nos jours : Lénine et une trentaine de terroristes  prennent le train en Suisse pour traverser l’Europe, l’Allemagne jusqu’en Suède, pour enfin arriver à Petrograd en Russie. Leur passage en Allemagne fut facilité et autorisé par l’état-major allemand. Lénine faisait la partie d’un plan destiné à favoriser le désintégration de l’armée russe pour que la Russie se retire de la première guerre mondiale.
L’Allemagne d’alors s’en mord les doigts : « jamais nous n’avions imaginé les dangers que représentaient pour l’humanité les conséquences de ce voyage des Bolcheviks vers la Russie ». (Général Max Hoffman). Précision : il paraît que l’empereur Guillaume 2 n’était pas au courant du mouvement révolutionnaire avant que Lénine ne fût en Russie ! Ce qui semble ahurissant !

Responsables du transfert de Lénine vers la Russie :

- Décision finale : Theobald von Bethmann Hollweg (Chancelier), famille de banquiers au 18è siècle.
- Intermédiaire 1 : Arthur Zimmermann (Ministre des Affaires Étrangères).
- Intermédiaire 2 : Brockdorff-Rantzau (Ministre plénipotentiaire à Copenhague).
- Intermédiaire 3 : Alexander Israel Helphand (dit Parvus), Yahviste et théoricien marxiste, terroriste russe et agent présumé des services secrets allemands. Il soumis l’idée aux Allemands de soutenir les Bolcheviks pour détruire la Russie et placer Lénine à la tête du défunt pays.
- Intermédiaire 4 : Jacob Furstemberg (dit Ganetsky Lénine en Suisse). Il était l'un des organisateurs du retour de Lénine dans le « wagon plombé ». Il fut aussi le principal responsable financier des Soviétiques avant d’être fusillé lors des purges staliniennes.

Donc le 16 avril 1917 le train était chargé des terroristes Lénine, et de sa femme Nadezhda Krupskaya, Grigori Zinoviev (Yahviste), Grigori Yakovlevitch Sokolnikov (Yahviste), Karl Berngardovitch Radek (Yahviste).

Enfin, le magnat allemand Hugo Stinnes participa à la révolution russe, notamment en finançant une maison d’édition en 1916 à hauteur de 2 millions de roubles.
Le Président Woodrow Wilson contribua pourtant à financer l’opposition russe, en approuvant (12 décembre 1917) un soutien financier au mouvement Kaledine (épisode de la patrie de mon père chez les Cosaques du Don)

Si les États-Unis considéraient déjà à cette époque la future Union Soviétique comme un immense marché, c’était réciproque chez les Soviets, il n’y a qu’à lire ce qu’il se passa dans l’institution du Goulag dans les documents disponibles, vaste entreprise gérée à l’américaine avec vrais esclaves qui crevaient pour le capitalisme de gros acheteurs de bois russe (bois de bouleau par opposition au bois d’ébène ou esclaves noirs), IL FAUT LE DIRE, MÊME LE CRIER !

[Références à : Wall Street et la révolution bolchevique, par Antony C. Sutton]

(En haut de page : affiche pathétique pour recruter des soldats volontaires pour combattre les Bolcheviks pendant la guerre civile)
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 25-05-2013 01:19

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >