Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Marxisme = Méritocratie et Goulag
Marxisme = Méritocratie et Goulag Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-06-2013 22:50

Pages vues : 3723    

Favoris : 446

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
dzerzhinsky300.jpg
 
 
Marxisme = Méritocratie et Goulag
Tu travailles tu manges, tu travailles pas tu manges pas, soit :
« à chacun selon ses besoins à chacun selon ses moyens ».
 
 
Cela conduit au Goulag ou celui qui travaillait dur recevait sa ration de pitance normal, mais celui qui déjà miné par le stress du Goulag et de la révolution ne travaillait que très peu, et bien il ne recevait à manger que très peu, si bien qu’il s’éteignait peu-à-peu en recevant de moins en moins de nourriture selon ce principe marxiste du « à chacun selon ses besoins à chacun selon ses moyens », soit une imbécilité de philosophistes de plus.

Devoir de mémoire qu’ils disent les judéo-capitalo-socialistes ! Pauvres cons !!!
Oui, souvenons-nous de la singerie du « tribunal » de Nuremberg ou Inquisition de « justice des vainqueurs », alors que des Bolcheviks étaient aussi juges dans ce « tribunal » et savaient parfaitement la part de responsabilité de leur système dans les massacres des dizaines de millions de Russes. Aucun des bourreaux du système bolchevique totalitaire : soviétique, maoiste, khmers rouges, chefs d’extermination et de tortures S-21 à Phnom Penhn, n’ont été condamné par aucun véritable tribunal pour crimes contre l’humanité.

Les salauds de ce régime bolchevique n’étant point punis, on aura en aucune façon vu la moindre poussière de l’humain dévier vers le divin, et la transformation se fera avec une lenteur extrême, sauf si interventions de la Nature et du Cosmos. Il n’y a pas pire que les collaborateurs de ce système socialiste de mort, notamment ces Russes qui se disent « sages » parce qu’ayant collaborés ; aujourd’hui ce sont les mêmes ou leurs enfants qui sont d’autant plus « sages », qu’ils trichent et mentent et se saoulent. C’est le système soviétique même qui à salopé tous les Russes et leurs descendants en les entraînant dans la collaboration. La Russie actuelle avec Poutine ne sera jamais en paix tant qu’il n’y aura pas eu une audition au Parlement ni des enquêtes officielles sous quelques formes que ce soit, sur les meurtres et massacres dans l’institution du Goulag.
 
 
Teilhard de Chardin fait la partie des Yahvistes et de leur évolutionnisme en géométrie de la ligne droite avec au bout « la fin des temps » yahviste. C’est la soupe de travailleurs du chapeau avec une dialectique des événements sorti de leur mental, mais qui ne contient pas en elle-même son « sens ». Ces travailleurs du chapeau voyagent sur la ligne droite de l’Alpha (passé) et Oméga (futur), en un point de la « perpétuité » que chaque Instant accomplit et rejette en arrière (sur la ligne droite). Donc ils ne bouclent jamais sur le Verbe, ils restent dans le binaire, ils n’accomplissent pas la rotation ou première figure fermée qui est le triangle. Ils ne connaissent pas la Connaissance : « Je suis CE JE SUIS », à la fois Alpha et Oméga dans l’éternité.
Teilhard de Chardin et les Yahvistes, et de Darwin, n’ont qu’une vision évolutionniste, SANS MOTEUR qui est l’INSTANT ou SOI. Cela nous donna effectivement le marxisme avec l’humain né de la matière. Quand cette doctrine yahviste évolutionniste s’écroulera, le mondialisme s’écroulera avec et la prison mental de 1789 disparaîtra enfin.

Teilhard de Chardin est autant Nouvel Ordre Mondial que l’athée intégral que fut André Malraux qui a pu faire partie du Comité de soutien de l’œuvre de Teilhard. Teilhard est du même thème mondialiste que le New Age, sans oublier Aldous Huxley, et même un soupçon de Carl Gustav Jung et de Jiddu Krishnamurti. Ne pas oublier qu’aujourd’hui tout est récupéré par le cancer du pouvoir mondialiste : comme tout est en réseau, il bouffe tout !


G : En quoi suis-je encore « païenne » ?
- Sois-le en tout, car c’est la racine !
Mais tu dois déjà porter des fleurs.
Sans racine, ce n’est pas possible.
Il y a un point où tu es dans l’erreur.
c’est là où tu es insensible.
Là, tu n’es pas « païenne » ;
LÀ, TU ES PERVERTIE, JETTE-LE !
...
G : J’aimerais LE louer par tous mes actes... et toujours.
Quelle est la clef de la continuité ?
- Aujourd’hui, tu demandes
continuellement la même chose.
La continuité, c’est encore le temps [la chronologie ou l’évolution].
Il n’y a rien de plus beau que de LE louer.
Louons-LE !
(Expression de l’Instant ou Soi dans l’entretien 12, avec Gitta, le vendredi 10 septembre 1943, dans : Dialogue avec l’ange, document recueilli par Gitta Mallasz).

Entretien 11 avec Gitta, du vendredi 3 septembre 1943, extrait :
- POUR TOI, IL EST DIFFICILE DE T’ÉLEVER,
POUR MOI, IL EST DIFFICILE DE DESCENDRE.
G (désespéré) : Ça ne devrait pas être difficile pour toi !
Je ferais beaucoup, tout, pour te le rendre plus facile !
- Ne te charge pas de beaucoup !
Ta tâche est le peu. Le peu est difficile.
Tâche de voir la différence entre beaucoup et peu.
Ce qui est beaucoup est dilué.
(Geste vers le bas, suggérant une foule qui s’étale)
Le peu est proche de LUI.
Et LUI est UN.

Ce qui rapproche de la note de bas de page de l’Adepte et Potier Cyprian Piccolpassi Durantoys, dans son livre : Les Trois Livres de l’Art du Potier : « Grandes vertus gisant es chouses petiotes crées par Dieu ».

Dans le même thème de l’Instant Gitta Mallasz parle du « Sentier » (entretien 11) :
- ... Je suis toujours là, à portée de ta main -
de tes actes.
PAR CHACUN DE TES CTES TU AGIS À MA PLACE.
FAIS BIEN ATTENTION ! NE ME DÉFIGURE PAS !
...
N’oublie pas la clef !
JE PEUX ÊTRE PRÉSENT DANS CHACUN DE TES ACTES
SI TU AGIS AVEC MOI.

- Le « encore » et le « déjà » sont dans le temps.
Je t’enseigne, et tu ne le comprends pas encore.
...
Ouvre tes yeux quand l’image sera claire !
LES SENTIMENTS, LE VOULOIR,
LE DÉSIR SONT TEMPORELS.
LORSQU’ILS CESSENT,
LÀ EST LE BUT DE TON CHEMIN.
(Entretien 12 avec Gitta)

L : À quel signe pourrais-je reconnaître tout de suite que je suis bien ?
- LE SIGNE CHANGE TOUJOURS,
PARCE QUE TU CHANGES TOUJOURS.
Mais il y a un signe certain :
Lorsque tu sais aimer, vraiment AIMER -
TOUS LES AUTRES.
Cela t’est donné.
C’EST LA PLUS GRANDE GRÂCE,
CAR C’EST LUI EN TOI.
...
- TOUT EST PUR QUI EST À SA PLACE.
TU N’ES IMPURE QUE LORSQUE TU N’ES PAS À TA PLACE.
...
Je t’ai montré aujourd’hui la splendeur,
mais il y a des ténèbres noires indescriptibles !
La cause en est dans les hommes eux-mêmes.
(Thème de l’Instant dans l’entretien 12 avec Lili, du vendredi 10 septembre 1943).

L : Quelle est la différence entre la main droite et la main gauche ?
- Il n’y a ni droite, ni gauche,
parce que ce n’est pas la main qui agit,
mais le cœur, et il est UN.
Si ce n’est pas lui qui agit,
alors les deux mains sont gauches.
Nous nous réjouissons pour toi !
(Lili baisse la tête humblement et dit merci).
Le Ciel est avec vous.
(Belle leçon de politique pour la France de l’après 1789, dans l’entretien 13 avec Gitta, du vendredi 17 septembre 1943)


C’est MA religion à MOA, c’est MA foi, MA vérité, comme on peut dire c’est MA voiture, c’est MA femme, MA maison, etc., pourrait dire le cabaliste et rabbin Elie Benamozegh, quand il écrivait dans son livre « Israël et l’Humanité » où, parlant du Christianisme : « Son seul espoir de salut comme pour le reste du monde est de revenir à Israël ». Mais Yahvé trône à l’ONU actuellement ! Le nom Elie Benamozegh est totalement associé au noachisme et au Nouvel Ordre Mondial, et à la POSSESSION matérielle, donc à l’OPINION. Voir aussi la page : Noachisme et Franckisme.

Si la religion de l’homme commença avec la Renaissance, ce courant d’opinions toucha par exemple le rabbin Moses Mendelsohn qui en plein siècle des perruques poudrées et suite au Sabbataïsme et au Frankisme fit du peuple yahviste son propre messie, déification talmudique du peuple yahviste comme modèle de l’humanité, et c’est ce modèle en forme d’Alpha et Oméga à la Chardin qui donna Elie Benamozegh et maints auteurs yahvistes d’après guerre, jusqu’au sein de l’UNESCO.

La religion de l’homme est la même supercherie que la « science de l’homme », car la connaissance par l’Homme de sa nature humaine ne peut pas être une science, et encore moins une religion, puisque toute science naît de la dualité sujet qui étudie et objet étudié ; et en plus l’être humain est en lui-même, en ses essences, le résumé, la globalité de l’Être et de l’existant, donc il ne peut pas se pose comme sujet étudiant l’Univers qui lui est extérieur. Pour étudier l’Univers il faudrait pouvoir en sortir ! Chose impossible. La religion de l’homme est pure illusion diabolique fondée sur le renversement des rôles entre essences et monde 3D (le Royaume de Dieu yahviste sur Terre).
L’Absolu c’est ce que toutes les religions appellent Dieu. Hélas les civilisations jusqu’à présent se sont toujours construites sur des compromis entre Absolu et les perceptions des cinq sens et du mental. Ainsi nous avons aboutit au sommet avec le règne de l’opinion ayant pris forme à la révolution de 1789, et le capitalo-socialisme en est la maturation historique en une forme de religion appelée « Laïcité » en France, et il n’y a pas longtemps « communisme » en URSS. Tous les « ismes » essayent de se fabriquer leur Alpha et Oméga : pour l’Islam c’est Dieu qui engendre la matière ; pour le communisme et le marxisme c’est la matière qui engendre l’Esprit, donc en fait le divin, d’où l’explosion visuelle déployée tout azimut dans le monde par la propagande soviétique. Quant à la religion catholique en France, surtout après 1789, elle fait une distinction radicale entre le divin et le temporel, lesquels ne peuvent se connecter que par de considérations morales, des perceptions et des options sentimentales (on le voit en 2013 par exemple avec l’aventure du « mariage gay »). Pour le catholicisme la « foi » n’est que du sentiment, de la subjectivité, etc.
L’Absolu ne sera jamais atteint pas la logique, donc par le mental, et par conséquence encore moins par la moindre machine du futur produite par l’humain.

Le mondialisme est une forme de religion en préparation, destinée à rayer du monde le catholicisme puisque celui-ci est divisé en temporel et divin comme écrit plus haut. Il ne fait pas un entier, comme s’il y avait deux Dieux ! Or l’Islam et le capitalo-socialisme sont une tentative d’unir le haut et le bas : ils sont comme catholiques (universels). Comme déjà écrit maintes fois la sacralité a été perdu depuis plus de 2000 ans avec la destruction des Païens.

RAPPEL :
Il y a environ 5000 en partant de maintenant, une nouvelle civilisation, celle du Bronze, s’installe en Palestine : elle marque le premier établissement des Sémites. Suivant l’usage de l’Ancien Testament par convention ces peuples sont appelés « Canaanéens ». Ces envahisseurs se sédentarisent en pratiquant la voie de l’Agriculture, et évidemment développent une civilisation urbaine. Vers 4200 cette civilisation est ruinée par l’irruption d’une nouvelle population sémitique : les Amorites, guerriers semi-nomades pratiquant la voie de l’Agriculture par intermittence, et étaient surtout pasteurs. Ils envahiront à nouveau la Palestine, et c’est dans cette région que se produira pour la première fois la même chose que la division moderne entre Chrétiens et Païens : il apparaît un nouveau type d’expérience religieuse qui va se heurter au paganisme ou religiosité en accord avec le Cosmos.
Les Canaanéens étaient de véritables inquisiteurs, comme les Communistes. Ils traitaient de « prostitués » ceux qui pratiquaient le leur religion en accord avec le Cosmos qui prolongeait la plus élémentaire notion du sens du sacré, notamment la croyance que le divin s’incarne ou se manifeste, dans les objets, la Nature et les rythmes cosmiques. Or un telle croyance est dénoncée par les Yahvistes comme idolâtrie par excellence, et ceci depuis leur pénétration en Palestine. Mais jamais la religiosité cosmique des Païens n’avait été assaillie avec autant d’acharnement. Les Yahvistes et leurs prophètes détestent la Nature et toute présence divine qu’il s’y trouve. Des secteurs entiers du monde naturel : hauts lieux, pierres, sources, arbres, certaines récoltes, certaines fleurs, sont dénoncés comme « impurs » puisque souillés par le culte des divinités de la fertilité (en Inde les missionnaires chrétiens n’acceptaient dans les églises que les fleurs qui n’étaient pas utilisées dans les cérémonies hindoues...).
Ainsi la région « pure » et « sainte » est le désert, car c’est là « qu’Israël est fidèle à son Dieu ». Les Yahvistes ne commencent à découvrir la Nature que seulement au cours du Moyen-Âge. Et il veulent nous imposer leur « Royaume » ?


[En références à : Nesta Webster : La révolution mondiale - Le complot contre la civilisation ; Mircea Eliade : Histoire des croyances et des idées religieuses ; Gitta Mallasz : Dialogue avec l’ange ; Jean Coulonval]

(En haut de page : l’organisateur de LA TERREUR ROUGE, Felix Edmundovitch Dzerjinski, heureusement ce salaud intégral est mort jeune, mais pas assez jeune)
 
 

Dernière mise à jour : 16-06-2013 23:27

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >