Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow L’Arrivé des compas-équerres
L’Arrivé des compas-équerres Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-06-2013 22:50

Pages vues : 6897    

Favoris : 444

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
logo_aoc300.jpg
 
 
L’Arrivé des compas-équerres
ou yahvisto-francs-maçons nous apportent
l’ère adamique et détruisent
l’ÂGE D’OR


Notre monde sous « appellation d’origine contrôlée »
Maintenant « non contrôlée ! »


Page dédiée au Saint CHAOS
 
 
L’ÂGE D’OR C’EST L’ACCUEIL, ou en un autre mot : L’AMOUR : A-cueil, du A privatif : privation de cueillir ou de posséder l’autre ; et A-Mour ou Mur : du A privatif : privation de mort ou réalisation permanente du Soi Instant.
Donc ACCUEILLIR c’est ne pas en attendre un gain. ACCUEILLIR = GRATUITÉ ou RASSEMBLEMENT NATUREL (problème éternel du Contenant [Vase] et du Contenu).
AMI : A-mi : pas de moitié ou pas de dualité.
Aujourd’hui nous sommes dans la civilisation de l’avoir (du A privatif : privation de voir) : votre assurance, votre produit, votre voyante, votre complémentaire santé, votre opinion, votre député, votre président, votre place ici, votre cul, vos impôts, etc.
 
Avant c’était l’ÂGE D’OR ou SAINT CHAOS : la spontanéité et l’insolite était naturel, tout bougeait tout le temps, les objets et les êtres volaient admirablement, les animaux se métamorphosaient en humains et inversement, les cultures germaient bien-sûr spontanément, les membres coupés et la chair des animaux dépecés repoussait aussitôt (spontanéité).
L’Âge d’Or était l’âge de la créativité par essence, l’imagination était lumineuse et pouvait facilement donner ce qu’on appelle avec notre logique actuelle des « monstres » (voir d’ailleurs le problème que renvoi ceux qu’on appelle « handicapés »).
L’Âge d’Or était le domaine des Élémentals qui logeaient naturellement dans les bois, les sources et les rivières, près des animaux et des plantes ; ils étaient présent dans l’air, les planètes, les astres et les étoiles. Puis avec l’arrivé des compas-équerres ils divisent en dualité : Ciel et Terre, Enfer et Paradis. L’humain commence a inventer Dieu et Dieu commence a créer l’humain ! C’est notre actuel période adamique.
À l’Âge d’Or il n’y avait ni prise de terre ni prise de ciel, elles étaient confondu ; aujourd’hui il n’y a plus ni l’une ni l’autre puisque l’humain a inventé la religion de l’homme !

Le passage de l’Âge d’Or à l’actuel âge de fer-faire se fait à la fin du Paléolithique où les Chasseurs-Cueilleurs passeront dans la voie de l’Agriculture au Néolithique, et se sédentariseront (citoyens et cités, violences et guerres, commerce troc et argent, problème du mental, etc., et surtout arrivé du cancer du pouvoir).

Un jour arrivèrent les compas-équerres ou yahvisto-francs-maçons accompagnés de Moïse. Ils tentèrent d’imposer leurs compas-équerres ou table de la loi. Ils créèrent Adam puis les humains à partir de la terre OU, ET, des hommes-animaux existant déjà ; ainsi ils leur enlevèrent toute spontanéité de passer naturellement d’un état à un autre, ou de voler dans les espaces dimentionnels. C’est comme cela que s’installa la diabolique Chronologie tueuse (Kronos, celui qui dévore ses enfants). Nous passions du Temps Sacré au temps vulgaire ou temps historique (déroulement de l’idéation selon une géométrie de la ligne droite ou enchaînement en séquences). Cette création adamique des yahvisto-francs-maçons nous donna la génération adamique : tous les continents, les mers, les montagnes furent également distribués dans l’espace (je rappel ce que disent de la « réalité » le Dr. Jean-Pierre Jourdan et Ramana Maharshi : La totalité du monde extérieur et de notre propre corps sont des constructions de notre esprit). Dans l’ère adamique l’espace mythique devenait géométrique des compas-équerres. Les tribus furent séparées et chacune reçut des conventions ou opinions et des institutions : rites, coutumes, lois.
C’en était fini de la fantaisie fabuleuse magique. Et puisque la Chronologie est tueuse, la mort sanctionna définitivement le passage de l’Âge d’Or à l’âge adamique, car avant, les êtres vivaient largement au-delà de plus de 1000 ans de notre temps actuel.

RAPPEL : Compas, Équerre sont bien dans le temps de la voie de l’Agriculture : SÉDENTARISATION avec les constructions du Moyen-Âge qui sortaient de terre comme les blés dans les champs. De plus le compas est symbole du mental avec l’équerre symbole du corps ou matière (les deux sont matière). Le compas a rapport à la Chronologie tueuse, l’équerre à rapport à l’espace. Tout cela sent la MESURE, la LOI et la JUSTICE : « È finita la Commedia », après la vie il n’y a rien, aussi faisons bombance sur Terre et construisons-y avec nos compas-équerres le Royaume de Dieu yahviste dessus : LE TEMPLE (LE TEMPS).

ADAM chez les Yahvistes signifie « passé », la « terre rouge », le seul engendré puisqu’origine (appellation d’origine contrôlée). Il est mâle-femelle ce qui prouve bien qui était déjà vivant à l’Âge d’Or et qu’il fut ensuite contaminé par les compas-équerres. Avec l’invention d’Adam nous entrions dans le Cosmos où le principe de réalité succédait au principe de plaisir ou liberté ; nous entrions dans l’abominable loi de causalité et de la « raison » en abandonnant tristement le principe d’incertitude et d’omnipotence magique dénuée de pouvoir car pureté.

Mais il y a pire, ce courant adamique yahviste ou judéo-maçonnique nous a donné les Marx et Egels, et avant Hegel, pour fabriquer l’opinion matérialiste pure sous forme d’une nouvelle religion : la laïcité et son capitalisme, où c’est le monde spatio-temporel où les accidents engendrent les essences, ce qui est la signature du Diable. Maintenant beaucoup de gens sont conscient de cette inversion diabolique et ce qu’on appelle aujourd’hui « démocratie » fait la partie de cette inversion diabolique comme l’a bien montré en long et en largue Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux, dans les années 1970. Démocratie, fascisme, socialisme, nazisme, républicanisme, égalitarisme, etc., sont tous des dictatures politiques imposant à l’ensemble. En résumé : DÉMOCRATIE = MASSACRES DE MASSE et RAISON. La démocratie détruit tout comme Kronos bouffant ses enfants, comme le mental ou l’ego est destructeur.

Et en ce moment et depuis 1980 il se passe une chose extrêmement grave avec les éléments nommés ANTIFA, soit le retour en force du bolchevisme (voir la vidéo avec Francis Cousin). Je rappel que le mouvement fasciste italien de Benito Mussolini fut un des rares mouvements combattant le socialisme des Bolcheviques, et pour cela, comme aujourd’hui, il fut attaqué par tous les médias aux ordres des banquiers yahvistes internationales. Et si Communisme et Fascisme sont de parti unique, tout les oppose. Le Bolchevisme était d’importation étrangère et ne fut imposé au peuple que par un coup d’État et par une violence extrême ; le Fascisme fut un mouvement national qui avait le soutien d’une grande partie du peuple italien, et qui effectua de grandes réformes.

Le Bolchevisme étant une conspiration internationale, tel un virus il se dissémina en points d’impacts dans nombre de pays, et par le biais de syndicats incita les ouvriers à se soulever contre leur gouvernement. Le Fascisme ne se répandit pas, il n’avait aucun allié extérieur, il n’avait qu’un seul parti, et il n’avait ni cellule ni groupes organisés sous sa direction dans d’autres pays.
« Le Fascisme n’est pas un article d’exportation » déclara Mussolini. Le Fascisme ne représentait seulement qu’un danger pour la Russie des Bolcheviks. Le Fascisme s’il put faire l’affaire un moment du mondialisme yahviste parce que socialiste, était un danger et un ennemi à abattre parce que national. Même chose du nazisme. Le Fascisme fut si intimidant pour les Communistes qu’ils décidèrent de l’abattre. Ainsi ils déformèrent le sens du mot Fasciste, qui devint dans le monde dit « libre » (du libéralisme bancaire) une totale ignominie, reprise de nos jours par le groupuscule « Antifa » notamment.
Du Fascisme italien, Churchill déclara le 11 novembre 1928 :
« L’Italie a montré qu’il existe une voie pour combattre les forces subversives, capable de rassembler les masses populaires pour qu’ainsi, bien dirigées, elles apprécient et veuillent défendre l’honneur et la stabilité de la société civilisée. Dès lors, aucune grande nation ne restera dépourvue d’un dernier moyen de protection contre l’expansion cancéreuse du Bolchevisme ».

La même dénomination infamante de « Fascisme » fut appliquée au régime qui mit un coup d’arrêt à la marée socialiste en Espagne. Le « Front Populaire » fut au pouvoir par les élections de février 1936, avec des éléments révolutionnaires d’Espagne : Anarchistes, Syndicalistes révolutionnaires, etc. tous aux ordres de Moscou pour à nouveau tel le cycle infernal faire régner la TERREUR ROUGE.
À l’été 1936 en Espagne le Bolchevisme sévit : atrocité du gang international bolcheviste : des prêtres et religieux furent brûlés vifs dans les rues des grandes villes, et des aristocrates et des intellectuels furent massacrés de la main des révolutionnaires. J’imagine déjà ce qu’il pourrait de passer si les Antifas avait une once de pouvoir !...
La situation en Espagne fut finalement maîtrisée par la guerre civile, lorsque le général Franco, soutenu par toutes les classes, par les monarchistes, les républicains, et même des socialistes, réussit à contrer cette guerre. Le général Franco fut présenté par la presse anglaise comme « un Fasciste », et il devint comme Mussolini, comme Hitler, la cible des médias genre The Times (propriété de la famille yahviste Astor).
Pour plus de détail voir la page : Le Bolchevisme Antifa des mondialistes.


Il est plus que temps maintenant d’abandonner l’âge adamique diabolique des yahvisto-francs-maçons pour retrouver l’Âge d’Or : par exemple transformer l’actuel humain robotisé et son monde industriel marchand en un gigantesque asile d’aliénés dont les « sauvages » seraient les psychiatres du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM). La dernière robotisation est l’exemple du « mariage gay » (toujours au nom de cette fameuse « liberté » qui veut désormais dire ESCLAVAGE. Le despotisme c’est la marchandise et les humains transformés en numéros ou patates à codes barres. La liberté c’est « Je suis CE JE SUIS », soit la réalisation de L’Instant ou Soi. Aujourd’hui et après 1789 chacun peut dire : « Je suis JE POSSÈDE (mon opinion, ma démocratie, ma voiture, ma femme, mon travail, etc.) ».
La seule solution rapide et facile est d’abandonner à leur triste sort ces compas-équerres. Abandonner surtout l’esclavage salarial issu de la perte flagrante de l’Âge d’Or. Un esclavage qui pète dans la bouche de tous les actuels pros de la politique qui ne jurent que par les mots esclavagistes de : « marchés, croissance, valeurs, pouvoir d’achat, salaires et retraites, sécurité, emploi, etc. »
 

Le mouvement Antifa est un bon signe de l’affolement du pouvoir ! Ajoutez à cela l’affaire de PRISM et de Edward Snowden, et le pouvoir et évidemment l’Empire mouillent leur culotte !

Enfin, les seuls terroristes de ce monde sont les banquiers et nombre de Yahvistes parmi eux, car il n’y a aucun mal plus impitoyable que l’ARGENT, le SAINT FRIC : tous le convoitent, c’est pour le Saint Fric que les gens s’entretuent, jusqu’aux mendiants, aux crèves-la-faim à qui on vole la besace, remplie à grande-peine de morceaux dont les autres ne veulent plus ! Et ça fait plusieurs millénaires que des gens éveillés dénoncent le mal de cette planète, notamment Pétrone dans le Satyricon : « Que peuvent les lois, où l’argent est seul maître, et où la pauvreté ne peut avoir raison ? Ceux qui vont chargés de la méchante besace, plus d’une fois, ils vendent la Vérité ».

Le business ou mercantilisme, c’est la doctrine yahviste adoptée par les calvinistes, les puritains, et le capitalo-socialisme. Tous ces gens qui ne parlent que de « Libre-échange », la Pierre Philosophale de la démocratie. Et la système ou audace yahviste est de protester contre ce qu’ils ont eux mêmes fabriqués comme le fera le Yahviste Karl Marx en protestant contre les bourgeois et les capitalistes ! Les Yahvistes font toujours double-jeu (ils sont le « peuple élu »). Et bien avant Karl Marx, Pétrone ou un auteur de son temps dénonçait déjà le capitalisme dans ce roman Le Satyricon, et certainement d’autres auteurs avant lui. Karl Marx est avant tout un « économiste » déguisé.

La pire dictature est celle de la démocratie, et par la même celle de l’État, et par la même celle de l’ARGENT. L’État est par essence un monstre de contradictions et d’impersonnalité : aucun « Je suis ce JE SUIS » dans aucun État ! Il n’y a pas d’unité, de « foi » dans un État, ce qui l’unifie c’est le stress, la pression et la course au consentement.
Cette dictature de l’argent est déjà dénoncé dans maints contes russes récoltés au 19è siècle par Afanassiev. De plus la démocratie ne peut fonctionner que par la manipulation des masses, afin d’obtenir du consentement, comme le font tous les publicitaires pour inciter les clients potentiels à acheter leurs produits. Et comme l’actuelle république et démocratie est très malade, la manipulation ne fera que redoubler selon la méthode de la médecine allopathique  (on se cherche pas la cause et on ne tient pas compte de la personne du patient, alors on double la dose). La pire des manipulations étatique étant de fabriquer des attentats pour « éparpiller les fourmis dans la fourmilière... », et cela en fonction des événements sociaux (l’attentat géopolitique de 11/09/2001, mais surtout l’attentat de la gare de Bologne en Italie).

Et puisque il n’y a plus le support du divin pour construire le peuple, c’est le business qui remplace Dieu comme soutient du peuple, et en plus dans ce que bâtirent les Juifs Bolcheviks et après eux les Nazis : le consentement des prisonniers dans le système du Goulag ; quoi de plus « sécuritaire », de plus confortable que d’appliquer le système de Weishaupt consistant à s’autoréguler entre-soi, MAIS SELON UNE HIÉRARCHIE où le chef ou démiurge contrôle tout. Ainsi dans le Goulag, dans le camp nazi, il s’agit de faire de quelques victimes, vivantes ou mortes, des complices, le pouvoir effaçant la ligne de démarcation entre le personnel et les détenus. Les nazis comme les soviétiques se servaient des détenus à cette fin de collaboration avec le système répressif, élevant des détenus au-dessus des autres et leur accordant des privilèges qui leur permettaient, à leur tour, d’aider les autorités à exercer leur pouvoir répressif. Dans le Goulag et les camps nazis tout était fait pour inciter les détenus à collaborer. La démocratie actuelle c’est la même chose, le chef du Goulag est l’oligarchie régnante au sommet de la pyramide, soit les banques, et les masses collaborent tant qu’elles peuvent et même avec entrain !

Dans les loges maçonniques de Weishaupt le patriotisme et la loyauté étaient désignés comme des préjugés relevant de l’étroitesse d’esprit et incompatible avec la « bienveillance universelle » (soit le mondialisme ou la bienveillance universelle entre Juifs). De plus ces francs-maçons devaient abolir la propriété privée et le droit d’héritage, le patriotisme, la famille (plus de mariage etc.), plus de religion. Bref, la tabula rasa. Ce sera la politique des Bolcheviks, qui copièrent probablement sur les Incas où l’État décidait de tout, y compris du mariage, pour chacun de ses administrés. Donc plus aucune liberté individuelle possible. Et toujours problème de l’individuel et du collectif !!!
La tabula rasa est typique de toutes les révolutions et de ces héros et saints qui « tuent le Dragon », au lieu de s’en faire un ami ou de l’avaler comme de croquer le cœur de son contraire pour s’en approprier l’énergie ! Ombre et Lumière sont une seule chose. Un Dragon n’est jamais tué mais MÉTAMORPHOSÉ. On ne tue pas l’ego ou le mental, on le purifie ou on efface l’ignorance en soi. C’est le monde 3D qui divise, avec ses drames de guerres, de haine et d’asservissement.



L’ordre pensé par le mental humain est le chaos dans le mauvais sens du terme ou comme on l’entend de nos jours. La Saint Chaos est quand toute chose s’ordonne d’elle-même quand il y a accord et non interférence : « Quelle que soit la chose que nous avons décidé de faire, persévérons jusqu’à ce que l’absurde ou la lumière de Dieu nous délivre et nous rende libres dans l’acte et dans le repos » (D’après Louis Cattiaux). Autre forme du « Je suis CE JE SUIS ».

Parce qu'à voir l’état de notre civilisation, il serait aussi temps de se poser la question : « Qu’est-ce que l’ordre, qu’est-ce que le Chaos ? » Mais vu les circonstances, nous n’en aurons peut-être pas le temps !

Chaos, plein et vide, sont une même chose : Soufre et Mercure s’épaulent l’un l’autre.
« Détachement à l’intérieur et attachement en apparence », dit le Yoga-vâsishtha, soit renoncer au conditionnement (fin de l’entretien 495 de Ramana Maharshi).


 
 

Dernière mise à jour : 24-06-2013 23:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >