Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Libéralisme et économie = loi du plus fort
Libéralisme et économie = loi du plus fort Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-07-2013 00:05

Pages vues : 3997    

Favoris : 468

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
jean-leon_gerome_gladiat.jpg
 
 
Libéralisme et économie = loi du plus fort
et ça vient du monde anglo-saxon.
Ne pas oublier que le Vatican de la
finance mondiale est la City de Londres


GÔCHE = TOTALITARISME ET PENSÉE UNIQUE
MONDIALISME = DÉMOCRATIE
 
 
- 1600, Angleterre : invention de la Bourse et du « libre commerce ».
- La pensée libérale néerlandaise fusionne avec la pensée anglo-saxonne créant une diablerie bouffant tout sur son passage.
- Le Courant des Lumières ou philosophistes à perruques poudrées se développent sous l’opinion britannique libéraliste où politique et économie sont devenus un même pouvoir, une même bouillie infâme.
- On a donc la loi du plus fort : celui qui s’en met plein les poches et éventuellement le reste pour les autres appelé « bien général ». Morale et possession ou intérêt forme également une même bouillie infâme.
- La défaite de Napoléon 1er à Waterloo le 18 juin 1815 ouvre la voie à l’incursion massive de la pensée anglo-saxonne en France (création notamment de la Banque de France).
- La révolution de 1789 permit l’arrivée au pouvoir de la bourgeoisie en supprimant le droit de grève avec les lois Le Chapelier et Allarde, ainsi que les biens communaux en passant par la libéralisation définitive du commerce du grain comme le montre bien l’historienne Marion Sigaut dans sa conférence sur le « siècle des lumières ».
- Apparition de la devise anglo-saxonne « Enrichissez-vous », selon la même idéologie plus récente avec Margaret Thatcher.
 
- Début de « la lutte des classes » à cause de la montée de la bourgeoisie et des banques poussant les paysans à venir en ville pour devenir ouvriers dans les usines à la technologie naissante. Perdant leur terre les ouvriers étaient dépendant des patrons et de leurs banques. Ainsi se développera le système du marxisme en réaction avec la fièvre bancaire et capitaliste, d’ailleurs en corrélation avec les chercheurs d’Or aux USA, la découverte du pétrole et la construction des lignes de chemin de fer.
- Avec cette débauche technologique la misère ouvrière se développe, l’empire de Napoléon 3 s’effondre.
- Arrivée de la troisième république grâce en grande partie aux tenants de la colonisation comme le prônait le franc-maçon Jules Ferry et grâce aux bourgeois partisans d’un capitalisme égoïste et sauvage régi par la seule loi du marché en se foutant totalement de l’État et des habitants de France.
- Début du 20è siècle cataclysme de la révolution russe de 1917, puis création de la LICRA en France.

La LICRA est en cheville avec la franc-maçonnerie cancérisée par le pouvoir : Grand Orient de France, dont le fondateur de la LICRA fera partie : Bernard Lecache, président de la LICRA de 1927 à 1968, Lecache fonda la loge Abbé Grégoire (du nom de l’émancipateur des Juifs en 1791).
Le même Lecache présente des sujets de conférences en loge dans les années d’avant-guerre : « Que fait la franc-maçonnerie devant l’antisémitisme hitlérien » (loge Locarno, 21 avril 1933).
« la vérité sur l’hitlérisme. Ses dangers pour la démocratie et la paix » (loge Les Zèles Philanthropes, 20 juillet 1933).
Et une dizaine d’autres loges jusqu’en 1939.
Il est évident que cette franc-maçonnerie n’est que d’OPINION, ou POLITIQUE. Une fausse franc-maçonnerie aveugle qui ne s’intéresse qu’au nationale socialisme allemand sans JAMAIS s’intéresser aux horreurs du socialisme bolchevik.
Il y a trois sujets de loges rien qu’en 1933 et sur Hitler, alors qu’à cette même date Staline organise la famine en Ukraine et condamne délibérément six millions de personnes à mourir de faim. Les voilà nos fameux SIX MILLIONS qui ne sont plus symboliques et ne sont assurément pas ceux des morts yahvistes ! Une horreur connue en France dès l’origine.
Et rien sur l’Ukraine dans les moindres loges des conférences de Bernard Lecache !

Le plan destructeur de l’humain par tous pouvoirs démocratiques :
Dès les premières heures, isoler le prisonnier des autres détenus, de façon qu’il n’y ait personne qui puisse lui prodiguer des conseils et encouragements, de façon que le formidable appareil comprenant des milliers d’individus pesât sur lui seul.
Vous êtes déjà une marchandise dans la société libérale, alors dans la société carcérale vous n’êtes qu’un objet qu’on peut écraser, déchirer :
« Prenez votre pénis dans vos mains. Décalottez. Encore. Ça suffit. Levez-le vers la droite, vers la gauche. Bon, ça va. Tournez-moi le dos. Écartez les pieds. Encore. Penchez-vous vers le sol. Les pieds plus écartés ! Écartez vos fesses avec vos mains. Voilà. Bon. Maintenant accroupissez-vous sur vos talons. Vite. Encore ! »
Quelle « démocratie » n’exerce pas de pressions sur un détenu ou un « gardé à vue » ? Et ce malgré « Vous avez le droit de vous taire et de contacter un avocat... » La spécialité du NKVD était d’arrêter en MASSE. C’était très pratique car il était alors impossible de rassembler la moindre preuve de culpabilité ou d’innocence ! On questionnait à la hâte, on condamnait à la hâte : 15 ans de Goulag.

De plus le système socialiste bolchevik s’inscrit dans les compas-équerres franc-maçonnique : LA NORME, LE PLAN, donc LE RÉSULTAT, et les aveux de ceux qu’on torturait était la « preuve concrète » du succès de l’interrogatoire inquisitoriale. Ainsi les aveux étaient le meilleur résultat. Et même le bourreau interrogateur était sous la menace de faire du résultat, « faire du chiffre » comme ils disent aujourd’hui dans la police de la république française.
Quelque que soit la « démocratie », arrestations et interrogatoires ont pour but de briser les détenus, les mettre en état de choc, et les forcer à la soumission, de l’AUTRE ; cela les laisse déroutés et désorientés.
Les « droits de l’homme » n’ont pas existé en URSS de 1917 à 1991, et pourtant ce pays se disait aussi démocratique.

Le second président de la LICRA : Jean Pierre-Bloch est aussi franc-maçon (Droit Humain) dès février 1929, puis sera membre du Grand Orient de France à partir de 1932.
Ses sujets de conférences d’avant-guerre sont les suivants :
- Discours sur l’impérialisme religieux. L’Église contre la démocratie (loge Liberté, 5 mars 1929)
- Religion et socialisme. Peut-on être chrétien et socialiste ? Attitude des socialistes envers les communistes [sic] (loge Vers l’Émancipation, 7 mars 1930).
- Comment organiser la paix (loge La Liberté, 5 janvier 1932).
- Un coup d’œil sur l’horizon politique. La presse au service du capitalisme (18 juillet 1933).
- Le statut des étrangers en France et l’avenir de la France (loge Le Mont Sinaï, 19 juin 1939).
Donc plein de sujets tournant autour du thème de l’anti-catholicité, soit un comble franc-maçonnique en forme d’anti-universalité !
Après la guerre, Jean Pierre-Bloch deviendra président du B’nai B’rith français, à plusieurs reprises et jusqu’en 1981.

Le Grand Orient de France n’est pas la vraie franc-maçonnerie, c’est uniquement un cercle de réflexion genre des think tanks anglo-saxons où il faut d’ailleurs être riche pour payer sa cotisation annuelle ! Plus les repas et autres « sauteries » mensuelles.
- Vrais Francs-Maçons = habiles OUVRIERS dans leur spécialité. Ce sont les Compains ou Compagnons.
- Faux francs-maçons = ceux de Cromwell, avec recrutement dans toutes professions, pour seul point commun : la POLITIQUE.

Un très grand nombre de cette « franc-maçonnerie » née en 1717 à Londres est une FAUSSE FRANC-MAÇONNERIE.
La franc-maçonnerie est le moteur occulte des sociétés où l’opinion et le principe de la majorité numérique sont érigés en dogmes, en critères infaillibles de la Vérité. Nous avons là un exemple de ‘Même soupe pour tout le monde’. À ce propos de vote à l’unanimité, voir les pages sur Augustin Cochin et la révolution de 1789. Le vote par le ‘pouvoir du peuple’ est un terrible attrape-couillons.

La LICRA et le Grand Orient de France sont typiquement des officines bolcheviques ne tolérant que les gens de leur propre camp et refusant de donner la parole aux autres, et refusant même l’existence des autres, tout cela dans la tradition yahviste du winner et du loser, ou du « bien et du mal » modèle binaire sans rien entre les deux. Comme en 1789 en passant par 1917 il s’agit de toujours réduire au silence l’opposant.

La LICRA procède selon le principe droit de lhommiste diabolique et mondialiste du « Plus jamais ça », que l’on retrouve dans « le droit à la différence », genre comment verser de l’huile sur le feu :
« Affirmer le respect de l’autre, se solidariser avec les personnes et les minorités victimes de discrimination, leur reconnaître les mêmes droits à la justice, à la liberté et à l’égalité [mariage sodomite], vivre ensemble dans la tolérance des différences et l’enrichissement ». Pur eyes candy.
Et bien NON, ce n’est absolument pas comme cela que ça marche en une sauce licraland maçonnique ! En une sauce mondialiste où ce sont les minorités qui font la loi et veulent détruire le sens de la famille, et pousser à la religion de la laïcité, sorte de monstre républicain et maçonnique en forme de pure abstraction, donc du domaine du mental.
Avec ce genre d’opinion nauséabonde du « droit à la différence » nous sommes tous racistes, sauf évidemment la LICRA et le Grand Orient de France !
Ces officines sont en train de vouloir transformer durablement les Français en ROBOTS, chose déjà commencée il y a plus de 200 ans avec l’industrialisation de la société tout au long du 19è siècle. Mais au 19è siècle la manipulation était physique, aujourd’hui elle est psychique, donc encore plus manipulatrice et terrible. C'est d’ailleurs au 19è siècle que l’on a commencé à confondre Science et technique, ce qui est logique dans ce siècle où montait la fièvre matérialiste de la POSSESSION : le mot technique se transforma en mot science (voir le nombre de fois où on parle de « scientifiques »), alors que la technique ne fait qu’utiliser la Science pure : la technique n’en est que CONSOMMATRICE comme l’exige notre société de consommation. Cette société malade et noyé dans les eaux sales de la consommation-production industrielle qui a perdu conscience qu’il y eut à l’origine un besoin essentiellement spirituel de compréhension de la matière dans une triangulation Soufre-Mercure-Sel, ou Spiritualité-Science-Métaphysique.

Ces francs-maçonneries et LICRA, MRAP, CRIF et autres obédiences auto-proclamées qui prétendent défendre les minorités contre l’oppression d’une majorité abstraite, donc d’opinion, donc imaginaire, ne sont que des obédiences émanant de minorités agissantes, et cachées comme la fausse maçonnerie, qui travaillent à la domination du monde.

LE SYSTÈME
Tout système au pouvoir est plombé dans sa pensée unique, son dogme. Tenter d’en sortir ou de l’auto-critiquer équivaudrait à admettre qu’il a fait fausse route depuis le début et qu’il trompe le peuple, et que les opposants avaient raison : les socialistes bolcheviks infligeaient mêmes de courtes peines de Goulag à ceux qui n’avaient rien à se reprocher à seule fin de prouver que les organes d’arrestation ne se trompaient jamais. « Jamais nous n’arrêtons un homme qui n’est pas coupable. Et même si vous n’étiez pas coupable, nous ne pourrions vous relâcher, parce que les gens raconteraient qu’on rafle des innocents »
(à propos du NKVD).

Ainsi le système de la LICRA et le socialisme sont condamnés à une fuite en avant : l’évolutionnisme ou messianisme, cachant toujours leurs crimes d’origine.
Grâce à la LICRA nous avons abandonné la dualité Gauche-Droite qui forme une même politique pour aller vers le binaire racistes/antiracistes, en assimilant toute démarche de défense identitaire à du racisme. « Elle a fait tout cela pour permettre aux idées de gauche de s’emparer du pouvoir, et de la conserver, quelle que fût la couleur du gouvernement », écrit justement Anne Kling dans La France LICRAtisée. Anne Kling ajoute que la LICRA a ainsi voulu punir la France d’avoir utilisé l’Eau de Vichy en compagnie du Maréchal Pétain et qu’il fallait, au nom du mondialisme, éradiquer et diaboliser toute référence « nationale ».
Tous les mondialistes ou internationalismes sont destructeurs d’identité nationale.

RAPPEL : Islam et Socialisme sont des systèmes mondialistes, d’abord par leur prosélytisme, ensuite ils se disent « démocratiques » mais ils la combattent en vidant ce terme de son sens comme le fera Hitler, le général Franco, etc.
Tous ces ismes se disent « démocrates » et pour l’attrape-couillons qui est les « droits de l’homme », alors que dès l’origine en 1789 ces droits ont été bafouées en France, et qu’aujourd’hui, surtout depuis trente ans, c’est pire que jamais : chantage permanent et systématisation mécanique aux droits de l’homme prenant la forme de la religion de l’homme où on confond universel qui est du divin avec le général qui est de la quantité !
Le socialisme modèle bolchevik est à la fois pouvoir religieux, pouvoir politique, pouvoir économique ; il ne les distingue pas et se présente comme l’envers de l’Islam, lequel bloque aussi les trois pouvoirs, mais pour soutenir l’unité nettement apparente du divin.
Le socialisme bolchevik est à la fois contre le judaïsme, contre le christianisme, contre l’Islam. En niant la Trinité, l’Islam se rapproche du monothéisme façon yahviste pour soi-disant exalter Dieu, mais il y perd une grande partie de la Science, qu’il a figé, par exemple aucun prix Nobel chez les Musulmans. L’Islam est né de la Chrétienté elle-même née du judaïsme.

Le « Bon Dieu » des Arabes, c’est le même que celui des bonnes femmes qui vont à la messe le dimanche, le même que celui des curés et des monastères, le même que celui des Juifs dans leurs synagogues, le même que celui des francs-maçons dans leurs loges. Je l’appelle l’INSTANT.

[Références à : Anne Applebaum : Goulag - Une histoire ; La France LICRAtisée, de Anne Kling]

(En haut de page : détail gladiateurs en style photographique ou pompier époque Napoléon 3 par Jean-Léon Gérôme, grand modèle hollywoodien et des péplums italiens)
 
 

Dernière mise à jour : 06-07-2013 00:42

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >