Accueil arrow Dessins Animés arrow Japanimation arrow Brave Story
Brave Story Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-09-2008 22:20

Pages vues : 4732    

Favoris : 319

Publié dans : Présentation Dessins Animés, Japanimation

Tags : Dessin animé, Brave Story, Japon

 
Brave Story
ブレイブ・ストーリー
 
 
Site français du film : http://www.bravestory-lefilm.fr/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Brave_Story
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=128908.html
http://www.imdb.com/title/tt0778631/


Film d’animation japonais sorti en 2006 et réalisé par Kôichi Chigira, adapté du roman de Miyuki Miyabe. Animation du Studio Gonzo.

L’animation de ce long métrage semble lorgner vers le style d’animation des studios de l’époque soviétique de la Russie, mais cependant ne les égalant pas, tant l’animation était fluide et riche (je pense au dessin animé L’Antilope d’or, de Lev Atamanov, réalisé en 1957). L’animation de personnage très réaliste comme la mère de Wataru est grossière par rapport à celle de la mère de Kouichi dans Un été avec COO. Le graphisme est vieillot, presque celui des années 1940-1950, et dès les premiers plans on sent une atmosphère de jeux vidéo, notamment dans un jeu de mise en scène en profondeur. Les décors font « industriels », ils sont banals, parce qu’il faut bien mettre un fond... Le layout (mise en place des éléments dans le cadre) est moins soigné que COO, et fait penser à une série télé plutôt qu’à un long métrage d’anim. Décors trop réalistes avec perspective de chez perspective pour un scénario sur un monde merveilleux ; est-ce le reflet de la société japonaise hyper-industrieuse et pleine de salarimen ?? Il y a aussi l’influence school drama au tout début.
Pour en revenir à la perspective, nous sommes habitué à sa représentation actuelle, mais il n’en était pas de même avant l’époque de la Renaissance comme au Moyen-Age, dans diverses sociétés anciennes, ou chez les Égyptiens de l’époque des Pharaons. On en est donc réduit à une CONVENTION, tout comme la représentation de la CHRONOLOGIE... Tout le monde croit voir la même chose, alors c’est que ça doit être correcte, c’est pareil en science : « Expérience reproductible et contrôlable par d'autres ». Mais bon, faute de mieux...
 
 
 
Wataru, 11 ans, découvre une boule de cristal lumineuse, mais un homme la lui reprend car elle lui appartient. A t-il rêvé ? ou était-ce un fantôme ? Il est rappelé à la « dure réalité », par l’annonce de son père quittant sa mère, pour aller voir ailleurs si c’est mieux. Et ça, mis en scène dans un décor à la perspective de chez perspective. Les scènes d’émotion sont presque absentes.
Dans l’histoire, on donne de mauvais conseils : un ami d’école de Wataru : Ashikawa (le côté obscure du symbole Wataru), en mauvaise posture, invoque des divinités dont on devine qu’elles évoquent une pratique de la magie noire ; il n’y a rien de plus dangereux dans ce style de magie opératoire... Et tout ça pour montrer à l’écran des effets de fumées et autres flammèches de l’Élémental Feu, donc la chose bien matérialiste qui en fout plein les yeux. Mais il y a beaucoup d'autres effets dans ce film.
Le problème, c’est le rationnel, la preuve : là où on montre le plus, là où on en veut pour son argent, là où c’est le plus intelligible, et bien c’est là où c’est le plus faux et le moins intéressant !...
 
 
 
Il y a une histoire de porte là-dedans.
Le symbole PORTE est important, surtout le SEUIL, et bien-sûr il y a un gardien, un portier. Franchir une porte c’est une initiation, même pour entrer chez son boulanger ; qui sait ce qui va se passer...
Encore une fois l’émotion est censuré : on a une pirouette scénaristique amenant la mère de Wataru à l’hôpital, suite au traumatisme ou plutôt à l’accéléré du départ du père de Wataru pour « refaire sa vie » ailleurs. Pour Wataru c’est une catastrophe et il se réfugie près de la « Porte magique ». En franchissant la Porte il croit qu’il va changer son destin... Mais ne l’a-t-il pas déjà changé dès le début du film ?... Derrière la Porte, on est dans un monde de Flipper, de jeu si vous voulez, du combat pour gagner...
Ça débouche donc pour Wataru sur un moyen de transport animal, et un marché qui tous deux lorgnent vers les Star Wars. Le « fantastique » lorgne aussi vers le parc d’attraction de Pinocchio.

Vraiment je n’accroche pas à la façon dont est traité la narration ni n’accroche au layout. Rare sont les séquences poétiques ou émouvantes. Wataru par en faîte à la recherche d’une médecine pour sauver sa mère à l’hôpital. Là, la cause et effet à la mode Aristote est installé fermement, et la médecine est sous la forme de 5 gemmes. La dramaturgie à la mode Aristote constitue 98 % de la fiction dramatique, selon Yves Lavandier, dans son livre : La Dramaturgie. Il dit aussi qu’elle se rapproche de l’analyse transactionnelle d’Éric Berne.
 
Une étoile seulement tant je trouve éloigné de Un été avec COO ce long métrage. Il faut plus de temps que de l’argent pour réaliser un dessin animé de long métrage. Ici ça fait bâclé et produit industriel aux effets boursouflés pour faire plaisir à Aristote et aux producteurs. Je pense à l’époque ou un studio d’animation se montait pour produire un ou deux longs métrage d’animation. C’est un métier d’artisans, pas une industrie avec des décors tout juste terminés comme ici, et une palette de couleurs trop disparates...
Et puis il y a quelque chose qui passe pas, un manque total d’équilibre entre le dessin trognon du héros et de ses compagnons, et la noirceur du fond de l’histoire. En plus la réalisation en rajoute avec une « peluche » rose bonbon figurant un petit dragon volant, voulu tellement mignon que j’ai plutôt envie de lui tordre le cou tant il est inutile et chiant dans cette histoire ; où alors c’est pour faire vendre des produits dérivés...

Quand est-ce qu’on mange le petit dragon rose ?

M. R.
 
stor1.jpg
stor10.jpg
stor11.jpg
stor12.jpg
stor13.jpg
stor14.jpg
stor16.jpg
stor17.jpg
stor18.jpg
stor3.jpg
stor4.jpg
stor5.jpg
stor6.jpg
stor7.jpg
stor8.jpg
 
 
© Ces images sont sous copyright et appartiennent à leurs auteurs respectifs.
 

Dernière mise à jour : 28-09-2008 22:41

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >