Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Civilisation du Rachat des péchés
Civilisation du Rachat des péchés Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-09-2013 23:43

Pages vues : 3355    

Favoris : 454

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Civilisation du Rachat des péchés
Civilisation de la CHARGE
donc du marchandage de la servitude
de la voie de l’Agriculture
Civilisation de la CHARGE que sont la TORAH
et toutes les religions du Livre ou Compas-équerres
 
 
Civilisation du TIQOUN lourianique : restitution-rédemption ou rassemblement-réparation des « étincelles divines » qui ont chutés dans le mal ou QELIPOT. Selon ce courant lourianique, c’est le Juif qui a entre ses mains la clé du tiqoun du monde, à savoir la séparation progressive du bien et du mal par les moyens des compas-équerres nommés Torah. Nous sommes bien dans un épouvantable, mais épouvantable éloignement de l’INSTANT. Puisque le tiqoun est censé être un acte spirituel qui s’inscrit dans la partie interne du Cosmos. C’est proprement une opinion qui se veut divine, et en est donc diabolique, même s’il est tout de même spécifié que « la réalité extérieure [sic] est le reflet de la réalité intérieure. On voit là encore le côté matérialiste du judaïsme. La « fin des temps » yahviste est donc l’achèvement du tiqoun et sa coagulation ou fixation, ce qui donne la rédemption tant vendue par les judéo-chrétiens et surtout le courant d’Isaac Louria et ses suites diaboliques : Sabbataï Tsevi et Jacob Franck.
Ces Yahvistes, en général puisqu’ils se disent « élus », se voudraient être détenteurs de la Vérité. Or la diversité est la loi du monde. Toutes les différences sont extérieures et évanescentes ; et c’est à chacun de trouver l’Unité, l’Instant ou Soi, et à personne d’autre, surtout pas à un quelconque Superman ou messie juif.
 
Cette fin des temps yahviste porte le nom savant d’eschatologie, et c’est sur ce modèle, dans la voie de l’Agriculture, qu’est basé notre civilisation Occidentale et même en partie vers l’Orient. Ce système de rédemption a donné le socialisme et son républicanisme en forme de religion de la laïcité, où tout tourne autour de la matière ou du corps, donc de l’ego, en effaçant totalement le Verbe ou Instant. Ainsi toute cette civilisation tourne autour du dogme de la Chronologie tueuse en forme de rédemption, avec au bout, la « fin des temps » où le tiqoun sera coagulé ou concrétisé, amenant l’être humain dans son état de pureté originelle. Avec ce dogme, il est évident que la Trinité ne peut être comprise, et surtout pas de l’Église de Rome et du Vatican !!! Comme l’explique Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux. Le « Jésus mort sur la Croix » n’est pas le réel Christ !
Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que depuis 1789 et le 19è siècle, le socialisme triomphe, même après avoir fait des dizaines et des dizaines de millions de morts entre 1917 et 1952 à la mort de Staline. Et cette rédemption et son tiqoun ou fin des temps « fixée », ne peut donner que la théorie de l’évolution, qui est encore une opinion ou issue du mental.

Nous avons la même chose avec la réincarnation qui est une autre forme de rédemption par phases successives de vies sur cette planète. Tout cela est typique de la loi de cause et effet et d’une certaine franc-maçonnerie où l’on monte un édifice pierre après pierre comme dans la théorie de l’évolution, jusqu’à arriver après de longs efforts et avec beaucoup d’ouvriers, à la fixation ou perfection finale. Tout cela part de la théorie du Big Bang de l’abbé Georges Lemaître et de celui qui croit que l’humain part de l’amibe pour arriver à la rédemption : soit son stade d’humain actuel, et capable surtout du pire. L’évolutionnisme qui est le piège de la loi de CAUSE À EFFET, avec entre les deux la Chronologie tueuse. C’est un truc de travailleurs du chapeau : trouver la cause, puis trouver la cause de la cause, etc. Cela devient interminable comme des gamins de cour de récréation, surtout comme les guerres entre adultes humains qui sont sans fins. Ainsi l’humain travaille du chapeau en actant constamment son mental, genre les Juifs cabalistes ergotant de génération en génération sur l’Arbre de Vie, etc. Si l’être humain découvre qui il EST lui-même, il connaît le Soi et la Paix. « Ce n’est que pour aboutir à cette perfection que l’homme doit évoluer », explique Ramana Maharshi à l’entretien 644.

CHARGE : 12è siècle, de charger. Char, chariot : carros en gaulois, carruca (char à deux roues en gaulois). CHARGER : lug en gaulois. CHARRUE : cencto- en gaulois, ce qui forme un sillon.
Charge : fardeau, poids, servitude, gêne, redevance et cotisation, cartouche, bourre, caricature et imitation, accumuler, potentiel (soit au bout la « fin des temps »).

Tout cela tourne autour de la NOURRITURE dans la voir de l’Agriculture et de l’adamisme messianique et de sa rédemption à la « fin des temps ».

La CHARGE ou POIDS ou PESANTEUR participe de cette civilisation du rachat du péché, la nourriture est bien une CHARGE, terrible, entraînant presque totalement notre civilisation. S’il y a bien une charge : C’EST LA MERDE, LA GROSSE COMMISSION.
La charge empêche la libre circulation ou mouvement, trop manger endort à cause de la digestion. Or la Vraie Vie est mouvement ou déploiement, et à chaque déploiement il faut être conscient (focaliser), sinon, une fois atteint, ET FIXÉ, ce point focal deviendra un tombeau.
La Vraie Vie est un DÉPLOIEMENT, mais jamais une incrustation, une charge ou un but à atteindre comme la rédemption. C’est pourquoi je répète que la rédemption est criminel, ou mortifère puisqu’elle éloigne de l’Instant.
Le temps qui coule ou qui passe est une charge, je l’appelle « Chronologie tueuse » puisque elle aussi éloigne de l’Instant ou Soi.

J’appelle la Vraie Vie, ou ce que les Alchimistes nomment Pierre Philosophale : Fixation Cavalante. Cela peu correspondre au PRÂNA : L’instant est partout, à condition de ne s’arrêter nulle part : aucun but à atteindre, sinon c’est le tombeau. L’Instant ou Soi est présent quoi que l’on fasse. Il est présent dans le Sentier, tant qu’on le foule. Il est absent de la Voie Lactée si l’on s’y fixe. « Celui qui le cherche à travers ses plus terrestres désirs et sa plus lourde misère [charge] le trahit moins que celui qui croit le trouver dans sa plus haute pesée et sa suprême vertu [parce que l’ego est encore présent] », écrit Gustave Thibon, dans : Notre regard qui manque à la lumière.


NOURRIR NOURRICE - MOURIR : deux RR c’est plus bourratif qu’un seul et on peut s’en remettre.

La réalisation de l’Instant ou Soi peut conduire naturellement à la NOURRITURE PRÂNIQUE.
En sanskrit, PRÂNA signifie : énergie vitale qui anime le corps ; c’est comme un « air » ou un souffle vital.
SOI ou INSTANT sont, en quelque sorte, de la nourriture prânique : aucune but à atteindre, et y a-t-il un seul Instant où l’Instant ou Soi n’existe pas ? Donc en étant ce que chacun est, il y a nourriture et non charge. Car seul ce qui est réel existe éternellement : c’est de l’énergie.
Chacun est donc TOUJOURS dans le Soi, ainsi chacun en se déconditionnant a accès à la nourriture prânique. Seule « la peur de la page blanche » ou du passage à l’acte semble terrifiante. Or il n’y a aucun but à atteindre. La seule peur est l’effet du mental.

Le Prâna est comme l’Instant, quand il n’y a pas encore de ravage par l’ego. Ramana Maharshi et les Hindous  le nomment alors le Prâna principal, appelé parfois kundalini. Ainsi dans l’Instant la conscience n’est jamais née ; elle reste éternelle puisque non contaminée par le mental où l’ego prendra naissance avec toute ses pensées. Mais elles ne peuvent exister qu’en étant associés à la conscience absolue, comme l’explique le Maharshi à l’entretien 131.

Manger comme nous le faisons depuis au moins 10.000 ans semble une injure envers le nourrissant Prâna : « Oh Prâna, comme tu me causes du tourment ! Tu ne me permets jamais le repos et tu ne cesse de le charger de nourriture. Il est si difficile de s’entendre avec toi » (Ramana Maharshi, entretien 410). En fait, Le Maharshi aurait très bien pu se passer de manger de la nourriture non prânique !

Notre corps étant un véhicule ou vaisseau, il est très possible de le nourrir de Prâna comme le font au minimum 1000 personnes sur cette planète. Ainsi nous sommes les conducteurs de notre vaisseau et devrions en maîtriser les moindres atomes ! Alors il sera possible de se trouver à l’état originel du minéral et du végétal et de se nourrir de lumière et d’oxygène, surtout si on est conscient du Soi ou Instant.
Bien-sûr notre civilisation est prisonnière de plus de 10.000 ans de voie de l’Agriculture, elle n’a point voulue, ou sue choisir la voie de l’Horticulture qui pouvait faciliter grandement et rapidement la nourriture prânique. Résultat des 10.000 ans de la voie de l’Agriculture : la religion du Saint Fric avec ses chapelles de l’agroalimentaire, de la finance, de Big Pharma, et des politiques.

10.000 ans de voie de l’Agriculture ont horriblement conditionnées la suite de civilisations jusqu’à la notre. L’alimentation en est la structure de base et d’organisation sociale et économique amenant la sédentarité, donc un appauvrissement du mouvement. Depuis ces 10.000 ans la première économie c’est la bouffe, et l’eau. Les premiers trocs furent de la bouffe, et on en fit même des impôts (le sel).
Ensuite tous les rapports sociaux se passent soit autour d’une boisson, chaude ou froide, soit autour d’un repas chaud ou froid, y compris chez les nomades. Dans la culture française issue des Gaulois, la bouffe scelle les alliances et la société.
Ainsi pour se nourrir de Prâna il faut vaincre ses peurs et sa culpabilité de ne « pas faire comme tout le monde », ou ne pas « manger la même soupe pour tous » comme le veut le mondialisme des Juifs messianiques.
De plus, se nourrir de Prâna remet même en cause sa propre survie en sortant de la chaîne alimentaire des 10.000 ans. Que d’économie : plus besoins d’aller au supermarché, sauf pour acheter de la lessive ou des bougies. Et au bout d’un moment, il se peut que l’industrie agroalimentaire disparaisse, de même que celle de Big Pharma, car plus de problème de santé dus à la malbouffe, plus de guerre de l’eau potable (guerre à venir), plus besoin de tuer et de faire souffrir des animaux dans des usines à bouffe, plus besoin d’être esclave pour « gagner sa vie et sa bouffe », plus de montagnes de déchets, plus besoin de « faire ses courses », etc.

VOILÀ LA VRAIE RÉVOLUTION
, car peut-être depuis l’origine de l’humanité, l’être humain, ou les premiers humains, cesseront d’entretenir des rapports de thermodynamique, c’est-à-dire de violence et de domination et de coupure d’avec la nature. VOILÀ LA VRAIE ÉVOLUTION, et certainement pas le tiqoun des Juifs de Louria.
Se nourrir de Prâna ou de lumière entraînerait dans le monde des conséquences gigantesques que même les transhumanistes n’auraient imaginés ! Et puis, que d’économie dans les cantines scolaires des écoles du francs-maçons Jules Ferry ! Plus de pipi et caca, là encore, que d’économie de chasse d’eau et de vidange !!!C’est pourquoi il ne faut point compter trouver par exemple sur la Wikipédia la moindre once d’ouverture vers la nourriture prânique ! Comme sur les paquets de cigarettes où figure des photos pour faire peur, à l’article inédie sur Wikipédia, en bon inquisiteur, on nous montre une femme, avant, et après son expérience qui s’avère être un jeûne d’après ce qu’il est écrit, et sans précision ni référence, ce qui est un comble pour le Wikipédia si bien ancré dans le système du mondialisme et de sa raison des lumières ! Ne se nourrir que de Prâna est tellement révolutionnaire, que l’officiel Wikipédia ne pourra jamais cautionner ça !!!

Oui, aujourd’hui, plus qu’autrefois et du temps de Nicolas de Flue et plus près de nous de Thérèse Neumann, et autres inédies, notre conscience (même si notre civilisation dans son ensemble est mourante), notre conscience nous permet maintenant de tenter le grand saut vers la nourriture Prânique sans ressembler à des libérés du Goulag. Évidemment ce n’est pas encore possible pour tous, ni sans danger, ni sans échec, etc. De plus il y a plusieurs pratiques de nourriture prânique dont certains absorbent tout de même du liquide genre jus de fruits bio. Tout est question d’approche du mental, et donc du corps : ON SE CONSTRUIT SOI-MÊME de l’intérieur vers l’extérieur. Encore une fois : la nourriture prânique n’a rien à voir avec un jeûne plus ou moins long et plus ou moins poussé ! Car des personnes ne se nourrissent plus de la bouffe des 10.000 ans et ne consomme que prânique depuis plusieurs années.

ATTENTION : Il faut distinguer Jeûne et nourriture prânique. Le jeûne est la privation de nourriture, on épuise ses réserves et au final on peut ressembler à un Russe squelettique libéré du Goulag. L’alimentation prânique n’implique aucune privation ni souffrance, car le mouvement énergétique du Prâna apporte au vaisseau ou corps tout ce dont il a besoin.
Avec 10.000 ans de voie d’Agriculture, et en y ajoutant l’opinion du messianisme et sa rédemption, on voit le bond prodigieux qu’il faut pour passer à l’acte et sortir de ce conditionnement mental et socioculturel !!!
D’après ceux qui pratique la nourriture prânique, le poids se stabilise, on éprouve une nouvelle énergie, le temps de sommeil diminue nettement (divisé généralement par deux, et sans fatigue). De plus la nourriture prânique n’encrassant pas le corps : aucune mauvaises odeurs de « civilisé » comme avec la nourriture de la voie de l’Agriculture...

La nourriture prânique c’est le contraire de la charge : LA LÉGÈRETÉ. Les perceptions sensoriels s’affinent et s’intensifient. On se nourrit par les cinq sens.
Retrouver l’Unité ou Instant c’est aussi ce nourrir du Prâna.

anipucsac1.gifVoir aussi :
- Faim de la société de consommation
 
 

Dernière mise à jour : 04-09-2013 00:23

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >