Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Superformule maçonnique de l’Univers
Superformule maçonnique de l’Univers Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-09-2013 02:55

Pages vues : 4268    

Favoris : 553

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Superformule maçonnique de l’Univers
Lois et Constantes de l’Univers par les fixistes
 
 
Les fixistes judéo-maçonniques cherchent depuis leur Adam, en passant par les philosophistes grecs, la formule de l’Univers, la théorie finale : une formule mathématique unique et bien-sûr universelle qui permettrait, tel Big Brother et sa gouvernance mondiale, de prévoir chaque détail de notre univers actuel, y compris les prétendues constantes de la Nature : les compas-équerres du GADLU maçonnique (Grand Architecte De L’Univers). Le grand confort consiste à considérer l’Univers comme unique, vieux rêve platonicien, comme de se croire les seuls êtres vivants et « intelligents » dans l’Univers (du moins depuis le 19è siècle et jusqu’à 1945).
Mais alors, si un jour des travailleurs hellènes du chapeau découvrent LA FORMULE, la question suivante serait : d’où provient-elle ? Et pourquoi a-t-elle existée, car pourquoi quelque chose plutôt que rien ? Ainsi on trouvera peut-être une Superformule, mais alors d’où serait-elle venue à son tour ?
On voit que nous sommes dans la prison de l’Ouroboros se mangeant la queue dans une absurdité sans fin en forme d’évolutionnisme ou croissance.
 
Cela fait un moment que nous sommes dans la cervelle de Platon ! Même dans le cas des Multivers. Et l’actuelle théorie, ou mode du genre en fait la partie : attribuer aux mâles et aux femelles des caractéristiques à la Platon : immuables et liées à leur biologie. Je répète à nouveau que les « sciences sociales » ça n’existe pas. La connaissance par l’humain de sa nature humaine ne peut être une science puisque toute science naît de la dualité entre le dialogue d’un sujet étudiant un objet ; et qu’en plus l’être humain est ontologiquement, en ses essences, le résumé, la totalité de l’Être, il est alors impossible de se poser comme sujet étudiant d’un Univers qui serait extérieur à l’humain. En d’autres mots : pour étudier l’Univers il faudrait pouvoir en sortir, ce qui est géométriquement impossible ! Cela en devient pure illusion satanique fondée sur le renversement des rôles entre essences et accidents (monde spatio-temporel).
Les « sciences humaines » sont de simples opinions et la « théorie du genre » une opinion, une mode de plus qui passera comme toutes les autres au grès des évènements.
Derrière les modes comme de toutes opinions : CHERCHEZ L’ARGENT ET LE POUVOIR ! Si la femme est l’égale de l’homme (comme dans la chanson), alors on devrait en trouver, comme dans l’URSS socialisme, qui font de durs travaux physiques comme le terrassement, ce qui risque à la longue de former des « camionneuses » à gros bras et à fortes hanches et larges épaules ! Le marxisme faisait la guerre à Dieu pour imposer le sien, la théorie du genre fait la guerre des sexes !!!
Nous sommes bien sous la domination de l’opinion.
Toutes ces conneries reflètent encore et encore l’humain se coupant de la Nature, de Sa Nature, car la Nature c’est la diversité, donc homme et femme sont complémentaires...

Le Noachisme rabbinique et le judaïsme est typiquement du même thème que la SUPERFORMULE de l’univers. Avec en plus sublimation de la dualité entre « peuple élu » et Goyim. Les (bons) Goyim ou troupeau devant suivre les compas-équerre de Noé ou « loi morale ». Les Juifs eux ont leur compas-équerres copyright en 613 commandements bien dans leur tradition de masturbation intellectuelle. Les Juifs ou Yahvistes dans leur orgueil satanique et démentiel de « peuple élu » se définissent comme égale de Dieu (sur Terre) et daignent octroyer le titre de « justes » (parmi les nations, alors que les Juifs exècrent les nations) aux Goyim qui adhère à leur noachisme.

JUIF = POSSESSION (et possédés...)

Eux ce sont des « hommes » (adamisme), nous, nous ne sommes pas hommes (nous sommes des imbéciles d’après le Yahvé). Si ceux qui ne sont pas « hommes » veulent être « sauvés » par les gentils Juifs, ils faut qu’ils cotisent, pardon, adhèrent au compas-équerre du noachisme en abandonnant leurs anciennes croyances.
Les Juifs ou Yahvistes sont des socialistes ou communistes : leur passé de tribalisme les a fait ainsi. Or comme il y a beaucoup de Juifs dans la franc-maçonnerie spéculative, et comme ceux-ci « veulent le bien de l’humanité », ils font donc UNIQUEMENT, car dualiste et d’un seul côté, dans la quantité ou mondialisme : orientation vers le service des autres avec l’esprit de sacrifice (selon le maçon du 33è degré C.W. Leadbeater), alors que les non-maçons ou profanes s’orientent davantage vers la contemplation intérieur et l’amour toujours selon Leadbeater, qui, je pense a très bine classé le problème de l’humanité en ces deux branches : collectif et individuel ; ce qui rejoins le paradoxe politique et mondial de l’individu et du collectif, vieux de 10.000 ans de voie de l’Agriculture : comme l’explique Ramana Maharshi, c’est à l’humain de trouver qui il est, et non à une communauté, car l’Homme est non pas un homme parmi d’autres dans une tribu, mais un HOMME en tant que personne : Je suis CE JE SUIS, soit la transcendance du dilemme individualisme-collectivisme, qui est le problème le plus profond, le SOMMET de toute la politique mondiale actuelle.

JUIF = COLLECTIF, donc capacité au mondialisme et a fabriquer une religion mondiale (une de plus), qui, si ça marche, nous emmerdera pour plusieurs décennies, voir plusieurs siècles.
Rappel : les Juifs et la judéo-maçonnerie sont typiquement des « pères-la-morale », genre pharisiens de rabbins et spécialistes des compas-équerres ou lois : le pharisien se croit vertueux et digne de son Yahvé parce qu’il suit scrupuleusement la loi ou opinion : il respecte les digues : l’eau souillée lui paraît vierge pourvu qu’elle coule au fond du lit des conventions sociales. « Que la foi et l’amour l’emportent sur la loi, c’est là une vérité chrétienne élémentaire que seuls les pharisiens méconnaissent », écrit justement Gustave Thibon dans : Notre regard qui manque à la lumière, ce qui rejoins l’opinion de certains rabbins prônant le noachisme et décrit ci-dessous. Thibon ajoute de façon lumineuse : « Avertissement aux pharisiens : vous êtes comme tous les hommes, mêlés de bien et de mal, et vous voulez pourtant qu’on vous identifie tout entiers à votre vertu [de peuple élu] ; mais prenez garde : dès que nous ne pourrez plus faire illusion, on vous identifiera tout entiers à votre péché ».
« Le but de la vie consiste à tirer l’un du multiple. Le pharisaïsme est une tentative frauduleuse pour réaliser cette synthèse ; il fait l’unité au-dehors au lieu de la faire au-dedans : son désir de perfection s’arrête à la blanche couche de chaux qui revêt l’extérieur du sépulcre ».


Pour certains rabbins, ce ne serait pas la foi qui sauve, mais la fidélité (à leur Dieu), on appelle ça aussi soumission, mais c’est là encore une question d’opinion ou point de vue ! Je répète encore que le judaïsme n’est pas une religion, mais UNE POLITIQUE : un matérialisme voulant « sanctifier le réel », voulant MAÎTRISER LE TEMPS QUI COULE (histoire ou spatio-temporel), soit UNE ŒUVRE DU DIABLE bien définie dans la formule « Royaume de Dieu (juif) sur Terre », alors que le Royaume des Cieux est EN CHACUN DE NOUS TOUS : L’INSTANT. ET CE SERA L’INSTANT DE CHACUN EN RAYONNANT QUI APPORTERA LA VRAIE PAIX SUR TERRE.
Le judaïsme fait dans la géométrie de la ligne droite soit l’histoire ou monde spatio-temporel avec le messianisme dont fait la partie le noachisme. Tout ça est destiné à détruire la chrétienté. Voir la récente affaire des femen à Notre Dame de Paris en corrélation avec la « punition » des deux militaires quenelliers opposants au judaïsme !

RAPPEL :
TOUTE IDÉE DE LOI EST ANTHROPOCENTRIQUE, ET CERTAINEMENT PAS L’ŒUVRE D’UN DIEU. Toutes lois ne sont qu’opinions, même celles qui sont nommées par les humains : « lois naturelles ». Il semblerait que seuls les humains aient des « lois », en plus ils tentent de les « fixer à jamais », ainsi ils se prennent pour un Dieu.
Pour faire du platonisme en forme de « modernité », on inventa les multivers permettant de se rassurer en croyant que notre univers est parfait puisqu’il est adapté à notre corps. Mais dans la théorie des multivers, chaque univers a sa propre loi différente des autres univers. Le modernisme platonicien actuel consiste à chercher LA FORMULE mathématique qui transcende l’univers qu’elle gouverne.

MORALE : typiquement la dualité entre bien et mal, entre winner et loser, etc., car la liste dans la dualité est infinie.
Gustave Thibon explique, dans Diagnostics, que nos Ancêtres au Moyen-Âge avaient moins de morale que nous mais PLUS DE MŒURS, et nous, nous avons plus de morale et moins de mœurs.
MŒURS : 1361, de murs, mors ; habitudes d’une société, d’un individu relative à la pratique du bien et du mal (conduite morale), écrit le dictionnaire Le Robert, faisant ainsi la partie belle à la dualité judaïque.
Au 17è siècle la « moralité » signifiait : une farce, une action théâtrale.
Au Moyen-Âge les vieux paysans possédaient un profond capital de traditions religieuses et familiales et de sagesses instinctives, ils faisaient corps instinctivement et héréditairement avec la Terre qu’ils cultivaient et jouaient ainsi un rôle organique dans le village. Leurs enfants depuis l’industrialisation de la société au 19è siècle sont détachés du sol natal, ils n’aspirent qu’à devenir ouvriers d’usines ou pour être plus confortables, fonctionnaires anonymes et parasites...

Pour en revenir à l’Univers et éviter le fixisme platonicien, l’autre alternative est que rien n’est fixe, tout est MOUVEMENT : Yin et Yang.
 
Les Yahvistes ou Juifs veulent chapeauter le monde selon leur opinion transformée en « objectivité », selon la formule qui pourrait leur être chère : « Dans une éprouvette fut versé... », plutôt que de dire : « DANS L’INSTANT, J’AI utilisé une éprouvette », ainsi on s'approche plus du Soi.
Refrain : Ceux qui travaillent à « l’amélioration de la condition humaine », ont généralement cessé depuis longtemps de vouloir du bien à quiconque ! Aussi faut-il fuir ceux qui veulent nous imposer en Occident leur noachisme et ses lois morales selon leur symbolisme judéo-maçonnique. « Qui agit bien sans penser au bien sera aimé de tous », écrit Lie Tseu dans son Traité du Vide parfait.
Oui, aucun but à atteindre.

Le judaïsme n’est pas une religion, mais UNE POLITIQUE : un matérialisme voulant « sanctifier le réel », voulant MAÎTRISER LE TEMPS QUI COULE (histoire ou spatio-temporel). Les Yahvistes voudraient régénérer le temps dans sa totalité de Adam à « la fin des temps », c’est-à-dire vivre humainement ou historiquement, donc loin de l’Instant, et paradoxalement dans « l’éternité », par la transfiguration de la durée historique en un Instant éternel. En d’autres mots ils voudraient réaliser l’Instant depuis Adam jusqu’à cette « fin des temps ». C’est la nostalgie de la perte du Paradis, la nostalgie d’avoir choisit la voie de l’Agriculture.
Installer « l’éternité » sur Terre est UNE ŒUVRE DU DIABLE bien définie dans la formule « Royaume de Dieu (juif) sur Terre », alors que le Royaume des Cieux est EN CHACUN DE NOUS TOUS : L’INSTANT. ET CE SERA L’INSTANT DE CHACUN EN RAYONNANT QUI APPORTERA LA VRAIE PAIX SUR TERRE. Donc il n’y a pas « d’histoire » : une chose dans le temps qui coule et qui en devient historique, c’est-à-dire irréversible. Du temps des Chasseurs-Cueilleurs il n’y a pas de précédant mythico-historique (pas d’histoire) ils réalisaient tous l’INSTANT, chaque action était in illo tempore (ici et maintenant). C’est fondamental.
 
Le judaïsme est destructeur de la Nature, pour cette opinion, cette croyance, le Ciel, le Soleil, la Lune, la Terre, une Pierre, une certaine forme (par exemple une spirale-escargot) est de l’idolâtrie, ce n’est pas sacré aux yeux des Yahvistes obsédés par leur Dieu. Ils ne comprennent pas, que par exemple, la Lune n’est pas adoré comme une idole, c’est-à-dire pour elle même, mais pour ce qu’elle révèle de sacré, donc dans la force qui est concentrée en elle, dans la réalité et la vie inépuisable qu’elle manifeste ; il en va de même de toutes les planètes proches ou lointaines. La Lune est typique de l’énergie : les anciens paysans français semaient à la pleine Lune ; ils taillent les arbres et ramassent les légumes quand la Lune est descendante, donc ils suivent le rythme cosmiques.
Comme tout objet sacré et comme tout symbole (tout est symbole dans l’absolu), les Eaux et les Serpents réalisent le fait d’être à la fois eux-mêmes et une STARGATE, une ouverture. Mais ce qui est vraiment Passage, c’est LA PIERRE : elle EST ; elle est comme une Stargate conduisant vers un AILLEURS.
Ne jamais oublier que le judaïsme se situe seulement dans les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture : semer du blé dans un champ est typiquement le FAIRE (acte et geste). Voir en haut de page le dessin de la Semeuse sur la pièces de 5 francs de 1960. C’est le départ du rite et de la mystique agraire dont fera la partie les mystères d’Éleusis si chers aux judéo-maçons. L’être humain commence a devenir esclave de la semence dans la voie de l’Agriculture. La voie de l’Agriculture n’a fait que permettre une croissance en évolutionnisme invraisemblable de la population humaine, avec les conséquences que nous subissons : guerres permanentes.

Il en aurait été tout autrement si l’être humain avait choisit la voie de l’HORTICULTURE : le typique Jardin du Moyen-Âge avec son espace des simples (phytothérapie), fleurs, légumes, arbres fruitiers... la Stargate était alors très proche...

CÉRÉALES = SATAN. LE BLÉ C’EST LE FRIC.

Il n’y a pas de fin des temps, RIEN N’EST DÉFINITIF.

 
 

Dernière mise à jour : 15-09-2013 03:32

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >